Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Prof’docs : la colère ne faiblit pas !

Le 17 décembre 2020 restera dans les mémoires de toutes et tous les professeur(e)s-documentalistes. Avec des initiatives très variées, ces enseignants ont manifesté leur colère de se voir privés d’une prime d’équipement informatique que le ministre réserve aux professeurs « devant élèves ». De plus, contrairement au discours officiel, les prof’docs ne sont pas les seul(e)s à disposer d’un ordinateur sur leur bureau. Tous les enseignants ont un ordinateur dans leur classe, ne serait-ce que pour faire l’appel des élèves ! Le refus de la prime informatique est une discrimination basée sur des motifs malhonnêtes. Sur des fake news, dirait-on en cours d’EMI (éducation aux médias et à l’information).

Ce mécontentement a suscité de nombreux témoignages de soutien, de la part de parents, d’élèves et de collègues enseignants. Tous connaissent et reconnaissent l’indispensable mission des professeurs-documentalistes, spécialisés dans l’EMI. Mais il faut aller plus loin. Handicapés par des injonctions contradictoires (ils/elles doivent faire cours aux élèves, mais le fonctionnement de l’établissement les en empêche souvent) et peu nombreux, les professeurs-documentalistes ne doivent pas rester seuls.
C’est pourquoi nous appelons dès maintenant à participer à la grève du 26 janvier prochain, pour exiger de meilleurs salaires et une prime d’équipement informatique pour tous les enseignants, les CPE et le personnel de vie scolaire. Et avant cette date, Sud-éducation soutiendra toutes les initiatives légales pour défendre les prof’docs.

La discrimination ne passera pas par nous !

Sud éducation 78

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Luttes féministes

La transphobie tue et monsieur Blanquer regarde ailleurs. Communiqué du Collectif Education contre les LGBTphobies

Après le suicide de Doona, étudiante trans de Montpellier en septembre, nous apprenons celui d’Avril ce mercredi, lycéenne trans de 17 ans, élève au lycée Fénelon à Lille. Alors qu’elle aurait été exclue de l’établissement au début du mois car elle portait une jupe, elle avait vécu une vague de soutien de la part d’élèves de la ville. Une enquête devra faire la lumière sur les circonstances de son exclusion et sur la responsabilité d’acteurs et actrices de la communauté éducative dans ce drame.

A cette heure, nous tenons à présenter nos condoléances à tou.te.s les proches d’Avril et appelons à rejoindre le rassemblement prévu ce jour à 12h45 devant l’établissement.

Alors que le rapport 2020 d’SOS Homophobie montre que 42% des actes de transphobie visent des femmes trans, il est urgent que le ministère prenne ses responsabilités. Alors qu’elles sont confrontées à la transphobie du corps médical et des institutions y compris scolaires, le silence de monsieur Blanquer et des services de la Dgesco à nos nombreuses sollicitations revêt une cruelle résonance.

Il est urgent de prendre en compte la transidentité et de lutter contre la transphobie au sein des établissements et des institutions accueillant des élèves et des étudiant.e.s. Le parcours de transition des élèves comme des personnels doivent être pris en considération. L’administration doit notamment faciliter le changement de prénom sur simple demande d’un.e élève. Il est inacceptable qu’encore aujourd’hui, l’identité de genre de membres de la communauté éducative ne soit pas respectée.

Comme nous le demandons depuis de trop nombreuses années, les personnels doivent être formés aux sujets LGBTI, les cours d’éducation à la sexualité et à l’affectivité doivent être dispensés partout par des personnels eux aussi formés.

Aujourd’hui encore, à Montpellier, à Lille et ailleurs les LGBTIphobies mettent en péril la vie de nos élèves et étudiant.e.s. Des promesses ont été faites par le ministère et par le gouvernement depuis 2018. Nous ne pouvons plus attendre qu’elles se transforment en actions. En octobre 2019, monsieur Blanquer avait notamment annoncé la mise en place d’un groupe de travail ayant comme mission de construire des outils pour aider les équipes à accueillir les élèves trans. Depuis, ce groupe n’a jamais été réuni. Nous avons pourtant relancé le ministère à plusieurs reprises sans obtenir de réponse de sa part. Cette inaction pèse lourdement sur tous et toutes les Avril dans tous les établissements.

