Catégories
Écologie Licenciements

Chapelle Darblay, fête de la victoire

Après la réouverture officielle de la papeterie Chapelle Darblay, les salariés, les syndicats et le collectif Plus jamais ça organisent une fête à Grand Couronne (76) le samedi 11 juin. Ci-dessous le message de Plus jamais çà et l’invitation CGT.

site : https://plus-jamais.org

La victoire, ça se fête!

Merci à vous et aux 50 000 signataires de la pétition Sauvons #ChapelleDarblay !

Bonjour,

Vous faites partie des plus de 50 000 personnes qui ont affiché leur soutien aux salarié·es de la papeterie Chapelle Darblay, menacée de fermeture définitive.

Grâce à vous et grâce à une alliance sans précédent entre syndicats, mouvements sociaux et organisations écologistes, Chapelle Darblay est sauvée ! La seule usine en France capable de produire du papier journal et d’emballage 100% recyclé va pouvoir reprendre ses activités.

Grâce à vous et aux milliers de citoyennes et citoyens qui ont rejoint cette lutte écologique et sociale, plus de 200 emplois vont pouvoir être préservés. C’est aussi un véritable modèle d’industrie vertueuse pour la transition écologique qui va pouvoir être maintenu, dans la logique d’une économie circulaire, avec sa chaudière biomasse, sa station d’épuration et la possibilité d’acheminer le papier recyclé par la Seine ou par le rail.

Que s’est-il passé ? Après presque trois ans de luttes, une action de blocage devant Bercy et de nombreux rebondissements, la métropole de Rouen a préempté le site et les machines puis a signé l’acte de vente à un consortium d’industriels, Fibre Excellence et Véolia, le 11 mai. Celui-ci s’est engagé à sauvegarder l’intégrité de l’outil industriel et à réembaucher la grande majorité des salarié⸱es souhaitant revenir.

Nous serons évidemment aux côtés des salarié·es, avec vous et avec les militants et militantes de l’alliance pour une rupture écologique et sociale Plus jamais ça, afin de veiller à ce que les engagements des repreneurs soient tenus.

Nous comptons sur vous pour poursuivre ce combat écologique et social, sur d’autres terrains. Vous pouvez dès à présent :

  • Rejoindre l’un de nos nombreux collectifs locaux Plus jamais ça
  • Suivre le compte Twitter @Collectif_PJC
  • Partager la bonne nouvelle de la victoire de Chapelle Darblay

Merci à vous et à toutes celles et ceux qui ont rendu cette victoire sociale et écologique possible !D’autres luttes et d’autres victoires collectives nous attendent.

Solidairement,
Les membres de l’alliance Plus jamais ça

Catégories
En grève ! Licenciements Précarité

ONNA SABLA (Conflans) : quand des intérimaires demandent leurs droits


Les intérimaires de Bonna Sabla construisent les tunnels du Grand Paris : leur entreprise ferme et le patron jette les intérimaires dehors sans même verser les primes qu’il leur avait promis.
Plus de la moitié de l’effectif est en intérim dont beaucoup d’entre eux sont dans l’usine depuis deux ou trois ans.
Le 2 novembre, commence une grève sur le site de Conflans Sainte Honorine.
Ce 9 décembre 2021, une délégation était reçue par la région Île-de-France
Ce reportage d’Actualité des luttes (sur FPP), propose une interview avec deux salariés et avec une membre de la CGT intérim,et une analyse de l’utilisation de l’intérim par des entreprises travaillant pour l’État

.https://actualitedesluttes.info/emission/bonna-sabla-quand-des-interimaires-demandent-leurs-droits-montreuil-le-logement-ont-en-parlent-quand

Catégories
Licenciements Précarité

SUD Culture Solidaires : contre l’autoritarisme et la casse libérale : propageons les luttes !


Le gouvernement vient de réenclencher sa réforme libérale de l’assurance chômage, qui va réduire les droits de très nombreux/ses chômeurs/ses . Au printemps dernier, pourtant, les précaires et les intermittent-es, refusant la destruction de notre système de protection sociale, s’étaient fortement mobilisé-es contre celle-ci, en occupant plus d’une centaine de lieux culturels. Le gouvernement persiste donc dans des choix économiques et sociaux clairement au service du capitalisme.

Services publics et sécurité sociale :  zones à défendre

La crise sociale et sanitaire a rappelé l’importance des services publics mis à mal par les gouvernements successifs, en particulier dans la santé, où l’hôpital public a subi des fermetures et des restructurations sans fin, ainsi que des suppressions de postes. Mais les baisses de moyens et les suppressions de postes ont visé les services publics dans leur ensemble, en particulier à la Culture. Dans le même temps, Emmanuel Macron s’acharne à détricoter l’assurance chômage, ce bien collectif qui permet aux salarié-es de continuer à survivre en l’absence d’emploi. Alors que le Conseil d’État a suspendu la réforme en juin dernier, le gouvernement publie un nouveau projet de décret qui n’est que le copier-coller de la réforme initiale durcissant considérablement les règles de calcul d’indemnisation. Ce nouveau décret doit entrer en vigueur le 1er octobre. 

Crise sanitaire et sociale du coronavirus : incurie et autoritarisme

Pour se dépêtrer d’une crise sanitaire sans fin, Emmanuel Macron a choisi pour unique mesure – la plus autoritaire – la généralisation du passe sanitaire. Pourtant une vraie politique de santé publique dotée de moyens, allant vers les plus précaires, les plus isolé-es socialement et géographiquement aurait permis non seulement de lutter efficacement contre la pandémie, mais aussi de prendre en charge l’ensemble des problématiques de santé tout en renforçant la cohésion sociale.  Mais il a préféré choisir une politique de la contrainte et du contrôle pour faire oublier l’incurie de son gouvernement depuis le début de la crise épidémique. Cette décision s’inscrit dans la continuité de la politique sécuritaire menée par le gouvernement, telle que la rêvait une droite la plus extrême. Le passe sanitaire accroît encore la surveillance numérique généralisée, restreint l’accès aux services publics et à la culture et  délègue une politique de contrôle aux employeurs. A la faveur de l’été, le gouvernement a en outre présenté une nouvelle loi sécuritaire fourre-tout (amendes forfaitaires pour vol à l’étalage, fichage des mineurs étrangers, caméras en garde à vue, évolution de la CNIL) qui autorisera, entre autres, les drones policiers, dans la suite de la Loi Sécurité Globale. Le Passe sanitaire et les drones sont les outils d’un même projet idéologique « technopolicier ». Bienvenue dans le monde macronien de demain : libéralisme économique et autoritarisme social.

Mesures de prévention et missions d’accueil : surveiller et punir

Les travailleurs et travailleuses au contact du public ou en première ligne, attendront encore longtemps des mesures protectrices auxquelles l’employeur est pourtant tenu, mesures que nous réclamons depuis le début de la pandémie : masques FFP2, retour des jauges et ventilation adéquate. De plus, le gouvernement a décidé de renvoyer travailler sur site une partie des personnes vulnérables.

A partir du  30 septembre, les jeunes de plus de 12 ans devront aussi présenter leur passe sanitaire pour accéder notamment aux lieux culturels, bibliothèques comprises. A l’heure où 2021 a été décrétée année de la Lecture, les ces restrictions d’accès rendent caduques toute réelle politique culturelle en faveur du livre et de la lecture. La mise en œuvre de ce passe sanitaire porte atteinte aux missions des personnels d’accueil auxquelles ils/elles sont attaché-e-s. : Accueillir le public, quel qu’il soit et non le contrôler, et le trier en fonction de son statut sanitaire ! 

Réprimer encore…

La logique punitive de la politique gouvernementale vise aussi plus spécifiquement les sans-papiers enfermés en Centre de rétention en vue de leur expulsion. Depuis plus d’un an, plusieurs étrangers détenus en CRA ont été envoyés en prison pour avoir refusé un test PCR. Cette pratique administrative avait été jugée illégale et dénoncée par la Contrôleuse des lieux de privations de liberté. Le gouvernement a choisi d’entériner dans la loi de “gestion de crise sanitaire” du 9 août, la pénalisation du “refus de test PCR”. Une mesure qui n’a rien à voir avec la santé publique mais bien avec le “tout répressif ” du gouvernement.

En grève le 1er octobre contre l’extension du passe sanitaire aux jeunes et contre la mise en œuvre de la réforme de l’Assurance Chômage

En grève le 5 octobre pour nos droits sociaux, les services publics ainsi que la justice sociale et écologique

C’est à nous de défendre nos droits collectifs ! Ne les laissons pas faire !

Catégories
Défense de nos libertés Industrie Licenciements Santé-Social

Organisons-nous contre la perte de nos libertés ! Le flicage s’installe de plus en plus, no pasaran !



Macron vient d’annoncer un nouveau programme de licenciements dans le système de santé au lieu de construire des hôpitaux et d’embaucher du personnel médical. Ce qui aura un impact sur les effectifs du personnel médical ! Et par conséquent, produira encore plus de morts.

NOUS DISONS NON ! Pendant ce temps les caisses de la sécurité sociale se vident alors que se remplissent les poches des actionnaires mais toujours au détriment des hôpitaux !

L’année dernière, des salarié-e-s étaient applaudi-e-s aux fenêtres pour leur courage. Mais cet automne on veut les licencier pour des “motifs personnels”. Le patron devra remplacer les services de Médecine
du travail ! Et nous devrons le laisser faire ? De notre côté, nous sommes de tout cœur avec ces salarié-es , ainsi qu’avec nos camarades de Sud Santé Sociaux et sommes entièrement d’accord avec leur communiqué, avec qui nous partageons la même analyse.

Oui à la vaccination obligatoire ? Macron veut autoritairement vacciner l’ensemble de la population, sans même préciser avec quel “vaccin”, alors même que nous n’avons pas l’assurance d’ effet secondaire avec
le temps, et que la COVID ne représente pas le même danger pour chacun (toutes les personnes atteintes ne sont pas allées à l’hôpital …). Demain selon la même logique, devrions nous accepter d’être vaccinés contre la grippe? Ce sont des questions qui méritent des réflexions profondes pour chaque citoyen et citoyenne !

L’obligation vaccinale pour l’ensemble de la population, comme le refus de faire tomber les brevets, n’ont rien de mesures sanitaire. Comme d’habitude, il s’agit de remplir les poches de milliardaires.

Macron a annoncé que nombres de droits seront supprimés pour les personnes qui n’auront pas le pass-sanitaire, non seulement c’est inadmissible, mais c’est même criminel dans certains cas : Prenons
l’exemple d’une femme enceinte devant obligatoirement se faire vacciner alors même que cela représente potentiellement des dangers de malformations pour le fœtus … Sinon, en octobre, elle devra payer son
test PCR pour accéder à de nombreux endroits, y compris la maternité… L’Assemblée a retoqué cette obligation de vaccination pour de telles situations.

Macron a dit qu’il nous faudrait nous transformer en une bande de délateurs et de délatrices: pourtant, il n’est pas tolérable de nous demander ou obliger à se fliquer les uns les autres afin d’accéder à des endroits
publics ou privés. Continuer à se plaindre depuis des années contre les nombreux gouvernements qui se succèdent ne suffit pas ! C’est dans la rue qu’Il faut désormais reprendre nos acquis et nos libertés!

C’est pour cette raison que SUD INDUSTRIE Francilien appellera notamment à l’ensemble des actions du peuple contre la perte de nos libertés et acquis sociaux ! Nous ne laisserons pas l’extrême droite prendre
le contrôle des mouvements de résistance comme dernièrement avec le mouvement des Gilets Jaunes.
Nous appelons donc l’ensemble des salarié-e-s à ne pas manifester derrière ces menteurs qui à la base rappelons le, sont contre le droit de manifester, de se syndiquer, de faire grève, et continueront aussi la politique des gouvernements qui se succèdent pour nous retirer nos libertés.

Nous appelons à manifester largement, à démasquer et virer de la lutte les hypocrites de toutes espèces !

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Transport

Grève en soutien à Ahmed Berrahal, réprimé pour avoir dénoncé des violences sexuelles à la RATP

Ahmed Berrahal aurait dû recevoir une médaille pour son engagement syndical. A la place, il enchaine aujourd’hui son troisième conseil de discipline en un an et demi. Elu CGT à la RATP, il a déjà été confronté à la répression pour avoir remis en cause la conformité des masques fournis par la RATP et dénoncé la vétusté de certains autobus, explique-t-il dans une interview donnée au Courrier de l’Atlas.

Cette fois, ce machiniste receveur est accusé d’avoir harcelé moralement un de ses chefs… lui même accusé par une femme pour des faits d’agression sexuelle. Un préavis de grève a été déposé pour le 10 mai et un rassemblement de soutien à Ahmed Berrahal se tient ce lundi avant qu’il ne soit entendu en conseil de discipline.

« Une salariée m’a averti de son agression. Elle m’a transmis la main courante qu’elle avait déposée contre le chef, je l’ai transférée à ma direction pour l’alerter et on m’a répondu que je n’aurais pas dû faire ça », explique Ahmed Berrahal. Dans la main courante, la jeune femme raconte que son collègue lui a touché les seins et a tenté de l’embrasser de force. Pour le syndicaliste, la répression dont il fait l’objet en dit long à la fois à propos du sexisme qui sévit à la RATP mais aussi de la volonté de la direction de le mettre sous le tapis.

Bien entendu, ce n’est pas un cas isolé. En deux ans et demi, j’ai déjà dû traiter 7 cas d’harcèlement sexiste et ou d’agressions sexuelles. Quand j’ai intégré la RATP en 2004, il y avait très peu de femmes, surtout chez les machinistes. Aujourd’hui, elles sont beaucoup plus nombreuses à conduire des autobus, à occuper donc des postes « fragiles ». Il y a énormément de femmes, parfois des mamans qui élèvent seules leurs enfants, qui sont dans des situations précaires. Il y a sans aucun doute beaucoup plus de cas d’agression sexuelle au sein de la RATP mais la peur du licenciement les empêche de parler. Derrière le beau discours de lutte contre les agressions sexuelles que martèle la direction, il y a la réalité. C’est encore très tabou à la RATP de parler de ce sujet-là. L’omerta règne. C’est pour ça qu’il faut l’ouvrir, raconte Ahmed Berrahal.

Photo : O Phil des Contrastes

Source : Rapports de forces

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements

Réforme de l’assurance chômage, moins de droits et de protection

La réforme de l’assurance chômage envisagée en 2019 fait son grand retour avec la publication d’un décret le 30 mars dernier et doit entrer en vigueur à partir du 1er juillet 2021. L’ancienne mouture est reprise point par point. 1,5 millions de personnes privées d’emploi sont concernées selon l’Unedic. Objectif du gouvernement : faire 2,3 milliards d’économies sur notre dos….

Tract de Sud Culture section archéologie

Articles

Publié le

10 chômeur.ses sur 10 indemnisé.es au SMIC minimum !

Abandon de la réforme de l'assurance chômage !

Publié le

INRAP : nouveau préavis de grève intersyndical

Préavis de grève reconductible pour l’ensemble des agents de l’Inrap du 1er au
31 mai 2021 de 0 à 24 heure.

Par la présente, les organisations représentatives de l’Inrap renouvellent le préavis de grève reconductible concernant l’ensemble des agent.es de l’Inrap déposé par les organisations représentatives du personnel en date du 22 février 2021 pour la période du 2 au 26 mars, puis le 25 mars pour la période du 27 mars au 30 avril.
Les textes réglementaires prévoient une obligation de négociation, pendant la durée du préavis, entre les organisations syndicales et l’administration employeur. Malgré cela aucun.e représentant.e de l’administration n’a reçu les organisations syndicales, ni avant, ni le 16 mars dernier, jour d’actions à Paris et dans les régions. C’est la première fois depuis 20 ans que l’administration ne nous reçoit pas dans ce cadre. Aussi, nous protestons face à ce déni du dialogue social.Continuer la lecture de « INRAP : nouveau préavis de grève intersyndical » Publié le

Réforme de l’assurance chômage, moins de droits et de protection

Tract-Assurance-Chomage_archeo

Catégories
Actu Solidaires 78 Licenciements Transport

Solidarité avec Ahmed, militant CGT RATP

Fidèle à son obsession répressive, la direction de la RATP poursuit son acharnement disciplinaire contre les élu.es en général, et contre Ahmed Berrahal en particulier…

Fabienne Lauret, militante Solidaires 78 : «La parole des femmes se libère, et des hommes enfin les défendent! Chapeau Ahmed!»

Pétition pour Ahmed Berrahal et témoignages vidéos qui montrent la situation catastrophique des femmes a la RATP et le travail quotidien effectué par Ahmed a ce sujet 
https://www.facebook.com/CGT.RATP.Bus.Flandre/