Catégories
Idées, débats, cultures Lecture Podcast

À lire, voir, écouter pendant l’été

La lettre Solidaires 78 prend ses quartiers d’été et vous donne rendez-vous à la rentrée… Pour patienter, des militant·es de Solidaires 78 (et au-delà !) vous proposent quelques conseils de lectures, de podcasts, de vidéos…


Un livre : Comme nous existons, de Kaoutar Harchi.
Kaoutar Harchi est une sociologue, enfant de l’immigration postcoloniale née dans l’Est de la France en 1987.

Dans ce récit autobiographique, Kaoutar Harchi fait un retour sur son parcours, marqué par l’amour de ses parents qui ne cherchent qu’à la protéger. Marqué aussi par les humiliations, les agressions, les rapports de domination dans lesquels on l’enferme incessamment : des rapports de race, de genre, de classe qui constituent invariablement les jeunes issu·es de l’immigration postcoloniale comme un problème. Des assignations identitaires pour une jeune fille née en France et pourtant toujours considérée comme cette Autre, cette Étrangère à qui il faut apprendre à être française, à rentrer dans le rang, à ne pas se faire remarquer, à rester à sa place de femme.

Ce récit permet à l’adulte et à la sociologue de poser un regard distancié et critique sur sa vie et sur le quotidien de ses parents, de mettre en lumière les différentes étapes et rencontres qui la conduiront de la honte vers la colère et la révolte et, finalement, vers la nécessité impérieuse de comprendre, de savoir, de penser le monde et la société.

Car le cœur du récit est bien l’entrée en pensée critique, politique et engagée, qui se confirmera à travers son métier de chercheuse en sociologie et ses prises de positions publiques

Un récit qui remue, assurément, écrit dans une langue à la fois fluide et émouvante.

J.


Un podcast assez intéressant à écouter et diffuser, qui apporte un argumentaire bien construit  sur les problématiques liées à la numérisation et dont très peu de structures militantes abordent la question de façon plus approfondie
https://floraisons.blog/compter-gerer-exploiter/
Mathieu Amiech, fait partie du collectif Écran Total qui regroupe des professionnels se dressant contre la numérisation de leur profession (agriculture  éducation et santé …).


– Le livre de Carmen Castillo  (Un jour d’octobre à Santiago, Verdier)
ou un super polar politique  : Marseille 73 de Dominique Manotti ; 2020. Points poche. L’autrice, une des voix majeures du roman noir français, nous entraîne dans une enquête difficile sur une vague de crimes racistes ciblant les arabes dans les années 70, dans cette grande ville où règne l’Omerta, mais aussi les nervis de l’OAS et le passé non encore résolu de la guerre d’Algérie. Un récit policier passionnant et historique qu’on ne lâche pas !

– Il y a aussi ce site de podcasts qui me semble intéressant http://www.spectremedia.org/

F.


Un film.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Goliath_(film)
Sur les lobbies et leur action. Très d’actualité.
L’argumentaire de Macron y est déjà présent.

Un podcast.
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lsd-la-serie-documentaire/la-rafle-du-vel-d-hiv-recits-d-un-crime-francais-episode-1-et-2-5101310
La rafle du Vel d’Hiv, récits d’un crime français. 8 épisodes.

Un livre.
« Au commencement était… » de David Graeber et David Wengrow.
En s’appuyant sur les dernières découvertes en anthropologie et en archéologie, les auteurs, spécialistes eux-mêmes reviennent sur le mythe d’une évolution naturelle et inéluctable des chasseurs cueilleurs, au capitalisme en passant par l’agriculture, les villes la bureaucratie et l’État.
Où l’on apprend que pendant des milliers d’années d’autres formes politiques et sociales ont existé.

L. – M.


– Un livre : Kanaky, de Joseph Andras. Un récit enquête sur les “Sur les traces d’Alphonse Dianou” qui vient de sortir en poche (Babel – Actes Sud). Joseph Andras (Pour vous combattre, De nos frères blessés, etc.) retrace ici le parcours militant d’une des figures de la prise d’otage d’Ouvéa (1988 – action qui s’est soldée par une intervention militaire et un bilan de 21 morts, dont 19 Kanaks), un livre puissant porté par une écriture envoutante.

