Catégories
Éducation Luttes féministes Revue de presse

Rentrée scolaire : pour en finir avec des cours de récréation sexistes…

Un article du site Bastamag signé Nolwenn Weiler qui a retenu notre attention…

« On n’a pas le droit d’aller au milieu de la cour, les garçons ne veulent pas », disent souvent les filles, dès l’école élémentaire. La cour de récréation, le premier espace public que les enfants expérimentent, serait-elle aussi l’un des points de départ des inégalités de genre ? Des élus de Trappes se sont penchés sur les mécanismes à l’œuvre dans les cours d’école, où règne souvent, déjà, une répartition inégalitaire de l’espace. Pour y remédier, et faire en sorte que l’égalité et la mixité s’éprouvent au quotidien, il est possible, et même souhaitable, d’imaginer des aménagements non genrés des cours de récréation. Des alternatives existent.

Avez-vous déjà pris le temps d’observer une cour d’école à l’heure de la récréation ? Au centre, les garçons jouent au foot. À la périphérie, occupant la place qui leur reste, les filles font ce que l’on appelle leurs « petits » jeux : corde à sauter, élastique, jeux de rôles. Apparemment caricaturale, cette répartition de l’espace est pourtant une réalité dans la quasi-totalité des cours d’école en France. Quand on demande aux filles les raisons de leur éloignement du centre, les réponses sont abruptes : « On n’a pas le droit. »

Pourquoi ? « Parce que les garçons ne veulent pas. » Celles qui osent revendiquer, et tentent de négocier, s’entendent dire qu’« elles sont trop nulles ». Disqualifiées d’office, tenues de restreindre leurs mouvements [1].

« Les garçons n’osent pas jouer avec leurs copines parce qu’ils vont se faire traiter de filles »

« Au collège la plupart des filles ont capitulé, souligne Édith Maruéjouls, géographe du genre et auteure de nombreux travaux sur les inégalités dans les cours d’école [2]. Elles sont convaincues qu’elles n’ont pas les mêmes jeux, ni les mêmes préoccupations, ni les mêmes sujets de conversation que les garçons. Et vice versa. »

Lire la suite…

Catégories
Luttes féministes

Mantes la Jolie, 30 mai : Les Fffrac célèbrent toutes les femmes, le jour de la fête des mères !

… Elles disent pourquoi ?  “Parce que la fête des mères perpétue un monde machiste qui renvoie les femmes aux seules tâches domestiques et à la maternité, perpétuant ainsi toutes les inégalités et toutes les exploitations.”


La Fête des mères par les FFFRAC, Sur l’air de Cadet Roussel

Depuis longtemps la fête des mères, n’a célébré que nos ovaires

il a fallu que nous fassions de beaux enfants à la nation

puis que nos foyers soient bien nets,

plats mitonnés dans les assiettes

Restez dans vos foyers, avec vos robots ménagers (bis)

Puis il y a eu les colliers de nouille, les cendriers en macramé,

nos tout petits si mignonnets, avec leurs poèmes dédiés,

Et Moulinex, Seb et Hoover, qui nous vendent leurs aspirateurs,

Restez dans vos foyers, briquez rangez, mesdames, souriez ! (bis)

Mais tout cela a bien changé, les femmes ne sont plus au foyer

et attention, la colère gronde,

il va falloir les amadouer, avec des crèmes et des massages,

histoire qu’elles restent là, bien sages…

Massez, gommez souriez, faut tout de même rester en beauté ! (bis)

Et pouvons nous imaginer une autre histoire à raconter

Tâches ménagères à partager, charge mentale éradiquée,

Et des enfants si on en veut,  sans nous faire culpabiliser

Restons le poing levé, solidaires dans le monde entier(bis)

Salaires égaux dans tous les métiers, la double journée envolée

Crèches, nounous  à proximité, sans emprunter à son banquier

Et si enfin la société foutait la paix à nos nénés !

Restons le poing levé, fêtons toutes la sororité! (bis)


FEMMAGE de lutte : Aujourd’hui d’autres femmes sont à l’honneur : les guerrières de l’hôtel Ibis à Clichy-Batignolles, ces courageuses femmes de ménage, parmi les plus surexploitées- car subissant aussi le racisme-, qui n’ont pas cédé d’un pouce dans un conflit pour leurs conditions de travail pendant 23 mois ; quasiment 2 années de lutte !

En juillet 2019, 34 femmes de chambres sur les 40 que compte l’hôtel, entrent en grève, au mois de décembre suivant 20 saisissent les Prud’hommes. Employées par la société STN, elles veulent la “reconnaissance de l’existence d’un contrat de travail” entre elles et l’hôtel, ainsi qu’entre elles et le groupe Accor, propriétaire de la chaîne Ibis. Elles déplorent notamment que leurs contrats soient établis à la tâche : “Nous avions des contrats de cinq ou six heures par jour, qui correspondaient à 19 ou 21 chambres à nettoyer mais quand nous arrivions le matin, on nous en donnait quarante. Il fallait les faire, sans être payées des heures supplémentaires”

L’Ibis Batignolles, le deuxième plus grand hôtel Ibis de France avec plus de 700 chambres, est devenu par cette lutte le symbole des conditions de travail dégradées des femmes de chambre .

Et en ce dimanche 30 mai , avec leur dignité retrouvée, elles annoncent un « braquage de la fête des mères » pour fêter ensemble leur récente victoire du 21 mai. Elles ont obtenu des augmentations de salaires (250 à 500€ par mois) par 150€ mensuel de prime de panier, l’augmentation des qualifications et de la mensualisation mais aussi la baisse des cadences sur le temps de nettoyage des chambres, la baisse du nombre de chambres à contrôler, la réintégration de 2 femmes en CDD, des déléguées de site, l’annulation des mutations et d’autres mesures positives.

Voilà leur constat dont elle peuvent être fières : « Nous avons mené des actions pendant tous ces mois, en allant dans les hôtels du groupe qui marchaient bien, même pendant le confinement, avec nos confettis et nos chants, rappelle Rachel Keke. Avec la réouverture qui arrive pour ses hôtels, Accor n’a pas voulu prendre le risque qu’on gâche leur image et qu’on perturbe la reprise de l’activité. » 

Même si leur intégration au groupe Accor n’a pas été obtenue, il faut signaler ce recul important. Et surtout l’énorme mouvement de sympathie et de solidarité que les femmes de chambre et leur syndicat ont su créer autour de leur lutte : plus de 280 000 € ont été collectés qui ont permis de tenir ce plus long conflit de l’histoire dans l’hôtellerie.

Catégories
Histoire locale Luttes féministes

Femmage du Fffrac à Solange

Aujourd’hui le Collectif  Fffrac souhaite rendre femmage à Solange, une femme, née en avril 1935, ici à Mantes la Ville dans la maison familiale dans laquelle elle est revenue vivre plus tard.

Citoyenne engagée depuis toujours, femme libre, indépendante, déterminée, combattante, inépuisable, Solange n’a jamais cessé de se battre : aujourd’hui à 86 ans elle continue de manifester, de défendre les droits humains et d’aider les autres.

Elevée dans une famille catholique modeste, Solange a pu, jeune adulte, se dégager de son éducation patriarcale et religieuse et s’ouvrir au monde. Elle a d’abord choisi de faire des études de psychologie tout en étant fille au pair ce qui n’était pas banal à cette époque. Elle a travaillé quelques années en tant que psychologue à l’hôpital dans le service Enfance et aussi en prison.

En 1959, elle rencontre par hasard Djamel, un réfugié clandestin algérien qui se cachait à Paris. Il dormait à la rue, elle l’a hébergé pour une nuit et il est resté 50 ans… ! De cet amour fou, Solange a continué de puiser une énergie incroyable pour attaquer des études de médecine, alors qu’elle avait déjà mis au monde sa première fille Salima et qu’Attica n’allait pas tarder à naître, et elle a milité aux côtés de son compagnon pour l’Indépendance de l’Algérie. 

Solange, la téméraire, est partie travailler en Algérie en 1962 dans la maison des orphelins pour se rapprocher de Djamel qui avait tenté un retour dans son pays après l’Indépendance. Quand elle évoque Alger, elle garde un souvenir ému de la grand-mère de Djamel qui avait l’habitude, dans la Casba d’Alger ,de préparer un couscous pour tous les pauvres du quartier chaque vendredi ; elle regrette juste à cette époque de ne pas avoir appris l’arabe mais elle s’y attèle actuellement avec l’aide d’une jeune marocaine !

Puis elle est devenue médecin, métier qu’elle a exercé jusqu’à l’âge de 61 ans….

De retour en France, Solange et sa famille se sont d’abord installées à Bourg la Reine avant de revenir à Mantes la Ville dans la maison familiale.

Dans le Mantois, Solange est là, présente, sur tous les fronts, récemment sur tous les rassemblements féministes, à tous les rassemblements “Nous voulons des Coquelicots”, elle était là à Nuit Debout et aux marches des Sans Papiers avec La LDH, pendant les manifestations Unies Pour le Climat…à Mantes mais aussi à Paris……..Elle était là lorsqu’il fallait se battre pour la retraite, pour la sécurité sociale, pour l’hôpital….

Lors de la campagne pour les élections législatives de 2017, on se souvient encore avec émotion de Solange inépuisable durant les séances de distribution de tracts au Val Fourré et au centre-ville.

 Aujourd’hui, Solange accueille chez elle ceux et celles que la France ne sait pas accueillir dans le respect et la dignité :  sans la moindre hésitation, elle héberge généreusement et courageusement celles et ceux qui n’ont pas de toit, une façon de continuer à faire vivre le combat de son compagnon décédé en 2013.

 Récemment, opérée de la hanche après s’être faite renversée par une grosse voiture, on la rencontre toute seule avec sa canne trottinant de Mantes la Ville au Val fourré ….pour se rééduquer gentiment à 86 ans…

 Elle est avec nous au Cercle du Silence, à l’ASTI, aux rassemblements, de la LDH, des Fffrac, de l’Assemblée des luttes, elle est partout où la cause des droits humains est à défendre.

Elle perpétue le combat de son grand père Ange Drenuc qu’elle a fait reconnaître comme soldat mort pour la liberté car cet homme avait été fusillé pour l’exemple parce qu’il refusait se battre contre les allemands et perpétue aussi celui de son compagnon Djamel, un autre combat pour la liberté.

Rien ne l’arrête, l’oeil vif, un sourire paisible affiché sur son visage, la jambe alerte, les neurones en action et la générosité toujours prête, Solange est une femme chère dans notre coeur et nous sommes fières de lui témoigner notre admiration et de fêter aujourd’hui sa personne.

Nous espérons profiter de son expérience, continuer à vivre de nombreuses luttes à ses côtés et partager nos idéaux communs.

VIVE SOLANGE et ……………………RÉSISTANCE!

Catégories
Luttes féministes

30 mai à Mantes : Fête de toutes les femmes !

Le collectif des FFFRAC  ( Fortes Fières Féministes RAdicales et en Colère) du Mantois donne rendez-vous  dimanche 30 mai à 11h au marché de Mantes La Ville pour  La fête de toutes les femmes : Célébrons toutes les femmes !


Toutes les femmes qui sont importantes dans nos vies : mères et sœurs, biologiques, adoptives ou de cœur… la sororité est à l’honneur !C’est l’occasion de montrer aux femmes qui nous inspirent que nous les aimons, qu’elles soient mères ou non, qu’elles se battent pour l’être ou qu’elles ne souhaitent pas l’être, qu’elles soient comblées, seules ou accompagnées. Et pas qu’une seule journée par an ! La fête des mères n’est pas seulement commerciale, elle perpétue un monde machiste qui renvoie les femmes aux seules tâches domestiques et à la maternité, perpétuant ainsi toutes les inégalités et toutes les exploitations.


Comprendre ce qu’est la fête des mères, c’est œuvrer à la déconstruction des représentations sexistes, faire advenir un monde où les femmes ne soient plus définies par leurs corps, c’est sortir de l’ordre patriarcal.
Parce que :

Nous refusons  les injonctions à la maternité et que nous ne sommes pas que des ventres. Fêtées une journée, exploitées toute l’année, ça suffit !

Nos corps, nos vies nous appartiennent

Nous le dirons ensemble, en déclaration, en femmage, en chanson…


 FORTES FIÈRES FÉMINISTES RADICALES et en COLÈREF.F.F.R.A.Cfffrac@protonmail.comRejoignez-nous sur Facebook : FFFRAC**Féministes Fortes Fières Radicales et en Colère! Collectif du Mantois

Catégories
Actu Solidaires 78 Éducation Luttes féministes

Lutter contre le sexisme dans l’Éducation nationale : ressources et analyses

Lutter contre le sexisme dans l’Éducation nationale : ressources et analyses – Une brochure de SUD éducation

Si elle a connu dans les 20e et 21e siècles des avancées significatives quant aux droits et au statut des femmes, notre société est toujours porteuse d’inégalités et de discriminations à l’encontre des femmes et des personnes LGBTQI. Syndicat de lutte et de transformation sociale, SUD éducation veut être de tous les combats qui se jouent au sein de l’école contre les discriminations et inégalités découlant du système de domination patriarcale et hétérosexiste, traduites par les stéréotypes de genre. Ces combats concernent tous les acteurs et toutes les actrices des écoles et établissements.

Comme ailleurs, les discriminations sont effectives dans notre champ professionnel. Dans l’Éducation nationale, à ancienneté égale, le salaire des femmes progresse moins vite que celui des hommes. Cet écart de salaire se répercute au moment de la retraite. Par ailleurs, le métier est largement féminisé mais la hiérarchisation patriarcale se reproduit : les postes de direction sont largement masculins (à plus de 75%), et plus on avance dans le système scolaire vers des postes plus valorisés socialement, moins il y a de femmes (elles sont 83% chez les PE, mais seulement 35% à l’université). De plus, comme sur tout lieu de travail, l’Éducation nationale n’échappe pas aux problématiques de harcèlement à l’encontre de tous les personnels féminins (enseignantes, agentes, AED…). Enfin, les personnels reçoivent peu de formation sur les questions de genre et sur les moyens de mettre en œuvre des pédagogies ou des pratiques de travail antisexistes et anti-LGBTQIphobes. La domination patriarcale n’est pas la seule forme de domination qui pèse sur les individu-e-s : capitalisme et division de la société en classes sociales, racisme et discriminations/stigmatisations, traditionalisme et obscurantisme, viennent confluer avec patriarcat et hiérarchisation hétérosexiste. Il est nécessaire de penser ces formes de domination comme articulées les unes aux autres. Cette imbrication doit influer sur nos stratégies de lutte et sur notre vigilance militante pour que le féminisme ne soit pas instrumentalisé, notamment au service d’argumentaires xénophobes qui détourneraient ou confisqueraient sa lutte, qui oeuvre pour l’émancipation de toutes et tous.


