Catégories
Défense de nos libertés Santé-Social

Sud Santé sociaux : attaques gouvernementales de nos droits et libertés !

La Fédération SUD Santé Sociaux dénonce la nouvelle série de mesures annoncées par le Président Macron ce lundi 12 juillet 2021 à 20h en direct du Grand Palais éphémère qui seront débattues de nouveau en urgence et sur période estivale à partir du 21 juillet

Syndicat des secteurs de la Santé, du Social et de l’Animation, la Fédération SUD Santé Sociaux est favorable à toute mesure sanitaire raisonnable et sensée qui permettrait d’enrayer la pandémie de Covid 19.

Or depuis plus d’un an déjà, nous constatons l’incohérence des mesures prises et désormais des dérives autoritaires que le gouvernement a la prétention de mettre en place.

Le 12 juillet à 20h le Président Macron annonce plusieurs mesures qui menacent dangereusement les libertés individuelles et collectives sans apporter de solution sanitaire crédible. Obligation vaccinale sous menace de sanctions voire de licenciement… pass sanitaire étendu, tests payants, plan de relance, …

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux, si la vaccination a pour objet la protection universelle, le gouvernement doit la proposer à tout le monde tout en laissant à chaque individu la possibilité d’y adhérer ou pas, et en levant les brevets sur les vaccins pour que l’ensemble de la population mondiale puisse en bénéficier.

Or à compter du 15 septembre 2021, le gouvernement veut contraindre les salarié.es à se vacciner sous peine de sanctions, de licenciements voire de privation de salaire, une menace d’une brutalité extrême.

Après s’être servi de leur image pour galvaniser les foules et leur avoir offert une médaille, les personnels de santé, sont aujourd’hui les boucs émissaires d’une politique de santé publique depuis le début marquée par un manque dramatique de crédibilité. Ils et elles sont aujourd’hui stigmatisé·es comme principal·es vecteurs du virus alors que le même gouvernement les a envoyé·es, démuni·es, sans matériel, sans protection en première ligne face à la Covid et parfois même malgré leur statut COVID+ !

Pour ce gouvernement, ses échecs sont toujours la faute des autres, en somme.

Mais comment notre système de santé fonctionnera-t-il si le gouvernement continue à organiser la dégradation des conditions de travail ou à licencier les personnels non vacciné·es ? Que recherche ce gouvernement ? Une crise sociale sans précédent, un désert public, sanitaire, l’inégalité de prise en charge sur le territoire ;ce pour toujours plus de privatisation et le profit d’une minorité ?

Avec le pass sanitaire étendu ce sont les libertés fondamentales de toutes et tous qui à terme sont remises en question, soit de se déplacer, se rendre au travail, d’aller faire ses courses, de se soigner, …

A quand le retour du livret ouvrier ? Rendre les tests PCR payants pour les non vacciné·es, c’est dégrader l’accès au dépistage pour les populations les plus précarisées soit une aberration en matière de santé publique et de lutte contre la pandémie.

Conditionner la gratuité d’un dispositif de santé à un jugement moral pourrait par exemple amener la fin du remboursement des soins contre le cancer pour des fumeurs.

Enfin, le plan de relance annoncé par le gouvernement n’évoque pas celui de la santé. Où sont les moyens pour le service public de santé et du social ? Notamment pour les travailleur·ses du secteur médico-social qui attendent depuis plusieurs mois une revalorisation de leur salaire mais qui auront pour obligation de se faire vacciner.

Depuis des années, la réponse du Gouvernement est toujours la même : fermetures de places, de services et d’établissements;conditions de travail toujours dégradées qui entraînent usure et départs des personnels.

Paris, le 13 juillet 2021

Catégories
Défense de nos libertés Santé-Social

Démocratie ou Santé ?

Communiqué de la Coordination nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité

Emmanuel Macron a annoncé que la vaccination anti-covid serait rendue obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, ainsi que pour les professionnels et bénévoles intervenant auprès des personnes âgées à domicile. Il a fixé l’échéance au«15septembre» et annoncé«des contrôles et des sanctions». Les soignants non vaccinés au 15 septembre « ne pourront plus travailler et ne seront plus payés » .

Il a aussi indiqué que, dès le 21juillet, le pass sanitaire sera étendu sur tout le territoire pour les«lieux de loisir, de culture, de transport et les centres commerciaux »rassemblant plus de 50 personnes et même évoqué la possibilité, en fonction de l’évolution de la situation, d’étendre l’obligation vaccinale à tous les Français après avoir affirmé quelque temps auparavant qu’il était hors de question d’y recourir.Oui, il est impératif d’organiser la lutte contre le coronavirus, de limiter sa propagation et, c’est indéniable, cette responsabilité incombe à nos gouvernants.

Oui la vaccination est un moyen d’y parvenir mais elle doit rester le résultat d’un choix libre et éclairé.La législation établit que le consentement du patient doit obligatoirement être obtenu par le médecin pour la pratique de tout acte médical ou la mise en application d’un traitement. Elle ne prévoit que deux exceptions: la situation d’urgence qui nécessite une action immédiate parce que le pronostic vital du patient est engagé et l’impossibilité de joindre la personne de confiance dans le cas d’un patient dans l’incapacité de s’exprimer.

L’obligation vaccinale contrevient à ces dispositions et nécessitera, avant le 15 septembre, une modification de la réglementation en vigueur qui ne pourra qu’attenter gravement à des libertés fondamentales.

Le Président de la République et le gouvernement ont choisi d’agiter les peurs, de brandir la menace et de recourir à la contrainte plutôt que d’informer, d’éclairer, de faire appel à l’intelligence et au bon sens des Français qui, dans leur immense majorité, sont pourtant soucieux de leur santé et conscients des enjeux.

Il sera intéressant de voir quelle forme prendra cette modification de la réglementation qui va soumettre l’exercice de certaines professions ou de certains actes du quotidien à une vaccination: Voie législative et consultation des représentants de la nation ou voie réglementaire et fait du prince.

Il sera également intéressant d’observer les réactions des politiques, des médias et de la population face à ce que certains qualifient de dictature sanitaire en contestant sa légitimité et sa pertinence.

R. VACHON

Coordination nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité

Catégories
Dans les Yvelines, une classe en lutte... Défense de nos libertés Santé-Social

Dans les Yvelines, une classe en lutte, épisode 9

Un petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à solidaires78@wanadoo.fr


Rambouillet : souriez, vous êtes filmé·es…

Source : 78actu.fr

Grève à Handi Val de Seine

Source : 78actu.fr
Catégories
Santé-Social

Ça craque de partout… il y a urgence ! 5 juillet grève aux urgence à Versailles

Conditions de travail dégradées +++, perte de sens de notre métier et qualité de travail déplorable, épuisement professionnel, heures supplémentaires à gogo, vacataires et intérimaires s’enchaînent quotidiennement. Matériels manquants et/ou obsolètes. Locaux trop petits et manque de lits d’aval. Insultes, agressions, personnes alcoolisées sont devenues le quotidien des urgences.

Après la vague COVID qui a submergé tout le monde, le monde d’avant a repris ses marques et c’est aujourd’hui à une vague de patient· e· s dont l’état s’est dégradé pendant la pandémie que doit faire face le service des urgences. Sauf qu’il manque 20 infirmier· es sur 65, qu’il manque des aides soignant· es, qu’il manque 30% de médecins dans les effectifs et que l’encadrement est aussi en sous-effectif. Impossible de continuer dans ces conditions-là. L’épuisement est général, pas une catégorie de personnel n’est épargnée. Et les arrêts pour épuisement professionnel commencent à tomber. La prise en charge des patient· e·s avec le minimum de sécurité n’est aujourd’hui plus assuré.

En 12H, une infirmière et/ou une aide-soignante peuvent avoir à gérer jusqu’à 48 patient· es, c’est-à-dire consacrer 15 minutes à chacun· e. A l’UHCD, c’est 1 infirmier· e pour 10 patient· e·s qui auraient leurs places en USC, du fait de la prise en charge lourde de ces patient· e·s. C’est 1 infirmier· e pour prendre en charge jusqu’à 25 patient· es le matin à sa prise de service. Cela fait des années que le malaise persiste aux urgences. Les départs se succèdent et les arrivées sont trop peu nombreuses. L’expérience des partant· es a fait place à de jeunes diplômé· es jeté· es dans le grand bain. L’accompagnement de ces jeunes professionnels ne peut se faire correctement, avec un doublage nécessitant plus de temps. Après celui du mois de mars pour les urgences pédiatriques, un CHSCT extraordinaire c’est tenu le 29 juin pour les urgences adultes. Il a été demandé un effectif minimum par secteur afin de pouvoir assurer une prise en charge des patient· es avec le strict minimum de sécurité.

D’autres pistes de travail sur la fluidité de la prise en charge des patient· es au sein de l’établissement, mais aussi à l’extérieur ont été abordées.

C’est pour toutes ces raisons que les personnels des urgences adultes et pédiatriques seront en Grève le lundi 5 juillet

ÇA CRAQUE DE PARTOUT IL Y A URGENCE

Section SUD Santé Sociaux du Centre Hospitalier de Versailles – Poste 8059 Mail sudsante@ch-versailles.fr – facebook SUD Santé Sociaux CH Versailles

Catégories
Santé-Social

Virus, le journal de la section Sud Santé sociaux de Versailles

Numéro 130 de Virus, journal de la section Sud Santé sociaux de Versailles

Sages-femmes, Psychologues, Tech de labos, Réa, Diètes, Préparateur en pharmacie et tout un tas de professions descendent dans la rue, à tour de rôle, pour revendiquer des effectifs, une véritable reconnaissance de leurs métiers… Toutes ces luttes sont légitimes, le Ségur ne répondant en rien à l’ensemble des revendications des luttes hospitalières pré-COVID. Mais si nous voulons obtenir satisfaction sur nos revendi-cations, c’est tous ensemble que nous devons agir. Pas question pour autant de voir des revendications disparaître ou d’être noyé dans la masse. C’est bien nos luttes qui ont permis d’avoir des négociations avec le Ségur, il faut donc continuer et amplifier le mouvement pour libérer nos colères et surtout ne pas taire nos revendications. Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour un tous ensemble qui sonnera le point de départ d’une nouvelle marée blanche hospitalière.

Catégories
Actu Solidaires 78 Santé-Social

Ça craque de partout, il y a urgence !

Tract d’appel à la grève aux urgences de l’hôpital Mignot de Versailles.

Conditions de travail dégradées, perte de sens de notre métier et qualité de travail déplorable, épuisement professionnel, heures supplémentaires à gogo, vacataires et intérimaires s’enchaînent quotidiennement.

Matériels manquants et/ou obsolètes. Locaux trop petits et manque de lits d’aval. Insultes, agressions, personnes alcoolisées sont devenues le quotidien des urgences.

Après la vague COVID qui a submergé tout le monde, le monde d’avant a repris ses marques et c’est aujourd’hui à une vague de patient· e·s dont l’état s’est dégradé pendant la pandémie que doit faire face le service des urgences. Sauf qu’il manque 20 infirmier· e·s sur 65, qu’il manque des aides soignant· e·s, qu’il manque 30% de médecins dans les effectifs et que l’encadrement est aussi en sous-effectif. Impossible de continuer dans ces conditions-là. L’épuisement est général, pas une catégorie de personnel n’est épargnée. Et les arrêts pour épuisement professionnel commencent à tomber. La prise en charge des patient· es avec le minimum de sécurité n’est aujourd’hui plus assuré.

En 12H, une infirmière et/ou une aide-soignante peuvent avoir à gérer jusqu’à 48 patient· e· s, c’est-à-dire consacrer 15 minutes à chacun· e.

A l’UHCD, c’est 1 infirmier· e pour 10 patient· es qui auraient leurs places en USC, du fait de la prise en charge lourde de ces patient· es. C’est 1 infirmier· e pour prendre en charge jusqu’à 25 patient· es le matin à sa prise de service.

Cela fait des années que le malaise persiste aux urgences. Les départs se succèdent et les arrivées sont trop peu nombreuses. L’expérience des partant· es a fait place à de jeunes diplômé· es jeté·es dans le grand bain. L’accompagnement de ces jeunes professionnels ne peut se faire correctement, avec un doublage nécessitant plus de temps.

Après celui du mois de mars pour les urgences pédiatriques, un CHSCT extraordinaire c’est tenu le 29 juin pour les urgences adultes. Il a été demandé un effectif minimum par secteur afin de pouvoir assurer une prise en charge des patient· e· s avec le strict minimum de sécurité. D’autres pistes de travail sur la fluidité de la prise en charge des patient· e· s au sein de l’établissement, mais aussi à l’extérieur ont été abordées. C’est pour toutes ces raisons que les personnels des urgences adultes et pédiatriques seront en grève le lundi 5 juillet.


Section SUD Santé Sociaux du Centre Hospitalier de Versailles – Poste 8059 Mail sudsante@ch-versailles.fr – facebook SUD Santé Sociaux CH Versailles

Catégories
Actu Solidaires 78 Santé-Social

8 juillet, Limay : personnel des établissements médico-sociaux en grève

Un mouvement de grève (débrayages) aura lieu :

le JEUDI 8 JUILLET devant la M. A. S. Henri Cuq (Maison d’Accueil Spécialisé) de 10 h à 12 h, 30 avenue Edouard Fosse à Limay.

 Extrait du message du Foyer d’Aide Médicalisé Jacques St-Amaux de Limay : Le médico-social a été sorti des accords Ségur.

Les personnels des établissements médico-sociaux appellent à un mouvement de grève, sous forme de débrayages dans leurs établissements (15 au total sur notre territoire) le jeudi 8 juillet. Ce mouvement sera reconductible jusqu’à obtention que l’accord s’applique à toutes les professions auprès des usagers (professionnels de santé, éducatif, technique, administratif… , tous ont pris de plein fouet la crise sanitaire).
Seules les professions paramédicales (aides médico psychologique, aides soignant(e)s), bénéficieront des 183 euros du Ségur. Les éducateurs spécialisés, les moniteurs éducateurs, les personnels techniques, les lingères, les personnels des ESAT, les personnels administratifs sont oubliés. Or, ils ont été solidaires dans le combat contre la COVID, et le sont au quotidien tout au long des années. Le Ségur ne sera appliqué qu’au 1er janvier 2022, alors qu’il est déjà effectif dans les établissements publics, les EHPAD… Plusieurs syndicats, accompagnés d’associations de parents, ont déjà manifesté ailleurs en France pour dénoncer l’exclusion de toute une partie des professionnels de santé des accords prévoyant une augmentation de 183 € net mensuel pour l’ensemble des personnels des hôpitaux et des maisons de retraite. 