– Deux podcasts :
Charles Piaget, À voix nues (France Culture) ; “Ces cinq entretiens avec Charles Piaget constituent une sorte de leçon de choses du syndicalisme. Loin des a priori idéologiques, Charles Piaget nous convie au récit de ses propres découvertes et expérimentations, qu’il continue aujourd’hui.”
Un grand moment, une écoute indispensable (pour tou·tes les syndicalistes !) de l’un des protagonistes du mouvement des LIP.
Carmen Castillo à la librairie La Nouvelle Réserve – Limay (enregistrement diffusé sur Radio Libertaire le 7 juin, dans l’émission “ça booste sous les pavés “).

– Une revue : Les utopiques n°20 – Syndicalistes contre l’extrême droite

Un tweet…


Un petit livre, clair, pas simpliste et pas cher qui date de 2020… Dix questions sur l’anarchisme de Guillaume Davranche aux Éditions Libertalia.

Guillaume Davranche présente de façon extrêmement synthétique l’anarchisme, comme courant politique très structuré, porteur d’une alternative au capitalisme et d’une vision globale de transformation de la société, à partir de ses fondamentaux idéologiques, tout en se référant aux pratiques existantes.

Et un autreLe bateau usine, un roman de Takiji Kobayashi, traduction Évelyne Lesigne-Audoly, Éditions Allia (petite collection).
En mer d’Okhotsk, dans le Pacifique, zone de tensions entre l’Union soviétique et le Japon, marins et ouvriers travaillent dans des conditions inhumaines et subissent la maltraitance du représentant de l’entreprise à la tête de l’usine. Un sentiment de révolte gronde. Un premier élan de contestation échoue, les meneurs sont arrêtés par l’armée. Mais un nouveau soulèvement se prépare.

G.

Catégories
antifascisme Écologie Éducation Idées, débats, cultures Lecture

Les Utopiques – numéro 20

Pour lutter efficacement contre l’extrême droite et ses idées, il est nécessaire de la (re)connaître. Dans cette optique, Les Utopiques dressent un portrait de la situation actuelle en France.

Loin de se limiter à sa dimension électorale, au Front national/Rassemblement national du clan Le Pen, ou encore à Zemmour, l’extrême droite est plurielle et active dans de nombreux champs.

Elle est ainsi aujourd’hui omniprésente dans plusieurs médias grand public. Un article de l’Observatoire des médias (Acrimed) analyse les relations ambivalentes de l’extrême droite avec les médias. Un autre présente un phénomène en pleine expansion : les youtubeurs d’extrême droite. Grégory Chambat (L’école des réac-publicains : la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016) analyse l’action des « réac-publicains » dans le domaine de l’éducation.

Le traitement par l’extrême droite des questions environnementales, ce qu’on peut qualifier d’écofascisme, est au sommaire. On y lira également comment les extrêmes droites tentent de s’infiltrer dans les mouvements sociaux, comme les Gilets jaunes, et les formes que prend son implantation dans la police.

Le racisme, où l’antisémitisme occupe une place particulière, est évidemment une donnée centrale de la pensée des extrêmes droite et donne lieu à plusieurs textes.

Il en est de même de l’approche néofasciste du rôle des femmes, ramenées au traditionnel rôle maternel et soumises au chef naturel.

Au sommaire aussi, un tour d’horizon mondial des fascismes de notre temps et des résistances antifascistes : Espagne, Italie, Brésil, États-Unis…

Catégories
Idées, débats, cultures Lecture

Les utopiques – N°19 – Dossier : Pouvoirs, politique, mouvement social

Pouvoirs, politique, mouvement social. L’articulation des trois termes a traversé l’histoire du mouvement ouvrier, et, en cette veille d’élections présidentielle et législatives, continue à interpeller. Dans une telle période, revenir sur cette question est un enjeu nécessaire pour « les jours d’après ». Indépendance et autonomie (les deux n’étant pas identiques) ou, a contrario, « courroie de transmission » du « Parti », recherche d’un débouché politique aux luttes, tout cela continue de polariser les débats parmi celles et ceux qui veulent changer la société.

Nous avons d’abord fait le choix d’y revenir d’un point de vue historique. Des contributions (Thierry Renard d’une part ; Christian Mahieux d’autre part ; la dernière, collective, de Florent Cariou, Julien Gonthier, Bernard Guillerey et Francky Poiriez) s’intéressent ainsi à la postérité de la Charte d’Amiens, texte fondateur du syndicalisme hexagonal adopté par le congrès de la CGT en 1906 fixant pour but la « double besogne, quotidienne et d’avenir ».