#JusticePourAvril

Please follow and like us:
Catégories
Idées, débats, cultures Revue de presse

Écologie, une urgence syndicale, les Utopiques, n° 15

Les Utopiques Numéro 15 : Écologie, une urgence syndicale

L’écologie est un moteur de la transformation sociale radicale à laquelle nous aspirons. Le premier article de notre dossier donne le ton. Il est dès lors utile de faire le point sur le renouveau des mobilisations pour le climat et des mouvements écologiques. Notre syndicalisme, et donc le modèle écologique que nous défendons, sont féministes : d’où la proposition de se projeter dans l’après COVID avec les écoféministes.

Il en est de l’écologie comme de tous nos terrains d’action syndicale : la priorité est au travail dans les quartiers, les communes, les entreprises et les services. L’accident industriel de Lubrizol, les débats autour de la production d’électricité, les zones grises du numérique ou encore les enjeux écologiques dans l’Éducation nationale sont abordés par des syndicalistes Solidaires de ces secteurs.

Le transport aérien est au cœur des réflexions pour « un monde d’après » ; mais qu’en pensent les travailleurs et travailleuses de cette branche, en l’occurrence les pilotes de ligne ? Le chemin de fer est assurément plus écologique ; pas lorsqu’il s’agit d’un grand projet inutile comme la construction d’une ligne nouvelle à grande vitesse entre Lyon et Turin ! Là encore, ce sont des syndicalistes qui l’expliquent. De même pour les reconversions industrielles : nécessaires, indispensables, mais pas sans les salarié·es !

L‘agriculture n’est pas oubliée. La Confédération paysanne a pensé un plan de transition sociale et écologique. Deux journées de luttes et d’échanges dans la forêt commingeoise sont l’occasion de narrer une « lutte avec le cœur ».

Enfin, parce que le passé nourrit notre présent, trois articles racontent les engagements écologistes de la CFDT il y a 50 ans, les débats autour de l’écologie et l’autogestion entre André Gorz et Cornélius Castoriadis, des luttes ouvrières pour l’environnement dans l’Espagne du dictateur Franco.

Hors dossier, nous ouvrons ce numéro par un bilan du combat victorieux des travailleurs sans-papiers de Chronopost. Quatre autres articles complètent cette livraison. En décembre 1921 avait lieu le congrès de Tours, souvent présenté comme étant la naissance du Parti communiste ; mais de quel communisme parlait-on ? Le secteur associatif n’est pas un havre de bien être pour celles et ceux qui y travaillent ; l’exemple du groupe SOS nous le rappelle. Alain Bihr nous présente le livre qu’il a co-écrit avec Michel Husson : une critique argumentée des thèses de Thomas Piketty. Enfin, il nous est proposé de réfléchir à la gratuité pour penser le socialisme et l’abondance.

Seize des vingt articles sont l’œuvre de syndicalistes; de Solidaires, mais aussi de la CGT, de la CNT et de la Confédération paysanne. Les utopiques : un de nos outils pour contribuer à l’émancipation collective et individuelle des travailleurs et des travailleuses !

Les Utopiques, revue de l’Union syndicale Solidaires

Commandes et abonnements en ligne

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Sudoscope de décembre 2020 – journal de la section Sud Santé Sociaux de Poissy St Germain

Veuillez trouver le nouveau numéro du journal de la section de Poissy St Germain. Au menu, des infos sur le déménagement de St Germain vers Poissy, et des points réglementation sur le CITIS, ASA, CTI, retraite etc…

Bonne lecture

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Revue de presse

Avenir de Renault Flins (revue de presse)

Solidaires 78, via le syndicat Sud Renault est implantée à l’usine Renault Flins.

Voici deux articles qui évoquent l’avenir du site.

SUD vient de se créer à Renault Flins, suite à la désignation d’un Représentant de Section Syndicale : Yacin Benboubaker (DLI Montage).

Il faudra compter sur nous maintenant. Nous sommes des salariés qui n’avons jamais été syndiqués, ou d’anciens syndiqués qui ne nous reconnaissons pas dans les syndicats actuels.

Rejoignez-nous !

SUD est un syndicat combatif, indépendant et démocratique. Il s’adresse et regroupe tous les salariés, les intérimaires ou les prestataires qui travaillent sur le site. C’est tous ensemble que nous pourrons obtenir des avancées sur nos salaires et nos conditions de travail, défendre notre emploi et faire face aux pressions de la direction.

