Skip to content

Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Catégories
Actu Solidaires 78 antifascisme

Lire Grégory Chambat : Quand l’extrême droite rêve de faire école : Une bataille culturelle et sociale

L’école est une véritable obsession pour l’extrême droite, c’est ce que nous démontre Grégory Chambat qui nous propose un tour d’horizon des attaques de l’extrême droite contre l’école. Pour combattre l’extrême droite sur ce terrain, il est nécessaire d’en connaître les méfaits mais cela ne suffit pas. L’auteur nous engage à reprendre le combat pédagogique pour une école véritablement émancipatrice.

Dans ce court, mais dense, ouvrage, Grégory Chambat, enseignant et militant syndical, coanimateur la revue et de site Questions de classe(s), est l’auteur de plusieurs ouvrages : sur l’extrême droite à l’école, L’école des reac-publicains (Libertalia, 2016); sur les résistance à l’école caserne : L’école des barricades (Libertalia, 2014), Apprendre à désobéir, petite histoire de l’école qui résiste (avec Laurence Biberfeld, Libertalia, nouvelle édition 2021) et Pédagogie et révolution. Questions de classes et relecture pédagogique (Libertalia, nouvelle édition 2015).

Autant dire que l’auteur maîtrise son sujet! Comme un prolongement de L’école des réac-publicains, Grégory Chambat, revient ici sur une obsession souvent minorée de l’extrême droite : l’école. En effet l’extrême droite rêve de «faire école», au double sens du terme (quand on voit comment la droite et la macronie se sont évertuées à faire entrer dans une seule loi sur l’immigration toutes les ignominies de l’extrême droite on se dit que la première partie de ce programme est déjà en bonne voie de réalisation).

Une obsession permanente des extrêmes droites

Pour comprendre «l’intérêt jamais démenti» de l’extrême droite pour l’école il faut, nous dit Grégory Chambat, «revenir sur son histoire et ses combats pour une école de la soumission et de la ségrégation scolaire». Si l’école est une cible privilégiée de l’extrême droite c’est parce qu’au fil des siècles l’institution scolaire «s’est érigée en garant de l’ordre établi».

Ainsi l’histoire de cette institution de puis la Révolution est celle d’un champ de luttes entre des rares aspirations émancipatrices (souvent du côté des instituteurs et institutrices) et des volontés de conserver et légitimer un ordre social établi. C’est non seulement le rêve des réactionnaires mais également celui de républicains tels que Lamartine ou Jules Ferry. Dans cette histoire, une constante : faire de l’institution scolaire la responsable de la perte de grandeur de la France.

Le laboratoire vichyste

C’est bien évidemment sous Vichy que s’est mis en oeuvre le «programme scolaire» de l’extrême droite. Il est à noter que les instituteurs, institutrices et les professeur·es furent les premières victimes des lois de Vichy (avant même que soit déclaré l’état français!). S’ensuivit une attention toute particulière aux questions scolaires, l’école devant être le fer de lance de la «Révolution nationale» portée par Pétain.

C’est d’ailleurs encore sur l’école que s’est reconstruite l’idéologie de l’extrême droite contemporaine autour du Grece (Groupement de recherche et d’étude pour la civilisation européenne) et de sa revue théorique Nouvelle école.

Une éducation identitaire

La (longue) liste des responsables de la baisse du niveau scolaire, vu de l’extrême droite, donne à voir, en creux, ce que serait une éducation à sa botte. Dans la liste des fautifs et fautives, que nous restitue Grégory Chambat on y trouve : les immigré·es, les pédagogues, les sociologues, les historien·nes , mai 68, les syndicalistes, les woke, les féministes, les pauvres, les handicapé·es, les déviant·es, les inadapté·es! Ce qui constitue «une forme de reconnaissance de la pertinence du combat de toutes celles et tious ceux qui ne se satisfont pas de l’école telle qu’elle est et luttent pour un système éducatif émancipateur dans une société égalitaire» conclut l’auteur.

Rappelant que cette école de l’extrême droite existe déjà dans de nombreux pays, Grégory Chambat conclut en nous proposant des pistes pour construire la riposte. Ce combat sera, selon lui, à la fois syndical, social, pédagogique, historique, collectif et culturel. Un salutaire livre de combat à partager largement dans les salles de profs et au-delà!

David (UCL Savoies) pour le journal Alternative libertaire

  • Grégory Chambat, Quand l’extrême droite rêve de faire école : Une bataille culturelle et sociale, Éditions du Croquant, 130 pages, 10 euros.
Catégories
antifascisme

Infos VISA (Vigilances et initiatives antifascistes)

Les articles parus sur VISA en janvier.
RASSEMBLEMENT EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS ET LES SYNDICATS D’ARGENTINE
preview Appel de l’intersyndicale française au rassemblement devant l’ambassade argentine en soutien à la grève générale appelée par les 3 centrales syndicales CTA a, CTA t et CGT d’Argentine. En Argentine, la démocratie et les droits fondamentaux en péril ! Solidarité avec les travailleuses et travailleurs et les syndicats du pays ! Javier Milei, entré en… afficher en ligne.
ANALYSE DE SOLIDAIRES – Loi immigration : revue de détail d’un texte xénophobe
La loi « Pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration » adoptée le 19 décembre porte la marque de la défiance envers l’autre. Le projet initial était déjà très dur, le résultat final est pire. La personne étrangère n’est donc pas la bienvenue en France et même si le Conseil Constitutionnel pourra en enlever quelques bouts, le… afficher en ligne.
APPEL DE LA CGT A LA MANIFESTATION DU 21 JANVIER CONTRE LA LOI IMMIGRATION
Le 21 janvier, 201 personnalités de tous horizons, culturel, associatif, syndical et politique,  appellent à se mobiliser pour exiger que le président de la République ne promulgue pas la loi dite « immigration ». La CGT appelle le monde du travail à se mobiliser massivement et à faire de cette journée une puissante journée de… afficher en ligne.
Communiqué de la Fédération CGT des organismes sociaux sur la loi immigration
On nous avait vendu le vote Macron comme un vote « barrage» au Rassemblement National. Le barrage n’aura pas tenu longtemps et la Macronie, de glissement en appels du pied aux thèses de l’extrême droite, a définitivement basculé cette nuit dans une nouvelle ère, celle du fascisme. Loi raciste, loi scélérate, loi abjecte, qui résonne… afficher en ligne.
Manipulation du RN sur la grève des aides à domicile de l’entreprise « A Dom Drôme/Ardèche »
preview À la suite des déclarations de la députée RN de la 2 ème circonscription de la Drôme, Mme Lisette Pollet, prétendant que la CGT de la Drôme a demandé son soutien et sa présence à la manifestation des salariées d’A Dom du 12 janvier, nous apportons ici un démenti formel de toute interpellation de notre… afficher en ligne.
ANALYSE DE LA FSU SUR LE LOI IMMIGRATION
preview Cette note tente de faire un point sur les conséquences de la mise en œuvre de la loi du 19 décembre 2023 dite « Immigration ». Sans prétendre à l’exhaustivité, elle a surtout pour but de mettre en avant quelques points saillants qui concernent directement les personnels de la fonction publique et les publics au… afficher en ligne.
INTERSYNDICALE ESR : LOI IMMIGRATION, UN RECUL INACCEPTABLE DES DROITS DES ETRANGERS·ES
preview Dénoncée par l’ensemble des organisations syndicales et étudiantes, les ONG, les associations de défense des droits des étranger·es ainsi que la Défenseure de droits, la Loi Immigration de G. Darmanin a été adoptée par le Parlement, par les parlementaires de la majorité présidentielle, LR et le RN, main dans la main. Cette loi xénophobe vise… afficher en ligne.
Communiqué SUD PTT  – PROPOS RACISTES À LA POSTE DE MAYOTTE : LES NOIRS N’ONT PAS COMPRIS ?
Le lundi 8 janvier 2024 l’ensemble des organisations syndicales postales de Mayotte (CGT, UNSA, FO, SUD) communiquaient conjointement pour dénoncer les propos scandaleux tenus par un directeur commercial. Le 14 décembre 2023, lors de la présentation du Plan d’Action Commerciale et de Services, ce monsieur a tranquillement déclaré « il y a trop de noirs dans… afficher en ligne.
Commandez la brochure argumentaire de VISA
preview Le bilan d’un an d’imposture des 88 député.es FN/RN L’un des objectifs de VISA est de fabriquer du matériel militant antifasciste et de le diffuser dans ses structures syndicales adhérentes afin de vous aider dans la lutte antifasciste et contre la propagation des idées d’extrême droite dans le monde du travail. Notre dernière brochure, parue… afficher en ligne.
VISA 09 : Loi immmigration un pas de plus vers l’extrême droite – Rassemblement le 14 janvier à 11h à Foix
preview Dans notr brochure Visa « S’armer contre l’extrême droite » publié avant les dernières élections présidentielles, nous écrivions : « Jamais un quinquennat (2017-2022) n’aura autant permis à l’extrême droite de bomber le torse. (…) En ne répondant aux questions sociales que par l’autoritarisme, [Macron] ouvre la voie au fascisme. ». Cette analyse a été… afficher en ligne.
Catégories
Actu Solidaires 78 antifascisme Culture

Vendredi 2 février : soirée jeu Antifa !

Rendez-vous à partir de 19 h à la librairie La Nouvelle Réserve de Limay pour une soirée jeu avec La Horde

Entrée libre et gratuite !

Propos racistes, manifs homophobes, violences fascistes, ça suffit : contre l’extrême droite, à vous de jouer !

Avec quelques ami·es, vous décidez de monter un groupe antifasciste et de mettre en place des actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d’organisation… Mais comme la vie est pleine d’imprévus, les choses ne se dérouleront pas toujours comme vous l’aviez espéré !

Réalisé par la Horde et édité par Libertalia, Antifa le jeu est un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local, dans lequel chaque joueur ou joueuse interprète un·e militant·e, avec des compétences particulières.

Initialement utilisé comme outil de formation pendant plus de deux ans, le jeu a finalement été édité en septembre 2021 par les éditions Libertalia. Le jeu a été épuisé en quelques mois, et il a été décidé de le rééditer : si le jeu est le même sur le fond, on en a profité pour le rendre plus simple, plus compact et moins cher.
Dans cette nouvelle édition, la façon de jouer a été simplifiée afin de rendre les parties plus rapides (de 90 minutes dans la première édition, on est passé à environ 30 minutes pour une partie), plus fluides et plus intuitives.

Les différentes phases de jeu sont identiques à celles de la première édition :
1) La mise en place : le groupe se constitue (chaque joueur et joueuse choisit d’incarner un·e militant·e), des événements (d’un niveau de difficulté variable) se sont produits ou vont avoir lieu, et des circonstances particulières viennent poser le cadre de la partie.
2) La réunion : le groupe décide sur quel événement il souhaite réagir et quelles actions organiser face aux événements.
3) La préparation : le groupe va préparer chaque action en utilisant des moyens militants ou matériels.
4) Les actions ont lieu, mais leur efficacité va être impactée par des imprévus, positifs ou négatifs, et par la météo si les actions ont lieu en extérieur.
5) On fait le bilan de chaque action : l’efficacité cumulée des actions prévues face à un événement doit être égale ou supérieure au niveau de difficulté de l’événement. Si c’est le cas, le moral du groupe s’améliorera ; en cas d’échec, le moral du groupe baissera. Il est également possible que des militant·es ou des sympathisant·es se fassent arrêter. Si un·e militant·e se fait arrêter deux fois, il ou elle passe en procès, et le groupe devra mettre en place un comité de soutien le mois suivant…

Le changement le plus important de cette nouvelle édition, c’est le remplacement des jetons par des cartes. Au début de la partie, les joueurs et joueuses prennent en main un paquet de cartes correspondant à ce que sait faire leur militant·e, ce qui leur permet de prendre en compte plus facilement les différents moyens mis à leur disposition. Les compétences spéciales des militant·es sont plus faciles à identifier, mais comme il existe 14 moyens militants et qu’on n’a en main que 12 cartes, cela signifie qu’il y a aussi deux choses que chaque militant·e ne sait pas faire !

La phase de préparation des actions se joue désormais en quatre tours : il n’y a plus besoin de gérer le temps, on part du principe que chaque tour correspond à une semaine, au cours de laquelle chaque militant·e va utiliser un moyen pour préparer une action.
À chaque tour, les joueurs et joueuses posent une carte de leur main (un « moyen militant ») et, s’iels le souhaitent, une carte « moyen matériel », mais en engageant la trésorerie du groupe. On pose ainsi les différentes cartes « moyen » sur le côté gauche des planches action, et c’est leur nombre qui permet de connaitre le niveau d’efficacité de chaque action.

Au fur et à mesure de l’existence du groupe (et donc des parties), les militant·es vont se retrouver dans des situations de plus en plus complexes, présentées dans différents scénarios en utilisant une sélection des cartes du jeu : une bande néonazie s’implante dans la région, votre ville tombe aux mains de l’extrême droite… Plusieurs options (dates anniversaires, motivations secrètes…) sont également proposées, afin de rendre la tâche des joueurs et joueuses plus ardue. Antifa le jeu est aussi un jeu participatif : vous pourrez ainsi imaginer des scénarios et les partager sur le site de La Horde !

La Horde

La Horde est un collectif antifasciste issu du réseau No Pasaran. Ses militant·es sont des compagnons de longue date des éditions Libertalia. Ensemble, en 2019, nous avions publié Antifa, de Bernd Langer, une histoire de l’antifascisme en Allemagne.

des mêmes auteur·ice·s
aux éditions Libertalia

Catégories
Actu Solidaires 78 antifascisme Idées, débats, cultures Lecture

Mardi 16 janvier à la librairie La Nouvelle Réserve (Limay) Découvrir la lecture en arpentage avec 10 questions sur l’antifascisme

Organisé par l’Union syndicale Solidaires 78.
De 17 h à 19 h, entrée libre et gratuite

L’arpentage est une méthode de lecture collective d’un livre, issue de l’éducation populaire*. Lors d’un temps déterminé, plusieurs participant·es se partagent un document écrit et chacun lit individuellement une courte partie de ce document.
Ensuite, les participant·es partagent aux autres membres du groupe le contenu de leur lecture.

* L’arpentage est né dans les cercles ouvriers de la fin du XIXe siècle. Il permet alors à des personnes n’ayant pas pu faire d’études d’accéder au savoir, via la lecture partagée d’essais. Plus tard, cette méthode est utilisée par les résistant·es de la Seconde Guerre mondiale, notamment sous l’impulsion du sociologue Joffre Dumazedier et de l’historien Benigno Cacérès, figures de l’éducation populaire.


Dix questions sur l’antifascisme

« Pour résister au climat de peur que veulent instaurer les groupes nationalistes violents, à la propagande raciste qui sature l’espace public, c’est à nous de proposer des alternatives en actes, de déconstruire les idées toutes faites sur l’antifascisme, de populariser notre lutte. »

À la fois mouvement d’autodéfense et mouvement d’émancipation, pratique politique d’action directe, d’information, d’éducation populaire et de contre-culture, l’antifascisme est bien plus varié que l’image qu’il renvoie dans les médias ou dans le monde politique, où on se plaît à le caricaturer. En dix chapitres, ce livre présente l’histoire et l’actualité de la lutte antifasciste, ainsi que les enjeux auxquels elle doit faire face. Il a pour ambition de donner suffisamment d’éléments à la fois théoriques et pratiques afin de présenter l’antifascisme dans sa complexité, sa richesse, mais aussi ses contradictions.

Présentation du collectif

« La Horde est un collectif antifasciste qui existe depuis plus de dix ans et qui rassemble des militant·es de différentes générations, certain·es étant engagés dans la lutte contre l’extrême droite depuis plus de trente ans, tandis que d’autres, plus jeunes, participent activement aux nouvelles formes prises par le mouvement antifa. Notre collectif est un outil au service des groupes locaux et des individus qui s’organisent contre les mouvements nationalistes, et c’est en lien et en coopération avec eux que nous agissons. »

208 pages — 10 €
Format 108/178
Parution : 15 septembre 2023

Catégories
antifascisme antiracisme

La lettre d’info de la Horde

Lettre d’informations mensuelle de la Horde – Janvier 2024

-Notre Analyse de la récupération du meurtre de Thomas à Crépol
https://lahorde.samizdat.net/Meurtre-de-Thomas-a-l-extreme-droite-rien-se-cree-rien-ne-se-perd-tout-se

-Reims : l’extrême droite et les nazis en toute impunité
https://lahorde.samizdat.net/A-Reims-l-extreme-droite-et-les-neonazis-battent-le-pave-en-toute-impunite

– Saint Brieuc : Un local associatif attaqué par des fascistes
https://lahorde.samizdat.net/Soutien-a-la-Serre-attaque-par-des-nazis-le-week-end-dernier

– Poitiers : auto-défense populaire face aux agressions fascistes
https://lahorde.samizdat.net/Agression-fasciste-a-Poitiers-l-heure-est-a-l-auto-defense-populaire

– Un témoignage sur les méfaits des « Parents Vigilants » zemmouriens 
https://lahorde.samizdat.net/Parents-vigilants-l-abus-d-ecole-n-est-pas-dangereux-pour-la-sante

– Communiqué de SUD-PTT contre la loi « immigration »
https://lahorde.samizdat.net/Contre-la-loi-Macron-Le-Pen

– Veille Antifasciste : Etat des lieux de l’extrême droite dans le Morbihan
https://lahorde.samizdat.net/Lettre-d-information-du-Collectif-antifasciste-du-Morbihan-automne-2023

– Veille antifasciste : Etat des lieux de l’extrême droite au Pays Basque Nord
https://lahorde.samizdat.net/Bilan-2023-des-activites-de-l-extreme-droite-au-Pays-Basque-Nord

– Interview de G. Chambat sur la pénétration des idées de l’extrême droite dans le milieu scolaire
https://lahorde.samizdat.net/Interview-de-Gregory-Chambat-auteur-de-Quand-l-extreme-droite-reve-de-faire

– Retour en vidéo sur les 10 ans du Lyon Antifa Fest
https://lahorde.samizdat.net/Lyon-Antifa-Fest-Une-decennie-d-histoire

 cela s’est passé en…
Le mot de ce mois est «éducation»…
– 2020: Blanquer fait résonner les idées du RN au ministère de l’éducation nationale.
https://lahorde.samizdat.net/blanquer-lecho-de-lextreme-droite-au-ministere-de-leducation-nationale
– 2014 : Propositions des municipalités FN en matières de projets éducatifs.
https://lahorde.samizdat.net/les-projets-educatifs-des-municipalites-fn
– 2017: Analyse et riposte syndicales aux tentatives de l’extrême droite d’entrer dans les écoles.
https://lahorde.samizdat.net/lecole-cible-des-droites-extremes-riposte-syndicale-video



Éphéméride antifasciste. N’hésitez pas à nous aider à l’enrichir.
https://lahorde.samizdat.net/janvier

Et toujours…

Matériel de propagande contre l’extrême-droite

Avec nos nouveaux stickers
https://lahorde.samizdat.net/IMG/logo/live-laugh.jpg?1698488625
https://lahorde.samizdat.net/IMG/logo/yeux.jpg?1698488708
https://lahorde.samizdat.net/IMG/logo/tutte.jpg?1698488694


https://lahorde.samizdat.net/Materiel-2133

Antifa – le jeu
(Disponible)

https://lahorde.samizdat.net/ANTIFA-un-jeu-cooperatif-antifasciste
Un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local, dans lequel chaque joueur ou joueuse interprète un·e militant·e, avec des compétences particulières.
Dans cette nouvelle édition, la façon de jouer a été simplifiée afin de rendre les parties plus rapides (de 90 minutes dans la première édition, on est passé à environ 30 minutes pour une partie), plus fluides et plus intuitives.

Catégories
antifascisme antiracisme Défense de nos libertés Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Luttes migrant·es

Loi immigration : se mobiliser pour empêcher sa promulgation

La loi immigration vient d’être adoptée par l’Assemblée nationale grâce aux voix de l’extrême-droite dont elle reprend plusieurs idées fortes. Il s’agit de la loi la plus régressive depuis 40 ans en matière d’immigration. Elle aura des conséquences terribles sur la vie de centaines de milliers d’habitant·es étrangère·es dont beaucoup sont nos collègues de travail. L’Union syndicale Solidaires appelle à se mobiliser pour empêcher qu’elle soit promulguée et appliquée.

LA LOI IMMIGRATION C’EST :

L’exclusion de l’accès aux prestations sociales par l’allongement des délais

(article 19)

Le délai pour recourir au DALO (Droit au logement opposable), toucher les prestations familiales, l’allocation d’autonomie mais aussi les APL passe de 6 mois à 5 ans (30 mois pour les personnes qui travaillent) pour les étrangér·eres hors UE (et Suisse). Des dizaines de milliers de personnes vont ainsi perdre le droit à des aides qu’elles touchaient jusque-là ou se retrouver exclues de l’accès au logement. Il s’agit d’une déclinaison de la “préférence nationale” chère au Rassemblement national. À situation égale, votre collègue Algérien n’aura plus les mêmes droits que votre collègue Italien.

Une situation qui empire pour les travailleurs·euses sans-papiers…

(articles 27, 29 et 34)

L’article 27 durcit les conditions de la circulaire Valls, renvoie à une liste de métiers en tension qui peut évoluer à tout moment et est trop limitative. Surtout, il ne crée pas de critères automatiques et renvoie à l’arbitraire préfectoral la décision d’accorder un titre de séjour limité à 12 mois. Il ne permettra donc pas plus de régularisations qu’aujourd’hui. De plus, l’article 34 durcit les sanctions contre les employeurs. Si c’est plutôt une bonne chose pour lutter contre les patrons exploiteurs, la loi actuelle n’est déjà quasiment pas appliquée. Cela peut par contre dissuader des employeurs de soutenir leur employé dans ses démarches.

Le statut d’entrepreneur individuel sera lui conditionné à un titre de séjour spécifique (article 29). Nombreux sont pourtant les étranger·es qui exercent comme livreur à vélo ou VTC.

Enfin, l’article 17 qui crée le délit de séjour irrégulier (3 750 euros d’amende) expose toute personne sollicitant sa régularisation à être sanctionnée au titre de ce nouveau délit.

…comme pour les étudiant·es étranger·eres (articles 11 à 13)

Mise en place d’une caution, augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·eres (hors UE et Suisse à nouveau…) le message est clair : il s’agit de sélectionner par l’argent.

Une remise en cause de l’accès aux soins

(article 9)

Si l’AME (aide médicale d’état) n’est pas supprimée, E. Borne a promis de rouvrir le dossier en 2024. D’ores et déjà la loi durcit les conditions d’accès au titre de séjour “étranger-malade”.

Des mesures honteuses

Le texte contient plusieurs mesures qui nourrissent les pires amalgames et vont à l’encontre de valeurs essentielles comme l’égalité entre toutes et tous. Le retour de la déchéance de nationalité induit l’idée qu’il y a deux niveaux de français·es puisque certain·es pourraient commettre l’innommable sans perdre leur nationalité. D’une manière générale, la loi porte atteinte à de nombreux droits de la défense et aux libertés individuelles. Ainsi l’article 41 permet à l’autorité administrative de placer en rétention un demandeur d’asile pendant l’examen de sa demande d’asile

L’Union syndicale Solidaires appelle à se mobiliser pour que cette loi ne soit pas appliquée.

Manifestations

Dimanche 14 janvier

Dimanche 21 janvier

Catégories
antifascisme

Lettre d’information VISA

Invitation à l’Avant-Première du film Béziers, l’envers décor ! Le Samedi 13 janvier 
preview à partir de 16H30Salle Jean Dame, 17 rue Léopold BellanParis 2ème, métro Sentier Résumé du film : Construit en deux parties de 90 minutes environ qui s’enchaînent, le film aborde, à travers le journal municipal, le « Journal de Béziers », devenu le « Journal du Biterrois », la gestion de la ville par Robert Ménard élu maire en… afficher en ligne.
SUD RAIL : Solidaires avec notre secrétaire fédéral
preview Notre fédération, via un de ses secrétaires fédéraux a été visée par l’extrême droite. Dans plusieurs gares parisiennes, ainsi que sur les locaux du CCGPF, une affiche avec la photo de notre camarade Erik et le logo SUD-Rail a été placardisée, avec la motion « Wanted ». En dessous de la photo un texte :… afficher en ligne.
VISA 73-74 : Extrême droite hors de nos écoles !
preview Chambéry, le 13 décembre 2023 Dans un contexte de banalisation des idées d’extrême droite et d’agissements de plus en plus décomplexés de groupes nationalistes, notamment sur Chambéry, le groupe local Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes appelle à l’attention tous les personnels de l’éducation, et alerte quant à l’intervention de la députée européenne RN Marie Dauchy… afficher en ligne.
Tribune : Pour nos organisations, interagir et dialoguer avec le groupe RN à l’Assemblée nationale, c’est non
preview Les digues du « barrage républicain » ont cédé sans résistance ni grand fracas aux moments des élections, puis de l’arrivée à l’Assemblée nationale d’un groupe d’extrême-droite sans équivalent dans l’histoire de la Ve République. Les ambiguïtés et les compromissions politiques ont une grande responsabilité dans cette situation. Alors nous, membres de la société civile, associations, syndicats, collectifs… afficher en ligne.
Communiqué unitaire dans le Tarn – Condamnation en justice de trois membres de Patria Albigés : les discours de haine sont une menace pour notre société
Ce mardi 12 décembre 2023, comparaissaient devant le tribunal correctionnel d’Albi trois membres de Patria Albigés, groupe identitaire qui sévit dans le département du Tarn depuis plusieurs années. Les trois militants d’extrême droite étaient convoqués pour une opération menée le 10 juin dernier : ils avaient saisi le prétexte du drame survenu à Annecy pour… afficher en ligne.
Communiqué du Collectif Antifasciste de Poitiers et Environs (CAPE) suite à l’agression de syndicalistes étudiant-es
preview Poitiers, 10 décembre 2023 A Poitiers, comme ailleurs, sans plus aucun complexe, des groupes d’extrême droite mènent des actions violentes, concertées et planifiées, contre des militant-es de gauche, connu.es pour leurs positions antifascistes, mais également contre leurs familles ou leurs voisins : agressions physiques, attaque d’un domicile préalablement repéré, les nuits des 7 et 8… afficher en ligne.
VISA 44 : Communiqué contre l’appel à manifester d’organisations d’extrême droite « Stop au massacre des Français » et lettre au préfet de Loire Atlantique
preview Le contexte socio-économique actuel, très dégradé, est un terreau fertile pour celles et ceux qui se nourrissent du désespoir. L’extrême droite, sous toutes ses formes et ses tendances, est à l’offensive. Nous devons nous y opposer avec force et conviction ! Ce qui s’est passé à Callac et Saint-Brévin en est une très bonne démonstration.… afficher en ligne.
Communiqué unitaire Morbhian : À propos de la conférence de Louis Fouché pour présenter son livre «Traverser la peur »
preview Mercredi 13 décembre 2023 à 20h30 au cinéma méga CGR Lanester à l ‘invitation de la librairie « Ouand les livres s’ouvrent » à Lorient Une affiche à-priori alléchante ? Une conférence de Louis Fouché autour de son livre « dans un style à la fois vif et poétique, dévoile la peur comme clé de… afficher en ligne.
Tracts CGT et Solidaires Douanes contre Reconquête
preview CGT DOUANES : NON ! L’EXTRÊME DROITE N’EST PAS LA BIENVENUE ! Le gouvernement de M. Macron à force de chercher sa béquille à droite et au-delà, laisse le champ libre au déversement des logorrhées les plus nauséabondes. A la télévision, comme à la radio, dans les journaux, toujours les propos les plus haineux… ça… afficher en ligne.
Communiqué unitaire Calvados – Rupture de digue à Ouistreham : Marion Maréchal Le Pen sur les terres de Romain Bail… ou l’inverse ?
preview Nous, citoyen.nes, militant.es d’organisations associatives, syndicales et politiques, élu.es de gauche et de l’écologie, dénonçons avec la plus grande fermeté la venue le mercredi 6 décembre à Ouistreham, de Marion Maréchal Le Pen, vice-présidente de Reconquête, parti raciste et xénophobe. Un déplacement destiné à répandre ses idées nauséabondes sur l’immigration, un bis repetita faisant suite… afficher en ligne.
Catégories
antifascisme antiracisme

La préférence nationale contre l’égalité des droits

Le programme du RN est raciste et veut diviser la population

Le concept de “ préférence nationale ” ou de “ priorité nationale ”, forgé en 1985, est devenu depuis un axe majeur du programme du FN / RN. L’idée est d’inscrire dans la Constitution une véritable ségrégation raciste dans les domaines de l’emploi, du logement, des aides sociales. Articulé à “ l’identité nationale ”, à la “ submersion migratoire ”, au “ grand remplacement ” ou à la “ remigration ”, c’est un projet raciste de la société qui est ainsi banalisé.

Des propositions racistes

→ Parler de préférence nationale, c’est discriminer les personnes qui n’ont pas la nationalité française ou qui ont une autre nationalité en réduisant leurs droits.

→ Limiter l’accès aux droits fondamentaux selon la nationalité, et même parfois priver les immigré·es d’accès aux aides sociales, c’est empếcher des habitant·es de travailler, de se soigner, de se loger, de se nourrir, d’aller à l’école ou d’étudier. C’est totalement contraire à l’égalité des droits.

→ La clause de nationalité existe dans la fonction publique et c’est déjà un problème. L’accentuation des mesures d’exclusion aux personnes ayant une bi-nationalité va encore aggraver ce phénomène.

→ Transformer la défenseure des droits en “ défenseur des droits des français ” démontre le caractère discrimitoire de la politique proposée : les personnes de nationalité française auront plus de droits que les autres. Il ou Elle rappelle déjà à l’ordre le gouvernement et des collectivités territoriales concernant leurs manquements aux accès aux droits fondamentaux.

→ Diviser la société entre français·es et non français·es, les “bons ” et les “ mauvais ” pauvres va fracturer la population et exacerber les propos et les actes racistes et augmenter les tensions dans la société.

→ Le référendum sur l’immigration et l’identité proposé par Marine Le Pen inscrirait la discrimination dans la Constitution.

Une mise en danger des exilé·es et des mineur·es

→ La restriction du droit d’asile met en danger toutes les personnes qui fuient la guerre et la misère. Cette proposition ne respecte pas les accords européens et internationaux, déjà très restrictifs.

→ La non prise en charge des mineur·es isolé·es sur le territoire est une remise en cause de la présomption de minorité et de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Trier les enfants selon leur origine est clairement raciste.

→ La suppression de la sécurité sociale pour les demandeurs d’asile, et la suppression de l’Aide Médicale d’État (AME) mettra en danger non seulement toutes les personnes directement concernées mais l’ensemble de la population. L’accès aux soins est un droit universel qui ne peut être soumis aux discriminations. Ce projet est aussi contraire à la déontologie médicale qui demande de soigner toute personne sans discrimination. 

→ Interdire le regroupement familial, c’est obliger des couples et des enfants à ne pas se voir pendant de longs mois, voire de longues années.

→ Supprimer le droit du sol, c’est empêcher à une personne née en France de parents étrangers et vivant en France depuis son enfance d’accéder (automatiquement) à la nationalité française.

Des discours mensongers

Marine Le Pen construit un discours mensonger : beaucoup d’arguments sont faux en utilisant des éléments de langage qui ne sont pas les siens pour faire croire à une politique sociale.

Ses modèles de politique migratoire sont ceux de la Hongrie, de la Russie et du Danemark : ils reposent sur la répression sur l’immigration.

Le retour du délit de solidarité et de la répression

→ Elle prévoit également de pénaliser le fait de rester et d’entrer sur le territoire français sans titre de séjour (y compris sans notification IRTF/OQTF). De plus, elle veut rendre impossible les régularisations, sauf dans le cas de “ services éminents rendus à la France ” distingués en Conseil des ministres.

→ Marine Le Pen menace de “ sanctions pénales ” les personnes qui aideraient les exilé·es : c’est le retour du délit de solidarité. Aider les personnes en danger et en détresse ne doit pas être un délit !

→ La déchéance de nationalité et le retrait de titre de séjour concernerait des “ actes illégaux ”, autant dire qu’une simple accusation pourrait suffire et avec un effet rétroactif.

De nombreuses mesures racistes s’appliquent en France depuis de trop nombreuses années. Mais l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir
– c’est encore plus de racisme et plus de discriminations,
– c’est une aggravation de la mise en danger des exilé·es et le recul de l’accès aux droits pour une partie de la population.
– c’est la remise en cause du principe même d’égalité des droits
– c’est la division de la société et l’incitation à la xénophobie et à la violence raciste

Ne laissons pas l’extrême droite arriver au pouvoir !

Catégories
Actu Solidaires 78 antifascisme antiracisme

Combattons la “loi immigration” raciste et antisociale

L’Assemblée nationale vient d’adopter ce texte après des tractations politiciennes organisées par le gouvernement tandis que l’extrême-droite jubile.

Il reflète la volonté du gouvernement de stigmatiser une fois de plus les immigré·es et développe un climat nauséabond vis-à-vis des étranger·es, malgré les promesses de “digue contre l’extrême-droite” d’Emmanuel Macron en mai 2022.

La journée du 19 décembre a franchi un nouveau cap. Le gouvernement a décidé de faire adopter une loi reprenant les pires positions de l’extrême-droite sur la préférence nationale, sa négation du droit du sol et des droits des travailleuses et travailleurs étranger·es. Le problème n’est pas d’adopter le projet de loi avec ou sans les voix de l’extrême droite. C’est bien son contenu, qui permet qu’il soit voté par l’extrême droite.

L’Union syndicale Solidaires lutte depuis des mois contre ce projet de loi. Nous avons participé activement au cadre unitaire UCIJ, Unis contre une immigration jetable, pour repousser cette loi et porter une politique migratoire d’accueil et solidaires. L’urgence c’est de régulariser les travailleurs et travailleuses sans-papiers trop souvent exploité·es, sous la menace d’une arrestation sur le chemin du travail. Cette loi n’y répond pas. L’urgence c’est de ne laisser personne à la rue. L’urgence c’est de donner les moyens aux services publics. L’urgence c’est les augmentations de salaires, le partage des richesses et la lutte contre la crise écologique, pas une énième loi sécuritaire et xénophobe.

Nous sommes à un tournant politique majeur. Il est urgent que l’ensemble du mouvement social, que les forces syndicales, associatives et politiques, fassent front ensemble. Nous avons une responsabilité collective à proposer une action massive et populaire pour empêcher l’application de cette loi. L’Union syndicale Solidaires va tout mettre en œuvre dans ce sens dans les jours et semaines qui viennent.

RSS
Follow by Email