Catégories
antifascisme Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Luttes contre les discriminations Luttes migrant·es

Politique d’expulsion : des déclarations du gouvernement qui sèment la confusion

Dans un climat de stigmatisation des personnes étrangères, La Cimade propose de déconstruire les idées fausses qui sont véhiculées et d’analyser la question de l’immigration sous un autre prisme.

L’instrumentalisation des questions migratoires se traduit aujourd’hui par de multiples déclarations d’un gouvernement cherchant à flatter les positions anti-immigration d’une partie de l’opinion, alors qu’une énième loi sur l’asile et l’immigration est annoncée pour le premier semestre 2023. Dans un climat de stigmatisation des personnes étrangères, La Cimade propose de déconstruire les idées fausses qui sont véhiculées et d’analyser la question de l’immigration sous un autre prisme.

IMMIGRATION : ENTRE FANTASMES ET REALITE

Pour justifier une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration – la 29ème depuis 1980 – les membres du gouvernement s’attèlent à propulser au-devant de la scène médiatique les enjeux autour de la nécessité de « mieux » expulser en instrumentalisant les questions relatives à l’immigration irrégulière. Le président de la République a ainsi déclaré le 26 octobre dernier auprès du Conseil des ministres regretter des arrivées trop nombreuses ces dernières années. Dans une interview pour le journal Le Monde le 2 novembre dernier, les ministres de l’Intérieur et du Travail ont par ailleurs affirmé que « la part des étrangers dans notre population va atteindre les 10 % dans les années qui viennent ». Ces propos laissent non seulement entendre que la France serait envahie par des « flux d’immigration irrégulière » incontrôlés, mais entretiennent une confusion volontaire, puisque les chiffres relatifs à la population étrangère ne peuvent être mis sur le même plan que ceux relatifs à l’immigration irrégulière. En 2021, la population étrangère dans son ensemble s’élevait à 7,7 % de la population totale française. En se basant sur différents types de chiffrages, celle ayant trait aux personnes en situation irrégulière, oscillerait entre 0.52 % et 1.19 % de la population totale.

  La France est-elle dépassée par des « flux d’immigration irrégulière » ? 

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs déclaré le 27 octobre dernier que « Nous avons un travail à faire pour rendre la vie des personnes sous OQTF impossible en France, comme leur interdire l’accès aux logements sociaux… ». Ces propos sont dangereux car ils s’inscrivent dans le sillage d’un bon nombre de déclarations visant à véhiculer l’idée fausse selon laquelle les personnes étrangères abuseraient de droits et de prestations sociales. Or, les personnes sans-papiers n’ont accès ni aux logements sociaux ni aux droits sociaux, en dehors de l’aide médicale d’Etat. Ces propos sont par ailleurs symptomatiques d’une politique de harcèlement et de bannissement clairement assumée par le gouvernement, ce qui est particulièrement inquiétant dans ce contexte d’avant-projet de loi.

« Rendre la vie des personnes sous OQTF impossible en France » : que veut-dire cette phrase prononcée par le ministre de l’intérieur ?

UNE POLITIQUE D’EXPULSION ABSURDE

Il y a encore quelques semaines, peu de personnes étaient familières avec l’acronyme OQTF (obligation de quitter le territoire français). Aujourd’hui, l’actualité s’est emparée du sujet et la politique d’expulsion fait l’objet de vifs débats, et pour cause, le gouvernement tente par tous moyens de justifier sa politique d’expulsion défaillante. Pour expliquer le faible taux d’exécution des OQTF, le ministre de l’intérieur a déclaré au journal Le Monde le 2 novembre dernier que « [] pour calculer le taux d’exécution, on ne compte que les départs aidés et les départs forcés, soit près de 17 000 éloignements en 2021. Or, des milliers de personnes quittent le territoire après avoir reçu une OQTF, sans qu’on le sache ». Pour remédier à ce problème, le ministre de l’intérieur affirme « désormais inscrire toutes les OQTF au fichier des personnes recherchées, le FPR. Il ne s’agit pas de rétablir le délit de séjour irrégulier mais de pouvoir constater que la personne repart comme lorsque, par exemple, elle reprend un avion et ainsi de compter tous les départs d’étrangers ». Pourtant, non seulement les statistiques du ministère de l’intérieur comptabilisent bien les départs spontanés, mais l’inscription de toutes les personnes sous OQTF au FPR s’avère être une fausse mesure, car c’est déjà le cas pour la majorité des personnes sous OQTF.

Comment la France calcule-t-elle le nombre d’expulsions réalisé ?

Par ailleurs, dans l’optique de vanter les résultats de sa politique d’expulsion, le 27 octobre dernier, à l’antenne de France Inter, le ministre de l’intérieur a déclaré : « Nous faisons plus que l’Allemagne, plus que l’Espagne et plus que l’Italie, mais nous ne faisons pas assez ».

Qu’en est-il réellement des chiffres relatifs à l’expulsion ? Au total, 125 450 obligations de quitter le territoire français (OQTF) ont été prononcées en France en 2021 (source : Eurostat). Avec ce chiffre, la France est de loin le pays européen qui édicte le plus d’OQTF. Ainsi, vu sous cet angle, la France « fait plus » que ses pays voisins. En revanche, en examinant l’ensemble des données de plus près, la France présente un taux d’exécution des OQTF bien plus faible que ses voisins européens, ce qui vient ainsi contredire le fait que la politique d’expulsion française serait « meilleure » que celle de ses voisins européens.

La France « fait-elle plus » en matière d’expulsion que ses voisins européens ?

Le fort taux de délivrance d’OQTF non exécutables appelle d’ailleurs à un certain nombre de réflexions, à commencer par savoir si la France se conforme aux exigences de la loi. En effet, le constat d’un séjour irrégulier ne peut mener à la notification automatique d’une OQTF puisque la loi impose que l’administration procède à un examen personnalisé de la situation de la personne en amont de la notification d’une mesure d’éloignement afin de garantir que la mesure ne viole pas des dispositions législatives qui protègent certaines catégories de personnes contre l’éloignement. Or, La Cimade rencontre de manière croissante des personnes sous OQTF qui devraient faire partie des catégories protégées contre l’éloignement. C’est le cas par exemple des mineur∙e∙s, des personnes encourant des risques de traitements inhumains et dégradants en cas d’expulsion, ou des parent∙e∙s d’enfant français∙e∙s mineur∙e∙s.

Que révèle le faible taux d’exécution des mesures d’expulsion ?

EXPULSION ET ETAT DE DROIT

Toujours dans l’objectif de justifier une politique d’expulsion qui dysfonctionne, le ministre de l’intérieur s’efforce à identifier des prétendus obstacles à l’expulsion. Dans ce cadre, la thématique qui revient régulièrement dans ses déclarations concerne celle de la justice. Monsieur Darmanin a ainsi déclaré : « Notre droit est trop complexe. Pour expulser un étranger en situation irrégulière, nous avons jusqu’à 12 recours administratifs et judiciaires […] [Quand] vous faites des recours, vous ne pouvez pas expulser la personne […] Plus de la moitié des 120 000 OQTF prises ne sont pas exécutoires à cause de recours devant le tribunal administratif ».