Nous sommes là pour défendre les intérêts de chaque salarié, et notre intérêt à tous par un meilleur rapport de force collectif.

Le site Sud Renault Flins

Syndiquez-vous à SUD Renault Flins !

Téléphone : 06 35 60 77 41

Mail : sud.renaultflins@gmail.com

Site Internet : sudrenault.org/flins

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Manifestons le 18 décembre pour les droits des migrant-es

Communiqué unitaire

Le 18 décembre est la Journée Internationale des Migrant-es. Pour tous ceux qui se préoccupent de la défense des Droits humains, c’est l’occasion de rappeler l’importance de cette question, dans un contexte où le nationalisme, le racisme et la xénophobie s’acharnent à en faire un « problème ». Nous dénonçons les responsables politiques qui font un amalgame entre immigration et terrorisme comme l’a fait le ministre Darmanin dans sa tournée dans le pays du Maghreb en novembre 2020.

Des dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes meurent sur les routes de la migration, victimes des politiques meurtrières de fermeture des frontières. L’Europe se veut une forteresse et le nouveau pacte asile et immigration en discussion sur le plan européen durcit encore les conditions d’accueil des personnes qui viennent y chercher un asile ou simplement un avenir et accélère les expulsions vers les pays d’origine. Nous militons pour une vraie politique de l’accueil, politique coordonnée entre les États de ce continent, et d’abord pour l’abolition de l’accord de Dublin.

Des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants vivent dans la précarité et la peur, sans logement stable et digne, sans pouvoir travailler comme ils le désireraient et sans accès aux droits fondamentaux. Ils subissent la surexploitation ou des conditions de travail indignes du fait de leur situation administrative. Ils risquent à tout moment l’enfermement et l’expulsion. Nous exigeons que les « sans papiers » accèdent aux soins, à des titres de séjour et de travail pérennes qui leur permettent de construire leur vie et leur avenir et leur garantissent l’égalité des droits dans les entreprises. Nous exigeons une politique de régularisation massive et la fermeture des Centres de Rétentions Administrative.

L’accès au droit, à tous les droits (santé, logement, travail, participation politique) doit être égal pour tou-tes les résident-es d’un pays, quelle que soit leur nationalité ou leur origine. La maltraitance administrative ou la restriction et la remise en cause sempiternelle de l’Aide Médicale d’État sont inadmissibles. Il est urgent que la France signe enfin la « convention internationale sur la protection des droits de tou-tes les travailleur-euses migrant-es et des membres de leur famille » adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 !

Nous exigeons, pour éviter les drames et permettre un accès digne aux personnes en recherche de sécurité, le rétablissement des sauvetages en mer, la fin de la détention des réfugié-es et des migrant-es en Libye et, en attendant la généralisation de la liberté de circulation, l’ouverture immédiate de voies légales pour les migrations.

Nous exigeons la bonne application de la Convention internationale des droits de l’enfant, et donc que les mineurs isolés étrangers ne soient en aucun cas victimes d’inégalité de traitement au sein des dispositifs de droit commun de la protection de l’enfance.

Le 18 décembre, comme chaque année, des initiatives seront prises un peu partout en France. Nos associations et organisations syndicales s’associeront à leur construction et contribueront à leur réussite.

Il est temps d’affirmer que la liberté de circulation et d’installation des femmes et des hommes sur l’ensemble de la planète est une composante normale et souhaitable de l’humanité que nous voulons.

Signataires : CGT – CRID – États Généraux des Migrations – FSU – Libre Pensée – Ligue des droits de l’Homme – Ligue de l’Enseignement – Médecins du Monde – Mouvement de la Paix – MRAP – SOS Racisme – Syndicat de la Magistrature – Union Syndicale Solidaires

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Ressources juridiques

Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires !

Le Numéro Vert d’appui syndical de Solidaires qui avait été lancé lors du premier confinement est remis en fonctionnement à partir du 30 novembre. Il doit permettre d’aider les salarié-es, les chômeurs/ses, les étudiant-es à faire valoir leurs droits dans une période difficile et d’attaques contre les droits de tous-tes.

Le Numéro Vert 0 805 37 21 34 fonctionne désormais du lundi au vendredi entre 11h et 14h.

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Black Friday dans le Mantois ou Black Day (Journée noire) pour le petit commerce du point de vue d’ATTAC !?

COMMUNIQUE ATTAC 78 NORD – 6 décembre 2020 – photos en PJ

Qu’on se s’y trompe pas ! En ces jours de surconsommation, de frénésie d’achat d’objets pas toujours utiles, en un clic on se prend une claque dans le porte-monnaie pour des produits pas si remisés que cela, en y regardant de plus près. Il paraît que cela aide à vivre par les temps qui courent…

De plus en plus, la majorité de ces/nos achats passe par l’achat en ligne. Et évidemment par l’ogre Amazon, qui se goinfre de notre crédulité.

A continuer ainsi, nous resterons bien tranquilles chez nous à faire toutes nos courses à distance, livrés par des forçats du transport, voire pas du tout par eux, puisque se pointe à l’horizon la livraison par drone.

On grossira, allongé sur le canapé à manger toute sorte de cochonneries mauvaises pour la santé, contenant les produits chimiques des multinationales qui sont aussi celles qui produisent les médicaments qui sont censés soigner les maux qu’ils produisent, la bonne blague, oh ! pardon, le bon business !!

Nous aurons l’impression en nous gavant aussi de réseaux sociaux que nous agirons pour que le monde change, connecté à un tas de groupes agissants…sur les réseaux, mais pas dans la rue qui fait peur à nos gouvernants.

N’y étant plus, dans la rue, nos petits commerçants ayant disparus, nous ne verrons plus personne, ce qui faisait que nous tissions du lien, discutions, comprenions le monde qui nous entoure.

Cela arrangera bien les puissants, que nous soyons devenus « sages » bien endormis chez nous sur notre canapé toute la journée en télétravail ou pas.

Et bien non ! dans le Mantois, nous ne nous y résignons pas. Des citoyens, parfois d’ATTAC, agissent pour dénoncer Amazon et ses pratiques.

On a vu apparaître ici et là des affiches collées dans le cadre de la campagne nationale d’ATTAC contre Amazon.

Réfléchissez au monde de demain, imaginez un monde meilleur pour vos enfants et petits-enfants, que la surconsommation qui nous fait dépenser plus d’une fois et demie, ce que la planète peut produire.

Alors consommez local, faites vivre le petit commerce qui emploie plus de salariés qu’Amazon, ce monstre qui teste déjà la robotisation.

Après avoir pratiqué la politique de la terre brûlée en faisant fermer en grande partie les petits commerces les uns après les autres, il se passera des petites mains sous payées et épuisées.

Nous n’en doutons pas.

Groupe ATTAC 78 Nord du Mantois tel 06 74 92 20 24  

Please follow and like us:
Catégories
Revue de presse

Yvelines. Sécurité globale : les permanences de Michel Vialay et Bruno Millienne “décorées”

Revue de presse

« Floutage de gueule ! » « Sécurité globale, liberté d’oppression. » « Qui nous protège de la police ? » Exemples de slogans affichés devant les permanences des députés des 8e et 9e circonscriptions, Michel Vialay (LR)  et Bruno Millienne (Modem), ce samedi 28 novembre.

Des citoyens, issus pour une partie d’entre eux de l’Assemblée de lutte du Mantois, entendaient ainsi protester contre le projet de loi Sécurité globale, que ces deux parlementaires ont voté le 24 novembre. Son article 24 prévoit de réprimer le fait de filmer la police au travail, en particulier dans le cadre de manifestations. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait déclaré qu’il faudrait flouter le visage des policiers et gendarmes avant de diffuser les images sur Internet. Les organisations de journalistes sont vent debout contre cette loi.

Lire l’article du Courrier de Mantes ici…

Please follow and like us:
Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

3 décembre : mobilisation des médico-sociaux dans les Yvelines

Rassemblement des médico-sociaux devant l’ARS des Yvelines. 50 collègues sont venus crier leur colère, désarroi et incompréhension d’être exclus des 183 € d’augmentation de salaire.

Une délégation de 5 personnes, composé de représentant du CAMSP, CSAPA, DIPEA, CH Plaisir et de l’hôpital gérontologique de Chevreuse a été reçu. L’ARS va faire remonter à l’ARS IDF et s’assurer que celles et ceux qui auraient pu bénéficier de cette revalorisation en soit destinataire. On lâche rien.

Prochaine action le mardi 15 décembre au CH Versailles à 14H.

Please follow and like us: