Catégories
Luttes féministes Retraites

les femmes grandes perdantes de la #ReformeDesRetraites

Contrairement à ce que nous dit le gouvernement. On vous explique pourquoi dans cette vidéo

https://https://twitter.com/UnionSolidaires/status/1615381656613027840?s=20

retraites : les femmes grandes perdantes from Union Syndicale Solidaires on Vimeo.

Prise de parole Manif Mantes la Jolie 20/01/23 : Avec Fabienne et Myriam

FEMMES ET RETRAITE

Bonjour,

Nous sommes deux militantes syndiquées à Solidaires, et du collectif féministe les FFFrac à Mantes , Myriam et Fabienne.

Nous allons vous présenter les 5 raisons principales pour lesquelles cette réforme est sexiste et discrimine les femmes.

Nous nous sommes inspirées d’un tract de CGT Educ’action, de la Collective 93 et d’un texte de Christiane Marty d’Attac.

  1. La première Raison : La pension minimum est conditionnée à une carrière complète:

Nous les femmes, nous voyons constamment nos carrières se hacher : à cause de la charge de famille ; en effet les femmes se retirent totalement ou partiellement, lors de l’arrivée d’enfants, du fait du manque de modes d’accueil de la petite enfance.

En ajoutant également que nous subissons des contrats courts et précaires, comme des temps partiels imposés : rappelons que 80% des emplois à temps partiel sont des féminins.

Le résultat ? En 2018, déjà les femmes percevaient des pensions de retraite inférieures de 28% à celles des hommes !

  1. Deuxième raison: les congés parentaux sont pris très partiellement en compte:

Seulement 4 trimestres seront comptabilisés pour la retraite: du fait des stéréotypes de genre et de leur précarité, ce sont bien les femmes qui en majorité prennent ces congés ( 2⁄3 des congés parentaux sont pris par les mères en 2018). Même si le congé paternel a été augmenté à 28 jours, il n’est majoritairement pas utilisé.

  1. Troisième raison : cette réforme entraînera de façon prévisible, la précarité en fin de carrière !

Car parmi les personnes au chômage ou en invalidité avant la retraite, 60% sont des femmes.

Donc allonger, la date de départ à la retraite, c’est allonger cette précarité pour des milliers des femmes!

4. Quatrième raison: La pénibilité des métiers féminisés n’est pas toujours reconnue.

L’espérance de vie d’une infirmière est de sept ans inférieure à la moyenne des femmes. 20% des infirmières et 30% des aides soignantes partent à la retraite en incapacité.

Sans oublier, les aides soignantes, les caissières, et les femmes de ménages et tant d’autres mé tiers invisibilisés.

5. Cinquième raison de refuser cette réforme: la décote à 67 ans est injuste et touche plus les femmes.

Le gouvernement se fout des femmes en déclarant maintenir la décote jusqu’à 67 ans pour les femmes, et l’annuler pour les hommes !

Tout recul de l’âge de départ, comme tout allongement de la durée de la cotisation, ne pourront qu’aggraver la situation des femmes et les inégalités. Et ce qui permettrait de les réduire n’est pas prévu !

Toute notre carrière, NOUS subissons les salaires plus faibles, les contrats plus précaires: l’absence de primes ou d’évolution de salaire.

Cette réforme amplifie ces inégalités.

Toutes en lutte

et en grève,

pour le retrait

de la réforme

des retraites!

Catégories
Écologie Luttes féministes

Projection “Ni les Femmes, ni la Terre…” le 11 janvier à 19h au 31 rue de la Grange aux Belles, suivi d’un apéro-débat

La commission féministe de Solidaires Paris et la commission Femmes de Solidaires nationale vous invite le mercredi 11 janvier à 19h a une projection du film “Ni les femmes ni la terre” (62 mns ) suivi d’un apéro-débat pour réfléchir ensemble aux combats écofeministes.

Catégories
Histoire Le conseil lecture de la semaine Luttes féministes

Féministes ! Luttes de femmes, lutte de classes [livre]

Sortie du livre Féministes ! Luttes de femmes, lutte de classes aux Editions  Syllepse.

Une trentaine de témoignages et analyses de féministes de terrain, de groupes femmes dans les entreprises, d’universitaires, des années 1970 à nos jours ( 50 ans), mais aussi la création de la Maison des femmes à Paris, le CNDF, les combats internationaux,  la marche mondiale des femmes, les batailles pour  le droit à l’avortement, contre le viol et le racisme… un ouvrage écrit à plusieurs mains, mis en page par Suzy Rojtman. 

Une histoire passionnante et actuelle qui a emprunté plusieurs  voies.


Présentation

Le mouvement féministe contemporain en France a plus de cinquante ans, un temps d’histoire, histoire d’un enthousiasme fou de se retrouver ensemble, émaillé de victoires décisives, mais jalonné de difficultés face à un patriarcat qui se défend bec et ongles.
Dans cette histoire, on oublie souvent une des actrices essentielles : la « tendance lutte de classes » comme elle s’est définie elle-même, après Mai 68, dans les années 1970.
Restituer cette histoire occultée, c’est le but de ce livre, réalisé à partir de trois colloques organisés par le Collectif national pour les droits des femmes.
Il aborde l’histoire pionnière du MLF et de toutes ses tendances : celle des groupes femmes créés dans les entreprises et les quartiers, celle des militantes d’extrême gauche, de gauche, des syndicalistes, qui, impliquées avec conviction, ont bataillé dans leurs organisations respectives.
L’histoire des luttes ouvrières où les femmes ont dû s’affirmer (Lip, Renault, banques, Chèques postaux). L’histoire méconnue des groupes de femmes immigrées ou dans les populations colonisées. L’histoire des luttes pour la visibilisation et l’affirmation des lesbiennes.
C’est aussi celle de la conquête du droit à l’avortement et son remboursement, celle de la création de collectifs féministes : contre le viol et contre le racisme ; de l’unité avec la création de la Maison des femmes de Paris, d’Elles sont pour et du Collectif national pour les droits des femmes, des combats internationaux avec la Marche mondiale des femmes.
C’est la parole de ses actrices elles-mêmes qui donne corps et vie à cette histoire.

Ce sont les contributions de 28 autrices qui donnent corps à ce livre, illustré avec des documents d’époque.

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile Idées, débats, cultures Luttes féministes

3 décembre – Rencontre avec Fabienne Lauret (St Quentin-en -Yvelines)

Rencontre avec Fabienne Lauret

Le 3 décembre 2022 à 15h00

Librairie Le Pavé du Canal

La librairie est ravie d’accueillir Fabienne Lauret pour une rencontre autour du roman graphique Une féministe révolutionnaire à l’atelier.

Rendez-vous le samedi 3 décembre 2022 en librairie !

Catégories
International Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Luttes féministes

Affronter la peur : que nous apprennent les femmes iraniennes ?

Une émission à écouter…

Depuis la mort de Masha Amini, le 16 septembre dernier, nombre d’Iraniennes se sont filmées en train de se couper les cheveux et sont descendues dans la rue crier leur colère face au régime en place et à la loi instaurée depuis la révolution islamique de 1979.

Catégories
Luttes féministes

25 novembre – Mantes – Mobilisation journée mondiale contre les violences sexistes et sexuelles

Dans le cadre de la journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles un rassemblement à l’appel des Fffrac aura lieu à Mantes-la-Jolie le vendredi 25 novembre devant la mairie à partir de 18 h avec la participation de la chorale féministe du Mantois les Fracassantes !

Tract Solidaires 78


Rendez-vous parisien :

Samedi 19 novembre – Départ à Place République via Bastille puis Nation

Catégories
Luttes féministes

25 novembre – Les Mureaux – Film « La Nuit du 12 »: une histoire de Femmes et d’Hommes

Vendredi 25 Novembre 2022 20h30

Entrée libre

au Cinéma Frédéric Dard des Mureaux

Film de Dominique Moll, avec Bastien Bouillon, Bouli Lanners, Pauline Seriez, Mouna Soualem, Anouk Grinberg.

« La Nuit du 12 »: une histoire de Femmes et d’Hommes. 

Soirée initiée par Attac 78 Nord


Pour son film, Dominik Moll s’est intéressé à un fait divers particulier, présent en fin de livre (” 18.3.Une année à la PJ” de Pauline Guéna), lui permettant de traiter les violences faites aux femmes.

Le cinéaste ne fait pas que montrer l’atrocité d’un meurtre, mais souhaite mettre en avant le machisme ambiant qui règne dans la société actuelle, y déplorant par exemple qu’une femme ne puisse pas encore sortir la nuit en mini-jupe sans craindre une agression.

Interrogé par la police, la meilleure amie de la victime en dit long sur les travers modernes des inégalités des sexes : « elle a été tuée parce que c’est une femme ».


Cette réflexion, puis celle d’une collègue amènent l’enquêteur à prendre conscience des ambiguïtés de son point de vue masculin.


Voilà pourquoi nous, Attac 78N avons choisi ce film pour la journée du 25 Novembre,

journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Le débat sera animé par des femmes de la région.

Catégories
Actu Solidaires 78 Luttes féministes

Contre les violences sexistes et sexuelles, mobilisons-nous ! du 19 au 25 novembre et toute l’année

TRACT SOLIDAIRES: DU 19 AU 25 NOVEMBRE, PLUS QUE JAMAIS SOYONS DANS LA RUE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES !

5 ans après #Metoo, le constat est celui d’une plus grande dénonciation des violences sexistes et sexuelles dont sont victimes les femmes, mais on reste loin des mesures nécessaires pour espérer éradiquer ou minimiser fortement ces violences. Elles sont ancrées dans un système patriarcal qui n’est pas combattu à la hauteur de ce qu’il devrait être.

Les chiffres des féminicides en France viennent le rappeler :

122 femmes tuées en 2021 par leur compagnon ou ex-compagnon. Près d’une femme sur trois (32 %) avait déjà subi des violences et 64 % de celles-ci avaient signalé ces violences et parmi ces dernières, 84 % avaient déposé une plainte. Depuis le début de l’année 2022 118 femmes victimes par compagnon ou ex-compagnon et donc 118 hommes ont tué leur compagne ou ex-compagne. C’est le constat d’un échec en soi.

Dans la société, dans la rue, dans les espaces publics, ce sont quasiment 100 % des femmes qui déclarent avoir subi du sexisme, du harcèlement, des agressions sexuelles. Les plaintes de violences sexistes et sexuelles sont en augmentation de 30 % en 2021.

Depuis plusieurs années, Solidaires, avec d’autres organisations syndicales et féministes réclament :

  • un milliard pour lutter contre les violences : faire en sorte que l’impunité n’existe plus, que partout les formations soient opérantes, que les associations aient les moyens de réaliser l’accueil et la prise en charge des femmes et personnes victimes
  • une éducation non sexiste, inclusive dès l’enfance et dans tout le parcours scolaire,
  • la prévention des violences sexistes et sexuelles comme sujet obligatoire de négociation à tous les niveaux sous peine de sanction pour les employeurs
  • une vraie déclinaison dans le droit du travail de la convention de l’OIT : suppression des jours de carence, aménagement des horaires, interdiction de licenciement, des femmes victimes

MANIFESTONS, CRIONS NOTRE RAGE, DÉNONÇONS ET EXIGEONS LA FIN DE CES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES !


TEXTE D’APPEL À LA MANIFESTATION DU 19 NOVEMBRE 2022 POUR QUE NOS VIES NE SOIENT PLUS CLASSÉES SANS SUITE. #19NOVEMBRE

Le collectif #NousToutes et l’ensemble des associations féministes et organisations syndicales signataires de ce texte appellent tou·tes celles et ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles à manifester le samedi 19 novembre 2022 à Paris et partout en France. La mobilisation continuera toute la semaine jusqu’au 25 novembre, date de la journée mondiale de lutte contre les violences à l’égard des femmes.


Les tracts et communications des différentes structures de Solidaires

Catégories
Actu Solidaires 78 Luttes féministes Ressources juridiques

FICHE Solidaires N° 25 – LE HARCÈLEMENT SEXUEL

Quelle définition du harcèlement sexuel ?Quelle protection des victimes et des témoins de harcèlement sexuel ?Quelles obligations de prévention ?Quel rôle des organisations syndicales, des associations ?Quelles sanctions à l’encontre de l’auteur de harcèlement sexuel ? Où m’adresser ?

https://solidaires.org/connaitre-ses-droits/fiche-droits/fiche-n-25-le-harcelement-sexuel/
Selon l’enquête par questionnaire menée par l’IFOP en 2019 dans cinq pays européens, près d’une Française sur trois (30 %) a déjà été harcelée ou agressée sexuellement sur son lieu de travail au sens juridique du terme, soit une proportion quasi identique à celle mesurée par l’IFOP en janvier 2018 (32 %) sur une catégorie de travailleuses très similaire. Les violences sexuelles et sexistes peuvent être le fait de supérieurs hiérarchiques, de collègues n’exerçant pas d’autorité hiérarchique ou encore de personnes extérieures à l’entreprise (clients, fournisseurs, etc.). Vous n’êtes responsable ni des actes commis ni des propos tenus à votre encontre. Parlez-en, faites-vous aider, il est possible d’agir.

Pour plus d’informations, consultez le guide de Solidaires « Agir syndicalement contre les violences sexistes et sexuelles au travail »

https://solidaires.org/sinformer-et-agir/brochures/brochures-et-argumentaires-interpro/agir-syndicalement-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles-au-travail/

Catégories
Luttes féministes

19 NOVEMBRE POUR QUE NOS VIES NE SOIENT PLUS CLASSÉES SANS SUITE. #19NOVEMBRE

Le collectif #NousToutes et l’ensemble des associations féministes et organisations syndicales signataires de ce texte appellent tou·tes celles et ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles à manifester le samedi 19 novembre 2022 à Paris et partout en France.

Rendez-vous parisien :

Samedi 19 novembre – Départ à Place République via Bastille puis Nation

Dans les Yvelines, rassemblement appelé par les Fffrac le  vendredi  25 novembre 18h devant la Mairie de Mantes la Jolie, avec un seul texte lu et surtout chants féministes de la chorale Les Fffracassantes

La mobilisation continuera toute la semaine jusqu’au 25 novembre, date de la journée mondiale de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

La suite du texte ici https://solidaires.org/sinformer-et-agir/actualites-et-mobilisations/nationales/texte-dappel-a-la-manifestation-du-19-novembre-2022-pour-que-nos-vies-ne-soient-plus-classees-sans-suite-19novembre/