Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Transport

Grève en soutien à Ahmed Berrahal, réprimé pour avoir dénoncé des violences sexuelles à la RATP

Ahmed Berrahal aurait dû recevoir une médaille pour son engagement syndical. A la place, il enchaine aujourd’hui son troisième conseil de discipline en un an et demi. Elu CGT à la RATP, il a déjà été confronté à la répression pour avoir remis en cause la conformité des masques fournis par la RATP et dénoncé la vétusté de certains autobus, explique-t-il dans une interview donnée au Courrier de l’Atlas.

Cette fois, ce machiniste receveur est accusé d’avoir harcelé moralement un de ses chefs… lui même accusé par une femme pour des faits d’agression sexuelle. Un préavis de grève a été déposé pour le 10 mai et un rassemblement de soutien à Ahmed Berrahal se tient ce lundi avant qu’il ne soit entendu en conseil de discipline.

« Une salariée m’a averti de son agression. Elle m’a transmis la main courante qu’elle avait déposée contre le chef, je l’ai transférée à ma direction pour l’alerter et on m’a répondu que je n’aurais pas dû faire ça », explique Ahmed Berrahal. Dans la main courante, la jeune femme raconte que son collègue lui a touché les seins et a tenté de l’embrasser de force. Pour le syndicaliste, la répression dont il fait l’objet en dit long à la fois à propos du sexisme qui sévit à la RATP mais aussi de la volonté de la direction de le mettre sous le tapis.

Bien entendu, ce n’est pas un cas isolé. En deux ans et demi, j’ai déjà dû traiter 7 cas d’harcèlement sexiste et ou d’agressions sexuelles. Quand j’ai intégré la RATP en 2004, il y avait très peu de femmes, surtout chez les machinistes. Aujourd’hui, elles sont beaucoup plus nombreuses à conduire des autobus, à occuper donc des postes « fragiles ». Il y a énormément de femmes, parfois des mamans qui élèvent seules leurs enfants, qui sont dans des situations précaires. Il y a sans aucun doute beaucoup plus de cas d’agression sexuelle au sein de la RATP mais la peur du licenciement les empêche de parler. Derrière le beau discours de lutte contre les agressions sexuelles que martèle la direction, il y a la réalité. C’est encore très tabou à la RATP de parler de ce sujet-là. L’omerta règne. C’est pour ça qu’il faut l’ouvrir, raconte Ahmed Berrahal.

Photo : O Phil des Contrastes

Source : Rapports de forces

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements

Réforme de l’assurance chômage, moins de droits et de protection

La réforme de l’assurance chômage envisagée en 2019 fait son grand retour avec la publication d’un décret le 30 mars dernier et doit entrer en vigueur à partir du 1er juillet 2021. L’ancienne mouture est reprise point par point. 1,5 millions de personnes privées d’emploi sont concernées selon l’Unedic. Objectif du gouvernement : faire 2,3 milliards d’économies sur notre dos….

Tract de Sud Culture section archéologie

Articles

Publié le

10 chômeur.ses sur 10 indemnisé.es au SMIC minimum !

Abandon de la réforme de l'assurance chômage !

Publié le

INRAP : nouveau préavis de grève intersyndical

Préavis de grève reconductible pour l’ensemble des agents de l’Inrap du 1er au
31 mai 2021 de 0 à 24 heure.

Par la présente, les organisations représentatives de l’Inrap renouvellent le préavis de grève reconductible concernant l’ensemble des agent.es de l’Inrap déposé par les organisations représentatives du personnel en date du 22 février 2021 pour la période du 2 au 26 mars, puis le 25 mars pour la période du 27 mars au 30 avril.
Les textes réglementaires prévoient une obligation de négociation, pendant la durée du préavis, entre les organisations syndicales et l’administration employeur. Malgré cela aucun.e représentant.e de l’administration n’a reçu les organisations syndicales, ni avant, ni le 16 mars dernier, jour d’actions à Paris et dans les régions. C’est la première fois depuis 20 ans que l’administration ne nous reçoit pas dans ce cadre. Aussi, nous protestons face à ce déni du dialogue social.Continuer la lecture de « INRAP : nouveau préavis de grève intersyndical » Publié le

Réforme de l’assurance chômage, moins de droits et de protection

Tract-Assurance-Chomage_archeo

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Transport

Solidarité avec Ahmed, militant CGT RATP

Fidèle à son obsession répressive, la direction de la RATP poursuit son acharnement disciplinaire contre les élu.es en général, et contre Ahmed Berrahal en particulier…

Fabienne Lauret, militante Solidaires 78 : «La parole des femmes se libère, et des hommes enfin les défendent! Chapeau Ahmed!»

Pétition pour Ahmed Berrahal et témoignages vidéos qui montrent la situation catastrophique des femmes a la RATP et le travail quotidien effectué par Ahmed a ce sujet 
https://www.facebook.com/CGT.RATP.Bus.Flandre/

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Précarité

Journée de convergence pour l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage !

Les occupations de lieux culturels se sont multipliées. Cela concerne aujourd’hui environ une centaine de lieux pour protester contre les difficultés spécifiques au monde de la culture, en particulier des intermittent.es, mais surtout pour exiger l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage. La confirmation de la mise en place de cette réforme au 1er juillet va être une catastrophe pour plus d’un million de privé.es d’emplois qui vont voir leurs revenus fortement baisser. Des dizaines de milliers d’autres n’auront plus ou pas l’accès aux allocations chômage.