Trois autres textes traitent respectivement :

– de la CGT et du Programme commun d’union de la gauche, de 1972 à 1984 (Jean-Yves Lesage) ;

– de la CFDT et des Assises du socialisme de 1974 (Théo Roumier) ;

 du mouvement syndical face à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 (Gérard Gourguechon).

Un dernier article, rédigé par deux de leurs signataires (Pierre Contesenne et Léon Crémieux), revient sur ce qui était porté par les appels pour l’autonomie du mouvement social de la fin des années 1990.

Croisant les problématiques syndicales et féministes, Murielle Guilbert interroge l’institutionnalisation au long cours de l’égalité professionnelle femmes/hommes, et Nara Cladera l’indépendance du féminisme vis-à-vis des institutions et de l’État.

Un entretien, mené par François Marchive, avec le rédacteur en chef du journal local Le Postillon, Vincent Peyret, permet de détailler les rapports du mouvement social grenoblois à sa mairie « alternative ». Des contributions de Verveine Angeli, Pierre Zarka et, collectivement, de Philippe Angré, Anne Debrégeas et Jérôme Schmitt, s’intéressent plus généralement aux liens du mouvement social au « politique ».

Également, nous décentrons le regard sur la question en proposant des articles sur la réalité de ce que fût le syndicalisme soviétique (Pierre Znamensky), la place des mobilisations populaires dans les élections états-uniennes de 2021 (Alexandra Bradbury), l’attitude que le syndicalisme de lutte et de classe entretient dans l’État espagnol avec les « mairies rebelles » (José Villaverde Garcia) et les rapports de la Centrale unique des travailleurs du Brésil avec le gouvernement Lula de 2003 à 2011 (Étienne David-Bellemare).

En varia, nous proposons dans ce dix-neuvième numéro des contributions sur la grève des agents du nettoyage de la fac de Jussieu (Section SUD Education Sorbonne Université), le « nouveau statut du salariat » (Romain Casta), la critique de l’économie politique (Ivan Jurkovic), la crise sanitaire (Alain Véronèse) ou encore l’actualité de Pierre Bourdieu (Pierre Contesenne).

Enfin, nous rendons hommage à notre camarade Michel Desmars, décédé lors de la préparation de ce numéro.2022 3 23 Présentation du numéro 19

Documents à télécharger

2022 3 23 Présentation du numéro 19

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile Idées, débats, cultures Lecture

5 avril Sud Renault Guyancourt – Conférence/débat avec Daniele Linhart


Mardi 5 avril 2022 à 12h, Daniele Linhart sera au Technocentre. La sociologue et directrice de recherche émérite au CNRS y débattra des derniers modes d’organisation du travail et de management que les salariés de Renault connaissent bien. Venez nombreux !

Mardi 5 avril, venez débattre avec Danièle Linhart autour de son dernier livre « L’insoutenable subordination des salariés »

Nous sommes tous impactés par les changements profonds impulsés à marche forcée par l’entreprise, de plus en plus souvent et violemment : volonté d’étendre à toute l’entreprise un mode de fonctionnement façon start-up et des méthodes de travail « agiles », bureaux partagés, télétravail, évaluation des salariés sur leurs comportements professionnels, réorganisations permanentes… alors que le groupe Renault se dote d’une nouvelle « raison d’être ».

Pour mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent tout cela, vous êtes invités à participer à cette conférence qui sera suivie d’un débat avec les salariés.

Sociologue et directrice de recherche émérite au CNRS, Danièle Linhart est l’auteure de nombreux ouvrages, seule ou en collaboration. Ce qui fait d’elle une spécialiste reconnue du monde du travail. Depuis de nombreuses années, elle étudie, dans le cadre de ses travaux de recherche, les évolutions du travail dans les entreprises, les stratégies managériales et les nouvelles formes de mobilisation des salariés.
 

Mardi 5 avril 2022 à 12h

Conférence/débat avec

Daniele Linhart

dans les locaux du syndicat SUD

au Technocentre

Son dernier livre, paru en 2021, est une lecture sociologique des innovations managériales en cours, qui tendent à faire oublier les véritables objectifs des employeurs : continuer à mettre en œuvre la subordination des salariés, seule garantie de leur exploitation « légitime ».

« Les salariés sont pris dans un dilemme qui les met en grande vulnérabilité. Au-delà du besoin financier qui les tient, et malgré les contraintes permanentes qu’impose la subordination inscrite dans leur statut, ils ont pour leur travail de réelles aspirations en termes de sens, d’utilité sociale, d’identité professionnelle et citoyenne.

Cette situation permet aux directions d’entreprise d’asseoir et de pérenniser leur emprise sur leurs salariés, de façon de plus en plus savante et sophistiquée. En stimulant et exacerbant les désirs qui sous-tendent leur rapport au travail, elles parviennent à imposer de nouvelles méthodes d’organisation et d’implication des salariés, toujours plus déstabilisantes et délétères. » (extrait de la quatrième de couverture).

Ne ratez pas cette occasion unique d’échanger !

Rendez-vous mardi 5 avril à 12h au Technocentre,
dans les locaux du syndicat SUD (bâtiment Logistique, porte 1, 1er étage), buffet sur place.

Catégories
Lecture Les travailleur·euses n'ont pas de pays !

Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine

Pour réagir à l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine, les éditions Syllepse (Paris), Page 2 (Lausanne) et M Éditeur (Montréal), les revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), les sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, le blog Entre les lignes entre les mots (Paris) et le Réseau syndical international de solidarité et de luttes se sont associés pour coéditer Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine.

Volume 3

Volume 2

Volume 1

Documents à télécharger

Liberté et démocratie pour les peuples d Ukraine 1 Liberté et démocratie pour les peuples d Ukraine 2 Liberté et démocratie pour les peuples d Ukraine 3

Catégories
Actu Solidaires 78 Culture Éducation Lecture

Actualité et nécessité d’une “pédagogie des opprimé·es”

Près d’une vingtaine de participant·es étaient réuni·es le mardi 15 mars à la librairie La nouvelle réserve (Limay) pour cette nouvelle rencontre organisée par Sud éducation et Solidaires 78 autour de la réédition de Pédagogie des opprimés*, le fameux ouvrage de Paulo Freire.

Irène Pereira**, qui en a signé la préface, a retracé le parcours du pédagogue brésilien, de sa contribution aux campagnes d’alphabétisation des années soixante dans son pays – brutalement interrompues par l’instauration de la dictature militaire et son emprisonnement – aux chemins de l’exil qui le conduisirent dans différents pays d’Amérique latine, puis aux États-Unis et à la Suisse avant de finalement rejoindre son pays au début des années quatre-vingt pour y fonder le Parti des travailleurs et poursuivre ses combats en faveur d’une éducation émancipatrice.

Mais au-delà de l’aspect historique, c’est bien l’actualité d’une pensée – d’une philosophie – de l’éducation qui a occupé les échanges et les partages d’expérience :

  • Comment définir la pédagogie bancaire (la pédagogie des oppresseurs !) que dénonce Freire parce qu’elle transforme l’apprenant·e et, au-delà, l’être humain, en une chose, un objet afin de mieux lui faire intégrer et accepter les processus de l’oppression ?
  • Comment opposer à cette éducation une conscientisation et une « pédagogie de l’autonomie »*** qui non seulement permettent aux opprimé·es de décrypter les mécanismes de leur exploitation mais leur donnent aussi et surtout la capacité collective d’y résister et de transformer le monde tout en se transformant elles/eux-mêmes ?

La pensée pédagogique de Freire n’est pas figée, elle continue aujourd’hui à se développer et à s’enrichir à travers le courant des « pédagogies critiques » (ou « radicales ») partout dans le monde (mais hélas, trop peu encore en France…). Pédagogies féministes et antisexistes, éco-pédagogies, pédagogies anti-racistes et décoloniales, pédagogie queer, etc., les voies d’une émancipation par des savoirs de lutte et par l’engagement social sont nombreuses. Significativement, elles ne se limitent pas au seul champ scolaire mais questionnent et irriguent aussi notre militantisme parce qu’elles sont des outils précieux pour nos luttes sociales et notre syndicalisme. Si elles participent – de la maternelle à l’université – à une remise en cause de l’institution et des pratiques « bancaires » qui y règnent, elles constituent aussi une praxis (une théorie en action) dont les militant·es et les pédagogues ont tout intérêt à se saisir.

Alors que nous faisons face à une offensive réactionnaire contre les conquêtes sociales du mouvement syndical et ouvrier mais également contre les principes mêmes d’une éducation égalitaire et émancipatrice (soulignons au passage que la figure de Paulo Freire continue, bien après sa mort, de susciter toute la haine de Bolsonaro et de ses partisans ou encore, autre exemple, que Pédagogie des opprimés a été retiré des bibliothèques scolaires en Arizona), le rôle d’une organisation syndicale est bien de contribuer à développer une éducation critique sans laquelle nos combats resteront vains (« Instruire pour révolter », disait le fondateur des Bourses du Travail, Fernand Pelloutier…).

Aussi fructueuses fussent-elles, ces deux heures de débats n’ont pu épuiser tous les enjeux et la richesse des pédagogies radicales. La suite est encore à inventer, pourquoi pas à travers de nouvelles rencontres pour cheminer ensemble dans les pas de Freire et de ses héritier·es et contribuer à faire vivre une autre pédagogie, celle des opprimé·es.

* Paulo Freire, Pédagogie des opprimés, Agone, 2021, 267 p., 22 €.

** Outre la préface de Pédagogie des opprimés, Irène Pereira a également signé une excellente et très accessible introduction à la vie et à la pensée de Paulo Freire : Paulo Freire, pédagogue des opprimé·es, aux édition Libertalia collection N’Autre école.

*** Pédagogie de l’autonomie (Erès 2013, 164 p.) est le seul autre livre (sur une trentaine !) de Paulo Freire disponible en français.

Catégories
Actu Solidaires 78 Idées, débats, cultures Lecture

29 mars (Limay) comment animer une union syndicale locale – Lecture en arpentage

Dans le cadre de ses accueils syndicaux, Solidaires 78 organise un débat-formation “Comment animer une union locale ?” sous forme de lecture en arpentage le mardi 29 mars à partir de 17 heures à la librairie La Nouvelle Réserve (Limay)

Entrée libre et gratuite.

La lecture en arpentage, c’est quoi ?

L’arpentage est une méthode de découverte à plusieurs d’un ouvrage, en vue de son appropriation critique, pour nourrir l’articulation entre pratique et théorie.



Arpentage et éducation populaire
La lecture collective, ou arpentage, est utilisée comme un outil d’éducation populaire. Il ne s’agit pas d’un apprentissage et d’une restitution scolaire, mais bien de s’approprier un texte, de s’en saisir afin de le faire résonner en nous, au sein d’un groupe.
En effet, il est moins question d’en faire un résumé classique que de susciter la réflexion, la remise en question de soi et de ses pensées, de se positionner vis-à-vis de nos expériences et de celles des autres et de populariser la lecture.
Cela va plus loin qu’une lecture individuelle, sans pour autant la remplacer. Celle-ci est militante, puissante. L’objectif est de susciter l’échange, les conversations, de mettre en perspective différents points de vue et les émotions qui naissent à la lecture de l’ouvrage.
Dans l’arpentage, l’élément le plus important est le collectif. Chacun.e, en fonction de son vécu, aura sa manière propre de parler de l’œuvre, et c’est ce qui fait toute la richesse de cette méthode de lecture collective.
La force de l’arpentage est sa fonction revendicatrice : l’accès aux écrits est un moyen de structurer notre propre pensée, partager les lectures permet donc de lutter contre les inégalités d’accès aux connaissances écrites.
L’arpentage en pratique ? Une lecture collective aux formes multiples
L’arpentage peut prendre des formes multiples : chacun.e peut lire une partie de l’ouvrage et la restituer aux autres. L’œuvre peut ainsi être entièrement couverte et mise en commun.
Et matériellement ? Tous les moyens sont bons : emprunter les ouvrages dans des bibliothèques ou à des ami·es, les acheter dans nos librairies indépendantes préférées, photocopier la partie choisie ou même découper le livre de base !
Une autre option consiste à lire à plusieurs un même passage ou chapitre afin de créer une discussion, d’échanger, de mutualiser les points de vue, les interprétations d’un même texte. A coup sûr, il y aura autant d’avis que de lecteur·rices et c’est précisément l’effet qui est recherché.

L’arpentage dans un atelier d’éducation populaire

Objectifs :
– désacraliser l’objet « livre », populariser la lecture
– expérimenter un travail coopératif et critique
– créer une culture commune autour d’un sujet, d’un savoir théorique
– comprendre qu’aucun savoir n’est neutre, que tout point de vue est situé


Origines :
Méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière (cercle ouvrier) puis réutilisée par les praticiens de l’entrainement mental pendant la seconde guerre mondiale par des résistants (autour de Dumazedier), diffusée plus largement par Peuple et Culture, mouvement d’éducation populaire, à partir des années 1950. Plus récemment, Jean Claude LUCIEN (Peuple et Culture Normandie) a continué l’élaboration de cette méthode. Christophe CHIGOT (Crefad-Lyon) et Anthony DUROY (Agora Peuple et Culture) l’ont reprise sous une forme et un fond légèrement différent.

Témoignages :

” À Sud éducation 78, on a pratiqué une lecture en arpentage en stage syndical, autour du livre « La force du collectif ». Il y a eu bien sûr des exclamations lorsque le livre a été déchiré, puis chacun·e s’est mis en posture de lecture, a pris connaissance (possession?) de ses pages. J’ai été impressionnée par l’intensité de l’activité mais j’avoue ne plus me souvenir de ce qui en est ressorti.
Je pense que c’est aussi parce qu’il y avait globalement consensus sur l’interprétation et sur la manière dont le livre résonnait en nous.
Si je devais recommencer avec un public adulte, je choisirais plutôt un livre polémique, qui peut déranger. Je pensais à un moment à « Pour une culture du viol à la française », de Valérie-Rey Robert, qui est massif, qui convoque plein de références et… qui bouscule (et c’est un bien!).”

En 2018, plusieurs personnes se sont prêtées au jeu de l’arpentage. Voilà ce qu’elles en racontent.


“Ce que j’ai surtout aimé c’est de pouvoir verbaliser une lecture, je trouve souvent que ce que je lis reste enterré en moi, se décompose et finit aux oubliettes.
Et là en le déterrant, eh bien ça le rend vivant directement, ça me laisse plus de souvenirs sur cette lecture. Ça me permet de me la rappeler et d’entendre des anecdotes des autres personnes autour du livre. C’est très actif. “

“J’ai adoré ce moment. Et je suis rentrée avec une tête pleine de livres que je souhaiterais arpenter !”

“Ce que j’ai apprécié c’est de travailler sans stress : pas d’évaluation, pas de compétition, pas d’exigences particulières, juste lire et restituer ce que l’on a compris ou pas. D’avoir lu une partie d’un livre que je n’aurai sûrement jamais lu de mon propre chef et d’en parler avec d’autres personnes avec des sensibilités et des expériences différentes dans un cadre agréable et calme.”

“C’est intéressant de ne pas être toute seule. Ça permet de se lancer. On sent un soutien, ne serait ce que parce qu’il y a des gens autour, un thé, on se dit qu’on va y arriver.
Et puis être obligée de restituer, ça force à trouver ses propres mots. Du coup on retient mieux que lorsque l’on ne fait que le lire. Je suis presque sûre que je serai capable d’en parler.”

“Quand je lis seule, c’est toujours passionnant, mais je ne suis pas capable d’en parler ensuite.
C’est bien de prendre le temps, ensemble.
Je me demandais comment allait se faire les connexions entre les parties. J’avais mon petit chapitre perdu là…  Mais peu à peu ça prend forme !”

Pour plus d’info sur la lecture en arpentage, on peut aller voir par là :
http://www.scoplepave.org/pour-discuter
http://la-trouvaille.org/arpentage/

Catégories
International Lecture

Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine

Pour réagir à l’agression de la Russie poutinienne contre l’Ukraine, les éditions Syllepse (Paris), Page 2 (Lausanne) et M Éditeur (Montréal), les revues New Politics (New York), Les Utopiques (Paris) et ContreTemps (Paris), les sites À l’encontre (Lausanne) et Europe solidaire sans frontières, le blog Entre les lignes entre les mots (Paris) et le Réseau syndical international de solidarité et de luttes se sont associés pour coéditer Liberté et démocratie pour les peuples d’Ukraine.

Vous trouverez en fichier joint le premier volume de ce livre. Le volume 2 est en préparation.couverture

Documents à télécharger

Liberté et démocratie pour les peuples d Ukraine 1

Catégories
antifascisme Lecture

Alain Soral, Eric Zemmour, Alain de Benoist : comment la pensée des intellectuels de l’autre droite irrigue les champs médiatique et politique de ses thèses réactionnaires

L’amour a trois de Nicolas Bonanni a été publié en 2016 aux éditions Le monde à l’envers.

Alain Soral, Eric Zemmour, Alain de Benoist : comment la pensée des intellectuels de l’autre droite irrigue les champs médiatique et politique de ses thèses réactionnaires.

Maintenant disponible en ligne avec un entretien de l’auteur

https://quatre.zone/wp-content/uploads/2022/01/l_amour_a_trois-A5.pdf