Catégories
Écologie

Les terres du Grand Paris à Porcheville : précipitation pour une fausse bonne idée ?

Image de une Reporterre – Le chantier du Grand Paris déborde et enverra ses déchets en Normandie (mais aussi à Porcheville)

Porcheville : Questionnements autour d’un projet de réaménagement .

Solidaires 78 ainsi que plusieurs associations locales (Attac 78N, Uni-es pour le climat, C100Fin) ont été interpellées à ce sujet.

C’est lors d’une réunion publique tenue le 23 juin dernier que la municipalité de Porcheville dévoile un projet de réaménagement d’une zone naturelle le long du boulevard traversant Porcheville et jouxtant le groupe scolaire Mandela ouvert il y a 2 ans. La partie centrale étant occupée par un terrain de foot loisir. 26 500 m3 de terres de remblais seront déversées sur la zone concernée pour constituer un monticule pouvant atteindre 6 m de haut avec un belvédère offrant une vue à 180° sur les environs, ainsi qu’un amphithéâtre végétal. Le chantier est prévu pour cet été.

De nombreux aménagements de ce type voient  le jour, comme à Epône avec le stadium VTT trial, car avec le chantier du Grand Paris c’est 40 millions de m³ de déchets constitués de terres excavées qui sont produits. De quoi ensevelir la Tour Eiffel ! 10 % de ces terres seraient polluées .

L’entreprise ECT spécialiste dans la réutilisation des terres issues des chantiers urbains, en charge de la réalisation du projet explique qu’il s’agit de terres dont la qualité sera contrôlée pour chaque camion, une cinquantaine par jour à partir du 10 juillet – soit un toutes les 12 minutes. Présence d’une balayeuse en permanence pour nettoyer la route et une fin de chantier avant la rentrée, l’accès au chantier se faisant par l’allée d’accès au groupe scolaire.

Pour l’élu municipal délégué au cadre de vie cela évitera les risques d’occupation illégale du terrain  (par les gens du voyage),  et les rodéos sauvages tout en améliorant la qualité résidentielle du voisinage, le coût sera  nul pour la commune qui va   même récupérer une enveloppe de 20 000 euros qui seront dédiés à la mise en place d’équipements de loisirs.

Urgence de la mise en œuvre, assurance que tout est sous contrôle, arguments sécuritaires, coût nul, bénéfices futurs… tout l’arsenal traditionnel de communication pour faire avaler la pilule.

Une partie de la cinquantaine de personnes présentes semble acquise au projet.

Certains-nes s’interrogent :

Manque de publicité quand à la tenue de la réunion, un projet précipité présenté tout ficelé quelques jours avant son démarrage et ne laissant aucune marge aux propositions des porchevillois-es. D’autres se plaignent de la disparition du terrain de foot régulièrement utilisé ou de la circulation et des nuisances des poids lourds en plein été.

D’un seul coup la municipalité s’inquiète du manque d’équipements, alors que la totalité des jeux pour enfants démontés il y a près de 10 ans n’ ont jamais été ré-installés à part un minuscule parc avec 3 modules.

Quelles garanties que les remblais ne soient pas pollués alors que ne nombreux scandales ont été dernièrement mis à jour suite à la découverte de pyrite ( dont l’oxydation dégage de l’acide sulfurique) dans des terres soient disant inertes qui allaient être déversés à Freneuse https://actu.fr/ile-de-france/freneuse_78255/dechets-du-grand-paris-a-freneuse-une-pollution-aurait-ete-irreversible_46387039.html

Même les élu-es de l’opposition municipale n’ont pas été informées  du projet, une partie d’entre eux a eu l’idée de lancer une consultation citoyenne pour recueillir l’avis des habitants.

Quelque soit le caractère fiable dans sa réalisation voire bénéfique dans le futur, cet aménagement avec son caractère précipité, son enrobage environnementaliste ne pose t-il pas de nombreuses questions  sur le fonctionnement de notre société et les modes de décisions des élus et des pouvoirs publics ?

Comme le déficit démocratique et les projets imposés : la population est mise devant le fait accompli. Des délais de réflexion quasi nuls sont-ils tolérables ? On a connu la même chose dans la région avec le circuit F1 prévu à Flins ou l’extension des carrières du Vexin, des projets imposés heureusement retirés face à la mobilisation populaire !

Le lien avec les projets pharaoniques comme le Grand Paris (et d’autres comme les grandes zones commerciales…), artificialisant les sols, producteurs de déchets, et avec transfert des terres excavées des aménagements des beaux quartiers vers les banlieues populaires ?

Des grands projets destructifs, on excave,  on bétonne, on goudronne, on camionne dans une logique de continuité d’un modèle économique qui nous entraîne vers la dégradation climatique et environnementale que l’on subit et que l’on va subir de plus en plus fort.

On nous vante des coûts soit disant nuls, mais qui rémunère les travaux et les entreprises qui s’enrichissent sur le créneau de la réutilisation de déchets ? C’est la collectivité, donc y compris les habitants de la commune concernée d’une manière ou d’une autre.

Cet exemple, comme d’autres, ne devrait-il pas nous amener vers une réflexion globale pour exiger la transparence et plus de démocratie, se questionner aussi sur les grands projets qui produisent ces déchets, leur réelle utilité pour les populations et aller vers une réflexion différente sur nos besoins.

Philippe M, porchevillois et militant local

Catégories
antifascisme Écologie Éducation Idées, débats, cultures Lecture

Les Utopiques – numéro 20

Pour lutter efficacement contre l’extrême droite et ses idées, il est nécessaire de la (re)connaître. Dans cette optique, Les Utopiques dressent un portrait de la situation actuelle en France.

Loin de se limiter à sa dimension électorale, au Front national/Rassemblement national du clan Le Pen, ou encore à Zemmour, l’extrême droite est plurielle et active dans de nombreux champs.

Elle est ainsi aujourd’hui omniprésente dans plusieurs médias grand public. Un article de l’Observatoire des médias (Acrimed) analyse les relations ambivalentes de l’extrême droite avec les médias. Un autre présente un phénomène en pleine expansion : les youtubeurs d’extrême droite. Grégory Chambat (L’école des réac-publicains : la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016) analyse l’action des « réac-publicains » dans le domaine de l’éducation.

Le traitement par l’extrême droite des questions environnementales, ce qu’on peut qualifier d’écofascisme, est au sommaire. On y lira également comment les extrêmes droites tentent de s’infiltrer dans les mouvements sociaux, comme les Gilets jaunes, et les formes que prend son implantation dans la police.

Le racisme, où l’antisémitisme occupe une place particulière, est évidemment une donnée centrale de la pensée des extrêmes droite et donne lieu à plusieurs textes.

Il en est de même de l’approche néofasciste du rôle des femmes, ramenées au traditionnel rôle maternel et soumises au chef naturel.

Au sommaire aussi, un tour d’horizon mondial des fascismes de notre temps et des résistances antifascistes : Espagne, Italie, Brésil, États-Unis…

Catégories
Écologie Licenciements

Chapelle Darblay, fête de la victoire

Après la réouverture officielle de la papeterie Chapelle Darblay, les salariés, les syndicats et le collectif Plus jamais ça organisent une fête à Grand Couronne (76) le samedi 11 juin. Ci-dessous le message de Plus jamais çà et l’invitation CGT.

site : https://plus-jamais.org

La victoire, ça se fête!

Merci à vous et aux 50 000 signataires de la pétition Sauvons #ChapelleDarblay !

Bonjour,

Vous faites partie des plus de 50 000 personnes qui ont affiché leur soutien aux salarié·es de la papeterie Chapelle Darblay, menacée de fermeture définitive.

Grâce à vous et grâce à une alliance sans précédent entre syndicats, mouvements sociaux et organisations écologistes, Chapelle Darblay est sauvée ! La seule usine en France capable de produire du papier journal et d’emballage 100% recyclé va pouvoir reprendre ses activités.