Catégories
Grève Santé-Social

Grève illimitée à l’hôpital de Meulan à partir du jeudi 24 juin

->Au vu de la non reconnaissance de la direction envers les manipulateurs radio du CHIMM,

->Au vu de l’absence de réponse constructive de la direction depuis 2 ans de réclamations,

->Au vu de la non application de la réglementation par la direction concernant la prime buzyn,

->Au vu de la volonté délibérée de la direction de ne rien attribuer aux manipulateurs en reconnaissance de leur implication dans l’hôpital malgré un sous effectif marqué,

->LES MANIPS DISENT STOP !!! LANCENT UNE GREVE ILLIMITEE, ET ATTENDENT UNE REMISE EN QUESTION DE LA DIRECTION

  • L’application du décret n°2019-1343 du 11 décembre 2019 dite, « Prime Buzyn » élargi aux manipulateurs radios.
  • Attribution de la primeactivité privée” en vigueur dans le service d’imagerie du Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye (CHIPS).
  • Attribution d’une prime tutorat pour l’ensemble des manipulateurs encadrant des élèves manipulat-trices-eurs.
  • Embauches de manipulat-rices-eurs afin de renforcer l’équipe en sous-effectif depuis 2019.

A Partir Du Jeudi 24 Juin 2021 A partir de 9h30

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile Éducation Industrie Médias Poste / Télécom Santé-Social

Inauguration de l’accueil syndical Solidaires 78 sur le Mantois, une belle soirée…

Merci à tou·tes les camarades du Rail, des télécoms, de la Santé et du Social, de l’industrie automobile, de l’éducation, des médias, etc. qui ont participé à l’inauguration de l’accueil syndical mardi dernier à Limay.

Merci également à la CNT, aux militant.es d’autres organisations syndicales, collectifs et associations pour leur participation et à tou·tes les ami.es qui sont venu·es passer un beau moment avec nous.
Merci également à la Librairie la Nouvelle Réserve pour son accueil.

Pour rappel, les accueils syndicaux Solidaires 78 ont lieu tous les mardis de 17 h à 19 h à la librairie la Nouvelle Réserve à Limay.

Catégories
Actu Solidaires 78 Collectivités territoriales Éducation Nettoyage Santé-Social

Dans les Yvelines, une classe en lutte, épisode 7

Un petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à solidaires78@wanadoo.fr


Nettoyage

Une vingtaine d’employées de la Compagnie parisienne de nettoyage, en charge, à MAntes-la-Ville, du nettoyage des écoles, des centres aérés, des crèches, des gymnases, des locaux de la police municipale, etc. voient leur statut menacé à la suite du nouvel appel d’offres remporté Val Services, une entreprise d’insertion qui compte parmi ses administrateurs la communauté urbaine, la commune de Mantes-la-Jolie, la SA Les Résidences Yvelines Essonne présidée par le patron du Département Pierre Bédier, entre autres

Alors que la règle est que l’entreprise entrante reprend les salariés aux mêmes conditions contractuelles (annexe 7 de la convention collective nationale des entreprises de propreté), Val Services n’entend pas respecter cette disposition conventionnelle, peut-être parce que cette entreprise d’insertion relève d’une autre convention collective : elle a ainsi proposé à plusieurs d’entre elles, titulaires d’un CDI à temps complet, un CDD d’insertion de 20 h par semaine dont la durée maximale serait de 24 mois.


Éducation

Les mobilisations contre les fermetures de classes se poursuivent dans le département face à l’il-logique comptable de l’administration…

Source : 78actu.fr

Santé – Grève illimitée à l’hôpital de Meulan

Les sept manipulateurs radio du Centre hospitalier intercommunal de Meulan-Les Mureaux (Chimm) ont installé ce jeudi 24 juin 2021 des banderoles explicites devant le hall du site Henri IV : « Arrêtez de nous manipuler », pouvait-on notamment lire.

Depuis plus d’un an et demi, ils réclament le versement de la prime de risque pour les personnels des urgences annoncée en 2019 par Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé et des solidarités. Une prime de risque de 100 euros nets mensuels à laquelle sont éligibles les salariés qui passent plus de 50 % de leur temps aux urgences.

Source : 78actu.fr