Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

16 janvier : le Mantois sous la neige, refuse la loi Sécurité globale.

Samedi matin 16 janvier 2021, la neige, le froid et les routes bloquées n’ont pas entamé la détermination de la soixantaine de personnes présentes devant la mairie de Mantes la Jolie, pour dénoncer la loi Sécurité globale du gouvernement.

De nombreux autres rassemblements et manifestations avaient lieu toute la journée dans le pays à l’appel de la large coordination nationale “StopSécuritéGlobale”. Pancartes, discussions, et prises de paroles complémentaires de certains membres organisateurs (LDH du Mantois, Solidaires 78, Attac78Nord, FSU Mantes, UL FO Mantes, PCF Mantes) ont réconforté le moral des présent.es et interpellé les passant.es.

Ainsi ont été bien décortiqués les multiples articles liberticides minant encore plus les libertés individuelles et collectives, amplifiant la surveillance généralisée, vers un renforcement d’un état ultra-autoritaire muselant gravement toute contestation. Et ce, pendant que le gouvernement, profitant de la crise sanitaire, accélère la mise en cause des droits et la casse sociale généralisée  : à signaler la grande journée de manifestations samedi 23 janvier contre les licenciements et le chômage

.La  loi devant repasser en mars à l’Assemblée nationale, après le Sénat, des articles “gênants” pourraient passer dans d’autres lois : notre vigilance et notre mobilisation doivent donc s’amplifier !

Sécurité Globale c’est Non ! Sécurité Sociale c’est Oui !

Un rendez-vous national est donné pour le samedi 30  janvier avec une grande manifestation à Paris, le Mantois y sera !

Intervention Solidaires 78

Sécurité globale, retrait total !

Bonjour à toutes et tous, je m’appelle Freddy et j’interviens pour Solidaires Yvelines,

Nous rappelons cette scène, de cette arrestation collective scandaleuse qui a fait le tour de monde, ce petit reportage, peu glorieux pour les forces de l’ordre, qui a pourtant été réalisé par un agent porteur de l’autorité publique, sans doute très fier de ce coup de filet de 151 adolescent.es et enfants (certains et certaines n’avaient que 13 ans à peine), mis à genoux, certain.es face à un mur. Il va même, ce pandore, jusqu’à faire des commentaires acerbes, se sentant à son avantage de ce fait d’armes, il se met en scène sur les réseaux sociaux…Et oui, c’est arrivé sur les Yvelines, à Mantes la Jolie ce fameux jeudi 6 décembre 2018. C’était alors une vaste répression sur toute la France, particulièrement féroce, et qui visait les lycéens et lycéennes, le monde de la jeunesse qui contestait les réformes Blanquer et Vidal.

La manière dont ces élèves ont été humiliés est tout simplement révoltante…Selon les témoignages recueillis, plusieurs procédures légales n’ont pas été respectées, en particulier celles concernant la protection des mineur·es (présence d’avocats, de médecins etc…)

Mais les propos et les pratiques de ce policier étaient sans doute une synthèse de ce que veut ce gouvernement pour notre société : museler la jeunesse, lui formater l’esprit au consentement, à la docilité, quitte à remettre en place aujourd’hui un très coûteux Service National Universel, chercher à briser toute velléité émancipatrices de futurs citoyen·nes. Ce pandore disait notamment « voilà une classe qui se tient bien sage… »

Parce qu’aujourd’hui, ce qui est global est la politique de ce gouvernement qui n’a de cesse de légiférer pour créer sa propre vision de la société, celle de ceux qui veulent imposer l’arbitraire. Celle de dirigeant.es qui matent violemment la population qui ne supporte plus leur politique de régression, anti-sociale, cette population qui ose le revendiquer, ce qui est ressenti par ce pouvoir comme un crime de lèse-majesté…

Un régime au pouvoir qui pourrait facilement basculer vers l’autoritaire, l’autoritarisme, avec les mesures envisagées (projet de loi « Sécurité Globale », le Schéma national de maintien de l’ordre, le fichage et le traçage de toute la population par décrets…). Ces mesures envisagées préparent le terrain législatif pour que la société reste « bien sage ». Des lois et des projets de lois qui confirment le paradigme imaginé par Macron, basé sur la répression, la contrainte et la permanence de la contrainte.