Grâce à vous et aux milliers de citoyennes et citoyens qui ont rejoint cette lutte écologique et sociale, plus de 200 emplois vont pouvoir être préservés. C’est aussi un véritable modèle d’industrie vertueuse pour la transition écologique qui va pouvoir être maintenu, dans la logique d’une économie circulaire, avec sa chaudière biomasse, sa station d’épuration et la possibilité d’acheminer le papier recyclé par la Seine ou par le rail.

Que s’est-il passé ? Après presque trois ans de luttes, une action de blocage devant Bercy et de nombreux rebondissements, la métropole de Rouen a préempté le site et les machines puis a signé l’acte de vente à un consortium d’industriels, Fibre Excellence et Véolia, le 11 mai. Celui-ci s’est engagé à sauvegarder l’intégrité de l’outil industriel et à réembaucher la grande majorité des salarié⸱es souhaitant revenir.

Nous serons évidemment aux côtés des salarié·es, avec vous et avec les militants et militantes de l’alliance pour une rupture écologique et sociale Plus jamais ça, afin de veiller à ce que les engagements des repreneurs soient tenus.

Nous comptons sur vous pour poursuivre ce combat écologique et social, sur d’autres terrains. Vous pouvez dès à présent :

  • Rejoindre l’un de nos nombreux collectifs locaux Plus jamais ça
  • Suivre le compte Twitter @Collectif_PJC
  • Partager la bonne nouvelle de la victoire de Chapelle Darblay

Merci à vous et à toutes celles et ceux qui ont rendu cette victoire sociale et écologique possible !D’autres luttes et d’autres victoires collectives nous attendent.

Solidairement,
Les membres de l’alliance Plus jamais ça

Catégories
Écologie Traçage

Rencontres internationales anti-Olympiques

« Des camarades du monde entier viendront à Paris parce que notre indignation est trop lourde à porter seul·es dans chaque ville. Certain·es d’entre nous ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance, leur communauté, leurs droits. Nous nous réunissons à Paris parce que nous avons besoin d’écouter l’expérience des autres pour être mieux armé·es pour l’avenir. » (Extrait du texte d’appel de la Rencontre internationale anti-Olympique)

Le samedi 21 mai, avec des délégations internationales et toutes les personnes qui le souhaitent nous nous retrouverons à l’Université Paris 8 pour échanger sur les dégâts et les effets des Jeux Olympiques dans nos pays respectifs. Mais aussi pour organiser une lutte contre l’olympisme à l’échelle internationale.

Des anti-JO japonais, anglais, allemands, américains, catalans et français seront présents·es car nous ne pouvons pas continuer à lutter chacun de son côté sans s’enrichir des expériences de nos amis·es. Retour ligne automatique
Toutes les personnes qui se posent des questions sur les Jeux Olympiques, ou plus spécifiquement sur Paris 2024 sont bienvenues. C’est une rencontre ouverte à toutes et tous !

PROGRAMME
10:30-12:00 :
Saccage écologique et greenwashing olympique : peut-on empêcher les prochains « Jeux les plus verts de l’histoire » ?
13:30-14:30 : Saccage 2012-2028 : retour sur les expériences vécues, et destructions engendrées par les éditions précédentes et à venir
15:00-16:30 : Surveillance olympique : comment les Jeux ont pu servir à mettre en place ou tester le contrôle des populations
17:00-18:30 : Luttes anti-olympiques : qu’est-ce que les expériences précédentes de luttes peuvent-elles nous apprendre ?
(Les interventions en langues étrangères seront suivies de l’interprétation consécutive en français. )

Avec : Counter Olympics Network (Londres), RioOnWatch, NOlympia Hamburg, NOlympics LA, La Quadrature du Net, STOP JJOO (Barcelone – Pyrénées) et d’autres !

Le lendemain, car nous avons besoin de visiter les lieux impactés, nous ferons un Toxic Tour à l’Aire des Vents, partie du parc de Courneuve détruit pour l’inutile Village des Médias.

Où ? : L’amphithéâtre D001 de l’Université Paris 8 (Métro : Saint-Denis – Université).
Repas et boissons à prix libre !

Site web : https://saccage2024.noblogs.org/
Réseaux sociaux : @saccage2024
Sur Twitter : @2024saccage
Sur Internet : https://saccage2024.noblogs.org/archives/1489

Sur Internet :
https://saccage2024.noblogs.org/arc…

Catégories
Dans les Yvelines, une classe en lutte... Écologie Éducation

Dans les Yvelines, une classe en lutte, épisode n° 31


Au sommaire : écologie, éducation… Vexin, Achères, Voisins-le-Bretonneux


Petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à contact@solidaires78.org


Source : Les Echos

Source : 78actu.fr

Source : 78actu.fr

Source : 78actu.fr

Catégories
Écologie

24 mars Réunion publique – GPS&O : Nouvelle augmentation du prix de l’eau et de l’assainissement

 Jeudi 24 mars 2022 à 18h – Agora (Salle E)
254, Bd du maréchal Juin. 78200 Mantes-la-Jolie.
GPS&O


– Le GPS&O a décidé, dans sa séance du 16 décembre 2021, d’augmenter le prix de l’eau de 0,25 € le m3 (à partir du 1er janvier 2022), l’assainissement de + 2,57 %, les redevances, enfin, de 2 à 5 centimes le m3.
– Au total, pour une facture de référence de 120 m3 annuels (pour une famille de quatre personnes), une dépense supplémentaire de 37 € environ.
– Le GPS&O a également réaffirmé sa volonté de poursuivre l’harmonisation des prix des quelque 56 contrats (presque tous en Délégation de Service Public, c’est-à-dire confiés aux sociétés privées) qui gèrent le secteur dans les 73 communes de l’agglomération.
– Le GPS&O a, en outre, approuvé le principe d’une augmentation annuelle systématique équivalent à l’indice du coût de la vie calculé par l’INSEE, à partir de 2023.
– La raison invoquée pour « justifier » ces augmentations est la mise en place de la décarbonatation (eau adoucie avant distribution) et le renouvellement « patrimonial » des réseaux dont l’entretien a été longtemps négligé par les délégataires privés.- A noter que la délibération mettait à part la situation particulière de la seule régie publique de l’agglomération, celle de Limay/Guitrancourt, qui propose la fourniture gratuite de 40 % des m3 à usage domestique. Le Maire de Limay a été amené à intervenir pour rappeler cet acquis social important dont bénéficient les familles et les habitants desservis par cette régie publique, et que le GPS&O voulait faire disparaître par une augmentation uniforme.



Lorsque notre Association s’est constituée en 2009 dans le cadre de l’ancienne CAMY (Communauté d’Agglomération de Mantes en Yvelines), elle a obtenu, grâce à une démonstration implacable comparant les prix de la régie publique de Limay à ceux pratiqués par Suez et Veolia qui se « partageaient » les communes de la CAMY, une baisse de 30% du prix de l’eau et de 72 % du tarif de l’abonnement en 2010.
De même, à Poissy et aux Mureaux, des Associations comparables (Eau Val de Seine, Les Mur’eau) ont combattu pour le retour ou le maintien de régies publiques dans leurs communes pour la distribution de l’eau et l’assainissement.
La loi NOTRe de 2015 a contraint les communes et les communautés d’agglo à fusionner dans de gigantesques ensembles, tel le GPS&O qui regroupe 73 communes de la Vallée de la Seine et plus de 400 000 habitants.
Les prérogatives traditionnelles qui relevaient auparavant des communes, comme la gestion de l’eau potable, ont été déléguées à ces gigantesques intercommunalités qui décident désormais des tarifs et de la reconduction des contrats, presque tous confiés aux délégataires privés Suez et Veolia qui n’étaient « concurrents » qu’en apparence et qui, depuis 2021, ne constituent plus qu’une seule entreprise « monopolistique », puisque Veolia a racheté Suez !
A ce propos, il faut rappeler la position de l’AMF (Association des Maires de France) et de l’AMRF (Association des Maires Ruraux de France)  qui «demandent de laisser les communes, les communautés de communes et d’agglomération organiser librement les compétences eau et assainissement ; alors que le mécanisme de délégation (…) le rend en réalité peu applicable au regard de sa compétence ». (12 novembre 2019).
Or, force est de constater que très peu de Maires et d’élus du GPS&O défendent cette revendication qui est pourtant la position officielle des Associations dont ils sont membres 
Le résultat est connu : les contrats de DSP (au privé) sont systématiquement reconduits, les prix augmentent de manière uniforme, l’harmonisation se fait plutôt à la hausse et la seule régie publique de Limay/Guitrancourt, qui a mis en place une tarification sociale, doit combattre pour se maintenir et la défendre________________________________
En 2016, l’AREP-CAMY a donc proposé aux Associations de Poissy et des Mureaux de fusionner pour devenir l’AREP-Val de Seine afin de pouvoir intervenir au niveau communautaire.Mais chacun comprend que l’intervention et le contrôle des citoyens est devenu beaucoup plus difficile face à ces intercommunalités « monstrueuses »… qui ont d’ailleurs été conçues pour éloigner toujours plus les citoyens des instances de décision !Il existe pourtant une solution conforme, à la fois, à la position de l’AMF et de l’AMRF et à l’intérêt des habitants du GPS&O :

  • Créer dès maintenant le cadre d’une régie publique à l’échelle de la communauté d’agglomération afin d’accueillir progressivement les communes à échéance de leurs actuels contrats de DSP qui ne seraient donc pas reconduits.
  • Adopter une tarification sociale à l’exemple de la régie de Limay/Guitrancourt qui rend gratuits 40 % des m 3 à destination domestique

Les élections présidentielle et législatives à venir (ainsi que municipales à Mantes la jolie), sont l’occasion de réaffirmer et de faire prévaloir ces propositions auprès des élus et des candidats qui ont le pouvoir de les mettre en œuvre.
Participez à notre réunion du 24 mars à l’Agora de Mantes la jolie, animée par Jean-Claude OLIVA, directeur de la Coordination Eau Ile-de-France, dans le cadre du « Printemps de l’eau 2022 », et de la « Journée mondiale de l’eau »
Adhérez à l’AREP-VS pour mener ce combat dans le Val de Seine.

Catégories
Écologie

12 mars : Marches pour le climat et la justice sociale

Le rapport du GIEC sonne l’alarme !

Le second volet du rapport du GIEC, paru le 28 février, confirme la multiplication des risques climatiques que nous connaissons déjà et qui vont s’amplifier avec le réchauffement climatique : vagues de chaleur, incendies de forêt, pénurie d’eau, inondations et leurs conséquences, victimes, déplacements de population, pertes de rendements agricoles, pertes d’exploitation pour les entreprises touchées.

Il met l’accent sur les mesures d’adaptation nécessaires pour limiter les effets des risques climatiques. Les experts du GIEC insistent sur la préservation et surtout la restauration de notre environnement et enjoignent à une baisse drastique de nos émissions de gaz à effet de serre.

Passivité des politiques, voire complicité ou compromission !

Alors que les constats liés au réchauffement climatique sont avérés, aucun responsable politique n’a jusqu’à présent bouleversé les politiques publiques en faveur de la justice sociale et écologique. Macron ne fait pas mieux depuis 5 ans bien au contraire. Devant une façade repeinte en mode greenwhashing, il se proclame leader de la sauvegarde de la planète avec son « Rendre notre planète à nouveau formidable » (make our planet great again). C’est pourtant lui qui a allégé le code de l’environnement, les procédures de consultation en matière de conséquence environnementale, qui accentue la répression envers les militant.es en lutte contre les projets climaticides. Sous sa mandature, la France a été condamnée par le Conseil d’État pour son inaction climatique. La loi climat et résilience qui a écarté la majeure partie des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat n’a pas changé les fondements de la politique libérale de Marcon.

Les mesures fiscales du quinquennat Macron ont accru la perte de recettes qui financent l’action publique et les biens communs : l’abandon de l’ISF et la mise en place de la flat-tax représentent une perte de près de 10 milliards€ ; près de 70 Mds€ ont été versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2021, en plein contexte pandémique …

Son inaction touche notre quotidien, nos factures énergétiques, notre alimentation, la qualité des emplois,… Agir pour des fins de mois meilleures et contre la fin du monde, devrait être le débat principal en cette période électorale !

Nucléaire, ni fiable , ni écologique !

Le revirement d’E. Macron à propos du nucléaire montre son allégeance constante au système capitaliste. La construction de l’EPR de Flamanville a coûté un véritable pognon de dingue avec près de 20 milliards d’euros (environ 5 fois plus que le budget initial). Le projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure avance contre l’avis général et ce, en tentant de museler les opposant.es par la répression judiciaire. Le parc des centrales vieillissant connaît des incidents à répétition. Et pourtant, Macron a annoncé, unilatéralement, la relance du nucléaire en France avec la construction de nouveaux réacteurs mettant en avant l’avantage d’une énergie décarbonée. Le discours “cousu main” du lobby nucléaire ne trompe personne. Le nucléaire coûte très cher. L’extraction de l’uranium n’est pas sans conséquences sociales et environnementales. La construction d’une centrale demande la production de dizaines de milliers de tonnes de béton, énergivore, préjudiciable pour le climat. Le nucléaire produit des déchets durablement toxiques. Pour toutes ces raisons, la question de la sortie de la production d’électricité par le nucléaire se pose et d’autant plus dans une période de tension internationale. L’Union syndicale Solidaires est favorable à une décision politique en ce sens.

Exigeons des mesures claires et immédiates qui répondent aux besoins sociaux et aux nécessités écologiques qui ne peuvent attendre.

  • Un SMIC à 1700€ nets et la revalorisation du point d’indice dans la fonction publique
  • L’augmentation des salaires, pensions et minima sociaux de 400 euros
  • L’égalité salariale et la revalorisation des métiers les plus féminisés
  • Un écart de salaires de 1 à 5 (entre les plus bas et plus hauts salaires dans les entreprises, administrations)
  • Pour la justice fiscale, l’abandon de la flat-tax et le rétablissement de l’ISF, l’abandon des mesures sur le CICE, lequel ne sert pas l’emploi mais nourrit les actionnaires, la taxation du transport aérien et maritime jusque-là exonérés
  • Pour l’urgence climatique, faire du financement de la rénovation des logements, une priorité notamment pour le logement social.

Pour une profonde transformation de la société, Solidaires revendique :

  • Une réforme du système fiscal qui le rende plus redistributif, tournée réellement vers des enjeux de justice sociale et écologique en prenant une vraie bifurcation écologique. Pour cela l’argent ne manque pas : à elles seules, l’évasion et la fraude fiscales grèvent les finances publiques de 60 à 80 Mds€ par an,
  • Le renforcement et le développement de transports collectifs urbains, péri-urbains et ruraux qui privilégient le ferroviaire,
  • Une organisation des services publics, avec un maillage de proximité tant dans les territoires ruraux que périurbains et urbains, dont les missions répondent aux besoins des populations.
  • Une politique publique d’aménagement du territoire axée sur le développement d’emplois locaux, non délocalisables, en particulier dans les secteurs du commerce de proximité, du tissu industriel local et de l’agriculture paysanne.
  • Pour l’égalité des droits pour toutes et tous au travail et dans la vie de la Cité
  • Pour de vraies mesures contre les discriminations, aucun.e travailleur.euse n’est illégal.e,
  • Un temps de travail à 32h pour participer à la résorption du chômage et à libérer du temps pour le vivre ensemble et la participation à l’organisation collective de la transformation de la société.

    Le 12 mars, des mobilisations sont déjà prévues dans plus de 100 villes.
    L’Union syndicale Solidaires appelle à y participer massivement pour mettre au cœur de la campagne électorale, justice sociale et écologique et la nécessité de faire converger alarme climatique et alarme sociale.

Solidaires appelle à la grève le 12 mars dans le secteur privé comme dans le public et met à disposition son outil syndical partout où cela sera utile.

>> Voir notre rubrique consacrée à cette journée de mobilisation

Documents à télécharger

Tract

Catégories
Écologie

12 mars : marches pour le climat et la justice sociale

Appel des organisations membres du collectif Plus jamais ça, dont Solidaires, à rejoindre les marches pour le climat et la justice sociale



Dans la rue le 12 mars pour un sursaut écologique et social

L’année 2022 débute sur des chiffres vertigineux : les 7 années les plus chaudes jamais mesurées ont toutes eu lieu depuis 2015, année de l’accord de Paris. La crise sanitaire a plongé des millions de personnes dans la précarité. Les multinationales, leurs dirigeants, leurs actionnaires s’enrichissent de manière toujours plus indécente. Leurs richesses ont explosé pendant la crise, en grande partie via les aides publiques et elles continuent d’alimenter un système productif destructeur pour les peuples et la planète.

Dans ce contexte inédit, les débats politiques devraient se concentrer sur :

  • Les moyens de financer une transformation écologique et sociale de nos économies ;
  • Le développement et l’amélioration des services publics à même de répondre aux besoins de la population, en particulier en matière de santé, de transports et d’éducation ;
  • Des objectifs de réductions des émissions de CO² réellement contraignants pour l’Etat et les entreprises ;
  • Un statut protecteur des salarié·e·s afin de réussir la relocalisation et la transformation de pans entiers de notre économie ;
  • Un droit à l’alimentation choisie et de qualité pour tou·tes, s’appuyant une agriculture paysanne et des circuits relocalisés ;
  • Un revenu qui permette au plus grand nombre de vivre dignement en conciliant les enjeux de fin du monde et les contraintes de fin de mois.

Malgré la multiplication des mobilisations et initiatives pour le climat et la justice sociale ces dernières années, nos dirigeant·e·s refusent de prendre leurs responsabilités. Ils et elles favorisent le repli sur soi autoritaire, détournent délibérément le regard et laissent les multinationales et les ultra-riches saboter tout espoir d’un avenir juste et soutenable.

À deux mois de l’élection présidentielle, nous devons rappeler l’ordre des priorités, amplifier la mobilisation et faire de 2022 l’année où la France a enfin pris le chemin d’un avenir juste et soutenable pour toutes et tous.
Pour y arriver, nous qui avons constitué cette alliance d’associations et organisations écologistes et syndicales, appelons à rejoindre en masse les marches pour le climat et la justice sociale qui s’organisent partout en France le 12 mars.

#Lookup

Signatures : Action non-violente COP21, ActionAid France, AequitaZ, Alternatiba, les Amis de la terre, Attac, CGT, Confédération Paysanne, Convergence des Collectifs de défense et de développement des Services Publics, Fondation Copernic, France Nature Environnement, FSU, Greenpeace, Le Mouvement pour une Alternative Non violente (MAN), Notre Affaire à Tous, Oxfam, Réseau Action Climat, Union Syndicale Solidaires, la Voix Lycéenne.

Documents à télécharger

Appel-Pjc-12mars

Catégories
Écologie

17 février – Conférence débat avec Thierry Hanau de Négawatt à Houilles

Jeudi 17 février à 20h15 : Conférence-débat sur le scénario Negawatt, présenté par Thierry Hanau de Negawatt, organisé par ATTAC 78 Nord. Salle Marceau à Houilles.

En ces temps préélectoraux où les débats politiques relayés par les principaux médias deviennent au mieux de plus en plus superficiels.

Alors que le temps presse de plus en plus pour éviter des changements climatiques désastreux où même pour envisager une adaptation de notre société, le groupe local Boucle de Seine d’ATTAC a demandé à l’association Négawatt de venir exposer son scénario 2022 pour une transition énergétique soutenable.

Contact