Précarisation des femmes et inégalités salariales

Le gouvernement avait annoncé vouloir faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause du quinquennat. Comme pour le reste, Macron et son gouvernement communiquent sans jamais passer aux actes. Pire, en continuant sa politique de régressions sociales, la casse des services publics et la ruine du système de protection sociale, le gouvernement, comme les précédents, organise l’aggravation de la précarité des femmes. Cela a de graves conséquences notamment dans l’Éducation nationale qui est un des deux ministères les plus féminisés avec 72% de femmes. Les professeur-e-s des écoles sont 83% de femmes.

Assez d’inégalités salariales

Les travailleuses de l’Éducation nationale subissent le sexisme de l’institution dans l’évolution de leur carrière. Dans la Fonction publique, 23% des femmes fonctionnaires sont à temps partiel, contre 6% des hommes. Cela a des conséquences sur la rémunération et sur l’avancement.

Quelques chiffres soulignent les inégalités de salaires :

• Pour la retraite, au 31 décembre 2018, le montant moyen des pensions mensuelles brutes de droit direct pour les femmes était de 2 063 euros et de 2 449 euros pour les hommes ;

• En 2017, le salaire net mensuel moyen dans la Fonction publique d’état est de 2 408 euros pour les femmes et de 2 785 euros pour les hommes.

Les salaires et calcul de pension

La contre-réforme des retraites, dont le projet n’est pas abandonné mais seulement reporté, creusera encore plus les inégalités.

Le projet de contre-réforme repose sur un changement majeur : le calcul de la pension sur l’intégralité de la carrière au lieu des 6 derniers mois pour le public et des 25 meilleures années pour le privé actuellement. Cela imposerait un taux de remplacement inférieur à 60% sur le salaire moyen de l’intégralité de la carrière ; c’est très inférieur aux 75% du dernier traitement dans la Fonction publique ou des 25 meilleures années dans le privé. Ce changement de calculs a pour effets principaux de diminuer globalement les pensions et de pénaliser les carrières heurtées. C’est en particulier le cas des femmes, conduites à arrêter momentanément de travailler ou à se mettre à temps partiel pour assumer l’éducation des enfants.

Le gouvernement a pour projet d’ajouter un prétendu âge d’équilibre fixé initialement à 64 ans, amené à reculer encore pour les générations suivantes (jusqu’à 66 ans pour la génération 1987). Il faudra donc travailler encore plus tard pour ne pas subir de décote.

La division sexuelle du travail dans l’Éducation nationale

La sociologue Danièle Kergoat la définit comme la forme de division du travail social découlant des rapports sociaux entre les sexes : « elle a pour caractéristiques l’assignation prioritaire des hommes à la sphère productive et des femmes à la sphère reproductive ainsi que, simultanément, la captation par les hommes des fonctions à forte valeur ajoutée (politiques, religieuses, militaires, etc…) ».

Elle a des conséquences concrètes sur les personnels féminins en ce qui concerne les disparités d’avancement, de salaires, d’affectations, de souffrance au travail, et de précarité.

Ainsi, les personnels d’encadrement sont, proportionnellement, majoritairement des hommes. Le personnel de direction de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale comprend 52 % de femmes.

Plus le public auquel on s’adresse est jeune plus la profession est féminisée. Ainsi 83% des enseignant-e-s du primaire sont des femmes alors qu’elles ne sont que le tiers des effectifs des enseignant-e-s à l’université. Or le salaire des enseignant-e-s du supérieur est en moyenne plus élevé.

Les femmes toujours en première ligne face aux crises

Dès la fin du confinement du printemps 2020, les agent-e-s d’entretien ou administratif-ve-s, les AED et les AESH, qui sont le plus souvent des femmes, ont dû et doivent encore parfois faire face à des pressions hiérarchiques tentant de les obliger à venir sur leur lieu de travail même lorsqu’elles sont exposées à un risque de contamination évident. En effet, quand les équipements de protection (gel, gants, masques) manquent, elles doivent tout de même assurer leurs missions qui peuvent les mettre en situation très précaires face au virus.

De plus, les femmes doivent faire tenir de multiples journées en une. Ainsi, elles effectuent la majorité du travail domestique pour lequel elles ne perçoivent bien sûr aucune rémunération. Elles ont dû et doivent encore gérer la vie quotidienne du foyer. Selon une étude de l’Insee effectuée en 2012, les femmes font 72 % des tâches ménagères et prodiguent 65 % des tâches parentales hors période de confinement.

Ces pourcentages ont augmenté dans la situation de crise comme l’a prouvé l’enquête commandée par le Secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations sur “l’impact du confinement sur les inégalités entre les femmes et les hommes en matière de répartition des tâches au sein des foyers”. Cela a exposé les femmes à une forte augmentation de la charge mentale. Les femmes sont aussi les principales pourvoyeuses d’aide aux personnes âgées qui leur sont proches. Or, on sait que cette catégorie de population est particulièrement vulnérable à la Covid-19.

L’égalité professionnelle : Qu’est-ce qu’on attend ?

L’accord du 30 novembre 2018 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la Fonction publique prévoit l’élaboration d’un plan obligatoire qui devrait être effectif en décembre 2020. L’employeur doit mettre en place des mesures concrètes pour résorber les écarts de salaires entre femmes et hommes, notamment en travaillant sur “l’articulation entre vie personnelle et vie professionnelle”. Or en l’absence d’un service public de la petite enfance efficace, c’est trop souvent aux femmes qu’incombe la responsabilité de prendre un congé parental ou de travailler à temps partiel. Cet état de fait a bien sûr de lourds effets sur la rémunération. Pour l’instant aucune mesure n’a été prise pour mettre en oeuvre ce projet.


Violences sexuelles et sexistes au travail

Aucune mesure n’a été mise en place ni pour prévenir les violences sexistes et sexuelles au travail ni pour accompagner les victimes. Chaque jour, en France, des femmes sont victimes de violences psychologiques, verbales, économiques, médicales, physiques ou sexuelles. Tous les deux jours, une femme est assassinée par son conjoint ou ex-conjoint : 146 féminicides en 2019 (en augmentation par rapport à 2018 où l’on avait recensé 121 féminicides).

Aujourd’hui dans l’Éducation nationale, on peut harceler ou agresser sexuellement en toute impunité. Pourtant la circulaire du 9 mars 2018, qui prévoit la protection des victimes de violences sexistes et/ou sexuelles dans la Fonction publique, existe. Elle dégage trois axes : la prévention, le traitement des violences et enfin les sanctions pour leurs auteurs (il s’agit de façon écrasante d’hommes qui sont incriminés). Cette circulaire n’est pas appliquée : les collègues qui ont dénoncé les violences subies n’ont bénéficié ni de protection ni d’accompagnement convenables. Pourtant l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des agent-e-s sur leurs lieux de travail ! SUD éducation revendique l’application de cette circulaire.

Violences sexistes et sexuelles : des chiffres inquiétants !