Parce qu’il faut le rappeler cette répression existe depuis des années, souvenons-nous des manifestations contre les lois de réforme du travail, réprimées et violentées dès le gouvernement Hollande. Les militant.es de la liberté sont perpétuellement sous le joug d’armes, comme les LBD, de menaces incessantes en manifestation, des menaces de répression, de flicage, de traçage et de fichage.

Manifester son opinion deviendrait répréhensible et contester le pouvoir en place reviendrait à enfreindre ces lois liberticides.

La permanence de la surveillance accompagne déjà notre quotidien. Avec ces dernières mesures du gouvernement, tous nos faits et gestes, “nos habitudes de vie” (comme c’est écrit textuellement dans les récents décrets) pourront être récoltés, pour sans doute établir à chacun·e un profil, un pseudo niveau, un étalonnage de la dangerosité de chacun·e, pour sans doute écarter les contestataires…

La docilité deviendrait la norme, le macronisme dans toute sa dérive, « une société qui se tiendrait bien sage en sommes »

Non au projet de loi de Sécurité Globale, non à la SNMO, non au fichage et traçage de la population. Retrait total de la Sécurité Globale !

Lu le 16 janvier 2021 à Mantes la Jolie, mairie

Intervention Attac 78 Nord

L’article 23 prévoit d’exclure du bénéfice des crédits de réduction de peine les auteurs de certaines infractions commises au préjudice d’une personne investie d’un mandat électif public, d’un militaire de la gendarmerie nationale, d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un sapeur-pompier professionnel ou volontaire. Ces infractions correspondent aux atteintes à la vie, à l’intégrité physique et à des menaces et actes d’intimidation. 

Commentaire dans le rapport du Défenseur des Droits

L’article 23 (non encore contesté) de la proposition de loi reviendrait donc à transposer des règles applicables en matière de terrorisme à des actes et comportements de gravités très inégales. 

L’adoption de l’article 23 de la proposition de loi ferait obstacle à l’exercice du pouvoir d’individualisation des peines par le juge, s’accorderait mal avec l’objectif assigné par la loi aux réductions de peine et pourrait porter atteinte aux principes d’égalité devant la loi, de nécessité des peines, de proportionnalité et d’individualisation des peines.

Cette loi a dès le départ provoqué des nombreuses contestations partout dans le pays et depuis cela s’amplifie, que ce soit certains des articles ou tout l’esprit liberticide de la loi. Ici dans le Mantois,on a pu voir juste après le vote à l’assemblée nationale, samedi 28 novembre, les permanences des 2 députés de la 8è et 9e circonscription ayant voté le projet de loi, décorées de façon éphémère par de nombreuses pancartes refusant cette loi. Le côté bon enfant et humoristique de cette action contestatrice, a été apprécié par les passants ici même devant la mairie Mantes la Jolie.

Mais cela n’a pas eu le même effet à Maule où le député s’est senti tellement mis en cause, qu’il a tweeté 2 heures après, son intention de porter plainte contre les vilains trublions, accusés d’avoir porté atteinte à son intégrité d’élu. Rien que ça … Oserions nous dire que le ridicule ne tue plus et que la justice a bien d’autres dossiers largement plus sérieux à régler ? …

Nous avons une toute autre conception de la démocratie et de la liberté d’expression lesquelles sont tous les jours de plus en plus bafouées et rendues à une caricature. La situation sanitaire a vraiment trop bon dos pour faire passer l’infamie qu’est cette loi liberticide, comme d’ailleurs beaucoup d’autres décisions antisociales.

Que ce soit avec les violences policières dans les manifestations, la répression antisyndicale galopante, la surveillance généralisée, nous n’en pouvons vraiment plus de cette volonté de mise au pas de la moindre contestation dans ce pays. Nous avons jusqu’en mars pour empêcher que cette loi scélérate passe et nous pourrisse encore plus la vie.

La mobilisation doit impérativement s’amplifier, partout, ensemble, nous pouvons gagner !

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Sud éducation – LBD : “La Base Décide”, le podcast…

Le 1er podcast de SUD éducation est en ligne : 


Au sommaire de cette première émission : 

La première émission intitulée L.B.D, La Base Décide, c’est l’actualité dans l’éducation du mois de janvier en 40 minutes ! Au programme : les annonces quant aux classes de maternelle, tout savoir sur les salaires, le devoir de réserve et bien sûr la grève exemplaire des AED ! 

Séquence 1 – Les annonces quant aux programmes de maternelle – du début à 3’

Séquence 2 – Sacrés salaires ! qu’est-ce que le salaire? – de 3’ à 7’

Séquence 3 – En direct du local syndical – Mieux comprendre les inégalités salariales pour mieux les combattre – de 7’ à 17’ 

Séquence 4 – Vie Scolaire en grève ! les raisons de la colère – de 17’ à 35’30

Séquence 5 – Question de droit : le devoir de réserve, histoire d’un mythe – de 35’30 à la fin 

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Éducation : dans le 78, avant la grève du 26, AG départementale mercredi 20 janvier

L’ensemble des organisations syndicales appellent à la grève mardi 26 janvier.
Afin de préparer au mieux cette journée de mobilisation, une AG virtuelle ouverte à tous et toutes est organisée mercredi 20 janvier à 14H.
Construisons collectivement la lutte !
Le lien Jitsi pour rejoindre l’AG : https://meet.jit.si/AGeduc78/greve26janvier

Appel unitaire départemental :

Le 26 janvier, mobilisons-nous pour nos salaires, pour nos conditions de travail, pour les postes : exigeons la revalorisation et un autre budget pour l’Éducation !

Tout nous conduit à l’exigence de plus d’éducation pour tous les jeunes dans un contexte où les inégalités continuent à se creuser et où les réformes menées par le ministre les aggravent. Or, le Parlement a adopté un budget qui est loin de traduire l’ambition éducative dont notre pays a besoin. En effet, il ne prend pas la mesure de l’augmentation des effectifs, de la situation sanitaire qui impose particulièrement des mesures pour faire baisser les effectifs d’élèves par classe à court et moyen terme et de l’état de fatigue des personnels, épuisés par des années de dégradation des conditions de travail.

Il faut en urgence engager les recrutements nécessaires, notamment en recourant aux listes complémentaires.

Dans le budget 2021, la nécessaire revalorisation des personnels ne trouve qu’une traduction minimale avec 400 millions d’euros prévus. C’est très peu pour les personnels, et de fait l’essentiel des mesures proposées pour 2021 ne concerneront qu’une minorité de personnels. Les AED et les AESH en particulier ne se voient rien proposer.

Le Grenelle du ministre est inacceptable, d’autant plus qu’il vise à modifier en profondeur le fonctionnement de l’école, les missions et les statuts des enseignant-es. Les organisations exigent un budget qui renonce aux suppressions d’emplois et engage un rattrapage des pertes salariales subies, grâce à un plan pluriannuel de revalorisation et de création de postes pour répondre à tous les besoins, en commençant par les plus urgents. Elles demandent la mise en œuvre d’une autre politique éducative que celle menée jusqu’à présent par le Ministre de l’Éducation Nationale.

Les organisations syndicales FNEC FP FO, FSU, Sud éducation, CGT éducation (liste non exhaustive) des Yvelines appellent les personnels à poursuivre les mobilisations en cours, à s’engager dans l’action et à préparer une grève le mardi 26 janvier pour exiger des créations de postes, une autre politique éducative, le dégel de la valeur du point d’indice couplé à des mesures significatives de revalorisation des salaires et des carrières dans l’éducation.

Elles appellent les personnels à manifester le 26 janvier à Paris à 13 heures place Edmond Rostand (Luxembourg) pour se rendre au ministère de l’Éducation nationale.

Pour préparer la grève, elles appellent à une assemblée générale départementale mercredi 20 janvier à 14h en visio-conférence : https://meet.jit.si/AGeduc78/greve26janvier

Elles engagent les personnels à construire dès maintenant une dynamique de mobilisation par des actions locales, réunions, motions et courriers collectifs auprès des IA-DASEN, des Recteurs, du gouvernement, etc.

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Sud Santé Sociaux. LEURS BOURSES OU NOS VIES ! 21 janvier : mobilisation des personnels soignants

Avant, pendant ou après la crise COVID, leur logique reste et restera la même : destruction de notre modèle de solidarité collective dans les secteurs de la santé, du social, du médico-social et de l’animation au profit d’une concurrence libre et non faussée mortifère, d’un libéralisme assassin, d’un capitalisme criminel.

Sauver nos vies ou sauver leurs profits, ils ont choisi !

Avant, pendant ou après la crise COVID, la dégradation de nos conditions de travail, des conditions d’accueil et de prise en charge des populations se poursuivent et se poursuivront.

La rentabilité et le profit restent la seule priorité de leurs soi-disant réformes, la seule obsession des technocrates qui nous dirigent.

« Quoi qu’il en coûte ! »
« Quoi qu’il NOUS en coûte ! »


Car c’est bien NOUS, les premier•es de corvée, oublié•es, exclu•es, sacrifié•es qui
allons faire les frais des choix politiques et économiques des « premiers de cordée ».
C’est à notre système de santé, à notre modèle de protection sociale, à notre Sécurité Sociale qu’ils vont présenter leurs factures.

C’est à notre système de santé, à notre modèle de protection sociale, à notre sécurité sociale qu’ils vont tenter de porter les derniers coups/coûts.

C’est notre système de santé, notre modèle de protection sociale, notre sécurité sociale, qu’ils rendent marchand pour mieux le vendre aux assureurs privés et aux fonds de pensions !

Plus que jamais, déterminée à ne rien lâcher, la Fédération SUD Santé Sociaux appelle à résister et combattre :

  • Pour l’ouverture de lits dans la santé et de places dans le social et le médico-social.
  • Pour des embauches massives et des contrats pérennes :
    • 100 000 pour la santé
    • 100 000 pour le social et le médicosocial
    • 200 000 dans les EHPAD
  • Pour une augmentation conséquente des rémunérations de 400 € net/mois pour toutes et tous dans le privé comme dans le public.
  • Pour l’amélioration des conditions d’accueil et de prise en charge des populations
  • Pour l’amélioration de nos conditions de travail et retrouver du sens à nos missions
  • Pour l’arrêt de la répression aveugle des contestataires et des lanceurs d’alerte, seule réponse d’un État policier aux abois.
  • Contre l’individualisation de nos carrières, la course à la rentabilité.
    Pour une société plus juste, plus égalitaire, plus solidaire !

Le 21 Janvier 2021, partout en France mobilisons-nous massivement et crions que d’autres choix sont possibles, que nos vies valent plus que leurs profits !

C’est un appel unitaire, un préavis de grève a été posé par notre fédération.

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

4 février : toutes et tous en grève interprofessionnelle !

De la mobilisation du 16 janvier contre la loi sécurité globale aux mobilisations sectorielles des 21 (Santé), 26 (Éducation), 28 (énergie) en passant par la manifestation nationale contre les licenciements du 23 janvier, tous les chemins mènent au 4 février, journée de grève interprofessionnelle ! Nous ne laisserons pas le gouvernement et les patrons nous écraser !

Pour le détail, cf. le tract de Solidaires : https://solidaires.org/Tous-les-chemins-de-lutte-menent-au-4-fevrier

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

#StopLoiSécuritéGlobale Rassemblement à Mantes-la-Jolie samedi 16 janvier – 10 h 30

Dans le cadre de la coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale,

la Ligue des Droits de l’Homme du Mantois et le syndicat Solidaires 78 appellent à un large rassemblement samedi 16 janvier à 10h30 devant la mairie de Mantes la Jolie.