Dans ce contexte, l’Union syndicale Solidaires rejoint l’appel à faire du “vendredi de la colère” du 23 avril une journée de convergence pour l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage, y compris par la grève, un préavis dans le secteur public sera déposé en ce sens.

Voir notre quatre pages “C’est le chômage et la précarité qu’il faut combattre pas les chômeurs·euses et les précaires !” et nos “visuels chômage”

Le 23 avril, le 1er mai et toutes les dates qui suivront, nous serons toutes et tous en grève et dans la rue.

Pour Paris : Manifestation à partir de 14h de la Place d’Italie à Bastille

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Précarité

Abrogation immédiate du décret chômage ! En colère le 2 avril !

Le 31 mars est donc paru le nouveau décret portant réforme de l’assurance chômage. Sans surprise il confirme l’ensemble des régressions que le gouvernement veut faire avaler aux chômeurs et aux précaires. Face au cynisme du gouvernement, le 2 avril, cessons le travail et participons massivement aux manifestations de la colère contre ce gouvernement indigne ! Abrogation du décret !

Sur Paris, rassemblement le 2 avril Place de l’Hotel de Ville, 13h.

Alors que plus d’une centaine de lieux culturels sont occupés pour revendiquer l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage, le décret qui la met en oeuvre est paru le 31 mars. Sans surprise il confirme que le gouvernement compte faire des milliards d’économies sur le dos de la population la moins en capacité de se défendre !

Il contient ainsi l’ensemble des régressions que le gouvernement entend imposer à la population des travailleurs-euses la plus fragilisée par la crise sanitaire à savoir les chômeurs-euses et les précaires. Pourtant c’est elle qui devrait être la plus protégée en cette période de crise économique. Mais c’est évidemment bien plus facile de s’en prendre aux pauvres et aux précaires que de mettre à contribution le patronat et la finance ! Cela démontre, une fois de plus, toute la dangerosité de laisser l’Etat administrer l’un des pans les plus indispensables de la protection sociale !

Voici quelques-unes des potions (très) amères que le gouvernement est bien décidé à imposer coûte que coûte :
• Augmentation à terme de la durée d’affiliation sur une période plus courte pour pouvoir bénéficier d’une indemnisation chômage (6 mois de travail sur 24 mois),
• Dégressivité des allocations chômage des cadres dès le 9ème voire le 7ème mois,
• Réforme du salaire journalier de référence qui, en prenant en compte les jours non-travaillés, entend faire baisser de moitié les allocations des intermittents de l’emploi….

Tout cela alors que même l’UNEDIC ne cache pas que plus d’un million de chômeur-euses actuel-les vont perdre près de 20 % du montant de leurs allocations dès juillet prochain, et que plusieurs centaines de milliers n’y accéderont plus… Et nous sommes priés d’avaler la potion au motif que la baisse ne serait pas aussi dramatique que prévue au départ « grâce » à un plancher qui éviterait de perdre trop ! Que l’allongement de la durée d’affiliation ne s’appliquera qu’en cas de retour à « meilleure fortune » (sic)….

Le cynisme et la violence du gouvernement Castex n’appellent qu’à la colère la plus noire et déterminée : ce décret, l’union syndicale Solidaires va l’attaquer devant les tribunaux comme son prédécesseur et obtenir espérons-le sa nécessaire censure.

Rejoignons les occupations ! Mobilisons-nous le vendredi 2 avril, cessons le travail et participons massivement aux manifestations de la colère contre ce gouvernement indigne !

Abrogation du décret chômage du 31 mars ! 100 % des chômeurs-euses indemnisé-es à hauteur minimale du SMIC dès 18 ans ! Année blanche sur les droits au chômage pour tous-tes les intermittent-es de l’emploi jusqu’à la reprise totale des activités ! RSA aux 18-25 ans en attendant un véritable salaire étudiant ! Réduction du temps de travail à 32 h hebdomadaires sans perte de salaire ! Arrêt des exonérations et des suppressions de cotisations sociales !

Et les vendredis suivants on continue !

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements

Manif du 23 janvier contre les licenciements, des camarades de Solidaires 78 au micro de FPP

Lors de la manifestation parisienne contre les licenciements, des camarades de l’Union syndicale Solidaires 78 ont été interviewé pour l’émission “L’Actualité des Luttes”… à écouter ici (2ème partie de l’émission) :

https://actualitedesluttes.info/foyers-adoma-ivry-ibrahima-bah-tui-france/

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements

Retour sur la manifestation du 23 janvier

Samedi 23 janvier, une manifestation avait lieu à Paris suite à l’appel des TUI contre les licenciements et les suppressions de postes.

Cet appel était relayé par Solidaires et des syndicats CGT.

C’est un cortège d’environ 2000 personnes, soutenu par plusieurs centaines de gilets jaunes qui s’est élancé, sous bonne garde policière, depuis l’Assemblée Nationale en direction du siège du MEDEF. Les beaux quartiers parisiens ont été perturbés par des slogans anticapitalistes, une fanfare et un cortège déterminé et bruyant de bout en bout.

Le 78 était bien sûr présent avec plusieurs militant·es.

Prochain rendez-vous parisien samedi 30 janvier contre la loi sécurité globale dont nous demandons le retrait global.