Catégories
Éducation Luttes migrant·es

RESF 78 : 15 ans et toujours là !

Samedi 3 juillet, nous nous sommes retrouvés comme prévu pour fêter nos 15 ans devant les grilles de la préfecture. Nous étions une centaine, jeunes, anciens jeunes et soutiens militants. Seule, la pluie annoncée n’est pas venue…. une trentaine de jeunes ou militants avaient excusé leur absence.

Depuis 2006, des centaines de jeunes du RESF 78 ont obtenu leur titre de séjour, certain(e)s sont maintenant français(es). Beaucoup ont fini leur formation, ont fondé une famille. Que ces jeunes soient devenu(e)s boulanger·e, peintre, maçon·ne, prof·fe, infirmier·re, technicien·ne, ingénieur·e,…. avec entre les mains leur CAP, bac-pro, BTS, master,.. c’est en France que ces enfants et ces jeunes adultes se sont formé·es. Aujourd’hui toutes et tous participent à la vie économique et sociale de notre pays… avec nous… ensemble !

Catégories
Santé-Social

Virus, le journal de la section Sud Santé sociaux de Versailles

Numéro 130 de Virus, journal de la section Sud Santé sociaux de Versailles

Sages-femmes, Psychologues, Tech de labos, Réa, Diètes, Préparateur en pharmacie et tout un tas de professions descendent dans la rue, à tour de rôle, pour revendiquer des effectifs, une véritable reconnaissance de leurs métiers… Toutes ces luttes sont légitimes, le Ségur ne répondant en rien à l’ensemble des revendications des luttes hospitalières pré-COVID. Mais si nous voulons obtenir satisfaction sur nos revendi-cations, c’est tous ensemble que nous devons agir. Pas question pour autant de voir des revendications disparaître ou d’être noyé dans la masse. C’est bien nos luttes qui ont permis d’avoir des négociations avec le Ségur, il faut donc continuer et amplifier le mouvement pour libérer nos colères et surtout ne pas taire nos revendications. Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour un tous ensemble qui sonnera le point de départ d’une nouvelle marée blanche hospitalière.

Catégories
Hôtellerie-Restauration

SUD Commerces et Services // SUD Hôtellerie Restauration : annonces présidentielles : pas de pitié pour les premiers de corvée !

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé, le 12 juillet dernier, l’extension du pass sanitaire aux centres commerciaux les plus grands, aux bars et aux restaurants, l’avant-projet de loi, qui sera discuté au Parlement à partir du 21 juillet prochain, préconise une obligation de fait pour les salarié-es de ces secteurs et crée un nouveau motif de licenciement : ainsi, le personnel ne pouvant justifier d’un pass d’ici le mois prochain ne pourra plus exercer son activité et pourra être licencié après une période de deux mois d’inactivité…

Cette obligation vaccinale, qui ne porte pas son nom, sert avant tout à cacher l’incurie du gouvernement depuis le début de la pandémie. Alors que dans la grande distribution, certains salarié-es ont payé de leur santé, voire de leur vie d’avoir été exposés au coronavirus sans protection lors de la première vague, ils/elles sont désormais culpabilisés sur la vaccination et menacés de licenciement.

Pour nous, la vaccination doit rester un acte volontaire, qui doit s’effectuer sur le temps de travail, et, s’il y a urgence à briser les chaînes de transmission du virus face à l’arrivée notamment du variant Delta, c’est bien par l’explication et l’information transparente et non par la contrainte que cela doit se faire.

Nous nous opposerons fermement à toute sanction professionnelle contre les salarié-es : ce n’est pas à elles et eux de payer le prix du scepticisme vaccinal qu’a engendré la gestion catastrophique de la crise et les mensonges du gouvernement !

Il en sera de même pour les projets de régression sociale (assurance chômage et retraite) portée par un pouvoir décrédibilisé. Cet été, reprenons des forces pour nous préparer à une rentrée brûlante !

Catégories
Actu Solidaires 78 Agriculture Écologie

Hectar : non à l’ouverture de l’école d’agriculture de Xavier Niel

Mardi 29 juin, des organisations de l’enseignement public agricole (FSU, CGT, FO, SUD, UNSA), du monde paysan (Confédération paysanne, Fadear) ou de parents d’élève (FCPE) organisaient un pique-nique citoyen dans les Yvelines contre l’ouverture en septembre d’Hectar, une école d’agriculture privée pouvant accueillir 2000 personnes par an et bénéficiant de fonds publics. À cette occasion, nous avons interrogé Dominique Blivet, secrétaire national de Sud-Rural-Territoires.

Qu’est-ce que le projet Hectar ?

C’est un projet de formation agricole privé pour adultes financée par Xavier Niel (patron de Free et actionnaire du journal Le Monde – NDLR). Le but officiel est de faire face aux nombreux départs dans le monde agricole. Mais l’objectif est surtout pour Xavier Niel de se placer sur le marché de la formation agricole pour adultes.

Vous dénoncez une vision libérale de l’enseignement agricole. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Pour nous, l’agriculture ne peut pas être considérée comme une marchandise. Les enjeux d’autonomie alimentaire sont des fondamentaux qui ne peuvent être laissés aux entreprises privées. Nous sommes favorables à une formation agricole publique, gratuite, et tournée vers la transition écologique et agricole.

En quoi Hectar représente-t-il une menace pour l’enseignement public ?

Hectar est un projet qui se présente comme philanthrope, mais il est déjà financé par la région île de France. De même, il est financé par des fondations comme celle de Danone qui en profite pour faire de l’optimisation fiscale. Tout cet argent public serait bien plus utile pour financer la formation agricole qui a de réels besoins que l’État ne prend plus en charge.

Le gouvernement favorise-t-il ce type de projet ?

Le gouvernement favorise ce genre d’initiative puisque dans leur logique libérale tout ce qui est service public est présenté comme ringard, tout ce qui relève des multinationales est vu comme moderne et innovant. L’État organise la pénurie de moyens pour le service public pour mieux vanter les mérites des acteurs privés. Au-delà de Xavier Niel, l’autre actionnaire de ce projet n est autre que Audrey Bourolleau, ancienne conseillère d’Emmanuel Macron, chargée de faire une évaluation de la formation agricole publique. Elle a bien compris les enjeux, mais elle ne partage pas nos remèdes. Elle a pris les infos et a pu se créer son entreprise.

Source : Site Rapport de forces


NON à l’ouverture du campus « Hectar »

Le 29 juin, SUD Rural Territoire se joindra aux camarades du SNETAP-FSU, de la CGT Agri, de FO Enseignement Agricole, du SEA-UNSA, la FCPE, de la Confédération Paysanne et d’ISF Agrista (Ingénieurs sans frontières) pour exprimer notre indignation et notre désaccord contre l’ouverture de l’école privée d’agriculture Hectar.

Hectar est un projet financé par le richissime Xavier Niel et mené par Audrey Bourolleau (ex-conseillère de M. Macron) qui vise à ouvrir le « plus grand campus agricole du monde » dès septembre 2021 : une offre de formation aux métiers de l’agriculture, gratuite et destinée aux adultes… de quoi mettre à mal une fois de plus l’avenir des CFPPA et des établissements publics de la région ! Ce projet a également reçu le soutien financier du conseil régional d’Île-de-France alors que les budgets dédiés à l’enseignement agricole s’amenuisent intolérablement et que des postes d’agents sont supprimés !

L’annonce de l’ouverture pour septembre prochain du Campus agricole « Hectar » est un signal négatif pour l’enseignement agricole public. Cette école misant sur la formation de pair à pair a l’ambition de former 2 000 agriculteurs à l’heure où le renouvellement des générations d’agriculteurs est un vrai défi.

L’agriculture et l’alimentation sont des Biens Communs. Les notion de souveraineté et de sécurité alimentaires sont à la base du fondement du concept de l’État. Plus que jamais, nous avons besoin de nous organiser collectivement à l’échelle nationale et internationale pour répondre aux enjeux environnementaux et sociétaux liés à l’alimentation et à la production agricole. Plus que jamais nous avons besoin de citoyens et de producteurs ayant une conscience des enjeux globaux et d’une vision complexe des agro-écosystèmes. Une telle école privée et gratuite sera libre de promouvoir ses propres valeurs accompagnées de ses propres solutions technicistes. Quelles seront les garanties sur le fond de ces formations ?

Crédits d’impôts, subventions du conseil régional d’Île-de-France, nos gouvernants choisissent d’accorder des moyens à une école privée sans exercer de regards sur les programmes et méthodes employés. Alors que les moyens pour l’enseignement agricole public se réduisent comme peau de chagrin (-300 équivalents temps plein sur le quinquennat), la marchandisation de la formation professionnelle introduite par la loi Penicaud de 2018 favorise un enseignement privé.

Contre l’école Hectar, il nous faut collectivement refuser et dénoncer cette vision libérale de la formation professionnelle et d’une agriculture toujours plus techniciste sans réelle approche globale. Il est de notre devoir d’exiger la priorité à l’offre publique de formation corrélée à un plan ambitieux. Il permettra d’assurer le renouvellement de la moitié des agricultrices et agriculteurs qui partiront en retraite sous 8 à 10 ans. Il accompagnera la nécessaire transition agro-écologique et la ré-installation sur tout le territoire de fermes à taille humaine respectueuses des animaux, de la terre, des femmes et des hommes qui y travaillent.

SUD Rural Territoire, en intersyndicale, appelle à un rassemblement devant le site prévu pour cette école à Lévis Saint Nom dans les Yvelines le mardi 29 juin à 11h pour un pique nique citoyen.

Communiqué de presse au format PDF

Catégories
Actu Solidaires 78 Ressources juridiques

Les travailleur-euses saisonniers ont des droits : l’Union syndicale Solidaires les aide à les défendre !

Cet été, ce seront plus de 800 000 contrats saisonniers qui seront à pourvoir.
Chaque année, leur nombre augmente de plus de 10%, ils représentent plus de 40% des recrutements annuels. Dans certains secteurs comme la viticulture ou le cueillage, c’est la quasi totalité des embauches qui se fait sous cette forme ; mais les contrats saisonniers représentent aussi 70 % des embauches dans la restauration et l’hôtellerie et le secteur de l’animation socio-culturelle, plus de la moitié pour les manutentionnaires, plus de 20% pour les aides à domicile et aides ménagères, et près d’un quart pour les agents d’entretien des locaux…

Loin de l’image courante du job d’été agréable, le travail saisonnier concerne aujourd’hui de nombreuses populations précaires et est souvent l’occasion d’abus qu’il faut faire cesser. Pour ces contrats, on retrouve notamment des jeunes qui veulent payer leurs études, des retraité-e-s qui doivent compléter leur faible pension, des seniors licenciée- s qui n’arrivent pas à retrouver un emploi, des femmes avec des périodes d’inactivité forcée, des travailleur-euses migrant-es soumi-es à des situations d’esclavage moderne, et des chômeur-euses de longue durée…

Ces salarié-es sont bien souvent les plus éloigné-es des organisations syndicales et les moins informé-es de leurs droits. Pourtant, il existe de nombreux droits et recours pour se faire respecter. L’Union Syndicale Solidaires a donc réédité son guide récapitulant l’essentiel de ce qu’il faut savoir lorsqu’on effectue un travail salarié saisonnier. Ce guide donne les bases juridiques des droits des salarié-es en se référant systématiquement au code du travail et traite particulièrement des points posant le plus souvent problèmes (contrat de travail, rémunération, heures supplémentaires, temps de pause, travail de nuit, congés payés, arrêt maladie, congé pour examen…).

Durant cet été, comme les années précédentes, les Unions départementales de Solidaires comme ses organisations professionnelles iront à la rencontre des salarié-és saisonniers pour les informer sur leurs droits et les aider à les faire respecter.

Documents à télécharger

Travail saisonnier – Le guide des droits des salarié-es saisonnier-ères

Catégories
Éducation

Bac Blanquer : chaos et inégalités à tous les étages

À l’opposé de la communication du ministre, le baccalauréat est l’objet de la désorganisation la plus totale et d’inégalités de traitement criantes. C’est le résultat de l’application des lois Blanquer sur les lycées et les examens « quoi qu’il en coûte pour les personnels et les élèves ».

Pour les bacs généraux et technologiques, en philosophie, c’est la meilleure note entre le contrôle continu et celle de l’épreuve écrite qui sera retenue, alors que pour les bacs professionnels, toutes les épreuves terminales sont maintenues sans aménagement.

Grand oral : l’épreuve phare du Ministre n’évaluera rien d’autre que la maîtrise des codes socio-culturels des candidat·es

Quand on demande des précisions sur le barème du grand oral, le ministère répond « grille d’évaluation ». Et sur les cinq critères énoncés, trois concernent des questions de pure forme contre deux pour le contenu. La quantification de ces critères semble laissée aux commissions d’harmonisation. Selon les choix fait par ces commissions, tel-le candidat-e qui parle bien mais dont le discours n’est fondé sur aucune connaissance pourrait être mieux noté que tel-le candidate maîtrisant les contenus de sa spécialité mais qui peine à en parler. Le chaos est tel qu’on a pu voir dans une académie les initiales des spécialités apparaître sur la convocation des candidats donnant ainsi une indication sur les sujets susceptibles d’être choisis par les jurys.

Une surcharge de travail intolérable et injustifiée

À moins d’une semaine des épreuves de grand oral, certain·es collègues n’ont toujours pas de convocation, d’autres sont convoqué-e-s dans une autre académie que la leur à plusieurs heures de transport. Il est demandé à des collègues de lettres de corriger des dizaines de copies avec des sujets différents en deux jours. Dans certaines académies les collègues de philosophie ont plus de cent copies à corriger sur une plateforme numérique, à l’encontre de toute considération sur leurs conditions de travail. N’aurait-il pas été possible de rendre cette épreuve facultative, vu que les seules notes prises en compte sont celles qui seront supérieures à celles du contrôle continu ? Cela aurait fortement allégé la charge de travail des personnels de ce travail superflu.

SUD éducation appelle les personnels sur le terrain à discuter des modalités d’action qui s’imposent et met à disposition son préavis de grève pour la période.

SUD éducation revendique :

  • la suppression du grand oral ;
  • l’abrogation des réformes ORE, des lycées et du baccalauréat.

Pour SUD éducation, au regard des circonstances et afin de garantir l’égalité des candidat·es issu·es de lycées qui ont appliqué les demi-jauges et les autres établissements, souvent privés, qui se sont soustraits à sa mise en place, la question de la délivrance du baccalauréat à tou-te-s les candidat-e-s se pose.

Pour cette année exceptionnelle, SUD éducation refuse le dilemme entre contrôle continu injuste et examens finaux problématiques, et revendique la délivrance du baccalauréat et du brevet pour toutes et tous les candidat-e-s, et en conséquence l’augmentation du nombre de places à hauteur des besoins dans l’enseignement supérieur ainsi que la possibilité pour les élèves qui le souhaitent de redoubler.

Catégories
antifascisme

Retour sur le procès des assassins de Clément et autres actus antifacsistes

Infolettre du mois de juin 2021

Les derniers articles publiés sur le site La Horde, avec la fin du procès en appel des responsables de la mort de notre camarade Clément Méric.

Actualités

Procès des meurtriers de Clément

Document : la feuille de motivation de la cour d’assises d’Evry

À titre informatif, nous vous présentons en intégralité les éléments qui ont décidé la cour et le jury à condamner Morillo et Dufour.

Lire en ligne « Document : la feuille de motivation de la cour d’assises d’Evry »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 9 : un verdict qui reconnait la réalité des faits

Morillo et Dufour ont été condamnés, mais l’essentiel pour la mémoire de Clément, c’est la reconnaissance des faits.

Lire en ligne « Jour 9 : un verdict qui reconnait la réalité des faits »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 8 : Morillo et Dufour, néonazis à l’insu de leur plein gré

Si les deux accusés ont des personnalités différentes, ils ont un point commun, celui d’être incapables d’assumer leurs idées politiques.

Lire en ligne « Jour 8 : Morillo et Dufour, néonazis à l’insu de leur plein gré »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 7 (suite) : la réalité de la violence de l’extrême droite

Si on croit les avocats de la défense, la violence des antifas serait supérieure à celle de l’extrême droite. Une thèse qui s’écrase contre le mur de la réalité.

Lire en ligne « Jour 7 (suite) : la réalité de la violence de l’extrême droite »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 7 : qui était Clément Méric ? Ses proches témoignent

Au septième jour du procès, les débat se sont concentré sur Clément tel qu’il a été décrit par ses proches. Nous avons pu écouter ses parents, Agnès et Paul-Henri, puis Aude, sa compagne d’alors, se souvenir de lui et nous en faire un portrait à la fois vivant et émouvant, qui nous a permis de mesurer la perte qu’ils ont subie, et nous tou·tes aussi. Nous tenons à les remercier ici, car il n’était pas simple de venir parler, aussi bien, en s’exposant ainsi, avec dans leur dos les meurtriers de Clément et (…)

Lire en ligne « Jour 7 : qui était Clément Méric ? Ses proches témoignent »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 6 : Morillo et Dufour fuient leur responsabilité

Pour la deuxième fois, Morillo et Dufour sont appelés à témoigner, mais cette fois sur les événements eux-mêmes, et non plus sur leur parcours ou leur personnalité.

Lire en ligne « Jour 6 : Morillo et Dufour fuient leur responsabilité »

La Nouvelle Droite et ses dissidences : Entretien avec Stéphane François

Nouvelle Droite, GRECE, « Gramscisme de droite », autant de termes parfois utilisés pour désigner une frange bien particulière de l’extrême droite. Pourtant peu de gens ont pris le temps de s’attarder à définir réellement ce qu’était le Nouvelle Droite ou à s’attacher à étudier les différents courants qui ont traversé l’histoire du GRECE (Groupement de Recherche et d’Etude sur le Civilisation Européenne). A travers plusieurs articles thématiques regroupés dans le livre sur Alain de Benoist, Guillaume Faye, (…)

Lire en ligne « La Nouvelle Droite et ses dissidences : Entretien avec Stéphane François »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 5 : Comme une insulte à la mémoire

Les amis de Morillo et Dufour oublient tout dès que ça les arrange, jusqu’à leur propre engagement politique, sans plus de considération pour la mémoire de la victime.

Lire en ligne « Jour 5 : Comme une insulte à la mémoire »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 4 (2e partie) : les antifas remettent les pendules à l’heure

Les amis de Clément étaient appelés à témoigner pour rappeler le déroulement des faits ce jour-là.

Lire en ligne « Jour 4 (2e partie) : les antifas remettent les pendules à l’heure »

Procès des meutriers de Clément

Serge Ayoub dans son meilleur rôle : L’amnésique devant une cour de justice

Lors du procès des responsables de la mort de notre camarade Clément Méric, Serge Ayoub est convoqué, petite présentation de celui qui se faisait appeler Batskin.

Lire en ligne « Serge Ayoub dans son meilleur rôle : L’amnésique devant une cour de justice »

Procès des meurtriers de Clément

Jour 4 (1ère partie) : côté nazi, des poings américains et la volonté d’en découdre

Il a été question de poing américain, de la décision volontaire des néonazis d’aller au contact et de leur discussion avec Ayoub dans son bar.

Lire en ligne « Jour 4 (1ère partie) : côté nazi, des poings américains et la volonté d’en découdre »

Initiatives

Solidarité internationale

Soutien à Autodefesa Antifascista

Apoio à Autodefesa Antifascista est une compilation digitale de soutien à Jonathan, antifasciste portugais, avec plus de vingt groupes européens et sud-américains.

Lire en ligne « Soutien à Autodefesa Antifascista »

Appel

Féministes uni·es contre le fascisme

Un appel lancé par un ensemble de collectifs et associations féministes, dans la perspective des mobilisations contre l’extrême droite.

Lire en ligne « Féministes uni·es contre le fascisme »

Nancy

Retour sur la manif contre l’extrême droite

Un compte rendu de la manif de samedi dernier vue par le Bloc lorrain.

Lire en ligne « Retour sur la manif contre l’extrême droite »

Mobilisation antifasciste

Le 17ème congrès du RN se tiendra sans surprise cette année à Perpignan le 3 et 4 juillet 2021

Appel de l’Action Antifasciste Perpignan et Alentours contre le congrès du Rassemblement national 2021

Lire en ligne « Le 17ème congrès du RN se tiendra sans surprise cette année à Perpignan le 3 et 4 juillet 2021 »

Saint-Etienne

Cortège antifasciste ce samedi pour la Marche pour les libertés, contre le racisme et les idées d’extrême droite !

Appel à un cortège antifasciste lors de la Marche pour les libertés, contre le racisme et les idées d’extrême-droite le 12 juin 2021.

Lire en ligne « Cortège antifasciste ce samedi pour la Marche pour les libertés, contre le racisme et les idées d’extrême droite ! »

La-Roche-sur-Yon

Mobilisation pour les libertés et contre la xénophobie

Samedi 12 Juin 2021, on se mobilise contre la xénophobie et pour les
libertés à La Roche !

Lire en ligne « Mobilisation pour les libertés et contre la xénophobie »

Marche des Solidarités

Contre le fascisme et le racisme : Riposte populaire !

La Marche des Solidarités appelle à construire massivement la riposte contre le fascisme et le racisme.

Lire en ligne « Contre le fascisme et le racisme : Riposte populaire ! »

Ariège

Appel à une coordination unitaire contre l’extrême droite

Un collectif de militant·e·s, issu·e·s de diverses sensibilités souhaitent unir leur forces dans la lutte contre l’extrême droite.

Lire en ligne « Appel à une coordination unitaire contre l’extrême droite »

Repères

Rennes

Connaître l’extrême droite rennaise pour mieux la combattre

Présentation des différents groupes d’extrême droite sur Rennes par l’AFA Rennes.

Lire en ligne « Connaître l’extrême droite rennaise pour mieux la combattre »

Catégories
Actu Solidaires 78

Dans les Yvelines, une classe en lutte, épisode 8

Un petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à solidaires78@wanadoo.fr


Non au SNU !!!

Jean Castex était à Jambville pour promouvoir le SNU (Service national universel); dispositif qui vise à enrégimenter la jeunesse…

Solidaires, signataire de l’appel “Le Service national universel : c’est toujours non !” continuera à se battre contre le SNU


Écologie

Action des militant.es de Greenpeace à Versailles le samedi 3 juillet


Prison pour mineurs…

L’État devra verser 1 500 euros à un jeune homme après son séjour à la prison de Porcheville (Yvelines). Les fouilles qu’il a subies en détention ont été jugées illégales.


Éducation

Mobilisation contre la fermeture d’une classe à l’école élémentaire du Bois de la Garenne à Voisins-le-Bretonneux.