Nous demandons le retrait de la proposition dans la loi Sécurité Globale de l’article 21 et 22 sur l’usage des caméras-piéton et des drones par les forces de l’ordre et de l’article 24 pénalisant la diffusion supposée malveillante d’images des policiers, l’abrogation du « nouveau schéma national du maintien de l’ordre » (SNMO), qui limite la couverture médiatique des manifestations et maintient de dangereuses pratiques, ainsi que des décrets publiés le 4 décembre sur le fichage des opinions.

Nous invitons toutes les organisations et toutes les personnes hostiles à la surveillance généralisée et à la dérive autoritaire et liberticide du gouvernement à se joindre à ce rassemblement et à relayer cet appel.

Cette action se poursuivra par un grand rassemblement national samedi 30 janvier à Paris

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Luttes féministes

À Mantes vendredi 8 janvier : les FFFRAC toujours sur la brèche !


Bravant le froid, plusieurs dizaines de personnes ont répondu à l’appel du Fffrac  vendredi 8 janvier 2021 de 18h à 19h devant la gare de Mantes la Jolie afin de préparer la  grève internationale des femmes du 8 mars 2021 !
#ONARRÊTETOUTES DE BRIQUER
#ONARRÊTETOUTES DE TRAVAILLER
#ONARRÊTETOUTES DE CONSOMMER
#ONARRÊTETOUTES DE CUISINER


Chants, slogans, tract aux passant.es  mais aussi interventions sur le fond se sont succédées : -une histoire de la grève des femmes depuis Aristophane avec sa pièce “Lysistrata” mettant en scène le renversement de la cité : les femmes, au moyen de la grève du sexe, revendiquaient le droit de participer à la vie politique et exigent la reconnaissance de leur expérience de la cité, en passant par les pionnières telles qu’Hubertine Auclair ou Marguerite Durand fin du 19è, les grèves des Penn sardines (sardinières) en 1905 et 1924 contre la pénibilité de leurs tâches et pour une augmentation de salaire, puis au milieu du 20e siècle les très nombreuses grèves d’ouvrières du textile, de Lip et d’ailleurs et aujourd’hui les admirables lutteuses dans la santé, dans le ménage des hôtels, entre autres !- n’oubliant pas les luttes internationales, il est question des longues luttes enfin victorieuses des coréennes et des argentines pour le droit légitime à l’avortement, contre des lois rétrogrades et criminelles – un femmage est donné à la grande chanteuse féministe que fut Anne Sylvestre, décédée à 86 ans le 30 décembre: une lecture à 3 voix de sa magnifique chanson universelle ” Une sorcière comme les autres” qui demande aux hommes pour toutes les femmes de “se faire léger, car elle ne peut plus bouger”…


Rassemblons-nous, parlons-nous, organisons-nous pour faire de la journée du 8 mars 2021 une grève des femmes internationale et puissante ! 


Prochain rendez-vous des Fffrac :  lundi 8 février 18h, un mois avant le 8 mars !

Page facebook du collectif

Collectif de féministes du Mantois, engagées à dénoncer les violences faites aux femmes, rendre visible toutes les dominations, et déterminées à mettre à bas le patriarcat!

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Reprise de l’épidémie, et toujours pas de plan d’urgence pour l’éducation

La reprise de l’épidémie, aujourd’hui manifeste, n’a conduit à aucun changement de la part du ministère de l’Éducation nationale en cette rentrée de janvier. Le ministre Blanquer continue dans sa stratégie de l’autruche, en affirmant contre tout bon sens que le protocole sanitaire en vigueur dans les écoles et établissements depuis le 2 novembre est suffisant pour éviter que ceux-ci ne deviennent des foyers de contamination. Pourtant, le risque est réel : l’idée que les enfants et jeunes adolescent-e-s sont moins contaminé-e-s que les adultes est aujourd’hui battue en brèche, et les chiffres publiés par Santé publique France sur les contaminations des enfants au cours du mois de novembre sont édifiants. Différents pays européens ont d’ailleurs pris des mesures drastiques pour ce début d’année civile.

Les seules annonces nouvelles concernent le passage à 18h du couvre-feu dans un certain nombre de départements. Celui-ci doit être accompagné de garanties concernant l’ouverture des établissements au-delà de cette heure pour que les cours de fin de journée ne soient pas rabotés, et également le maintien du transport scolaire dans les amplitudes horaires déjà existantes. En ce qui concerne la campagne de vaccination, elle se réduit à ce stade à une campagne de communication. Au vu du risque sanitaire que représentent les écoles et établissements dans de telles conditions sanitaires, SUD éducation revendique que les personnels de l’éducation puissent en faire partie rapidement s’ils et elles le souhaitent. Enfin, dans l’incapacité d’apporter une réponse claire et pérenne aux inquiétudes des élèves et personnels concernant les examens, le ministère a publié le 26 décembre une ordonnance permettant de modifier les modalités de passation des examens 15 jours avant les épreuves. Le remède est pire que le mal, et plongera les élèves et les personnels dans une situation de stress inacceptable. Les difficultés éprouvées par les personnels et les élèves lors des rentrées précédentes se renouvellent : absence de nouveaux masques, obligation d’aérer les salles alors que les températures sont de plus en plus basses…

Pour SUD éducation, l’objectif est clair : maintenir ouverts le plus longtemps possible les écoles et établissements, tant la faillite de l’enseignement à distance a été manifeste au printemps. Mais pour cela, il faut prendre immédiatement des mesures permettant le respect des gestes barrières et la distanciation physique. Ces mesures, SUD éducation les revendique depuis le printemps : il s’agit de mettre en œuvre un plan d’urgence pour l’éducation, afin de faire face à l’épidémie et de compenser les inégalités scolaires qui se sont accrues pendant le confinement. Il s’agit tout d’abord de baisser les effectifs, par le recrutement de postes à hauteur des besoins. Celui-ci peut se faire dès à présent, par le biais du recrutement des listes complémentaires, de l’admission des admissibles aux concours internes, de la titularisation à temps plein des contractuel-le-s et de l’ouverture de concours supplémentaires dans les départements où cela s’avérera le plus indispensables. Chacune de ces mesures a déjà été mise en œuvre par le passé, et relève donc d’un choix politique que le gouvernement se refuse aujourd’hui à faire. L’accueil de tou-te-s les élèves nécessitera également des ouvertures de locaux, par le biais de constructions ou de réquisitions.

SUD éducation dénonce l’inaction du ministère, revendique un plan d’urgence pour l’éducation, et appelle les personnels à mettre en débat les modalités d’action pour obtenir satisfaction sur les revendications, en s’appuyant en particulier sur l’appel intersyndical à la grève du 26 janvier.

Contact
Site Sud
Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Le nouveau Virus – le bulletin de la section Sud Santé Sociaux de Versailles

Pour ne pas perdre le Nord, orientez-vous vers SUD

Le journal de la section syndicale Sud Santé Sociaux du Centre Hospitalier de Versailles. Décembre 2020 N°126

ÉDITO :

L’année 2020 se termine, laissant des traces profondes de la pandémie COVID, qui a fait tant de dégâts dans le personnel, faute d’équipements de protection. Les luttes hospitalières, qui ont débouché sur l’accord du Sé-gur, qui ne répond en rien à nos revendications, mais signé par des syndicats traîtres (CFDT, FO, UNSA) n’ayant pas participé au mouvement.

Arrivent également les premiers décrets sur ce fameux Ségur, comme sur la loi de 2019 de transformation de la Fonction Publique. Mais aussi un budget Sécurité Sociale avec une augmentation en trompe l’œil, puisqu’il finance l’augmentation de 183€ tout en demandant aux hôpitaux de faire près d’1 milliard d’économie. Le fameux “quoi qu’il en coûte”. Ou bien la reconnaissance en maladie professionnelle de la COVID 19 réservée aux formes les plus sévères.

2021 ne s’annonce pas forcément mieux, mais cela ne nous empêche pas de vous souhaitez une excellente année pour vous et vos proches.

Please follow and like us: