Skip to content

Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Catégories
Retraites

Un fringant Premier Ministre d’Ancien Régime !

On peut être le plus jeune Premier ministre de la Ve République et avoir un discours d’Ancien Régime. C’est la démonstration que vient de réaliser Monsieur Gabriel Attal le 30 janvier 2024 lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Plusieurs fois il parle de « réarmer » le pays pour qu’il retrouve sa « souveraineté », mais il ne parle jamais des moyens budgétaires qui vont être affectés à cet objectif. Nous savons que, très prioritairement, c’est le seul budget de l’Armée qui a progressé fortement pour 2024. Pour l’école, il nous parle de retour à l’uniforme pour gommer les différences et les inégalités. Il n’est pas certain qu’avec ça les enfants des banlieues ouvrières comme ceux des zones rurales se sentent « égaux » aux jeunes du collège Stanislas. Rien sur les recrutements dans l’école publique, rien sur les moyens budgétaires gaspillés au profit d’un enseignement privé non contrôlé.

Comme ses prédécesseurs et comme tous les capitalistes qui exploitent le travail des autres, il met en avant son « attachement à la valeur travail ». Mais, pour mettre une différence entre ceux qui travaillent et ceux qui sont au chômage, il va encore diminuer les allocations chômage et rendre plus difficiles les conditions d’accès. Il n’y a rien pour modifier le partage des richesses entre celles et ceux qui travaillent, dont les premières et premiers de corvée et tous les inactifs et rentiers qui vivent du travail des autres. Jamais il ne parle d’une quelconque contribution des plus riches, des milliardaires de plus en plus nombreux et de plus en plus scandaleusement riches, à l’effort commun.

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraitées et Retraités Solidaires (UNIRS) constate par ailleurs que ce fringant jeune homme n’a eu aucun mot pour les personnes retraitées, rien pour les personnes âgées qui ont des très petites retraites, rien pour améliorer la situation des personnes qui survivent difficilement avec les minima sociaux. Nous n’avons vu aucune annonce quant à l’amélioration des services de santé et des conditions de travail et de rémunération de leurs personnels, rien pour améliorer la situation de l’hôpital public, rien de concret pour renforcer les services d’aide à domicile et améliorer leur accessibilité ni pour renforcer les EHPAD publics et pour éviter les abus, maltraitances et autres scandales récemment dévoilés. Nous avons seulement noté l’annonce « avant l’été … d’un projet de loi sur l’aide active à mourir dans notre pays » … faute de bien vieillir.

Les commentateurs à gages mettent en avant le dynamisme et la détermination du « jeune Attal » : nous savons, à l’UNIRS, que l’âge ne fait rien à l’affaire, et que souvent, l’agitation veut compenser un vide sidéral. Encore une fois, une nouvelle « priorité » est prise en main par le gouvernement, l’agriculture, après l’école, la santé, la lutte contre le terrorisme, la planète, les violences faites aux femmes, les inégalités hommes/femmes, l’emploi, le réarmement des territoires, la souveraineté nationale, etc. Nous continuons de mesurer l’efficacité des politiques gouvernementales aux résultats concrets : les sommes versées aux actionnaires du CAC 40 ne cessent de progresser. 45 milliards d’euros leur ont été versés en 2017, 70 milliards en 2021 et 97,2 milliards d’euros en 2023. C’est plus qu’un doublement en six ans de « gouvernement Macron ». En 2023, les versements aux actionnaires rapportés aux bénéfices des firmes sont passés à 72 % (contre 55 % en 2022). C’est-à-dire que l’essentiel des profits va dans la rémunération des actionnaires, et pas dans l’investissement. Nous sommes totalement à l’opposé du discours selon lequel les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain et les emplois d’après-demain. Nous sommes dans une politique du ruissellement vers les portefeuilles des milliardaires.

Face à cette politique générale qui s’affiche, il nous faut continuer de porter une orientation générale totalement autre. L’UNIRS estime que c’est encore une fois par la mobilisation, notamment des personnes retraitées, que le gouvernement concèdera des améliorations sociales. C’est la décision que prendront les neuf organisations de retraités et retraitées d’une journée nationale d’action pour la fin mars.

Catégories
Retraites

Retraité·es : note mensuelle de l’UNIRS de janvier 2024

Décisions des 9 organisations de retraité·e·s

Les 9 organisations se sont réunies vendredi 19 janvier 2024, de 10 h à 12 h dans les locaux de FO. Toutes les organisations étaient présentes, hormis LSR.

Journée d’action des retraité·es : ce sera le mardi 26 mars. Pour Paris, il faudra réfléchir à un parcours visible de la manifestation et à son objectif : Attal ne nous recevra pas et le lieu n’est pas enthousiasmant, Bercy peut accepter une rencontre et permettre d’en rendre compte ensuite, …

Conférence de presse : elle se tiendra lundi 5 février à partir de 10 h 45 dans les locaux de la CGT. La CGT invitera la presse à venir assister à notre conférence de presse en lui envoyant un texte qui reprendra nos revendications. Au soir de la déclaration de politique générale d’Attal le 30 janvier, nous nous contacterons pour voir comment nous analysons son discours.

Lettre au premier ministre et lettre aux groupes parlementaires : après intégration des remarques signalées avant et pendant la réunion, les deux lettres sont adoptées et seront envoyées par FO.

À noter que la députée Danièle Obono (Paris, 18e arrondissement) nous invite à son compte-rendu de mandat le 25 janvier à 19 h au cours duquel elle évoquera sa proposition de loi qui oblige l’État à un accueil physique dans les services publics. Nous pourrions insister auprès des sénateurs pour qu’elle soit adoptée aussi au Sénat.

Les mensonges de Macron : le projet envoyé par Solidaires convient. Il représente un outil que chaque équipe utilisera à sa façon.

Haut Conseil de l’Âge : la FSU a envoyé au G9 un projet d’expression contre la loi immigration et ses conséquences. Le Président du HCA a devancé et a annoncé qu’était proposé un travail transversal des 3 conseils du HCFEA (Famille, Enfance, Âge) sur les conséquences de la loi immigration sur l’accès aux prestations et services des familles étrangères. Dans le champ du grand âge, est concernée l’APA. « L’objectif est de publier une note d’analyse commune aux trois Conseils au cours du premier semestre 2024 ».

Nous sommes bien conscients qu’une partie des responsables de la haute fonction publique, dont le HCFEA, tiennent au respect des droits. Nous ne manquerons pas d’intervenir pour soutenir l’initiative du président du Haut conseil de l’âge lors de son introduction de la séance plénière du HCFEA.

8 mars : cette journée pour l’égalité des femmes et des hommes mérite plus que notre habituelle expression (qu’il faut faire) dans cette période de menaces de remise en cause de la réversion et de régressions du départ à la retraite imposées par la loi. Il est décidé d’organiser un colloque à Paris.

La FSU propose un texte pour le 8 mars, comme les années précédentes et chaque organisation cherche un·e intervenant·e spécialiste de la réversion qui pourrait participer à un colloque sur Paris dans la semaine du 8 mars. C’est la FSU qui centralise les propositions de « spécialiste » pouvant venir animer notre colloque.

Anniversaire du G9 : il est décidé le principe d’un colloque à Paris ouvert aux militantes et militants sur « les 10 ans du G9, un exemple d’unité d’action » avec un sociologue. Jean-Marie Pernot, qui travaille sur le syndicalisme, est évoqué, la FSU le contacte et lui propose la date de jeudi 23 mai. Il faudra chercher une salle.

Communiqué FO-FSU : FO et FSU ont envoyé un projet de communiqué sur leur attachement à la paix face au développement des conflits et des guerres, sur la nécessité de retrouver une primauté de la démocratie dans notre pays, d’arrêter la criminalisation de l’action syndicale et d’affirmer les revendications des retraité·es.

La CFTC et la CFE-CGC expriment leurs réticences à une expression jugée trop politique, les 7 autres organisations valident le communiqué et son envoi.

Rencontre avec Delphis, une association de bailleurs sociaux qui s’occupe du logement social, programme des constructions dans les territoires, … Nous acceptons cette rencontre, dans un contexte où la loi vient de changer les règles, de faire entrer dans la légalité le logement clandestin et les marchands de sommeil. La CFTC et la CFE-CGC nous représenteront lors de cette rencontre.

Prochaine réunion : lundi 5 février 2024 à 14 h dans les locaux de la CGT (après la conférence de presse).

+ 5,3 % pour les pensions de base

Cette augmentation au 1er janvier 2023 n’est pas un cadeau, il s’agit de la stricte application de l’article L.161-25 du Code de la Sécurité sociale qui revalorise chaque année la pension de base en fonction de l’inflation calculée de façon précise : la revalorisation au 1er janvier 2024 s’obtient en faisant la différence entre la moyenne annuelle de l’indice des prix à la consommation pour les mois de novembre 2022 à octobre 2023 et cette même moyenne pour les mois de novembre 2021 à octobre 2022. Le résultat, 5,26 %, a été arrondi à 5,3 %.

Les retraité·es toujours dans le collimateur.

Certains, dont des économistes, ceux qui pensent que les retraité·es sont une charge inutile qui coûte trop cher, regrettent l’augmentation des pensions en avançant deux arguments : un soi-disant creusement de l’écart entre actifs et retraités et des objectifs de réduction du déficit public :

– « C’est une décision politique qui pose la question de l’équité entre les générations et ne fait que creuser les écarts de richesse entre actifs et retraités », selon l’économiste Maxime Sbaihi (auteur du « Grand vieillissement ») qui précise que la Banque de France prévoit une augmentation de seulement 4,1 % du salaire moyen cette année. Dans la tribune qu’il a cosignée en octobre, il demandait déjà de désindexer les retraites « pour donner la priorité à la jeunesse, aux salaires et à la valeur travail ».

– « Revaloriser toutes les retraites est un manque à gagner pour l’investissement dont nous avons besoin, dans nos jeunes, dans nos actifs, dans notre capital humain » selon Ludovic Subran, chef économiste d’Allianz.

– « En France, les retraités ont un niveau de vie supérieur au reste de la population. Seule l’Italie est dans une situation comparable », argumente François Ecalle, fondateur du site spécialisé dans les finances publiques Fipeco.

Ces personnes dénommées économistes feraient bien de regarder plus attentivement les textes et graphiques du Conseil d’Orientation des Retraites, ou bien d’être plus honnêtes. Certes, le niveau de vie des retraité·es est annoncé légèrement supérieur … à celui de l’ensemble de la population, c’est-à-dire que le revenu d’une personne à la retraite est supérieur à celui du nourrisson, des jeunes sans revenu… quoi de plus normal ? Une comparaison avec ce qui est comparable montre que le niveau de vie des retraité·es est légèrement inférieur à celui des actifs (les personnes qui travaillent et celles qui sont au chômage). Le pire concerne l’avenir : même si les pensions étaient revalorisées au rythme de l’inflation officielle, le niveau de vie des retraité·es chuterait fortement, d’un quart en 50 ans, ramenant les retraité·e·s à leur pauvre situation de 1980. C’est une rupture. Le progrès social a permis que les pauvres personnes en retraite aient quasiment le même niveau de vie que les actifs, la régression sociale programmée par les différentes contre-réformes sur les retraites va les faire basculer dans la pauvreté.

Et des prix explosent bien plus

Les complémentaires santé à statut mutualiste prévoient une hausse moyenne de 8,1 % de leurs cotisations en 2024, une augmentation inédite par rapport aux années passées au cours desquelles elles augmentaient de 3 à 4 %, selon une enquête de la Mutualité française qui porte sur 8 mutuelles qui protègent 18,7 millions de personnes.

La hausse devrait être de 7,3 % en moyenne pour les contrats individuels, et de 9,9 % en moyenne pour les contrats collectifs obligatoires souscrits par les entreprises pour leurs salariés. Pour les retraité·es, ce pourrait être +25 à 30 % !

Les raisons évoquées sont l’envol des dépenses de santé, les « transferts de charges » que leur impose l’État, les conventions et les revalorisations d’actes signées avec les différentes professions de santé (dentiste, kinésithérapeute, sage-femme, règlement arbitral pour les médecins…) … et surtout l’augmentation du ticket modérateur pris en charge par les complémentaires pour les soins bucco-dentaires (500 millions d’euros), la montée en puissance du dispositif du « 100 % santé » (prise en charge totale de certains soins optiques, dentaires et auditifs). L’augmentation des tarifs est la conséquence de la politique du gouvernement qui ne peut pas espérer un effort financier des organismes, après plusieurs années d’excédents entre 2017 et 2020, les résultats en santé des complémentaires sont, en moyenne, à l’équilibre.

Les augmentations santé de Macron, promises le 16 janvier à sa conférence de presse, seront appliquées à la fin du mois de mars et d’ici début juin : montant des franchises médicales doublées sur les boîtes de médicaments et les actes paramédicaux qui passent à 1 €, sur les transports sanitaires (4 €), sur les participations forfaitaires appliquées aux actes et consultations réalisés par un médecin, sur les examens et analyses de biologie médicale qui passent à 2 €. Toutefois, le plafond annuel fixé à 50 € est maintenu pour les personnes dont l’état de santé impose une grande dépense en matière de santé.

Les tarifs de l’électricité, selon le ministre de l’Économie et des finances, augmenteront de 8,6 % au 1er février, et de 9,8 % pour les contrats heures pleines-heures creuses ! C’est la fin officielle du « bouclier tarifaire », c’est le choix politique d’augmenter à nouveau la taxe sur la consommation d’électricité.

Une autre politique est possible : faire payer les entreprises qui contribuent activement au réchauffement climatique comme Total (19 milliards de profits en 2022) et le constructeur automobile Stellantis (16,8 milliards de profits en 2022), rétablir un opérateur public qui ferait payer un tarif réglementé basé sur les coûts de production et non pas sur le prix du marché !

Ces dépenses, qui sont quasi obligatoires pour toutes les personnes, pèsent très lourdement pour les personnes ayant de faibles revenus, dont nombre de personnes retraitées qui, avec l’âge, dépensent de plus en plus par exemple pour la santé, mais aussi pour le logement, l’énergie, l’alimentation à domicile, … (voir page 4 de la note 108 d’août 2023).

Et les inégalités augmentent

Le récent rapport de l’ONG Oxfam (à lire ici https://www.oxfamfrance.org/app/uploads/2024/01/Oxfam_Multinationales-et-inegalites-multiples_Davos-2024_sous-embargo-150124.pdf) dénonce des « niveaux d’inégalités obscènes », « ce capitalisme au service des ultra-riches », le doublement du patrimoine des cinq plus grandes fortunes sur la planète depuis 2020, au détriment du recul du patrimoine et des revenus cumulés de cinq milliards de personnes sur Terre. Il précise « En faisant pression sur les travailleurs et les travailleuses avec des salaires qui augmentent moins vite que l’inflation, en évitant l’impôt, en privatisant l’État et en participant grandement au réchauffement climatique, les grandes entreprises creusent les inégalités ».

« Depuis 2020, les 1 % les plus riches ont capté près des deux tiers de toutes les nouvelles richesses, l’équivalent de 2,7 milliards de dollars par jour, soit près de deux fois plus que les 99 % les plus pauvres de la population mondiale »,

En France :

– En dix ans, le nombre de milliardaires a été multiplié par trois, leur fortune a été multipliée par quatre.

– Les quatre milliardaires français les plus riches et leurs familles – la famille Arnault, la famille Bettencourt Meyers, Gérard et Alain Wertheimer ont vu leur fortune augmenter de 87 % depuis 2020. Dans le même temps, la richesse cumulée de 90 % de la population a baissé.

– Sur cette même période, les 42 milliardaires français (dont 6 femmes) ont gagné 230 milliards d’euros, autant que pour faire un chèque de 3 400 euros pour chaque Français-e.

– Les 1 % les plus riches détiennent 36 % du patrimoine financier total en France alors que plus de 80 % des Français ne déclarent posséder ni assurance-vie, ni actions directement.

De l’argent, il y en a. « Un impôt allant jusqu’à 5 % sur la fortune des multimillionnaires et des milliardaires du monde entier pourrait rapporter 1 700 milliards de dollars par an, soit une somme suffisante pour sortir 2 milliards de personnes de la pauvreté ».

Le 100 % Sécu, c’est possible !

En Alsace-Moselle, la complémentaire santé n’est pas nécessaire, la Sécu rembourse suffisamment. Bien sûr, à la cotisation d’assurance maladie de 7,30 % payée dans les autres départements s’ajoute une cotisation supplémentaire de 1,30 %. Ce taux s’applique depuis avril 2022 et a été confirmé pour le 1er janvier 2024.

Cette cotisation assure des prestations en complément de celles du régime général. Ce régime concerne les salariés exerçant une activité dans ces trois départements (Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle), quel que soit le lieu d’implantation du siège de l’entreprise ; les salariés d’un établissement implanté dans ces départements qui exercent une activité itinérante dans d’autres départements ; et, sous conditions, les titulaires de revenus de remplacement (allocation de chômage et de préretraite, pension d’invalidité ou de réversion, avantage vieillesse).

L’espérance de vie en bonne santé recule

L’étude de la DREES (à voir en cliquant ici : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/sites/default/files/2023-12/ER1290.pdf) regarde l’espérance de vie sans incapacité, c’est-à-dire le nombre d’années que peut espérer vivre une personne sans être limitée par un problème de santé dans ses activités quotidiennes.

En 2022 :

une femme de 65 ans peut espérer vivre encore 11,8 ans sans incapacité et 18,3 ans sans incapacité forte,

un homme peut vivre encore 10,2 ans sans incapacité et 15,5 ans sans incapacité forte.

Quelle évolution ?

Depuis 2008, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans a augmenté de 1 an et 9 mois pour les femmes et de 1 an et 6 mois pour les hommes.

Mais depuis 2021, si une personne peut toujours espérer vivre plus longtemps, ce n’est pas en meilleure santé. En 2022, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans a reculé de 0,8 an chez les femmes et de 1,1 an chez les hommes. Les espérances de vie sans incapacité forte baissent aussi. Elles retrouvent leur niveau de 2020. Ces baisses d’espérance de vie en bonne santé apparaissent nettement à la fin des courbes.

Réunion du Conseil d’administration de l’UNIRS du 16 janvier.

Le conseil d’administration de l’Unirs a tiré le bilan de l’AG de l’UNIRS du 6 décembre 2023 et a encore décidé quelques améliorations comme une date limite de réception des amendements aux textes afin qu’ils soient pris en compte et discutés dans les équipes.

Un gros programme de travail a été retenu :

– Réfléchir à plusieurs thèmes généraux, pour améliorer la démocratie politique et l’intervention directe des citoyens, la démocratie économique, la démocratie sociale particulièrement la gestion de la sécurité sociale.

– Réfléchir à un élargissement de la sécurité sociale, par une sécurité sociale de l’alimentation et une sécurité sociale du logement.

– Expliciter ce que nous entendons par le « 100 % Sécu » en ce qui concerne la suppression des complémentaires, tant en matière de santé que de retraite.

– Faire vivre et populariser notre dossier revendicatif sur la fin de vie.

– Participer à la défense et à l’amélioration du compromis social de 1944-1945 régulièrement contesté et attaqué.

– Se battre et agir contre la privatisation de la santé.

– Commencer une réflexion collective sur le nucléaire.

Les membres du CA ont débattu de l’unité syndicale et des contacts entre organisations syndicales, particulièrement après le dernier congrès de la FSU et de la CGT, et les rencontres qui ont commencé entre la FSU et la CGT.
Ils ont aussi échangé sur les complémentaires santé qui se mettent en place dans la Fonction publique, à La Poste et à la SNCF … en oubliant les retraité·es ou en ne leur accordant pas grand-chose.

Catégories
Retraites

Un bilan de la lutte pour nos retraites

Un an après le début de la mobilisation pour nos retraites, nous pensons qu’il est important de revenir sur quelques points clefs pour préparer les prochains affrontements et cette fois gagner.

Essentielle unité

L’unité intersyndicale, défensive sur le refus des 64 ans, a été importante pour donner confiance aux travailleuses et aux travailleurs et a montré la centralité du mouvement syndical. Les intersyndicales étaient surtout territoriales. Dans les secteurs professionnels, les intersyndicales pour construire la mobilisation n’ont pas été aussi nombreuses. L’intersyndicale large a été indispensable, mais pas suffisante pour gagner.

Un mouvement territorialisé

Si les mobilisation dans les secteurs n’ont pas été extrêmement fortes et puissantes, un élément intéressant de cette lutte est la multiplication des points de manifestations jusque dans des villes où il n’y en a quasi jamais eu. Ce qui a permis une grande proximité et une visibilité du mouvement.

Manifester / faire grève

La mobilisation a été massive sur des grandes journées faisant, en janvier et février, monter la pression et envisager d’aller plus loin dans la construction du rapport de force. Mais “faire grève” a été compliqué pour nombre de personnes, en particulier dans une période d’inflation. Ainsi des congés, des RTT, des débrayages de quelques heures ont servi à participer. De même, on a vu des rotations de personnes participant à une mobilisation sur deux ou sur trois.

De nouvelles passerelles : écologie et féminisme

Nous avons expliqué la façon dont ce report de l’âge de départ à la retraite a aggravé particulièrement la situation des femmes. De même, nous avons fait le lien entre cette réforme et l’aggravation de la crise écologique. Au-delà des positions, il y a eu des matérialisations concrètes avec des cortèges ou des actions spécifiques, féministes (avec par exemple les Rosies) ou écologistes qui ont renforcé la mobilisation et le lien avec une partie de la jeunesse.

Reconduire et généraliser la grève : l’échec du 7 mars et des jours suivants

La seule suite de forte journée de mobilisation ne pouvait pas suffire pour avoir le rapport de force suffisant pour gagner. L’intersyndicale nationale a appelé à un blocage total du pays le 7 mars. L’Union syndicale Solidaires a porté l’idée de reconduire la grève à partir du 8 mars. Si la grève a été forte le 7 elle n’a pas été suffisante pour bloquer le pays. Les reconductions ont été trop faibles et n’ont pas tenu longtemps et se sont majoritairement limitées à des secteurs dont la grève a eu un impact direct et visible médiatiquement, ce qui a constitué une forme de “délégation” de la grève à ces secteurs. Les assemblées générales des grévistes étaient faibles tant en nombre qu’en participant.es. Le rapport de force insuffisant a entraîné la défaite. Ceci repose le rôle central de la grève pour gagner.

Une victoire syndicale sur le plan des idées

Il est vite apparu que cette réforme était injuste socialement pour le plus grand nombre avec comme problème de fond le partage des richesses, entraînant l’adhésion de la population qui a majoritairement soutenu tout du long la mobilisation.

Malgré la défaite, la capacité à se mobiliser massivement collectivement a permis non seulement plus d’adhésion syndicale, mais le sentiment immédiat de n’avoir pas tout perdu…

Cette bataille a été importante et doit nous donner confiance en l’avenir : en renforçant nos syndicats et nos outils interprofessionnels, en renforçant le travail unitaire, en remettant au centre la question de la grève, nous pouvons empêcher les régressions sociales et gagner de nouveaux droits !

Pour se replonger dans la mobilisation, le dossier regroupant une partie importante des productions de Solidaires pendant la mobilisation :

https://solidaires.org/sinformer-et-agir/brochures/brochures-et-argumentaires-interpro/dossier-retraites-2022-2023/

Pour se syndiquer Solidaires

https://solidaires.org/se-syndiquer/pourquoi-se-syndiquer/

Catégories
Retraites

Note mensuelle de l’UNIRS de décembre 2023

Sommaire :
  • Assemblée générale de l’UNIRS
  • La complémentaire santé : Fonction publique, Poste, SNCF
  • Les Ehpad privés en difficultés financières
  • Les basses pensions Agirc-Arrco
  • Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse
  • Fin d’avantages acquis à la Banque postale
  • Une personne sur deux en Ehpad ne porte pas des lunettes adaptées !
  • Le coût de l’allocation personnalisée d’autonomie pourrait doubler
Assemblée générale de l’UNIRS

Le 6 décembre, 58 délégué·es ont participé à l’AG de l’Unirs. Le compte-rendu complet de cette AG et la motion adoptée sont disponibles sur le site de Solidaires : https://solidaires.org/sinformer-et-agir/actualites-et-mobilisations/sectorielles/compte-rendu-de-lassemblee-generale-unirs-du-mercredi-6-decembre-2023/

Le rapport sur les activités de l’UNIRS a abordé les actions et mobilisations de Solidaires et des neuf organisations de retraité·es, notre développement qui comporte encore des « trous » dans les départements, les CDCA (conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie). Ensuite, une personne par structure a illustré l’actualité en informant de ce qui se passe chez elle. Le rapport a été approuvé à la quasi-unanimité.

Une motion d’actualité et d’orientation de 6 pages a été envoyée bien avant l’AG et a fait l’objet de nombreux amendements qui ont été intégrés au fur-et-à mesure. Les derniers débats lors de cette AG l’ont encore enrichie. Elle a été adoptée et figure en fichier joint avec l’envoi de cette note mensuelle.

Le rapport de trésorerie a été présenté et approuvé à la quasi-unanimité.

Élection au Conseil d’Administration de l’UNIRS : les 28 camarades qui ont été présentés par leur structure ont été élus à l’unanimité.

Le débat sur une réforme du financement de l’UNIRS dans Solidaires a confirmé l’accord pour que les adhérent·es qui sont seulement dans un département et pas dans un syndicat professionnel deviennent des adhérent·es de Solidaires en versant, via l’Unirs, une cotisation annuelle à Solidaires, d’un montant en vigueur dans l’ensemble de Solidaires. Parallèlement, tout le monde souhaite que l’Unirs puisse voter dans les instances de Solidaires au nom de ces nouveaux adhérent·es

Une assemblée générale une fois tous les 2 ans au lieu de chaque année ? Cette proposition de l’Udirs 14 Calvados de changement des statuts a été discutée. Les autres structures ont affirmé fortement qu’elles tenaient à une rencontre annuelle. L’amendement a donc été repoussé.

Une camarade du Secrétariat National de Solidaires, Ophélie Vildey, est intervenue sur l’actualité syndicale et sociale et sur l’actualité de Solidaires. Elle a insisté sur la place des retraité·es Unirs dans Solidaires, sur la restructuration / déconstruction de la fonction publique, sur l’évolution de l’intersyndicale nationale après la fin du conflit retraite, sur les actions pour défendre la démocratie, …

Dossiers revendicatifs de l’UNIRS : celui sur la fracture numérique a fait l’objet de nombreux échanges et d’amendements, il est adopté et une synthèse de 4 pages sera diffusée. Celui sur les mobilités et les difficultés de déplacement rencontrées par des personnes âgées est discuté et sera complété notamment de la gratuité des transports collectifs. Celui sur la fin de vie sera complété par l’actualité d’une éventuelle loi.

La complémentaire santé

À la fonction publique

La complémentaire arrive dans le public, d’abord dans la Fonction Publique d’État, puis dans la Fonction Publique Territoriale et l’Hospitalière dans un an ou deux, à l’image de celle qui s’est imposée dans le privé, mais avec quelques améliorations dont le privé pourrait s’inspirer. Toutes les organisations syndicales l’ont signée à l’État pour le volet santé (mais sans FO pour le volet prévoyance). Elle va se mettre en place ministère par ministère, avec un appel d’offres. Comme ceux du privé, les employeurs publics devront participer au financement, que l’accord fixe à 50 % de la cotisation d’équilibre en santé du contrat collectif.

Comme dans le privé, chaque actif de la fonction publique devra adhérer, souscrire au contrat collectif en santé qui remportera l’appel d’offres, sauf exceptions prévues à justifier. Le montant de la cotisation des actifs ne dépend pas de l’âge, ni de l’état de santé, et une part solidaire fera varier le montant de la cotisation en fonction des revenus avec toutefois une limite tenant compte du salaire moyen sous PMSS (plafond mensuel Sécurité sociale actuellement à 3 864 €). Solidaires a demandé mais n’a pas obtenu que puisse être renégociée, dans le cadre du dialogue social, cette limite calée sur le PMSS.

Dans le privé, les personnes à la retraite n’ont droit à rien et doivent tout payer, de plus en plus au fur-et-à-mesure de l’avancée en âge. L’accord fonction publique accorde quelques droits aux retraité·es, bien insuffisants mais réels :

  • Un·e retraité·e, dans le délai d’un an suivant sa cessation d’activité, peut adhérer au contrat collectif conclu par son dernier employeur public, sans questionnaire de santé. L’organisme complémentaire ne peut pas refuser et est obligé de proposer le même panier de soin que celui qui a été négocié pour les actifs et que toutes les organisations syndicales ont jugé d’un bon niveau.
  • À titre transitoire, la personne déjà à la retraite à la date d’entrée en vigueur du premier contrat collectif, dispose d’un délai d’un an pour y adhérer, sans refus possible par l’organisme complémentaire.
  • Les cotisations, dites d’équilibre, des retraité·es sont fixées de façon à couvrir les dépenses des retraité·es avec, au titre de la solidarité intergénérationnelle, une petite participation des cotisations des actifs, des ayants-droits et de leurs enfants. Mais le montant de la cotisation des bénéficiaires retraités (actuels et futurs) évolue avec l’âge d’ancienneté dans le contrat : il sera égal à la cotisation d’équilibre pendant l’année 1, au maximum 125 % de la cotisation d’équilibre l’année 2, au maximum 150 % les années 3, 4 et 5. Ensuite, elle est plafonnée à 175 % et au-delà de l’âge de 75 ans, son montant n’évolue plus en fonction de l’âge.

Les actifs et les retraité·es du privé peuvent s’appuyer sur quelques avantages dont ils ne profitent pas pour revendiquer. Les fonctionnaires à la retraite peuvent aussi revendiquer en utilisant par exemple l’UNCASS dont l’employeur prend une partie de la prise en charge.

Partout, un·e retraité·e doit obtenir la possibilité d’adhérer à la complémentaire et de bénéficier du même panier de bon niveau que les actifs … dans l’attente du 100 % Sécu avec l’intégration des complémentaires dans la Sécu.

À la Poste

Les salarié·es sont couvert·es par un contrat collectif santé depuis 2007 et les fonctionnaires depuis 2012. Cela s’est traduit par une baisse très forte de la cotisation (participation de l’employeur) et une amélioration importante des garanties de santé, même sur le régime de base (des surcomplémentaires sont possibles, sans participation de l’employeur). C’est toujours la Mutuelle générale qui a remporté les appels d’offre.

Les retraité·es, qui n’ont pas droit au contrat collectif, peuvent choisir une autre mutuelle ou bénéficier du régime statutaire antérieur à 2012 (donc moindre) et des niveaux de cotisation antérieurs (qui augmentent avec l’âge), à condition d’avoir été adhérent·e à la Mutuelle Générale et d’avoir payé, en tant qu’actif, une « cotisation de mutualisation ».

À la SNCF

Actuellement, chaque personne adhère, ou pas, à une des mutuelles de la SNCF (MGC, Entrain et MFCF) et un·e retraité·e paie entre 60 et 85 € par mois, selon la mutuelle, la couverture choisie et l’âge.

Pour tou·te·s les salarié·e·s qui partiront en retraite à compter du 1er janvier 2025 (date de mise en place de la complémentaire santé), et sous conditions de ressources (non précisées à ce jour), une aide équivalent à 30 euros mensuels pourrait être versée pour compenser l’augmentation des tarifs de la complémentaire (par rapport aux adhérent·e·s salarié·e·s) : la cotisation mensuelle étant évaluée à 115 euros pour les pensionné·e·s . Une cotisation de solidarité sera versée à cette fin par les actifs et actives (entre 2 et 4 euros mensuels).

Pour tou·te·s les autres pensionné·e·s, rien n’est prévu actuellement, et ils et elles devront attendre pour savoir comment leurs mutuelles actuelles augmenteront leurs tarifs (du fait de la perte des adhérent·e·s actifs et actives), ou s’ils et elles seront admis·e·s à adhérer à la nouvelle complémentaire santé, et à quel prix.

Actuellement, chaque personne adhère, ou pas, à une des mutuelles de la SNCF (MGC, Entrain et MFCF) et un·e retraité·e paie entre 60 et 85 € par mois, selon la mutuelle, la couverture choisie et l’âge.

Pour tou·te·s les salarié·e·s qui partiront en retraite à compter du 1er janvier 2025 (date de mise en place de la complémentaire santé), et sous conditions de ressources (non précisées à ce jour), une aide équivalent à 30 euros mensuels pourrait être versée pour compenser l’augmentation des tarifs de la complémentaire qui sont évalués à 115 euros mensuels actuellement. Une cotisation de solidarité sera versée à cette fin par les actifs et actives (entre 2 et 4 euros mensuels).

Pour tou·te·s les autres pensionné·e·s, rien n’est prévu actuellement, et ils et elles semblent devoir attendre pour savoir comment leurs mutuelles actuelles augmenteront leurs tarifs (du fait de la perte des adhérent·e·s actifs et actives), ou s’ils et elles seront admis·e·s à adhérer à la nouvelle complémentaire santé, et à quel prix.

Les basses pensions Agirc-Arrco

Les « partenaires sociaux », syndicats et patronat, n’ont pas cédé à la pression du gouvernement qui menaçait de ponctionner la caisse de retraite jusqu’à 3 milliards d’euros pour financer la partie de sa loi retraite sur les petites pensions. Mais l’Agirc-Arrco a promis de mettre en place un groupe de travail pour réfléchir aux pensions de retraite les plus modestes.

La première réunion du 28 novembre a réfléchi à l’attribution de points gratuits pour les pensions de retraite modestes, reste à trouver un consensus sur le nombre de points accordés, par période et bénéficiaires. Le relèvement du minimum contributif du régime général a également été évoqué.

A suivre lors des prochaines réunions, les 20 décembre 2023 et 19 janvier 2024.

Suppression d’avantages acquis à la Banque postale

Notre note Unirs 108 du 10 août 2023 faisait état de la mauvaise surprise des postier·e·s retraité·e·s à qui la Banque Postale annonçait la fin des maigres avantages (50 € par an en moyenne) liés à la détention d’un compte.

La fédération Sud PTT a décidé d’agir par une pétition collective : http://www.sudptt.info/comrd/index.php/s/pXy85DQUGELF4bF

Les Ehpad privés en difficultés financières

Souvenez-vous des publicités reçues il y a encore peu de temps « Investissez dans les Ehpad, c’est très rentable ! ». Mais depuis, le livre du journaliste indépendant Victor Castanet « Les fossoyeurs » a révélé la maltraitance des personnes âgées chez Orpea, qui faisait pourtant payer très cher ses « prestations ». Tous les Ehpad privés fonctionnaient de la même façon. Le scandale ne leur a plus permis d’augmenter les tarifs pour réaliser davantage de profits.

Les Ehpad privés sont maintenant en difficultés financières :

  • Notre note Unirs 108 du 10 août 2023 révélait qu’un groupement d’investisseurs mené par la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations) avec la MAIF, CNP Assurances et MACSF Épargne Retraite, sont venus au secours d’Orpea et ont pris le contrôle du groupe de maisons de retraite.
  • Clariane (ex-Korian), a dû nouer un partenariat avec le Crédit Agricole Assurances pour éviter le défaut de paiement, a annoncé un plan de refinancement de 1,5 milliard d’euros, prévoyant notamment un milliard d’euros de cessions d’actifs.
  • La majorité des 2 000 établissements privés membres du syndicat Synerpa finiront l’année en perte.

La « Silver Economy » n’est plus un secteur permettant des profits importants. C’est le moment de revendiquer avec encore plus de forces la disparition du privé dans les Ehpad et le développement des Ehpad publics, dans un grand service public de l’autonomie offrant une prise en charge à 100 % des personnes âgées qui n’ont d’autre choix que d’aller en Ehpad.

CNAV Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse

Solidaires et l’Unirs ont participé au rassemblement du 8 novembre pendant la tenue du conseil d’administration de la CNAV, à qui a été remise la pétition signée par 10 000 personnes pour demander :

  • la remise en place de guichets physiques qui permettent aux publics en difficulté de toucher leur retraite,
  • que les dossiers soient traités dans les temps sans laisser les personnes sans ressources pendant plusieurs mois voire années.

Les immigré·es étaient bien présent·es avec leurs pancartes confectionnées soulevant les difficultés propres aux immigrés sur la retraite comme sur l’Aspa, qui ne peut être touchée qu’avec une condition de présence de 9 mois sur 12 sur le territoire français.

Une personne de la mairie de Paris en charge des personnes âgées a pris la parole (ainsi qu’un élu du 18e) pour dire qu’elle interviendrait au côté des associations auprès de la CNAV.

Les organisateurs étaient le Collectif retraites constitué pour l’essentiel d’associations de quartier, centres sociaux, associations locales de soutien aux immigré·es. Ont manifesté aussi le Gisti, Solidaires, Ensemble & Solidaires, la CFTC. Le Collectif (avec la présence de Solidaires) fera le bilan et discutera des suites.

Gisti et Solidaires proposeront au collectif de travailler ensemble sur l’enjeu des cotisations pour les sans-papiers.

Une personne sur deux en Ehpad ne porte pas des lunettes adaptées !

La loi du 5 février 2019, pour améliorer la santé visuelle des personnes âgées, permet à titre expérimental aux opticiens de se rendre dans les EHPAD pour prendre en charge la vue des résidents. Le 1er réseau national d’opticiens spécialisés « Les Opticiens Mobiles » a proposé d’intervenir dans les Ehpad des régions expérimentales et tire un premier bilan à mi-parcours : 47% des résident·es d’EHPAD ont un problème de vue et ne portent pas de lunettes adaptées à leur besoin. Aux gênes et troubles visuels s’ajoutent de nombreux problèmes associés : isolement, risque de chutes, apparition de démence, problèmes d’alimentation…

Évolution positive : 31% des résidents dépistés ont pu être équipés d’une nouvelle paire de lunettes.

Des millions de personnes fragiles, notamment en EHPAD, renoncent aux soins optiques pour des raisons géographique (déserts médicaux), physique (perte d’autonomie) et financière. Pourtant, bien voir est une condition de maintien de l’autonomie, d’une meilleure alimentation, d’une plus grande inclusion sociale, et d’une meilleure qualité de vie.

Cette expérimentation montre le manque de suivi médical de la vue, il faut la généraliser à la France entière, et l’ouvrir au domicile. Il faut aussi régler quelques problèmes administratifs pour que les équipements fournis à la personne âgée soient pris en charge par les régimes obligatoire et complémentaire (et à 100 %), ainsi que les frais de déplacement et de prestation de service des opticiens en mobilité. Il faut également que les résident·es soient inscrit·es dans un parcours de soin médical au contact d’un médecin ophtalmologiste car les pathologies oculaires augmentent nettement avec l’âge (DMLA, glaucome, cataracte…).

Pour voir le communiqué des opticiens : https://www.lesopticiensmobiles.com/wp-content/uploads/CP_LOM_ExperimentationEHPAD_VDEF.pdf

Le coût de l’allocation personnalisée d’autonomie pourrait doubler

L’APA, l’allocation personnalisée d’autonomie, aide financièrement les personnes, à domicile ou en établissement, qui ont besoin d’aide pour accomplir les actes de la vie courante, ou dont l’état de santé nécessite une surveillance constante.

Une étude de l’Institut des politiques publiques, publiée le 20 novembre, mesure l’évolution du coût de l’APA qui pourrait doubler d’ici 2040.

Le maintien à domicile des personnes âgées, notamment celles aujourd’hui accueillies en Ehpad à cause de leur perte d’autonomie, est une volonté du gouvernement qui souhaite ce « virage domiciliaire », en espérant ainsi diminuer les dépenses. Mais le maintien à domicile coûte !

  • À politique publique inchangée, l’augmentation du nombre de bénéficiaires de l’APA est estimée à 29 % d’ici 2040, ce qui « conduirait à une hausse de 30 % des dépenses ».
  • En incluant les revalorisations des salaires pour permettre le recrutement de professionnels et une augmentation des plafonds d’aide, la dépense d’APA augmenterait même « de 80 % par rapport à la dépense actuelle pour atteindre environ 10,7 milliards d’euros en 2040 ».
  • Enfin, « dans le cadre d’une politique plus ambitieuse qui, en plus des revalorisations salariales, supposerait une absence de sous-exécution des plans d’aide à domicile notifiés », la dépense d’APA pourrait « quasiment doubler entre 2020 et 2040 pour atteindre 12,4 milliards d’euros ».
Catégories
Retraites

La loi « retraite » du 14 avril 2023, ses décrets et leurs principales modifications

Brochure : La loi « retraite » du 14 avril 2023, ses décrets et leurs principales modificationsLire plus de publications sur Calaméo

Malgré l’opposition d’une intersyndicale complète, des 2/3 de la population et des millions de personnes en grève et dans la rue pendant le premier semestre 2023, E. Macron et son gouvernement ont imposé aux forceps une contre-réforme des retraites. Après avoir échoué à imposer en 2019 la retraite à points, Macron a contredit ses engagements de 2017 ou il déclarait se refuser à reculer l’âge légal de départ. 13 ans après son mentor Sarkozy, il a réussi à imposer à coup de passages en force parlementaires, mépris des organisations syndicales et par une forte répression du mouvement social, une nouvelle réforme paramétrique reculant elle aussi de 2 nouvelles années l’âge légal de départ en retraite.

Cette mesure dogmatique ne permet même pas d’atteindre le prétexte officiel d’équilibre des comptes. Certes, le léger déficit diminuerait de moitié (sans disparaître) dans l’immédiat, mais augmenterait dès 2030 car 2 ans de travail supplémentaires renchérissent nécessairement les pensions… Nul doute que, dans leurs têtes, cela justifierait un nouveau recul de l’âge de départ !

Comme une ultime provocation, le premier décret d’application est intervenu le 4 juin, 2 jours avant la dernière grande manifestation du 6 juin, et a mis en application la mesure emblématique de la réforme : le passage de 62 à 64 ans de l’âge de départ. Sont intervenus ensuite durant l’été de nombreux décrets appliquant les autres mesures régressives de cette contre-réforme honnie et rejetée et qui sont détaillées dans cette brochure.

Mais ce que la loi fait, une même loi peut le défaire : le combat continue ! Retraite à 60 ans !

Les 31 décrets d’application de la loi qui devaient paraitre avant le 1er septembre sont parus. En conséquence l’essentiel des modifications apportées par la loi sont entrées en vigueur au 1er septembre 2023.

La brochure ci jointe a pour objet de donner les grandes lignes des principales modifications apportées au système actuel.

Son sommaire :

  1. Le recul de l’âge de départ en retraite de 62 à 64 ans
  2. L’allongement de la durée de cotisation pour partir à taux plein
  3. La fermeture de 4 régimes spéciaux
  4. Les mesures pour les mères de famille
  5. L’accès à la retraite progressive est généralisé
  6. La revalorisation des petites pensions
  7. Les évolutions de l’allocation de solidarité des personnes âgées (ASPA)
  8. La création de l’assurance vieillesse des aidants (AVA)
  9. Le cumul emploi-retraite crée des droits
  10. Les mesures concernant les fonctionnaires
  11. Le rachat de trimestres est étendu
  12. Les mesures relatives à la pénibilité et la prévention de l’usure professionnelle

+ Ce qu’en dit et prévoit le COR ?

+ Les principales revendications de Solidaires

Catégories
Retraites

Après le succès des rassemblements du 24 octobre, plus que jamais les retraités continueront à agir pour exiger : « 10% d’augmentation des retraites et pensions tout de suite » dans l’attente d’un véritable rattrapage du pouvoir d’achat.

Paris, le 26 octobre 2023

Malgré le temps souvent très incertain, les retraités se sont rassemblés ce 24 octobre pour faire entendre leurs doléances.

Lors de cette journée, à l’occasion d’une centaine de rassemblements dans pratiquement tous les départements, ils étaient des milliers à braver les éléments.

Ils ont rappelé aux préfets, aux sous-préfets ou à leurs représentants qu’entre le 1er janvier 2017 et le 31 août 2023, la perte de leur pouvoir d’achat s’élevait à 9,6% soit l’équivalent de 2,4 mois de pension et même à 11,5% et 3,6 mois de pension pour celles et ceux qui ont subi l’augmentation de la CSG au 1er janvier 2018.

A Paris, la Première Ministre a refusé de recevoir une délégation, témoignant une fois de plus, du mépris de son gouvernement et du président à l’égard des retraité.es.

Oui leur exigence d’une d’augmentation de 10% des retraites et pensions tout de suite est légitime, à valoir sur un véritable rattrapage du pouvoir d’achat.

Elle est légitime lorsqu’on sait que l’inflation, qui s’élève d’ores et déjà à 5,7% sur un an, frappe davantage les plus âgés.

Elle est légitime lorsque dans le même temps,

  • Le gouvernement trouve 413 milliards pour sa loi de programmation militaire.
  • L’URSSAF évalue à 73,7 milliards d’euros les allègements de cotisations sociales patronales en 2022, 13,1 % de plus qu’en 2021, et tout ça sans contreparties.
  • Pour le premier semestre 2023, 38 des 40 plus grandes sociétés du CAC 40 cotées à la Bourse de Paris ont déjà dégagé 81 milliards d’euros de bénéfices…

Alors, plus que jamais, le groupe des 9 va continuer à mobiliser les retraités pour obtenir gain de cause.

D’ores et déjà les 9 organisations UCR CGT, UCR FO, CFTC, Unir CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR et Ensemble et Solidaires

  • Invitent toutes celles et tous ceux qui ne l’ont pas encore fait à signer la pétition exigeant 10% d’augmentation de nos pensions et retraites tout de suite, pétition qui a déjà recueillie plus de 64 000 signatures.
  • Décident d’organiser dans tous les départements des délégations auprès des députés et des sénateurs pour leur demander de relayer notre exigence au gouvernement.

Catégories
Accidents du travail Actu Solidaires 78 antifascisme Conditions de travail Culture Dans les Yvelines, une classe en lutte... Éducation En grève ! Idées, débats, cultures Lecture Luttes féministes Retraites

Programme des accueils Solidaires 78 novembre & décembre 2023

Programme prévisionnel des accueils Solidaires 78, tous les mardis de novembre à la librairie La Nouvelle Réserve de Limay, sur d’autres sites en décembre

(sous réserve de modifications liés à l’actualité)


Mardi 7 novembre : Enquête ouvrière  suivi d’une rencontre pour la sortie du livre Quand l’extrême droite rêve de faire école, une bataille culturelle et sociale (avec pot/buffet) – Entrée libre et gratuite, ouvert à tou·tes. (couv. ci-dessous)


Mardi 14 novembre : travail sur les Que faire ? de Solidaires 78 (souffrance au travail, accident de travail / de service)


Mardi 21 novembre : lecture en arpentage du livre 10 questions sur l’antifascisme, La Horde, Libertalia.


Vendredi 24 novembre : rencontre à la librairie Féministes, luttes de femmes, luttes de classes.


Mardi 28 novembre : Débats – échanges “Quel syndicalisme dans le Mantois après la mobilisation contre la réforme des retraites ?”


Mardi 5 décembre (attention changement de lieu, la librairie ne pouvant nous accueillir en décembre) :

Au 64, rue Maurice-Braunstein, salle Guy Mainière
https://www.openstreetmap.org/#map=19/48.99785/1.70525&layers=N

Rencontre puboique Souffrances au travail


Mardi 12 décembre : 

Rencontre intersyndicale Quel bilan d ela lutte contre la réforme des retraites dans le Mantois

Au 64, rue Maurice-Braunstein, salle Guy Mainière


Mardi 19 décembre (lieu à définir) : Repas partagé de fin d’année

Au 64, rue Maurice-Braunstein, salle Guy Mainière

Catégories
Actu Solidaires 78 Conditions de travail En grève ! Précarité Retraites

Vendredi 13 octobre – rassemblement festif et revendicatif à Mantes-la-Jolie

RASSEMBLEMENT FESTIF ET REVENDICATIF

Vendredi 13 octobre 2023

10h

Gare de Mantes-la-Jolie

Dans le cadre de la mobilisation contre l’austérité, pour l’augmentation des salaires et le partage des richesse, l’intersyndicale du Mantois organise un rassemblement local festif et revendicatif le vendredi 13 octobre à 10h, devant la gare de Mantes-la-Jolie.

Autour d’un petit déjeuner partagé auquel chacun peut apporter sa contribution, des prises de parole de travailleuses et travailleurs locaux auront lieu pour échanger sur les conditions de travail, la précarisation, le recul de nos libertés.

Travailleurs et travailleuses, venez porter votre voix sur les luttes menées sur votre lieu de travail, ou sur la dégradation de ses conditions, et rencontrez d’autres personnes mobilisées localement. Ou venez simplement discuter, écouter, partager un café.

Un moment convivial, familial et engagé, ouvert à toutes et tous, pour participer à ce mouvement national et européen qu’est la journée de mobilisation du 13 octobre. Des départs collectifs, en bus ou en train, sont prévus pour se rendre ensemble à la manifestation parisienne (départ 14 h lieu à préciser).

Catégories
Retraites

Mercredi 4 octobre – Montigny le Bx Pour une sécurité sociale démocratique. Place de la retraite à 60 ans !

Mercredi 4 octobre – 17h30 à 19h – Place de la retraite à 60 ans !  Montigny-le-Bretonneux / Saint Quentin en Yvelines

Pour une sécurité sociale démocratique. Place de la retraite à 60 ans !

Lieu : en face de Carrefour SQY, au croisement de l’avenue du centre et du passage de la diagonale.


Au programme :

– Goûter / apéro auberge espagnole !

– Recouvrement des écrans pub

– Assemblée populaire

RSS
Follow by Email