Catégories
Accidents du travail

Dans l’angle mort du travail par Radio Nova [Podcast]

Chaque jour en France, en moyenne, deux personnes meurent au travail. Une hécatombe discrète, jugée passéiste pour certains. Comme si les accidents du travail avaient disparu en même temps que Zola et ses récits sur la vie laborieuse au XIXe siècle…

En 2019, Aurore Bergé, la députée des Yvelines et actuelle présidente du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, réagissait dans un tweet par la phrase suivante : “Mourir au travail, sérieusement ? On en est encore là de la vision du monde du travail ?!”. Or, la réalité a rattrapé la députée en juillet dernier, lorsqu’un agent de nettoyage d’une entreprise sous-traitante s’est mortellement blessé dans le parking de l’Assemblée nationale. Il s’appelait Moussa Sylla, il avait 49 ans. 

Est-ce que ces accidents sont – comme le mot accident le sous-entend d’ailleurs – la faute à pas de chance ? Représentent-ils une donnée incompressible du fonctionnement de nos entreprises, de notre économie ? Ou bien sont-ils la conséquence directe de choix, de décisions politiques, d’orientations managériales en matière d’organisation du travail ? 

 Une série de reportages signée Pauline Josse


“Samuel tombe de sa nacelle à 8 mètres du sol”

Épisode 1 : En 2011, alors qu’il décroche des œuvres de l’artiste JR exposées au Centre Pompidou, des ascenseurs censés être à l’arrêt redémarrent et provoquent la chute de Samuel Jouglet Marcus ainsi que de son collègue, à 8 mètres du sol. Samuel est hospitalisé et traumatisé pendant de longs mois. Sous-traitance, organigramme flou, cadence, pression pour finir une tâche… l’histoire de Samuel coche toutes les cases des contextes favorisant la survenue d’accidents. 


“Les accidents du travail sont des accidents dus au travail” 

Épisode 2 : Accélération de la cadence, manque de formation, précarité, peur de refuser une mission même périlleuse au risque de perdre son emploi, explosion de la sous-traitance… La sociologue Véronique Daubas-Letourneux, autrice de l’ouvrage Accidents du travail, des morts et des blessés invisibles, paru en 2021, nous détaille les conclusions de ses enquêtes, une sorte d’autopsie du monde du travail.


“Silence, des ouvriers meurent”

Épisode 3 : Marie, Gregory, Marine, Joselito, Thomas, Jean-Pierre, Éric, Yoann, Sabine, Pedro, Simon, Baptiste, Damien, Jean-Marie, Boudine, Philippe, André, Ali, Faël, Yassine, Thierry, Benjamin, Mohamed, Moussa, Flavien, Toumani, Kylian… Ces prénoms de morts au travail, vous pouvez les entendre grâce au recensement minutieux effectué tous les jours par le professeur d’histoire-géo Matthieu Lépine, sur son compte twitter “Silence, des ouvriers meurent”. Son but est de montrer que ces accidents ne relèvent pas du fait divers, mais bien du fait social, et de sortir de l’invisibilité ces morts tombés dans l’oubli.  


“Le rôle de l’inspecteur du travail”

Épisode 4 : L’Inspection du Travail, qui dépend du ministère du Travail, compte 1900 agents dans tout le pays, pour environ 3 800 000 entreprises à contrôler et plus de 20 millions de salariés à protéger. Une de leurs missions : enquêter, après un accident du travail, pour comprendre qui sont les responsables, défendre l’intérêt du salarié et surtout, éviter que de nouveaux accidents se reproduisent. Témoignage d’Yves Sinigaglia, aujourd’hui à la retraite, qui a été inspecteur du travail à Paris toute sa vie.


“L’enjeu de la responsabilité”

Épisode 5 : Quelle vie après l’accident ? Quel chemin pour obtenir réparation et retrouver sa place sur le marché du travail avec un corps abîmé ? Dans le cas de Samuel Jouglet-Marcus, le tribunal correctionnel de Paris a déclaré, à la fois le Centre Pompidou et l’entreprise sous-traitante qui l’emploient, coupables et condamnés à payer de lourdes amendes. Comme beaucoup de travailleurs et travailleuses accidenté.e.s, Samuel a dû suivre une formation et changer d’activité. 

Catégories
Accidents du travail

De nouveaux accidents sur les grands chantiers franciliens

Cinq accidents de travail graves, sur les sites du Grand Paris Express et des Jeux olympiques, s’ajoutent à une liste déjà longue.L’été s’annonçait chaud. À moins d’un an et demi de l’échéance, les travaux des Jeux olympiques « montent en puissance », comme l’explique sur son site la Solideo, la Société de livraison des ouvrages olympiques, en charge des aménagements pour l’organisation des JO. Pas moins de 8 000 ouvriers étaient attendus sur ces chantiers cet été. Sur ceux du Grand Paris express (GPE), où quatre nouvelles lignes de métro vont sortir de terre, le constat est assez similaire. Et pour cause, une partie des échéances de livraison est liée au calendrier des Jeux.
Ainsi, tout l’été, ces chantiers ont tourné à plein régime. Et, selon nos informations, cinq accidents de travail graves s’y sont déroulés depuis juillet. Politis a en effet pu consulter une note interne des services de l’inspection du travail qui dresse l’état des lieux des accidents de travail graves et mortels en Île-de-France cet été. Parmi eux, ceux qui ont eu lieu sur les grands chantiers franciliens y prennent une place importante. Si aucun accident mortel n’est survenu ces derniers mois, les blessures sont néanmoins très sérieuses.
Le 5 juillet, un intérimaire italien d’une vingtaine d’années a perdu son bras en travaillant sur le chantier de la ligne 16 à Aulnaysous-Bois. Il se tenait au niveau d’un tapis roulant sur la bande convoyeuse du tunnelier, cette énorme machine en charge de creuser les tunnels, lorsque son bras et une partie de son épaule ont été coincés et sectionnés. L’enquête en cours s’intéresse notamment à l’état et à la maintenance de l’équipement de travail. « À la suite de l’accident, le groupement d’entreprises de travaux a initié et continue de mettre en oeuvre une batterie de mesures relatives à l’organisation du travail et au comportement des salariés », souligne la Société du Grand Paris (SGP), maître des ouvrages du GPE.
Le 25 du même mois, sur le chantier du village olympique, un intérimaire est percuté par un engin de chantier conduit par un autre intérimaire. Il souffre d’une lésion du fémur et va mieux aujourd’hui. Le 2 août, à Champs-sur-Marne sur le chantier de la future gare Noisy-Champs qui accueillera la ligne 15 et la ligne 16, un ouvrier fait une chute de 5 mètres après le décrochage d’un escalier provisoire sur lequel il se trouvait. Il est hospitalisé dans un état jugé sérieux, avec notamment des lésions à l’épaule.
Le 24 août, un ouvrier tombe du 5e étage d’un bâtiment en construction sur le chantier du Cluster des médias à Dugny (Seine-Saint-Denis) qui « accueillera les journalistes du monde entier pendant les Jeux ». Si son pronostic vital n’est pas engagé, le compagnon souffre de plusieurs fractures, au fémur, à la jambe et au bras. « Le chantier a été arrêté immédiatement dès la survenue de l’accident par respect pour la victime et pour que l’enquête puisse être menée dans les meilleures conditions. À l’exception du bâtiment concerné par l’accident, l’ensemble du chantier a repris dès le lendemain. Cette période d’interruption a permis de réaliser une vérification exhaustive de toutes les dispositions de protection collective du chantier, validée par l’inspection du travail », souligne la Solideo, qui rappelle que de nombreuses mesures sont mises en place sur ces chantiers pour lutter contre les risques de chute.
36,4 % Part du BTP dans les accidents mortels entre 2018 et 2020.
Enfin, début octobre, « pendant une opération de nettoyage sur le chantier de la gare de La Courneuve, un compagnon a fait une chute et a été conduit à l’hôpital dans la foulée », nous confirme la Société du Grand Paris. Cet intérimaire irait mieux et serait en train de poursuivre sa convalescence chez lui.

3 MORTS SUR DES CHANTIERS DU GRAND PARIS EXPRESS DEPUIS 2020

Pris un par un, ces accidents de travail sont la plupart du temps perçus comme de simples faits divers et traités comme tels par les médias. Pourtant, mis bout à bout, leur caractère structurel semble évident. Sur les chantiers du Grand Paris, trois personnes ont perdu la vie depuis 2020. Sur ceux des Jeux olympiques, on décompte aussi une vingtaine de personnes très grièvement blessées à la suite d’un accident de travail, comme le rapporte une enquête de Basta ! (1).
Maxime Wagner est mort en mars 2020 à la suite d’un mouvement en coup de fouet d’une conduite qui lui a percuté la tête sur un chantier de la ligne 14. Il était intérimaire pour Dodin Campenon-Bernard, une filiale de Vinci, aujourd’hui poursuivie pour homicide involontaire. Abdoulaye Soumahoro, lui, est mort en décembre 2020 en tombant dans un malaxeur de béton sur le chantier de la future gare Pleyel à Saint-Denis. C’est sur ce même chantier que Joao Baptista Fernandes Miranda est décédé, en janvier 2022, écrasé par une plaque de 250 kg…

« BIENVENUE DANS LE MONDE DU BTP ! »

« Nous sommes préoccupés par ces accidents, nous devons trouver des solutions, collectivement, pour que ça n’arrive plus », nous répond la Société du Grand Paris. Le maître d’ouvrage des chantiers du GPE rappelle d’ailleurs que les règles de sécurité sur ces chantiers sont parmi les plus exigeantes du secteur. Une charte sécurité qui va « au-delà des obligations légales » figure par exemple dans tous les contrats passés avec les entreprises. Même constat sur les chantiers des JO, où la Solideo est en train de mettre en place, avec les différents acteurs, une charte HSE spécifique sur le sujet de la sécurité et de la santé des travailleurs.
(1) « Silence ! Des ouvriers meurent » : sur les chantiers du Grand Paris, des accidents de travail à répétition, 7 mars 2022, basta. media

légende photo dans la petite colonne.

légende photo dans la petite colonne.Pourquoi, alors, des accidents de travail continuent-ils de se produire ? « Bienvenue dans le monde du BTP », résument beaucoup de nos interlocuteurs. En effet, ces accidents ne sont pas propres aux grands chantiers franciliens. Ils illustrent un secteur de la construction qui figure comme le plus accidentogène du pays. Et même ces immenses chantiers, régis par des règles de sécurité plus exigeantes que la moyenne, ne sont pas exempts des tristes normes du secteur. En cause, notamment, la sous-traitance en cascade et le recours massif à l’intérim, qui entrave une organisation de travail saine dans le monde de la construction. « S’agissant du recours à l’intérim, il n’est ni plus ni moins important sur nos chantiers quesur les autres », explique ainsi la Solideo. Sur les cinq accidents de travail graves, cet été sur les chantiers du Grand Paris et des JO, au moins quatre intérimaires sont impliqués. Du côté de la Société du Grand Paris, on pointe, en creux, la responsabilité des entreprises dans ces drames. « Nous rappelons systématiquement aux entreprises leurs obligations en matièrede sécurité sur les chantiers, mais aussi aux abords. Nous en appelons à leur responsabilité, ce sont elles in fine qui sont responsables de la sécurité de leurs collaborateurs », écrit la SGP, qui poursuit : « Nous n’avons d’ailleurs pas hésité à imposer des changements de personnes dans la direction des chantiers lorsque nous avons constaté des défauts de sécurité récurrents dans certains groupements d’entreprises. » Le maître d’ouvrage assure aussi qu’il prévoit de « renforcer » l’arsenal de contrôle avec de nouvelles dispositions dès le début 2023. Du côté olympien, la Solideo promet que son « engagement en la matière ne faiblira pas, jusqu’à la livraison des ouvrages ». Pour que cette liste cesse enfin de tristement s’allonger.
En cause, la sous-traitance et le recours massif à l’intérim.
par  Pierre Jequier-Zalc

Source : Politis

Voir aussi :

2 morts par jour au travail

Accidents du travail : une hécatombe à bas bruit

(accès réservé aux abonné·es) – Le travail abîme, broie, tue. Dans chacune des villes où est implanté notre partenaire Mediacités, Lille, Lyon, Toulouse et Nantes, et partout en France, des dizaines de personnes perdent la vie à leur poste chaque année. Un fléau difficile à cerner, malgré le pire taux de décès au travail européen.

Catégories
Accidents du travail Revue de presse

Pourquoi le travail tue autant en France ?

Pourquoi le travail tue autant en France

Un article d’Alternatives économiques

Encore trop peu portée dans le débat public, la question des accidents mortels au travail témoigne d’inégalités sociales et d’une organisation globale du travail peu souvent remise en cause.

 Hommage à un grutier décédé lors de l’effondrement d’une grue, à Bayonne, le 17 mars 2022. PHOTO : Patxi Beltzaiz / Hans Lucas / Hans Lucas via AFPPar Fanny MarlierLe 17 mai, un ouvrier est décédé après avoir chuté d’une machine à fabriquer des parpaings à Ors (Hauts-de-France). Il était âgé d’une vingtaine d’années. Deux jours plus tard, un jeune de 20 ans, salarié de l’entreprise Volvo truck est mort, coincé sous le plateau de chargement du camion qu’il était en train de réparer. Le 20 mai, un ouvrier de 42 ans a perdu la vie dans le Lot-et-Garonne, après avoir chuté dans un puits sur lequel il travaillait.
En 2022, mourir au travail n’est pas rare. Deux travailleurs français meurent tous les jours, soit quatorze par semaine, et plus de 700 par an – 790 en 2019, si l’on se fie aux décomptes de la Sécurité sociale concernant le régime général (733 décès) et agricole (57)1. Des chiffres incomplets, puisqu’ils n’incluent pas la fonction publique ni les indépendants, en particulier les micro-entrepreneurs
Dans son ouvrage Accidents du travail, des morts et des blessés invisibles (éd. Bayard, 2021), la sociologue Véronique Daubas-Letourneux, enseignante-chercheuse à l’Ecole des hautes études en santé publique (Ehesp), questionne les causes structurelles de cette invisibilité. Au-delà des chiffres, elle y interroge l’intensification du travail (stress, fatigue, sous-effectifs, délais courts) et son organisation souvent informelle (sous-traitance), aboutissant parfois à l’irréparable. Face au déni, elle tient à rappeler ce qui devrait tenir de l’évidence : « Les accidents du travail sont dus au travail. »
« Le terme “accident” renvoie à la notion de hasard. Quand on dit d’un événement qu’il est accidentel, c’est qu’il est, par principe, de nature imprévisible, nous détaille-t-elle. En réalité, il y a une vraie régularité du risque à se blesser et de mourir au travail selon les secteurs d’activité. »

Invisibilisation des métiers essentiels

L’enquête Sumer réalisée par la Dares, le service statistique du ministère du Travail, publiée en août 2021, le prouve : le nombre et la fréquence des accidents graves du travail sont les plus élevés dans l’intérim, la construction, le médico-social, l’agriculture, la sylviculture, ou encore la pêche. La finance, l’informatique, ou le raffinage font à l’inverse partie des secteurs les moins risqués.
Accidents mortels au travail : les salariés très inégalement exposés Fréquence des accidents mortels (nombre par 1 000 millions d’heures salariées) en 2016
* Y compris chefs d’entrepriseSource : CnamTS, MSA (accidents du travail) ; Insee, DADS/DSN (heures salariées) / DARES

Lire la suite…

Catégories
Accidents du travail Collectivités territoriales Ressources juridiques

Guide de vos droits : congé pour Invalidité Temporaire Imputable au Service ou CITIS

La réforme engagée par l’ordonnance de 2017 reconnaissant la présomption d’imputabilité a donné lieu à plusieurs textes qui sont désormais applicables aux cas d’accidents de service ou de trajet ou de maladies imputables au service (articles 822-18 et suivants du Code général de la fonction publique et décret 2019-301 intégré dans le décret 87-602).

Un nouveau congé spécifique est appliqué :
le Congé pour Invalidité Temporaire Imputable au Service, dit CITIS.
Il est octroyé, dans certaines conditions, en cas d’accident ou de maladie imputable au service. Il donne droit au paiement du plein traitement jusqu’à la reprise du service ou la mise à la retraite de l’agent·e.

De plus, les honoraires et soins sont mis à la charge de la collectivité ou de l’établissement
qui emploie l’agent·e.

Pour télécharger le guide sur le site de la fédération SUD Collectivités Territoriales : CITIS

Catégories
Accidents du travail Bâtiment - travaux publics Industrie

Journée internationale sur l’invisibilité des accidents du travail Rassemblement le 28 avril

Jeudi 28 avril, dans le cadre de la journée internationale sur les accidents du travail organisée par l’OIT le 28 avril, un collectif comprenant notamment différents syndicats CGT, Sud Industrie, Solidaires, Copernic, Pézerat, FSU (liste variable localement grossissant de jours en jours) appelle à des rassemblements en France dans différentes villes sur l’invisibilité des accidents du travail. En particulier des rassemblements sont prévus sur Paris et Rouen (avec le collectif/Lubrizol).

    A Paris, le rassemblement est prévu à 12h devant le ministère du travail. Il y aura différentes prises de paroles.

    Puis l’après-midi une rencontre à la bourse du travail.

    Une suite est prévue via un manifeste, qu’on entend diffuser aux candidats aux prochaines législatives!

 Voir ci-joint le tract du collectif d’appel au rassemblement à Paris, et le communiqué de SUD-industrie.

    Merci de diffuser ce message, plus on sera nombreux et plus notre action aura de l’impact. A défaut diffuser l’info sur les lieux de travail.

Catégories
Accidents du travail Actu Solidaires 78 Ressources juridiques

Formation droit du travail : mardi 19 octobre les accidents du travail

Dans le cadre de son accueil syndical (tous les mardis de 17 h à 19 h) l’Union Solidaires 78 propose une formation juridique sur les accidents du travail / accidents de service le mardi 19 octobre de 18 h à 19 h à la librairie la Nouvelle Réserve, 5, rue du Mal Foch à Limay.

Formation gratuite, ouverte à toutes et tous

Catégories
Accidents du travail

Accident du travail mortel sur un chantier de Carrière-Sous-Poissy

Un travailleur a été enseveli dans une tranchée sur un chantier de Carrière-Sous-Poissy

Il s’était retrouvé piégé dans un trou profond de deux mètres. Il est décédé à l’hôpital.


Recensement des accidents du travail sur le 1er semestre 2021

163 accidents mortels dont 41 ouvriers du BTP, 28 chauffeurs routiers, 18 agriculteurs et ouvriers agricoles, 13 ouvriers de l’industrie, 9 marins et marins-pêcheurs, 8 bucherons/élagueurs, 6 livreurs de repas…

Voir aussi la fiche Accidents du travail de Solidaires