Les violences à l’encontre des femmes ne se bornent pas à la sphère privée comme le montre le Défenseur des droits : 1 femme sur 5 affirme avoir vécu des situations de violences au travail et seulement 5 % des femmes portent plainte pour dénoncer des violences qui ont lieu dans la sphère professionnelle. Ces violences qui comprennent les insultes, les discriminations, le harcèlement, les menaces, le chantage, mais aussi les agressions physiques et sexuelles, doivent cesser. Parmi les victimes de ces violences, les femmes célibataires, bisexuelles, lesbiennes et trans sont plus exposées au harcèlement. Dans le cadre du travail, les ouvrières et les salariées précaires et dans une moindre mesure les professions intermédiaires subissent une pression sexuelle plus intense que celle des autres catégories sociales.

La circulaire du 9 mars 2018 prévoit un accompagnement pour les victimes de violence, or il n’a jamais lieu. Une victime qui demande la protection fonctionnelle après avoir déposé plainte pour viol à l’encontre d’un agresseur, doit attendre un mois pour obtenir une simple réponse de l’employeur. De même, quand des collègues dénoncent du harcèlement sexuel, l’employeur préfère leur proposer de changer d’établissement.

L’Éducation nationale se cache derrière l’inaction de la justice en matière de lutte contre les violences sexuelles pour ne pas agir. Pourtant 16 % des femmes subissent des viols ou des tentatives de viol. 93 000 femmes ont été violées en 2017, parmi elles seules 10 % ont porté plainte et seulement 10 % de ces plaintes ont abouti en Cour d’assises. Une part importante des plaintes pour viols ne sont pas instruites aux assises comme les autres crimes mais en correctionnelle comme un simple délit.

La circulaire du 9 mars 2018 rappelle aussi que « L’obligation de protection des agents s’impose à tout employeur public ». Ainsi, les agent-e-s des collèges et lycées relevant des collectivités territoriales doivent aussi pouvoir bénéficier d’un accompagnement et de protection.

L’accord du 30 novembre 2018 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la Fonction publique s’appuie notamment sur cette circulaire pour “ renforcer la prévention et la lutte contre les violences sexuelles et sexistes”. Cependant, aucune mesure concrète n’est prise pour faire de ce projet une réalité. Par exemple, la mise en place des cellules d’écoute psychologique pour les victimes n’est pas effective. L’employeur avait pourtant affirmé qu’il y en aurait dans toutes les académies.

Harcèlement sexuel : comment le repérer ?

Le harcèlement sexuel peut se manifester par des propos ou gestes à connotation sexuelle, par une attitude particulièrement insistante malgré des refus répétés ou encore par des propositions de nature sexuelle. Deux types de harcèlement sexuel sont distingués : celui qui repose sur la répétition d’actes de harcèlement et celui qui résulte de la commission d’un seul acte.

SUD éducation revendique l’application de la circulaire du 9 mars 2018 qui prévoit :

-une campagne de prévention des violences sexistes et sexuelles dans la Fonction publique  : des formations pour tous les personnels notamment pour les représentan-t-e-s du personnel, ainsi que pour les personnels d’encadrement qui ont tendance à oublier leurs obligations.

-des dispositifs d’information, de communication et de sensibilisation auprès de l’ensemble des personnels avec la diffusion d’un numéro vert, le rappel de la loi, l’organisation de réunions de sensibilisation.

-la définition et la mise en œuvre d’un dispositif de signalement et de traitement des violences sexistes et sexuelles : ce dispositif est aujourd’hui inexistant ! Les signalements des personnels restent sans réponse de l’administration.

-la protection et l’accompagnement des victimes : l’employeur a la responsabilité de protéger les personnels : « une fois informée des agissements répréhensibles, l’administration doit mettre en œuvre toute action appropriée pour éviter ou faire cesser les violences auxquelles l’agent victime est exposé, même lorsqu’aucune procédure judiciaire n’est enclenchée  ». Elle peut prendre une « mesure interne de changement d’affectation voire suspension de la personne présumée agresseur dans l’attente du conseil de discipline ». Circulaire du 9 mars 2018.

-de sanctionner les auteurs des violences : aujourd’hui, bien souvent l’administration se contente de déplacer soit la victime soit l’auteur des violences ou attribue une sanction parmi les plus basses aux auteurs de violences sexistes ou sexuelles. Pourtant la circulaire indique que « les employeurs se doivent d’être exemplaires dans la sanction des violences sexuelles et sexistes ». « Les actes constitutifs de violences sexuelles ou sexistes doivent être sanctionnés par le biais de la procédure disciplinaire et/ou par le juge pénal. Ils peuvent également donner lieu à une indemnisation par le juge civil. Les procédures disciplinaires, administratives et pénales sont indépendantes les unes des autres. ». Circulaire du 9 mars 2018.


Le 8 mars : une journée internationale de lutte des femmes

En 1910, une centaine de femmes de dix-sept pays différents se rassemblent à Copenhague pour la deuxième conférence des femmes socialistes. Ces militantes appartiennent à l’Internationale socialiste des Femmes, organisation sœur de l’Internationale socialiste. Clara Zetkin y propose une motion soulignant la nécessité d’une « journée internationale des femmes » qui est votée à l’unanimité. Ce moment de lutte est réfléchi comme international, car ces militantes, en tant que socialistes, insistent sur la nécessaire solidarité de classe pour gagner contre le capitalisme et l’impérialisme. La classe ne connaît pas de frontière. De la même manière, les femmes sont exploitées au-delà des délimitations nationales, la lutte contre le sexisme est internationale. Les objectifs de cette journée de lutte sont l’obtention du droit de vote, du droit de travailler librement, le combat contre les violences sexistes au travail. Plus généralement, les revendications portent sur l’égalité économique, juridique et politique des femmes.

Il n’y a pas de date précise proposée au départ. Le 8 mars est choisi après la révolution russe.

Une histoire de grève de travailleuses qui a contribué à déclencher une révolution

En effet, au début de l’année 1917, les ouvrières et les ouvriers de Petrograd, notamment, se mettent en grève pour dénoncer la guerre et la pénurie de pain. Le 23 février (8 mars du calendrier moderne), des ouvrières en grève manifestent pour leurs droits, pour des conditions de travail et de vies décentes. Les ouvriers des industries leur emboîtent le pas, les grèves se généralisent. Les travailleuses et les travailleurs s’arment alors pour affronter la police et l’armée. Elles et ils gagnent contre le Tsar et mettent à bas son régime autoritaire.

Un moment de lutte contre la récupération du combat pour les droits des femmes par les institutions capitalistes et de l’État

Les mouvements féministes de la deuxième vague (qui débutent dans les années 1960) investissent alors la date du 8 mars. En 1975, le Mouvement de Libération des Femmes (MLF) s’en sert notamment pour manifester contre l’Année internationale de la femme organisée par l’ONU.

L’oppression spécifique des femmes se trouve au croisement de l’exploitation capitaliste subie par tous les travailleurs et toutes les travailleuses et l’exploitation sexiste qui résulte d’inégalités sociales liées aux genres. Elle se trouve aussi à l’intersectionnalité du racisme et des discriminations subies par les personnes LGBTQI.

Les syndicats vecteurs de progrès social se sont saisis et se saisissent encore du 8 mars pour lutter contre le sexisme.

Un moment de lutte pour l’émancipation des femmes et pour la destruction du patriarcat

La grève du travail salarié est un moyen pour les femmes de montrer qu’elles ne sont pas dupes et que l’égalité professionnelle est encore à conquérir. La lutte féministe a pour objectif de renverser toutes les structures de domination.

La lutte féministe est intersectionnelle : la libération des femmes doit se faire au profit de toutes, et pas seulement au profit de quelques-unes et au détriment d’autres.

La grève du travail domestique et des soins aux personnes dépendantes est une manière de mettre en évidence le fait que ce sont les femmes qui font majoritairement ces tâches largement invisibilisées, méprisées et naturalisées.

C’est aux femmes elles-mêmes de récupérer leur dignité mise à mal par les injustices, les violences et le mépris qu’elles subissent en manifestant. Le 8 mars est une journée de combat pour l’émancipation des femmes et leur visibilisation.


Sexisme et manuels scolaires

Outils de travail quotidien pour les élèves et les enseignant-e-s, les manuels scolaires sont bien souvent les vecteurs de représentations stéréotypées et sexistes. Ils contribuent par là à perpétuer un ordre patriarcal synonyme de discriminations.

Le Centre Hubertine Auclert a produit de nombreuses études analysant les représentations sexuées dans les manuels d’histoire, de français, de mathématiques. Ces études permettent de mieux comprendre les biais sexistes de nombre de manuels.

Une sous-représentation des femmes

Les femmes sont très peu présentes dans les manuels. Seulement 3,2 % des biographies des manuels d’histoire sont consacrées à des femmes. Minorées comme actrices de l’histoire, elles sont aussi minorées comme autrices de documents-sources  : près de 96 % des documents présentés dans les manuels scolaires d’histoire ont pour auteur un homme !

Le constat dans d’autres disciplines est tout aussi édifiant : les autrices proposées à l’étude dans les manuels de français ne représentent que 5 % de l’ensemble  ! Cette sous-représentation concerne tous les domaines  : scientifique, artistique, politique. Dans les manuels d’EMC, on trouve seulement 15 % de femmes dans le domaine relevant de la politique.

Le clitoris absent des manuels de SVT

Depuis 2011, les manuels de SVT ont introduit la notion de genre et initié ainsi une prise en compte du construit social dans la formation des identités sexuées. Si on peut se réjouir de cette avancée, on peut encore relever des aspects problématiques dans les manuels de SVT.

Ainsi, certains manuels ne daignent pas mentionner/représenter le clitoris, et à la rentrée 2017, seul un manuel sur huit le représente correctement, à savoir comme un organe de dix centimètres, qui ne se limite pas à sa partie externe. Cela n’est pas sans conséquence quant à la méconnaissance des jeunes filles de leur propre corps et du plaisir sexuel féminin.

De plus ces manuels de SVT invisibilisent le plus souvent les variations intersexes (qui ne correspondent pas aux définitions binaires type des corps masculins ou féminins) en présentant les sexes biologiques masculin/féminin comme binaires, bien délimités et en miroir… alors que les travaux scientifiques récents, comme ceux d’Anne Fausto-Sterling, montrent qu’il est plus pertinent de dépasser une vision binaire et de parler de continuum des sexes, tant les facteurs qui définissent le sexe biologique (génitaux, gonadiques ou chromosomiques) peuvent varier et se combiner différemment. Par ailleurs, quand les variations intersexes sont évoquées, elles le sont sous l’angle pathologique, comme des «malformations» ou des «dysfonctionnements».

Ressources antisexistes alternatives

Sur internet, le site du Centre Hubertine Auclert fournit de nombreux outils, de même que les sites Genrimages (outils d’analyse d’image), Matilda (courtes vidéos) ou le site du Centre Simone de Beauvoir.


L’écriture inclusive

L’écriture inclusive est un moyen de remettre en cause la domination patriarcale qui se manifeste jusque dans le langage.

L’écriture inclusive est une écriture qui n’invisibilise personne et permet de prendre en compte véritablement tout le monde, y compris les personnes non binaires qui ne s’identifient ni comme hommes ni comme femmes.

Un peu d’histoire…

En France, l’écriture inclusive est née de l’idée que l’on ne voulait plus utiliser le masculin dit générique pour parler indifféremment de toute personne. C’est un système d’écriture qui a été trouvé pour donner une égale visibilité à tou-te-s dans la langue écrite, pour que chacun-e ait une égale importance.

À l’heure actuelle, il n’y a pas d’unification. On peut utiliser des traits d’union, des barres obliques, des points bas, des points hauts, des points médians.

L’expression « écriture inclusive » est assez récente et est encouragée par le Haut conseil à l’Égalité (HCE) qui a publié en 2015 un guide pratique « pour une communication sans stéréotypes » : « Une langue qui rend les femmes invisibles est la marque d’une société où elles jouent un rôle second. C’est bien parce que le langage est politique que la langue française a été infléchie délibérément vers le masculin durant plusieurs siècles par les groupes qui s’opposaient à l’égalité des sexes ».

On peut très bien dire pour parler de l’ensemble de la population « les Français et les Françaises  » mais on emploie généralement « les Français » pour désigner l’ensemble car on pense que ça suffit pour comprendre. Or les formes féminines et masculines existent : ce n’est donc pas forcément la langue qui est discriminante mais c’est la manière dont on l’utilise. Notons que l’expression « les Français et les Françaises » n’est pas satisfaisante en soi, car elle pose une partition binaire qui exclut les personnes intersexes et non-binaires. Donc l’écriture inclusive cherche par une graphie plus rapide à faire exister les activités humaines sous une forme qui englobe tout le monde (les « français-es »), sans avoir recours au masculin dit générique. Le masculin n’est pas neutre lorsqu’il s’agit de parler d’êtres humains.

La grammaire inclusive et pourquoi il est dangereux de dire que le masculin l’emporte

La grammaire inclusive, c’est :

la féminisation des noms de métiers ;

l’accord de proximité ;

l’accord en fonction du nombre ;

Un exemple d’invisibilisation révélateur.

Le mot « autrice » a existé avant le XVIIe siècle. À partir du XVIIe, « autrice » a disparu, condamné par des grammairiens.

Auparavant les accords se faisaient au gré de chacun-e, comme c’était le cas en latin. C’est au XVIIe siècle que cette règle du « masculin qui l’emporte sur le féminin » s’est imposée car les grammairiens étaient des hommes qui ont érigé le masculin en genre plus noble en se justifiant par des arguments patriarcaux et essentialisants : « Le masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle » (Beauzée, Grammaire générale… 1767).

La volonté de domination patriarcale se reflète dans la normalisation et l’évolution de la langue. De plus, au cours des siècles, se généralise l’utilisation du masculin à valeur générique comme « Homme » au singulier ou au pluriel pour désigner tous les êtres humains…mais dans les faits, cette règle conduit à invisibiliser le féminin et à placer le masculin au centre de toutes nos projections mentales. On note également une absence de féminisation des noms de métiers qui n’existent qu’au masculin, y compris dans les manuels scolaires (« un savant», « un humaniste »…). Et répéter cette formule grammaticale, « le masculin l’emporte sur le féminin » aux enfants à partir de 7 ans induit des représentations mentales qui conduisent à accepter la domination masculine, et une partition binaire des genres. Cette maxime patriarcale, devenue règle grammaticale, doit être mise au ban de l’école.

Par l’enseignement de la langue et la grammaire, le féminin est relégué à une position subalterne.

De la nécessité de voir le langage comme une manifestation sexiste parmi d’autres

L’emploi de la langue est une manifestation parmi d’autres du sexisme. Différence de salaire, inégale répartition des tâches ménagères, publicités sexistes, discrimination à l’emploi, harcèlement de rue, agressions sexuelles, harcèlement sexuel sur le lieu de travail, violences conjugales, injonctions vestimentaires, viols et langage sexiste font partie d’un même système. Il ne faut pas minimiser le combat de la langue et il faut attaquer le sexisme sous plusieurs angles. Ainsi l’écriture et la grammaire inclusives remettent aussi en question la position inégalitaire des femmes dans la société. L’écriture inclusive permet aussi, par des formes écrites qui englobent en une seule formule masculin et féminin, de sortir d’une langue binaire soit masculine soit féminine, et inclure par là toutes les personnes qui ne se reconnaissent pas dans cette partition binaire. Il est nécessaire de chercher un langage non sexiste pour tenter de réduire les inégalités ou violences faites aux femmes, et à tout-e-s les personnes qui ne se reconnaissent pas dans la partition binaire des genres. C’est au sein de l’école que beaucoup de choses se jouent, c’est par l’éducation des plus jeunes que le système sexiste pourra être modifié. C’est une lutte idéologique qu’il faut mener, et le langage est aussi un enjeu de cette lutte.


Mixité / Non mixité, quels outils de lutte ?

Quelques rappels

La pratique de la non-mixité fait partie intégrante de l’histoire du mouvement féministe.

Son utilité et sa raison d’être ont été notamment explicitées par la génération fondatrice du Mouvement de Libération des Femmes, Christine Delphy en tête, notamment dans son texte Nos amis et nous, écrit en 1977 et publié aujourd’hui dans L’ennemi principal. Hors du champ féministe, elle a aussi été revendiquée par d’autres mouvements d’émancipation collective, comme par exemple aux Etats-Unis le mouvement pour les droits civiques mené par les Afro-Américain-e-s.

Non mixité ET mixité choisies

Tant que subsisteront toutes les formes d’oppression (patriarcale, raciste, LGBTQIphobe), la non-mixité apparaîtra comme un outil utile. Mais si elle constitue la voie de l’émancipation, elle n’en est pas son horizon. Sa pratique, nécessaire, est aussi indissociable d’une convergence des luttes synonyme de mixité choisie.

De l’importance d’une non mixité choisie

Un constat : notre époque est celle de la non-mixité subie et de la mixité sans égalité.

• Le système patriarcal exclut les femmes de la société politique, économique ou médiatique (malgré une mixité apparente) tant au niveau national qu’international (gouvernement, hauts cadres administratifs, ONU, OCDE…) ou exclut les femmes des postes décisionnels dans des associations, clubs de sport ou autres ;

• Au sein des familles, il n’y a pas d’égalité femme-homme (violences conjugales, inégalité dans la prise en charge des tâches ménagères et de l’éducation des enfants) ;

• La parité numérique (50 % d’hommes/50 % de femmes) est un leurre car certaines professions sont beaucoup plus féminisées que d’autres ;

• La mixité à l’école, certes obligatoire depuis 1975, est censée offrir la même éducation à toutes et tous, mais telle qu’elle est pratiquée, elle reproduit les conditionnements sexués existants dans la société.

La non-mixité choisie permet aux femmes de se libérer

C’est aux femmes qui subissent de s’auto-émanciper car ce ne sont pas les hommes qui, ayant une position de dominants, vont lâcher de leur pouvoir, ce n’est pas à eux de dire comment les femmes doivent s’émanciper. Les femmes choisissent la non-mixité car :

Elle libère la parole, la sécurise, permet une sorte d’empowerment ( aux personnes opprimées de parler, de prendre l’espace, de parler mieux, de parler sans se faire sans cesse couper la parole, de se comprendre, mieux qu’en présence de personnes dominantes).

Elle permet aux femmes une prise de conscience de leur statut de dominées, en échangeant, elle voit les multiples facettes de l’oppression patriarcale.

La non-mixité est une stratégie de résistance politique à des dominations structurelles telles que le racisme ou le sexisme.

C’est un moyen de signifier aux hommes qu’ils doivent prendre conscience de leur place de dominants.

Investir des temps de non-mixité choisie est ainsi la base de toute lutte d’émancipation.

La mixité choisie (ou plus exactement : la possibilité de choisir – ou pas – la mixité) constitue un objectif pour les dominé-e-s, le chemin qui y mène passe nécessairement par des moments de non-mixité choisie.

• La mixité dans notre société est vue comme un progrès social mais elle n’attaque pas le patriarcat, elle n’est pas synonyme d’égalité : les stéréotypes de genre et les comportements sexistes ont la vie dure. L’égalité entre femmes et hommes par contre est un principe inaltérable.

• La mixité doit être un atout pour la convergence de toutes les luttes d’émancipation. Mais dans cette convergence, les allié-e-s ne doivent pas se substituer au groupe opprimé pour fixer modalités d’action et revendications. La mixité dans son sens large (mixité entre les sexes, mixité racisé-e-s-blanc-he-s), est indispensable au fonctionnement de notre société, et elle est de toute façon inhérente à chaque lutte.

Et ailleurs aujourd’hui ?

L’expérience des femmes Kurdes de Kobanê

La stratégie du mouvement des femmes consiste à la fois à promouvoir l’organisation non-mixte des femmes à tous les niveaux, et à assurer parallèlement une participation

égalitaire dans les structures mixtes.

En 2014, le Rojava déclarait son autonomie. Les femmes de Kobanê participaient à la mise en place d’un système d’égalité de genre inédit avec pour principes la co-présidence à tous les niveaux décisionnels et les assemblées autonomes de femmes au sein de chaque instance politique.

Lorsque le quota -40 % de femmes- n’est pas respecté, alors l’assemblée est annulée, ou alors les femmes ne sont pas tenues de respecter les décisions qui en découlent. Vu que les femmes s’organisent en non-mixité pour discuter et prendre les décisions qui les concernent, lorsque l’on applique ce quota au sein des organisations mixtes, il s’agit en fait de personnes porte-parole du mouvement des femmes.

Voici les principales structures du mouvement des Femmes Libres du Bakur dont nous avons connaissance :

• les Académies de Femmes, ces lieux où elles se retrouvent pour apprendre ensemble, dans une démarche proche de l’éducation populaire, en partant des expériences et connaissances de chacune, et où l’alphabétisation et la formation politique sont la base ;

• les coopératives permettent aux femmes d’accéder à un revenu et viser l’indépendance économique ; souvent il s’agit de se mettre ensemble pour produire et vendre l’artisanat qu’elles fabriquaient déjà chez elles sans avoir d’accès à la vente ;

• JINHA, une agence de presse composée exclusivement de femmes a été créée le 8 mars 2012 pour contrecarrer les articles extrêmement misogynes écrits dans la presse officielle ;

• les conseils de rues, de villages et de quartiers ont leurs propres structures en non-mixité. Elles traitent des sujets qui les concernent, mettent en place des commissions pour amener des solutions aux problèmes qu’elles soulèvent, puis ces espaces sont le premier repli pour les femmes victimes de violences ;

• de nombreuses associations de femmes, indépendantes des autorités étatiques, ont vu le jour. Une de leurs activités principales est de venir en soutien aux femmes victimes de violence conjugale. Pour cela, plusieurs refuges dans les principales villes accueillent ces femmes.


Des ressources utiles pour aller plus loin

Sources et bibliographie :

KERGOAT, D. Le rapport social de sexe. De la reproduction des rapports sociaux à leur subversion. 2001

Ministère de l’Education Nationale. Repères et références statistiques, Chapitre 8, Les personnels. 2020. https://www.education.gouv.fr/reperes-et-references-statistiques-2020-1316

Harris Interactive. L’impact du confinement sur les inégalités femmes-hommes. 2020 (enquête commandée par le Secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes) https://harris-interactive.fr/opinion_polls/limpact-du-confinement-sur-les-inegalites-femmes-hommes/

Service Checknews. Combien y a-t-il de viols chaque année ? Combien de plaintes ? Combien de condamnations ? Libération. 2019.

https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/08/combien-y-a-t-il-de-viols-chaque-annee-combien-de-plaintes-combien-de-condamnations_1708081

Ifop pour le Défenseur des droits. Enquête sur le harcèlement sexuel au travail. 2014. https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/ddd_etu_20140301_harcelement_sexuel_synthese_ifop_0.pdf

Des textes de lois et autres textes juridiques

La loi n°2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexistes et sexuelles modifie ou complète certaines dispositions pénales existantes (prescription, infractions sexuelles sur mineurs, harcèlement sexistes et sexuel de groupe …), crée de nouvelles infractions (outrage sexiste, captation d’images intimes, administration de substances) et renforce la prise en compte des violences via la formation de divers professionnels, l’extension de compétences ou dans l’élaboration d’outils de planification.

La loi n° 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel instaure une nouvelle définition plus large et plus précise du harcèlement sexuel conforme au droit européen et assortie de sanctions plus lourdes. Elle harmonise ainsi les dispositions législatives relatives au harcèlement sexuel applicables au plan civil et au plan pénal. Elle élargit la protection contre les discriminations et renforce l’obligation de prévention qui incombe à l’employeur.

Des outils pour aller plus loin

Le site de l’AVFT (association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail) Notamment sa boîte à outils. https://www.avft.org/

Les conseils sur le site du CFCV (collectif féministe contre le viol) https://cfcv.asso.fr/

Le Guide de Solidaires Agir syndicalement contre violences sexistes et sexuelles au travail en ligne et en pdf ici : https://solidaires.org/Guide-Solidaires-Agir-syndicalement-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles

Le centre Hubertine Auclert pour des ressources pédagogiques https://www.centre-hubertine-auclert.fr/

Catégories
Luttes féministes

“Sacs à pains – violentomètres”

Succès de l’opération “Sacs à pains – violentomètres” contre les violences sexistes, dans les Yvelines fin mars- début avril


L’idée venue d’Amérique latine et lancée par la mairie de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis, a été reprise par le collectif national Nous Toutes. 600 000 sacs à pain ont été financés par une cagnotte en ligne. Leur originalité : au recto, impression d’un “violentomètre”, questionnaire permettant de mesurer le degré de violences (physiques et psychologiques) dans un couple ou la relation à partir d’exemples concrets du quotidien; au verso, sont affichés les numéros utiles à contacter en cas de violences. Car même si la parole se libère depuis peu, la question est encore taboue et cachée y compris parmi les jeunes notamment.

Dans les Yvelines, plus de 80 membres du collectif NT 78, jeunes ou pas, sont allées sur le terrain où plus de 6000 emballages ont été distribués dans 60 boulangeries qui ont donné un accueil très favorable, de Rambouillet ou Saint-Germain, à Mantes la Jolie en passant par Poissy ou Verneuil. Des mairies se sont investies comme à Trappes en finançant des milliers de sachets ou en envisagent de le faire dans quelques villes.  ( inciter votre mairie à participer : bit.ly/contactmairie  ou bit.ly/baguettemairie⁣ – Sacs à pain en rupture de stock ? bit.ly/baguettepdf) La crise sanitaire et le confinement ont fait explosé les chiffres en termes de violences intra-familiales, cette nouvelle action est donc bienvenue. Il ne s’agit pas de de se substituer à l’Etat, mais constatons que les lois ne sont pas appliquées : telles les trois séances par an d’éducation à la sexualité, quasi inexistantes ou la présence trop rare d’un référent égalité dans chaque établissement.

Pourtant, c’est là qu’on devrait  notamment aborder les questions du consentement, du viol et ne pas s’en tenir aux questions de tenue vestimentaire. Cette action de terrain avec les sacs à pain, a permis un minimum de faire comprendre que le sexisme constitue un problème systémique, issu de la domination patriarcale, reproduite par la société et dans l’éducation. Mais il sera certainement nécessaire de recommencer !Numéros utiles : En cas d’urgence, appelez le 17 ; Pour être écouté.e et informé.e, appelez le 3919 ; Viols Femmes Infos, appelez le 0 800 05 95 95 ; Le tchat « En avant toutes » sur commentonsaime.fr ; Enfance en danger, appelez le 119.Nous Toutes organise des formations et sensibilisations gratuites par zoom 2h et 2h30  sur les thèmes : violences sexistes et sexuelles, culture du viol, éduquer à la non-violence.


Le Violentomètre :  permet de jauger facilement si votre relation amoureuse est saine, ou si, au contraire, il faut demander de l’aide. La frise dégradée et graduée est composée d’une échelle, allant de 1 à 24. Le niveau 1, dans la zone verte nommée “Profite, ta relation est saine”, représente la meilleure situation, celle où, comme note le document, le partenaire “respecte tes décisions et tes goûts”. Le vingt-quatrième pallier, en revanche, correspond à la pire situation : “T’obliges à avoir des relations sexuelles”. “Protège-toi, demande de l’aide, tu es en danger quand…” peut-on lire sur le dernier tiers de la jauge, dans laquelle cinq situations de violences conjugales sont décrites. Au milieu, il y a la zone orange, celle où le violentomètre recommande la vigilance. 

Catégories
Dans les Yvelines, une classe en lutte... Écologie Éducation Luttes féministes

Dans les Yvelines, une classe en lutte !

Nouvelle rubrique pour notre site, un petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à solidaires78@wanadoo.fr


Moins de béton, plus de moutons !
Après trois semaines de mobilisation, les étudiants lèvent le blocus de Grignon : “Ils se sont rassemblés dans le gymnase le 15 mars au soir, après les cours. Dans la pénombre et en chuchotant, pour ne pas attirer l’attention du vigile chargé de prévenir toute tentative de “bamboche” en cette période d’épidémie, les étudiants de première année d’AgroParisTech dissertent sur l’avenir du domaine de Grignon (Yvelines). Avec le déménagement prochain de l’école, ce campus de 291 hectares est promis à la vente, une perspective qui génère son lot d’incertitude sur l’avenir de ses bois et de ses terres agricoles.” (source : franceinfo.fr)
Le barrage a été levé le 5 avril… Une association, le Cercle (Construisons ensemble une réflexion collective et étudiante), a été créée pour « mener une réflexion sur le devenir du site », et une pétition lancée pour demander le classement de Grignon au titre des monuments historiques.


Saint-Quentin-en-Yvelines : les chauffeurs de bus en grève dès lundi 29 mars sur le réseau SQYBUS

En raison de deux préavis de grève déposés chez les Cars Perrier, les lignes du réseau de bus SQYBUS ont connu des perturbations importantes le lundi 29 mars.
L’appel à la grève lancé par les syndicats CGT et Unsa fait suite à l’échec des Négociations annuelles obligatoires (NAO) menées dans l’entreprise. L’Unsa réclame 1,5 % d’augmentation sur le salaire de base, une prime Covid de 350 euros, l’intégration d’une prime d’accident sur le salaire et la hausse du tarif des tickets-restaurants. La CGT demande, elle, une augmentation salariale de 2,5% et une prime Covid de 1 000 euros.

Les deux préavis de grève courent jusqu’au… 31 décembre. Si leurs revendications ne sont pas entendues, les conducteurs de bus menacent de mener des débrayages réguliers et de poursuivre le mouvement de grève durant l’année lors de périodes sensibles (jour de rentrée scolaire, départs en vacances…). Source : 78actu.fr


Procès Ikea au tribunal de Versailles

Repérer les éléments perturbateurs. Les faits incriminés concernent une large majorité d’entre eux. Même s’il est pour l’heure impossible de savoir combien de salariés ont été ciblés par cet espionnage, ni combien ont été évincés de leur poste à cause de ce système, on estime que 400 collaborateurs d’Ikea ont fait l’objet d’enquêtes privées sur la période 2009-2012. Par ce contrôle étroit, l’entreprise voulait éviter de recruter d’éventuels “éléments perturbateurs” et maîtriser les organisations syndicales.

(SUD Commerces et Services) PROCÈS IKEA 6ème, 7ème et dernier jour d’audience :

Sixième jour d’audience

Le matin, la procureure a livré son réquisitoire : elle demande des peines de prison allant de six mois avec sursis à trois ans, dont deux avec sursis, pour des ex-dirigeants et responsables des officines en charge de la surveillance du personnel, deux millions d’euros d’amende pour la société mais aussi la relaxe d’une ex-DRH et d’un ancien PDG en raison de la prescription des faits.

L’après-midi, c’était le tour des avocats de la dizaine de prévenus de plaider : évidement, la défense cherche à minimiser les faits, pinaille sur les demandes de dommages et intérêts revendiquées par les cent-vint parties civiles ou use de tous les arcanes du Code pénal pour échapper à une quelconque condamnation. On aura aussi droit à l’éloge des états de service d’un policier incriminé ou à la révélation de l’étrange situation du responsable de la sécurité d’un magasin, dispensé d’activité avec maintien de salaire et ce depuis plusieurs années.

Pire, la médiatisation de l’affaire est dénoncée… car c’est elle qui aurait causé davantage de préjudice aux victimes ! Moralité pour Ikea : pour vivre heureux, vivons cachés et surveillés à son insu.

Septième et dernier jour d’audience

Sans surprise, les autres avocats ont demandé la relaxe pour leurs clients, y compris celle de la société. En résumé, personne, pas même le PDG de l’époque, n’est responsable, aucun système centralisé de surveillance générale du personnel n’a été mis en place pendant plus d’une décennie chez le géant de l’ameublement ou, subsidiairement, les actes sont prescrits ou à relativiser… Magie de la défense.

Le délibéré est prévu lui le 15 juin prochain à 10 h, nous serons à nouveau présent au Tribunal de Versailles à cette date pour l’accueillir.


Au lycée Franco-allemande de Buc, mobilisation contre les violences sexistes et la culture du viol

Le Parisien révèle que des opérations de collage ont eu lieu devant l’établissement à Buc pour dénoncer des faits graves remontés à la direction, les élèves réclament davantage de sensibilisation, notamment sur le consentement.


“Déterminés. Les grévistes de l’usine Calcia de Gargenville ont décidé ce lundi matin de reconduire leur mouvement de grève entamé jeudi dernier. Un piquet a été installé à l’entrée de l’usine. Les camions ne peuvent ni entrer, ni sortir et les péniches sont elles aussi bloquées. Selon le personnel, seuls douze poids lourds ont franchi les grilles du site depuis jeudi. « C’est infime », précise un employé.

Une grande partie de la centaine d’employés du site a cessé le travail afin de dénoncer l’absence de prime de participation cette année. « Depuis, l’usine est à l’arrêt. Seuls les cadres essaient de travailler mais la production est quasi-nulle », assure Pascal Gaumer, délégué CGT et porte-parole de ce mouvement intersyndical appuyé également par la CFDT.”
Source 78actu.fr

Catégories
Actu Solidaires 78 Luttes féministes

Viol de Julie, des nouvelles de l’affaire…

#JusticePourJulie

La Cour de Cassation a rejeté le 17 mars le pourvoi de Julie et sa famille, qui demandait que les trois pompiers actuellement poursuivis pour « atteintes sexuelles » soient jugés pour viols :  la jeune fille était âgée de 13 à 15 ans au moment des faits.

La cour a estimé qu’elle avait assez de discernement et donc impliquait son consentement… Julie suivait un traitement médicamenteux lourd qui nécessitait de nombreuses interventions des pompiers : plus de 130 entre 2008 et 2010.  La famille demande la mise en examen de dix-sept autres pompiers, qu’elle accuse également de viols commis sur une période de plusieurs mois.

A l’époque, les coordonnées de la jeune fille, récupérées sur une fiche d’intervention, avaient circulé parmi les pompiers. Julie, personne fragile,   est désormais handicapée à 80 % après l’une de ses tentatives de suicide effectuées pendant cette longue procédure.

Ce jugement inique a révolté les nombreuses femmes, féministes et soutiens présent·es qui ont  rappelé qu’une vingtaine de pompiers sont aussi impliqués dans ces viols en réunion. Un arrêt de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles avait refusé le 12 novembre de requalifier les faits en viol. La Cour a suivi ce jugement, évitant aux pompiers de passer en procès aux assises. Pour la mère de Julie, dépitée, ” l’État distille des permis de violer. Pourtant, ils ont tous reconnu des actes sexuels avec pénétration alors que ma fille était mineure et suivait un traitement médical lourd à l’époque des faits. Pour l’État, les enfants et les femmes de ce pays sont des sous-citoyens.»  Alors que seulement un dixième des plaintes aboutissent à une condamnation pour viol, l’avocate s’inquiète du message envoyé : «cette jurisprudence vient valider l’impunité des agresseurs et met toute la responsabilité sur les enfants.».

Les avocates de Julie comptent porter l’affaire devant la Cour Européenne des droits de l’Homme (CEDH)  et engageront la responsabilité de l’État français. Nous les soutiendrons !


Le 7 février dernier, à l’appel d’un collectif national rassemblant plusieurs organisations et collectifs féministes, des manifestations étaient organisées dans de nombreuses villes.

Devant le Palais de justice de Versailles, les Fffrac du Mantois, NousToutes 78 ou d’autres groupe, étaient une trentaine avec pancartes et banderoles à réclamer justice pour Julie.

Julie a été violée en réunion par 22 pompiers de Paris alors qu’elle avait entre 13 et 15 ans. Après huit ans de procédures judiciaires douloureuses et trois juges d’instruction, la Cour d’Appel de Versailles, en novembre 2020, rend un verdict inhumain et déqualifie les faits de “viols en réunion”, en délit d’”atteinte sexuelle”, pour seulement trois d’entre eux. Les dix-neuf autres sont relaxés.

En France, la requalification des viols en atteintes sexuelles est courante et concerne majoritairement les mineur-e-s (qui représentent 54% des victimes de viol). Le 10 février la Cour de cassation décidera si les faits sont finalement requalifiés en viol et donc jugés aux assises.

Soutien total à Julie face à l’impunité des violeurs et la culture du viol.

JUSTICE POUR JULIE ET POUR TOUTES LES AUTRES VICTIMES !STOP JUSTICE SEXISTE !

Pour en savoir plus : https://www.humanite.fr/violences-sexuelles-laffaire-julie-sera-t-elle-requalifiee-en-viol-699752