Le ministre de l’intérieur opère dans ces propos une confusion entre ce qui relève de la procédure, et ce qui relève du recours. Il s’est ensuite repris le 2 novembre dans une interview au journal Le Monde en affirmant : « D’abord, il y a près de 50 % des OQTF qui font l’objet de recours qui les suspendent. L’une des dispositions du projet de loi qui sera examiné début 2023 au Parlement, est de fortement simplifier les procédures et de passer de douze à quatre catégories de recours, pour exécuter beaucoup plus rapidement les mesures ». Malgré l’usage d’une terminologie plus précise, le ministre a pris pour exemple, sur le plateau de CNews le 3 novembre dernier, le cas de personnes déboutées de l’asile. Or il omet parallèlement de préciser que la procédure d’expulsion est à distinguer de la procédure d’asile, de telle sorte à de nouveau créer de la confusion.

Au-delà de propos semant la confusion, le ministre semble remettre en cause le principe du droit au recours effectif consacré par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et par la Convention européenne des droits de l’homme, qui impose que toute personne a le droit de voir sa situation examinée par un∙e juge.

La justice représente-elle un obstacle à l’expulsion ?

Autre obstacle mis en exergue par le ministre de l’intérieur : les protections que la loi confère contre l’expulsion. C’est l’autre arlésienne de ces dernières semaines. Sur l’antenne de France Inter le 27 octobre dernier, le ministre de l’intérieur a déclaré que « Nous protégeons encore des étrangers qui ont commis des crimes et délits en France et qui ne peuvent pas être expulsés », avant d’enfoncer le clou quelques jours plus tard : Ce qui freine le ministre de l’intérieur aujourd’hui, ce sont des réserves d’ordre public qui empêchent, par exemple, d’éloigner des personnes arrivées avant 13 ans sur le territoire national. Dans le texte de loi, nous mettrons fin à ces réserves et laisserons au juge le soin de trancher s’ils doivent ou non rester en France au nom de la vie familiale ».

Ces déclarations sont fausses, en plus d’être vagues. S’il est vrai qu’un certain nombre de catégories de personnes sont « protégées » contre le prononcé de mesures d’expulsion, les autorités judiciaires (pour les interdictions du territoire) et administrative (pour les arrêtés d’expulsion et les OQTF) conservent toujours la faculté de contourner les mesures de protections. Dans les faits, seule une infime partie des personnes étrangères est donc effectivement et réellement protégée

Est-il vraiment impossible d’expulser certaines personnes ?

Dans la même veine, le 2 novembre dernier, le ministre de l’intérieur a déclaré au journal Le Monde : « Aujourd’hui, quand quelqu’un demande l’asile en France, il peut se passer un an et demi avant que la Cour nationale du droit d’asile [CNDA] lui dise éventuellement non, puis le préfet prend une OQTF et, s’il y a un recours, on est reparti pour au moins six mois. Donc il se passe parfois deux ans avant que la personne ne soit expulsable. Elle a eu le temps de trouver un travail, au noir, et peut-être de faire des enfants. Voilà comment on se retrouve avec des dizaines de milliers de personnes qu’on ne peut pas expulser alors qu’elles sont sous OQTF. Cette situation n’est pas tenable. Il ne faut pas laisser le temps de créer des droits qui viendraient contredire des décisions prises légitimement par les préfectures ».

Là encore, ces propos sont inexacts. La loi encadre de manière stricte les protections contre l’éloignement qui ne concernent que certaines catégories spécifiques de personnes étrangères. Le travail au noir (voire le travail déclaré) n’est pas constitutif d’un motif de protection contre l’expulsion énumérés à l’article L. 611-3 du CESEDA, pas plus d’ailleurs que ne l’est la présence d’enfants de nationalité étrangère.

Est-il vraiment impossible d’expulser les personnes déboutées de l’asile ? 

AMALGAME ENTRE IMMIGRATION ET DELINQUANCE

Depuis cet été, le refrain selon lequel il y aurait un lien entre immigration et délinquance revient dans la bouche des responsables politiques. Le ministre de l’Intérieur a ainsi pu déclarer qu’« il y a 7 % d’étrangers dans la population et ils représentent 19 % des actes de délinquance ». Pour sa part, le président de la République estime que « quand on regarde les faits de délinquance à Paris, on ne peut pas ne pas voir que la moitié au moins des faits de délinquance viennent de personnes soit en situation irrégulière, soit en attente de titre ».

L’essentiel des discours liant immigration et délinquance sont fondés sur des arguments quantitatifs : hausse des crimes et délits commis par les personnes étrangères, surreprésentation de ces dernières parmi les personnes détenues, etc. Or, en 2018, 549 966 condamnations ont été prononcées par les juridictions pénales, et seules 82 157 d’entre elles concernaient des personnes étrangères, soit 14,9%. La surreprésentation des personnes étrangères condamnées et des personnes étrangères incarcérées au regard de leur nombre au sein de la population française, s’explique par plusieurs facteurs, tels que les traitements discriminatoires dont elles sont l’objet ou par l’existence d’infractions qui ne peuvent être commises que par des personnes étrangères (ex. : refus de test PCR, refus de rendez-vous au consulat, refus monter dans l’avion etc.) par exemple.

Les personnes étrangères sont-elles réellement plus délinquantes ?

Enfin, dans son interview au Monde, le ministre de l’Intérieur a cette formule lapidaire : « Si je devais résumer, je dirais qu’on doit désormais être méchants avec les méchants et gentils avec les gentils ».

Sans doute anecdotique, elle laisse quand même entendre que ce n’était pas le cas jusqu’à présent, alors que toutes les lois relatives à l’immigration ont veillé à prévoir des mesures répressives, ou à renforcer des mesures déjà existantes. Ces effets d’annonce renforcent la stigmatisation toujours plus grande à l’égard de ces « ennemi·e·s commodes » que les gouvernements successifs se choisissent afin d’apporter une réponse hâtive collant au plus près du contexte social ou même médiatique. Pourtant, la réalité est toute autre, et cette affirmation est fausse pour au moins deux raisons : d’une part, aucune mesure contraignante n’existe aujourd’hui afin de permettre aux personnes étrangères détenues d’exercer leurs droits fondamentaux comme le droit d’asile, ce qui fait qu’elles sont déjà précarisées, invisibilisées, victimes de discriminations diverses et maintenues éloignées de leurs droits ; d’autre part, opérer un tri au regard du degré d’indésirabilité des personnes constitue une sérieuse entorse aux principes directeurs de l’exécution des peines, parmi lesquels figure le retour à la vie libre.

Devons-nous devenir méchant·e·s avec les méchant·e·s ?

Crédit photo ©JCHANCHE / CGLPL

Catégories
antifascisme

La lettre antifasciste de Visa – novembre 2022

Les articles parus sur VISA en octobre.
Journal “Le Lien” de la CGT FERC : article sur l’AG de VISA
Des néo-nazis visent le local d’SL Caen
Communiqué de l’intersyndicale du Rhône : Pas de fachos sur nos piquets ! Solidarité avec les grévistes de Perrache
Communiqué de Solidaires : Le gouvernement, la droite et l’extrême-droite détestent les chômeurs-ses
Débat à Sorbonne Université : droits des femmes et extrême droite
Brochure de Solidaires Étudiant-e-s : Face à l’extrême droite, riposte étudiante
Communiqué CGT Allier – La CGT doit s’opposer à la normalisation du RN
Communiqué Solidaires – Solidarité avec les femmes d’Iran
Tribune : Pour nos organisations, interagir et dialoguer avec le groupe RN à l’Assemblée Nationale, c’est non !
Communiqué intersyndical – Arrivée au pouvoir de l’extrême droite : solidarité avec les Italien-nes pour le respect des droits
preview L’assemblée générale annuelle de l’association VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) s’est déroulée le samedi 25 juin 2022 à Paris. De nombreux syndicats de la CGT, de la FSU, de Solidaires et de la CNT y étaient représentés, dont la FERC CGT, adhérente depuis plusieurs années à l’association. L’assemblée générale de VISA a commencé par… afficher en ligne.
preview Ce lundi 17 octobre, nous avons découvert que le couloir d’accès de notre local syndical a été la cible du groupe néo-nazi. Nos affiches ont été arrachées mais surtout des croix gammées et celtiques ont été gravées sur les murs et les portes. Au-delà de ladégradation matérielle, cet acte est la preuve de la résurgence… afficher en ligne.
preview Ce weekend les agents de nettoyage de la gare routière de Perrache, en grève depuis une semaine, ont reçu la visite d’un groupuscule néo-nazi venu arracher leurs banderoles et voler des drapeaux CNT-Solidarité Ouvrière pour s’en vanter ensuite dans leurs réseaux. Cette opération d’intimidation – comme il en arrive fréquemment à Lyon sans que jamais… afficher en ligne.
preview Après avoir voté la possibilité pour le gouvernement de réglementer le régime d’assurance chômage par décret en court-circuitant l’UNEDIC et les organisations syndicales qui seront simplement « consultées », les député-es des formations de droite et d’extrême-droite ont aggravé le projet de loi présenté par le gouvernement au sujet de la réforme chômage. Convaincus que… afficher en ligne.
preview Alors que 89 députés d’extrême droite ont été élus en juin, alors que le droit à l’IVG est menacé dans dans de nombreux pays sous pression de l’extrême droite, il y a urgence à réagir. La CGT FERC Sup et Sud Education de Sorbonne Université vous invitent à un débat : Jeudi 13 octobre de 18h… afficher en ligne.
preview L’UNI, la Cocarde, l’Action Française ou Génération Z font de leur cheval de bataille l’opposition à “islamo-gauchisation” à l’université qui se manifesterait, selon elles et eux, par l’attrait grandissant pour les genders studies et les études post-coloniales. Parmi leur réponse face à cela, un soutien ouvert aux enseignant-e-s racistes, homophobes, etc. ou encore de la… afficher en ligne.
preview Les élections législatives ont permis à 89 députés du Rassemblement National d’entrer à l’Assemblée Nationale. Ainsi, notre département de l’Allier a vu l’élection, sur la 2ème circonscription, d’un député RN. Le RN porte, de manière plus ou moins explicite, la “priorité nationale”, le “patriotisme économique”, le racisme, la xénophobie, l’homophobie, l’antisémitisme, le refus de la… afficher en ligne.
preview Le 13 septembre, Masha Jina AMINI, âgée de 22 ans, originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest du pays), a été arrêtée par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés ». Elle est morte trois jours plus tard en détention, après être tombée dans le coma. Après sa mort tragique, la foule… afficher en ligne.
preview Les digues du « barrage républicain » ont cédé sans résistance ni grand fracas aux moments des élections, puis de l’arrivée à l’Assemblée nationale d’un groupe d’extrême-droite sans équivalent dans l’histoire de la Ve République. Les ambiguïtés et les compromissions politiques ont une grande responsabilité dans cette situation. Alors nous, membres de la société civile, associations, syndicats,… afficher en ligne.
preview Les dernières élections générales italiennes ont vu l’extrême droite arrivée en tête du scrutin. Avec la droite elle détient une majorité absolue lui permettant de constituer un gouvernement. Le poste de cheffe du gouvernement devrait être occupé par une candidate dont la filiation fasciste ne fait pas mystère. Ce séisme politique qui tend à banaliser… afficher en ligne.
Catégories
antifascisme International Les travailleur·euses n'ont pas de pays !

Arrivée au pouvoir de l’extrême droite : solidarité avec les Italien-nes pour le respect des droits

Les dernières élections générales italiennes ont vu l’extrême droite arrivée en tête du scrutin. Avec la droite elle détient une majorité absolue lui permettant de constituer un gouvernement. Le poste de cheffe du gouvernement devrait être occupé par une candidate dont la filiation fasciste ne fait pas mystère.

Ce séisme politique qui tend à banaliser l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en Europe intervient alors même que le bloc de la droite et de l’extrême droite suédoise a gagné d’une courte majorité les élections législatives face à la gauche parlementaire sortante. Ce contexte n’est pas sans entrer en résonance avec, en France, le score important du RN aux dernières élections législatives et l’arrivée d’un groupe de 89 député-es à l’Assemblée Nationale en juin dernier.

Nos organisations prennent avec le plus grand sérieux cette situation et la dynamique inédite qui voit progresser les idées nationalistes, racistes, contraires aux droits des femmes, des LGBTQi+ et antisociales partout en Europe.

Nous adressons notre soutien aux syndicalistes italiens et italiennes et à l’ensemble de la population qui risquent de faire grands frais de politiques anti syndicales. Nous considérons que c’est d’abord en répondant aux attentes sociales de la population particulièrement malmenée par les crises économiques, sociales, écologiques, acculée par les hausses généralisées des prix que l’on s’opposera durablement aux idées et pratiques des politiques d’extrême droite. En ce sens, nous décidons de renforcer notre lutte contre l’extrême droite et de travailler ensemble à empêcher son développement et son accession au pouvoir.

Communiqué intersyndical

Catégories
antifascisme

Mais que font un ministre de l’intérieur, un préfet de police et des syndicats de flics dans la Bourse du Travail ?

Texte de la Coordination contre la répression et les violences policières de Paris

Le 28 septembre 2022, la Bourse du Travail de Paris a laissé s’installer dans ses murs une opération de propagande orchestrée par deux syndicats de policiers — dont le plus raciste et réactionnaire, Alliance Police Nationale —, en présence du préfet de police et du ministre de l’Intérieur! Tout cela dans un silence assourdissant, venant d’abord des centrales syndicales qui siègent à la Commission administrative de la Bourse du Travail [1], tout comme de la part des partis de la gauche d’appareil ou des ONG de «défense des libertés». Surtout qu’une première réunion de préparation, au même endroit, a eu lieu le 7 septembre dernier! [2]

Depuis quelques mois, nous avons remarqué que des sections syndicales de policiers UNSA deviennent de plus en plus présentes à la Bourse, essentiellement des agents de la nouvelle police municipale parisienne qui prévoit de recruter à terme plus de 3000 flics. Très souvent, c’est la grande salle Ambroize Croisat qui les accueille. Déjà, se réunir aux côtés de flics (en uniforme!) nous met plus que mal à l’aise, étant nous même proches de victimes ou victimes directes de leur oppression, mais le grand spectacle du 28 septembre fut d’une toute autre ampleur. Cette grande messe entérinait la création d’un bloc syndical ultra-autoritaire, regroupant treize organisations autour d’UNSA police et d’Alliance, pour tenter d’écraser aux prochaines élections de décembre les keufs de SGP-FO, les soi-disant «flics de gauche» (FO est historiquement très proche du PS). Derrière ce décor perfide, comble de l’obscène, se sont affichés dans les tribunes de la Bourse du Travail les deux plus grands exécutants de la répression quotidienne, à savoir le ministre agresseur Darmanin et le préfet Nunez, lui-même ancien ministre, qui ont «répondu à l’invitation» pour finalement faire allégeance aux petits chefs de la syndicalo-milice nationale.

Après sa déplorable démonstration de force devant l’Assemblée nationale en mai 2021, accompagnée de presque tous les partis politiques (PS, PC et EELV étaient là, en compagnie des leaders de toute la la droite et des ministres), Alliance investit maintenant les Bourses du Travail?

On se contrefout des calculs politiques de quelques syndicats de flics. D’ailleurs en sont-ils vraiment? Il s’agit avant tout pour Alliance, de répandre l’idée d’une gestion toujours plus violente de la société et non de lutter contre un patron. On sait bien qu’il n’y a pas de flics de gauche ou de droite, ce sont tous des soldats de l’État et du capital. Et rappelons-le, la justice a toujours été au service de la police. La colère vient du fait que cette opération ait pu se dérouler sous nos yeux, dans une Bourse du Travail, en présence d’un ministre d’État. En colère qu’aucune organisation syndicale n’ait agi avant pour s’y opposer et qu’aucune non plus ne se soit prononcée sur ce meeting deux semaines après les faits. Comment cela a-t-il pu se réaliser sans opposition, sans résistance?

Les Bourses du Travail ont eu un rôle profondément émancipateur dans l’organisation de la classe ouvrière il y a une centaine d’années. L’idée même de créer un lieu autogéré, qui échapperait aux structures étatiques comme à l’influence des cartels et des capitaines d’industrie, était foncièrement révolutionnaire, à la fois produit et instrument de l’anarcho-syndicalisme. Tout au long du 19è siècle le mouvement ouvrier tient à bonne distance tout fonctionnaire d’État et les forces de police, compris à juste titre comme les forces répressives du capitalisme. A fortiori, il est impensable des les accueillir dans les murs des Bourses du Travail.

Aujourd’hui encore, elles restent un lieu de résistances, d’échanges, d’élaborations.

Les Nuits Debout en 2016 ont redonné vie à cette Bourse rue du Château d’eau, toute proche de la place de la République, renommée pour l’occasion place de la Commune. Alors la voir foulée par un ministre d’État accusé de violences sexuelles, multipliant les propos racistes, c’en est trop!

Le silence des organisations syndicales qui a entouré cette réunion inquiétante est assourdissant. Assourdissant pour les libertés publiques, inquiétant pour l’autonomie des organisations syndicales.

Il est impératif pour nous de réaffirmer la violence et la menace que représente la présence des flics et de toute force répressive de l’État à l’intérieur des Bourses du Travail. Le mouvement ouvrier n’a de cesse de combattre et de s’émanciper des lois liberticides et de l’exploitation capitaliste. Les flics et toutes les cohortes dites de «sécurité» sont les garants de cet ordre capitaliste et des injustices sociales qui lui sont liées. Il est impossible de banaliser cette présence quand nous combattons sans relâche pour la justice sociale, la fin de l’exploitation et pour l’égalité des droits.

Nous espérons que nombre d’organisations syndicales, de groupes et de collectifs relaieront autour d’elles et eux cette sinistre nouvelle afin que cette infamante présence policière à l’intérieur de la Bourse du Travail, adoubée par les plus hauts représentants de l’État sécuritaire, soit à jamais reléguée au magasin des mauvais souvenirs. Et si d’aventure il leur prenait l’envie de réitérer, soyons présents, en nombre, devant NOTRE Bourse du Travail, pour dénoncer cette exécrable présence.

Coordination contre la répression et les violences policières, 11 octobre 2022

Notes

[1] La Commission administrative gère l’utilisation des salles de la Bourse. Elle est composée de délégué.es désigné.es par les organisations syndicales admises en son sein, soit pour la CGT (6 membres), CFDT (4), FO (4), CFTC (2), Unsa Éducation (2) et Solidaires (2).

[2] On s’est fait souffrance et sali les yeux en allant consulter le groupe facebook d’Alliance Police nationale…

Catégories
antifascisme

Les utopiques n°20 – Syndicalistes contre l’extrême droite

Le combat contre l’extrême droite se résume trop souvent en une alternative entre antifascisme de rue et vote barrage. Pourtant les luttes sociales, l’auto-organisation, la solidarité de classe et les luttes antiracistes sont autant d’outils et d’armes à disposition des syndicats pour combattre l’extrême droite. Le projet politique, économique et social de l’extrême droite est en contradiction même avec les objectifs du syndicalisme : la disparition du salariat et du patronat, l’union des travailleuses et travailleurs en vue de préparer l’émancipation intégrale qui passera nécessairement par l’expropriation capitaliste. La lutte antifasciste s’inscrit dans une tradition déjà ancienne du mouvement ouvrier et conserve toute son actualité.
Combattre l’extrême droite nécessite d’en connaître les contours, ses différentes « familles » et les modes d’action et de propagation de ses idées haineuses ; quelques articles s’y attachent. Grégory Chambat analyse l’action des « réac-publicains ». Autre espace pollué par l’extrême droite, l’écologie : Marion Bagnaud revient sur les racines de l’écofascisme et ses développements actuels au sein du mouvement écologique.
Le détournement des valeurs d’émancipations pour légitimer son racisme est une marque de l’extrême droite. Ainsi, au nom des femmes, voire même du féminisme, se développe une pensée fémonationalisme dont les contours sont ici décrits. Cécile Ropiteaux décrypte la politique du FN/RN concernant les droits des femmes. Deux espaces où l’extrême droite est assez implantée sont ensuite analysés : un article évoque sa place dans les syndicats de police, un autre décrit les stratégies déjà anciennes d’une forte présence sur le web où sa propagande haineuse se développe et lui assure des sources de financement non négligeables.
Contre l’extrême droite, nous brisons les frontières qui déchirent ce monde, la lutte antifasciste est internationaliste. Nara Cladera s’entretient pour nous avec Herbert Claros, métallurgiste et membre de la CSP Conlutas, sur la situation au Brésil. Deux articles reviennent ensuite sur les États-Unis : Patrick Le Tréhondat évoque l’histoire et le développement de l’extrême droite depuis la constitution de Ku Klux Klan jusqu’à l’assaut des partisans de Trump sur le Capitole, David Sauzé évoque pour sa part les combats de l’IWW pour un syndicalisme de classe incluant les Noir·es et les immigré·es dans le contexte de la ségrégation raciale du premier quart du vingtième siècle.
Combattre l’extrême droite et le racisme passe aussi par la reconnaissance du droit à l’autodétermination des peuples et le soutien aux luttes de libération nationale, c’est ce que nous rappellent Nara Cladera et Egoitz Urrutikoetxea, évoquant les liens entre luttes sociales et libérations nationales et les voies d’émancipations possibles face à l’État-nation et son corollaire, le colonialisme.
Ne pas rester isolé·es face à l’extrême droite est un impératif. René Monzat revient sur l’histoire du réseau Ras l’front. Depuis 1996, VISA mène un travail intersyndical par le biais de formations et de publications et notamment Lumières sur les mairies brunes qui, depuis 2014, compile les méfaits de l’extrême droite en responsabilité, ouvrages que nous présente Laëticia Brescazzin.
Les mots sont des armes, Alain Chevarin décrypte les usages et détournements du vocabulaire qui permet à l’extrême droite d’avancer masquée, tout en envoyant des signaux forts à ses fidèles. Dans un entretien accordé à Verveine Angeli, Omar Slaouti et Ugo Paletha reviennent sur les liens politiques entre racisme et fascisme et en appellent à davantage de liens entre luttes antiracistes et antifascistes. C’est dans cet esprit que Cybèle David évoque le travail de la commission Solidaires, la Campagne Antiraciste & Solidarité et les grèves de postiers sans papiers à Chronopost et à DPD, filiales de La Poste.
Pour Solidaires la lutte antifasciste est au cœur du combat syndicaliste, c’est ce que nous rappelle Frédéric Bodin, dans un entretien avec David Sauzé. De leur côté, des camarades de Solidaires Meurthe-et-Moselle, Savoie et Haute-Savoie, partagent avec nous leur expérience de ripostes unitaires construites localement. Puis nous évoquons la mémoire et les combats de notre camarade Clément Méric, tombé sous les coups de militants néonazis en juin 2013.
Hors dossier (encore que…) Sylvain Boulouque, historien, nous dresse le portrait d’un autre Le Pen : Julien, militant libertaire, délégué à la propagande au sein de la CGTU, qui devient à partir de 1926 l’un des animateurs du courant syndicaliste révolutionnaire au sein de la CGT. Enfin, il sera évoqué la grève contre la casse des retraites à la RATP au cours de l’hiver 2919-2020. 

Disponible ici (site Les utopiques) ou là (collection Les utopiques aux éditions Syllepse)

Catégories
antifascisme Éducation

Brochure Sud éducation – École et antiracisme

Édito

Le mandat de Blanquer et de Vidal a été marqué par une hostilité permanente du ministère à l’antiracisme. Leurs diatribes de fin de mandat contre le “wokisme” ou l’”islamo-gauchisme” sont les révélateurs de la généralisation d’une idéologie réactionnaire et nauséabonde. Le ministre Blanquer a par ailleurs multiplié les sorties islamophobes. Il a enfin menacé les personnels accusés de ne pas respecter les valeurs républicaines, alors que c’est lui-même qui a passé son mandat à les dévoyer, en particulier la laïcité. 

Face à cette situation, on peut voir la nomination de Pap Ndiaye, spécialiste des minorités aux États-Unis et de l’antiracisme, comme un désaveu de la politique de Blanquer. Néanmoins, au-delà du symbole, il est maintenant clair que c’est la continuité qui prime au ministère, à en juger par les nominations aux postes-clé. La lutte que mène SUD éducation pour une école libérée de toutes les discriminations, et notamment des discriminations racistes, reste donc plus que jamais d’actualité. 

C’est cette lutte aux multiples facettes (des luttes pour les régularisations des sans-papiers aux élaborations théoriques sur la nature des discriminations) qu’entend explorer cette nouvelle brochure du SUD éducation. 

Bonne lecture !

Pour la libre circulation des personnes

Pour SUD-Education, la libre circulation des personnes est un principe fondamental. Vouloir l’encadrer de manière malthusienne, comme le font les gouvernements de droite ou de gauche, ne peut que favoriser les thèses démagogiques de l’extrême droite qui font porter aux immigrés la responsabilité du chômage.

Bien que, dans le contexte actuel, la défense du principe de la libre circulation des personnes soit un combat difficile, SUD Éducation agira à chaque fois que celui-ci sera remis en cause d’une manière ou d’une autre. Il est en effet du devoir d’une organisation syndicale de l’éducation, qui plus est porteuse d’un vrai projet de transformation sociale, de relever un tel défi.

Sud-Education se doit de mener une action, à la fois exemplaire et pédagogique, vis-à-vis de tous les membres de la communauté éducative, des salarié·es et de l’ensemble du monde du travail.

Cette action doit avoir pour but de rappeler tout d’abord qu’émigrer n’est pas une décision facile, car c’est avant tout la misère, ou la situation politique, qui poussent hommes et femmes à quitter la région, le pays où ils et elles sont nés et où ils et elles ont leurs attaches familiales.

Elle devra rappeler ensuite, que les flux migratoires actuels sont pour l’essentiel une conséquence des profondes inégalités de développement, de la très scandaleuse et inégale répartition des richesses mondiales, mais qu’ils sont aussi le moyen de garantir l’intégrité physique des personnes pourchassées pour leurs convictions politiques, philosophiques ou religieuses, personnes que la France, fidèle à sa réputation de terre d’asile, se doit d’accueillir.

Parce que notre volonté de transformation sociale ne se limite pas au cadre trop étroit de la nation, SUD-Education soutiendra :

  • les politiques qui combattent réellement les déséquilibres économiques et sociaux entre les peuples du nord et du sud, afin de favoriser une juste et équitable répartition des richesses mondiales,
  • les politiques qui combattent toutes les formes d’oppression et favorisent la libre circulation des personnes.
  • Comme première étape de cette lutte, SUD éducation combat pour des papiers pour tous les sans-papiers

Un toit c’est un toit, une école c’est un droit !

Dans la métropole lyonnaise, le collectif Jamais sans toit existe depuis 2014. Son but est de faire respecter pour nos élèves l’article 345-2-2 du Code de l’Action Sociale et des familles : « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence.»

Chaque année, des dizaines de collectifs locaux qui réunissent enseignant·es, parents d’élèves et citoyen·nes se forment ou se reforment pour accompagner les familles des élèves sans toit et interpeller les pouvoirs publics pour faire respecter le droit inconditionnel à l’hébergement et au logement.

Cela commence par une rencontre avec la famille concernée. C’est l’occasion de l’associer aux démarches qui peuvent être faites avec et pour elle, de faire état de ses besoins, de vérifier les démarches déjà effectuées (inscription à la maison de la veille sociale, appels au 115, tarif d’urgence pour la cantine…), de faire comprendre ce qu’on peut faire et de décider ensemble des actions qui peuvent être menées.

Il s’agit ensuite, toujours avec l’accord de la famille, d’informer plus largement sur sa situation.

Un goûter solidaire à la sortie de l’école suivi d’une première réunion de collectif est une première action simple à mener. Cela permet de sensibiliser les parents d’élèves en plus de récolter des sous qui pourront servir à payer des nuits d’hôtel.

Lors de cette première réunion on s’organise, on se répartit les tâches et les démarches :

  • informer les pouvoirs publics : courriers aux élus, à la métropole, à la préfecture.
  • informer la hiérarchie : inspecteur·trice, chef·fe d’établissement.
  • informer la presse : communiqués de presse, suivis des démarches, relais à la coordination des collectifs, détails techniques pour une occupation d’écoles…) si besoin épaulé·es de membres d’un collectif plus expérimenté. 

Notre objectif est de faire accéder les familles aux aides officielles auxquelles elles ont droit, de les faire entrer dans les circuits officiels mais cela nécessite souvent des initiatives citoyennes qui établissent un rapport de force.

Plus une famille est soutenue et rendue visible par les collectifs plus les services de l’État s’en préoccupent. Il s’agit donc de mettre en lumière le défaut d’action de l’État en médiatisant les actions menées.

Occupations d’écoles, de collèges ou de lycées

Chaque année, des écoles et des collèges servent d’abri aux élèves scolarisé·es et à leurs familles. Les locaux publics sont “réquisitionnés” pour la nuit par des enseignant·es et/ou parents d’élèves soutenu·es eux mêmes par des habitant·es afin d’alerter les autorités compétentes en matière d’hébergement d’urgence mais aussi pour mettre concrètement les élèves à l’abri !

Depuis 2014, plus de 100 écoles ont été occupées dans la métropole lyonnaise.

  • Une banderole qui reste visible : Accrochée devant l’école, elle informe les riverains et maintient la mobilisation.
  • Organiser des événements pour se faire voir et entendre : Goûters ou soupes solidaires, braseros et vins chauds, concerts… permettent de récolter des sous pour payer des nuits d’hôtel le temps d’un week-end et de maintenir la visibilité d’une mobilisation auprès des riverains.
  • Médiatiser les occupations et les évènements organisés

La médiatisation maintient le rapport de force avec les pouvoirs publics : utiliser les réseaux sociaux mais aussi la presse locale.

Dans la Métropole lyonnaise, les différents collectifs locaux mutualisent leurs informations et leurs outils via Jamais Sans Toit Rhône, ce qui permet d’interpeller les pouvoirs publics et l’État de manière régulière et expérimentée.

Ils tentent également de coordonner leurs actions via des communiqués de presse communs, des manifestations, des demandes d’audience auprès de la préfecture, le dépôt collectif de demandes de régularisation, etc.

Nous ne laisserons pas expulser nos élèves Eric et Véronique

Un jour de décembre 2018 sont arrivés dans notre village de Haute-Loire deux jeunes Maliens mineurs, têtes baissées, quelques mots de français en bouche, pour un hébergement d’urgence. Nous avions de la place à la maison et il allait de soi que nous pouvions les accueillir. L’un d’eux s’appelle Madama, nous appellerons le deuxième Djibril.

D’hébergement d’urgence, l’accueil est devenu pérenne et nous avons rapidement sollicité et obtenu par décision de la Juge pour Enfants de les prendre en charge comme TDC (Tiers Dignes de Confiance). Ils ont vécu pendant près de deux ans avec nous et, pour Djibril, nous continuons à avoir des liens très étroits avec lui. Les deux jeunes Maliens sont arrivés suite à un long et douloureux parcours dont il n’est pas la peine de préciser les détails tant les tragédies y sont régulières. Ils n’avaient jamais été scolarisés. Pour nous, leur famille d’accueil, ce fut un travail quotidien important, mais d’une richesse inestimable. Ils nous ont autant appris que ce que nous avons pu leur donner. Aujourd’hui, à nos yeux, ils font partie de notre famille, au même titre que nos enfants.

Jusqu’au jour où un préfet, celui de la Haute-Loire, décida de les éliminer du territoire français comme on se débarrasse d’un kleenex usagé. D’abord Madama, en janvier 2021 pour lequel avec nos soutiens, nous avons mené une énorme mobilisation locale marquée par une grève de la faim de près de trois semaines. L’affaire, qui a pu prendre un écho national (1), n’a cependant pas abouti au résultat tant attendu, l’obtention d’un titre de séjour pour pouvoir mener une vie normale. Arrêté, mis en accusation, assigné à résidence, interdit de séjour et de travail, Madama a dû entrer en clandestinité pour éviter une expulsion, que les autorités nomment pudiquement « mesure d’éloignement ». Les divers recours engagés devant les tribunaux sont toujours en attente d’audience.

Puis depuis mars 2022, c’est le tour de Djibril, alors qu’il est sur le point de passer son CAP, qu’il termine son apprentissage et qu’il a une promesse d’embauche. Le cycle infernal reprend : garde à vue, interrogatoire, perquisition, accusations de faux, OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), IRTF (Interdiction de Retour sur le Territoire Français), assignation à résidence, convocation en correctionnelle. Pour lui aussi des recours sont en attente auprès du TA (Tribunal Administratif). L’avenir est chargé de sombres nuages et laisse peu d’espoir.

Ce combat pour l’obtention d’un titre de séjour, ce combat contre l’arbitraire, qui est loin d’être terminé, nous a mis face aux réalités des politiques discriminatoires de l’Etat Français et de ses pratiques. Nous l’avons dit, une fois, lors d’une déclaration publique en utilisant le concept de «Racisme d’Etat» ( Voir « Racismes de France », sous la direction de Omar Slaouti et Olivier Le Cour Grandmaison, cahiers libres La Découverte) ce qui manifestement n’a pas été compris par le Haut Fonctionnaire au pouvoir quasi absolu juché sur son trône préfectoral, puisque, depuis, une véritable charge d’acharnement et d’intimidation à notre encontre et surtout à celle des deux jeunes semble ne jamais vouloir s’arrêter. (2)

La France, à la différence d’autres pays comme la Hongrie, la Pologne… Peut-être parce qu’elle se revendique comme le phare de l’humanité avec ses Droits Humains, n’assume pas sa politique d’expulsion. On n’y construit pas des murs, mais des Centres de Rétention Administratives (CRA), prisons qui ne disent pas leurs noms, on ne tire pas sur les migrant·es aux frontières, mais on fait régner sur eux une pression constante de peurs, de menaces et d’angoisses en utilisant l’administration pour les maltraiter. Être migrant·es et exilé·es dans notre beau pays de la fraternité n’est jamais un long fleuve tranquille.

La France a trouvé le moyen pour expulser sans que cela fasse de bruit ou si peu: la contestation des états civils des jeunes migrant·es. Tout commence bien souvent avec leur prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance où les jeunes sont évalué·es en quelques dizaines de minutes sur leur minorité par des éducateurs·trices «spécialisé·es». Il semble que nombreux·euses soient devenu·es (pas tou·tes) des agent·es zélé·es des politiques migratoires au vu des rapports loufoques et mensongers qu’ils et elles rédigent pour contester les minorités. Certain·es vont même jusqu’à saisir les papiers des jeunes pour les transmettre aux préfectures à des fins d’expertises et pour mieux les matraquer, souvent plusieurs années après leur avoir laissé un espoir! Parce que « faire croire que….. » fait partie de cette stratégie de peur.

En effet, les services de l’immigration ont trouvé le truc, faire expertiser par la PAF (Police Aux Frontières) les documents d’état civil. Cette pratique est devenue quasiment systématique, mais pas complètement, certains y échappent sans savoir pourquoi et obtiennent des cartes de séjour (provisoires, bien sûr). Des préfectures sont moins zélées que la nôtre. Dans une grande majorité des cas, ces documents pour certains pays et notamment d’Afrique subsaharienne sont déclarés contrefaits ou faux. A partir de là, quelques jeunes obtiennent des titres de séjour, d’autres des OQTF. Cela dépend du préfet, de son repas du jour, de l’ampleur de la mobilisation, des soutiens… à qui il veut régler des comptes ou pas. Il y a bien des pratiques discriminatoires, notamment liées au fameux pouvoir discrétionnaire du préfet qui fait de lui un petit monarque absolu décidant de l’avenir de ces jeunes.

La défense que nous avons menée pour les deux Maliens nous a plongés au plus profond de la législation française, mais aussi malienne, pour nous faire découvrir comment les autorités manipulent, voire mentent pour que toutes les décisions, notamment celles des tribunaux, aillent dans leur sens. Le préfet, représentant de l’État, est très souvent à la limite de la légalité, une limite qu’il franchit parfois sans complexe. Obtenir des papiers est un parcours du combattant qui peut durer des années où les préfectures font durer par divers moyens les attentes et les décisions, et l’angoisse d’un avenir incertain.

Notre lutte nous a aussi mis face à une autre problématique pour ces pays, celle des « enfants fantômes », c’est-à-dire des enfants qui ne sont pas déclaré·es à la naissance et qui doivent plus tard dans leur vie reconstituer un état civil. Selon l’UNICEF, ils et elles sont entre 200 et 300 millions dans le monde, dont nombreux·euses en Afrique subsaharienne. Les institutions internationales demandent aux états des pays plus riches de les aider, ce que la France ne fait absolument pas.(3)

Et puis on ne peut s’empêcher d’être plus que critique sur notre propre justice qui donne dans presque tous les cas raison aux préfectures sans laisser la possibilité aux jeunes d’apporter des éléments de défense comme la loi le leur permet.. Les avocat·es qui les défendent, souvent de manière exemplaire, ne sont payé·es qu’avec l’aide juridictionnelle, soit l’équivalent de quelques heures de travail. Mener une entreprise de recherche sur les procédures, les codes, les lois…. trouver des documents contradictoires aux accusations des préfectures (qui ont des services juridiques spécialisées… on peut avoir du fric dans l’administration!) est un travail que nous avons mené pour nos deux jeunes Maliens, et ce ne sont pas quelques heures de recherches mais des dizaines et des dizaines, que les avocat·es ne peuvent souvent pas mener faute de temps.

En plus de la misère, des guerres qu’ils fuient, de la maltraitance administrative, des politiques migratoires violentes et brutales, ces pauvres jeunes doivent affronter une justice à plusieurs vitesses. Rien ne leur est épargné. Rien.

  1. Des dizaines de manifestations et de rassemblements pendant trois mois, dont la plus importante a rassemblé 800 personnes dans le petite du Puy-en-Velay. Plus de 120 articles publiés entre la presse locale, nationale et même internationale !
  2. Véronique et Eric les deux parents d’accueil, se sont retrouvés sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de faux, mis en garde en vue, perquisitionnés en sept 2021. Depuis l’affaire pour eux a été classée sans suite ! Eric doit encore passer en correctionnelle le 7 juin 2022 pour outrage à agent dépositaire de l’autorité publique.
  3. Art 8-1 convention internationale des droits de l’enfant.UNICEF : « 2 Si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son identité ou de certains d’entre eux, les États parties doivent lui accorder une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit rétablie aussi rapidement que possible. »

Journée internationale des migrant·es : l’éducation appelle à manifester à Rennes

Le 18 décembre est la journée internationale des migrant·es. C’est l’occasion pour nos organisations syndicales et associations de parents d’élèves de rappeler notre solidarité avec les personnes exilées, hommes, femmes et enfants.

Nous dénonçons la multiplication des mesures d’expulsions et la mise à la rue d’enfants et familles rennaises. En janvier 2021, nous faisions un recensement non exhaustif de 108 enfants rennais menacés d’expulsion avec leur famille. Ce chiffre n’a pas baissé : de très nombreuses familles déboutées du droit d’asile continuent de recevoir des Obligations de Quitter le Territoire Français, et les conditions de vie de ces familles et de ces enfants se sont largement dégradées.

Depuis l’été dernier, une centaine de personnes et familles sans-papiers sont sans solution de logements.

D’abord contraintes de vivre au campement des Gayeulles, elles ont temporairement trouvé refuge dans les locaux d’associations, organisations syndicales ou encore de l’université de Rennes 2. La majorité d’entre elles sont victimes de la loi « Asile et immigration » que nous dénonçons depuis 3 ans car elle a instauré des restrictions au droit d’asile par l’accélération des procédures. Déboutées du droit d’asile, ces familles se retrouvent aujourd’hui sans logement, contraintes de vivre dans des conditions indignes. L’ensemble de ces enfants sont scolarisés dans des écoles, collèges et lycées de Rennes ou de la métropole. Mais, comment ces enfants peuvent-ils suivre une scolarité normale et sereine dans de telles conditions ? Nous demandons leur régularisation et exigeons que les pouvoirs publics mettent ces familles à l’abri, de manière pérenne et sans condition.

Nous dénonçons la politique de suspicion menée à l’encontre des Mineur·es non-accompagné·es.L’État a mis en place un fichier national biométrique des mineur·es non accompagné·es dit fichier AEM (Appui à l’Évaluation de la Minorité) avec prise d’empreintes, photos d’identité et données à caractère personnel. Ce fichier fait du passage en préfecture un préalable à toute mesure de protection de l’enfance. L’utilisation de ce fichier par de nombreux départements, dont l’Ille-et-Vilaine depuis janvier 2021, a démontré sa nocivité : mineur.es laissé.es à la rue dans l’attente de leur passage en préfecture, mesures d’éloignement à l’égard de ceux et celles « déclaré.es » majeur.es, etc. Nous nous opposons à cette politique qui donne clairement la priorité au contrôle de l’immigration sur l’aide sociale à l’enfance et par voie de conséquence sur l’accès à l’éducation. Nous défendons le respect des droits de l’enfant par l’instauration d’une présomption de minorité, la détermination de la minorité basée sur l’état civil et l’abandon des tests osseux.

Nous réclamons un véritable enseignement adapté pour les élèves allophones. Sous couvert d’inclusion,

le ministère a réduit les dotations horaires pour la prise en charge des élèves étranger·ères au sein des UPE2A (Unités Pédagogiques pour Élèves Allophones Arrivants). Le nombre d’UPE2A est très insuffisant et ne répond pas aux besoins réels en France et dans notre académie. Les classes d’UPE2A sont de plus en plus surchargées et plusieurs élèves allophones ne peuvent être accueilli·es dans ces dispositifs et sont placé·es dans des classes ordinaires. Ces situations sont la conséquence directe d’une politique de restriction budgétaire et de suppression des postes. Elle fait fi des besoins spécifiques de ces élèves marqué.es par des parcours migratoires longs et de plus en plus dangereux et qui ont parfois subi la guerre. L’UPE2A est pour ces élèves un espace qui permet de découvrir et s’adapter progressivement au fonctionnement de l’école en France, mais aussi de se reconstruire avec des pair·es qui ont aussi vécu l’exil et le déracinement.

Pour toutes ces raisons, nos organisations syndicales et associations de parents d’élèves appellent à participer à la journée mobilisation du 18 décembre en soutien aux migrant·es. Manifestation samedi 18 décembre à 15H Place de la République, Rennes. 

Quelle que soit la nationalité des étudiant·es : non à la plateforme “Bienvenue en France”, non à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s extra-communautaires

En 2018 le gouvernement a mis en place une augmentation sans précédent des droits d’inscription pour les étudiant·es étranger·es extracommunautaires (hors Union Européenne)  Pour les étudiant·es concerné·es, les frais d’inscription sont passés de 170€ par an à 2770€ par an en licence, de 243€ par an à 3770€ par an en master et de 380€ par an à 3770€ par an en doctorat.

De l’immigration choisie à la préférence nationale : « bienvenue en France » !

Sous l’intitulé abject « Bienvenue en France », le gouvernement opte ainsi pour l’immigration choisie. Il est clair aujourd’hui que ces frais d’inscription colossaux deviennent une barrière infranchissable pour un grand nombre d’étudiant·es étranger·es. 

Edouard Philippe justifiait alors cette discrimination par un discours que ne renierait pas le Rassemblement National de Marine Le Pen : « Un étudiant étranger fortuné qui vient en France paye le même montant qu’un étudiant français peu fortuné dont les parents résident, travaillent et payent des impôts en France depuis des années. C’est injuste ». Quelle que soit l’origine des étudiant·es et le lieu de résidence de leurs parents, l’enseignement supérieur doit être ouvert et gratuit pour toutes et tous.

Cette politique de sélection des étudiant·es étranger·ères par l’argent s’inscrit par ailleurs dans la suite de la loi “Asile et immigration” de Gérard Colomb qui renforçait les dispositifs d’immigration choisie, politique discriminatoire et xénophobe. 

La clause de nationalité pour accéder à la Fonction publique est discriminatoire

Les personnels non-titulaires qui enseignent dans l’Éducation nationale aujourd’hui subissent des inégalités de traitement inacceptables. Ils et elles n’ont pas les mêmes droits et les mêmes conditions salariales que leurs collègues fonctionnaires alors qu’ils et elles exercent les mêmes missions. L’Éducation nationale maintient ces inégalités entre personnels en ouvrant moins de postes aux concours de l’enseignement et de CPE et en recrutant de plus en plus de personnels non-titulaires pour assurer le service public d’éducation. L’insuffisance du nombre de postes aux concours et la clause de nationalité maintiennent les personnels contractuel·les dans la précarité.

La clause de nationalité est une mesure discriminatoire et xénophobe qui exclut les collègues originaires de pays extra-communautaires du statut de fonctionnaire. L’Éducation nationale les contraint à un « sous-statut » à raison de leur origine.

SUD éducation revendique la titularisation immédiate de tous les personnels précaires sans condition de concours ni de nationalité.

On fait le même métier, on doit avoir les mêmes droits, et le même statut !

Congrès de Brest

La domination patriarcale n’est pas la seule forme de domination qui pèse sur les individus : capitalisme et système de classes, racisme et discriminations/stigmatisations, traditionalisme et obscurantisme, viennent confluer avec patriarcat et hiérarchisation hétérosexiste. Il est nécessaire de penser ces formes de domination comme articulées les unes aux autres. Cette imbrication doit influer sur nos stratégies de lutte et sur notre vigilance militante, pour ne pas laisser le féminisme se faire instrumentaliser et servir des argumentaires xénophobes notamment pour empêcher la confiscation ou le détournement de la lutte féministe, une lutte qui œuvre pour l’émancipation de toutes et tous.

SUD éducation réaffirme :

  • sa détermination à lutter contre toutes les formes de domination : de classe, raciste, de genre, d’idéologie, de religion, de courant spirituel ;
  • sa volonté de dénoncer l’instrumentalisation du féminisme et la réécriture par des groupes de pression de l’histoire du féminisme, pour servir des mesures ou des postures racistes et discriminatoires, qui aboutirait à des discours et des pratiques à l’encontre de l’autonomie, de l’émancipation, de l’indépendance de la pensée de toutes les femmes et la liberté des individus.

Woke, traduction littérale et origine du mot

Le terme “woke” est ancré dans l’histoire des luttes afro-américaines antiracistes. Il signifie actuellement être conscientisé·e, vigilant·e et engagé·e, face aux injustices racistes, mais aussi sexistes, LGBTQIphobes, subies par les minorités.

Wokisme”, encore un Blanquérisme !

Wokisme ?

Un néologisme, obscur mais très clairement prononcé comme une accusation à l’égard de personnels de l’éducation, d’associations et de militant·es… qui se battent contre les discriminations racistes, sexistes et LGBTQIphobes.

« Wokisme », épouvantail réactionnaire C’est un anglicisme utilisé pour bien montrer que cette lutte nous vient de l’étranger, qu’il s’agit d’une importation dangereuse pour “l’identité française”.

Actuellement, c’est un mot qui a de plus en plus de répercussions réelles qui entravent nos luttes et nos combats contre les discriminations.

Le terme wokisme, tout comme l’expression “théorie du genre”, est intrinsèquement réactionnaire : il a pour but de discréditer les forces du changement qui remettent en cause l’ordre social fondé sur les oppressions systémiques.

Utiliser un mot nouveau, qui se veut ” technique ” comme ” théorie du genre ” est pensé pour donner du crédit à ceux et celles qui l’emploient.

Le Terme wokisme dénonce la “radicalité” supposément nouvelle des luttes antiracistes, féministes, LGBTQI+.

S’insurger contre le “wokisme”, c’est une façon présentable d’être antiféministe sans avoir à dire qu’on est antiféministe, et une façon de ne pas lutter contre le racisme systémique.

Il sert l’agenda politique de la droite et de l’extrême droite : éviter de se pencher sur le creusement des inégalités, freiner les mesures qui les combattraient sérieusement.

Utilisé péjorativement, le terme « woke » est utilisé pour éviter de voir le racisme et le sexisme structurels. Les luttes féministes LGBTQI+ et antiracistes sont intersectionnelles.

Depuis quelque temps, que se passe-t-il, dans l’Éducation Nationale et à l’Université, dans notre travail concret de lutte contre les discriminations ? Voici quelques retours d’expérience :

– Vous parlez de sexisme et de sexisme envers les femmes racisées ?

« Vous faites du wokisme. Le sexisme est le même pour tout le monde. D’ailleurs, côté sexisme, ça va beaucoup mieux, il faut arrêter avec «#metoo ».»

– Vous parlez de discriminations envers les personnes racisées en classe ? Les femmes ? Les personnes LGBTQI+ ?

“Vous faites du wokisme ! L’éducation nationale et les normes n’en sont pas responsables. Arrêtez de culpabiliser les élèves. »

– Vous êtes étudiant·e ou enseignant·e chercheur·se sur les discriminations raciales ?

“Vous gangrenez la société dans son ensemble” (Frédérique Vidal,ministre de l’enseignement Supérieur et de la Recherche et de l’innovation)

« Woke » nous est renvoyé à la figure comme une insulte, une dérive séparatiste.

À nous de le ramener à ce qu’il est vraiment : un appel à une conscience vigilante, tout d’abord contre des discriminations racistes et sociales ancrées dans l’histoire, et maintenant, du fait du détournement du mot « woke » par les réactionnaires, contre les discriminations sexistes et LGBTQIphobes.

Être woke, c’est d’abord se montrer vigilant·e, contre des discriminations racistes et sociales ancrées dans l’histoire.

C’est aussi faire face désormais aux discriminations sexistes et LGBTQIphobes, du fait des approximations et détournement du terme par les réactionnaires.

Oui, restons vigilant.es et mobilisé.es contre les discriminations racistes, sexistes et LGBTQIphobes, objectif de façade des ministères, dans un contexte de censure et de privation idéologique de moyens. . Travaillons à un renversement radical des oppressions malgré toutes les intimidations réactionnaires

Fémonationalisme

Le concept de fémonationalisme désigne l’instrumentalisation de la question du féminisme et de l’émancipation des femmes à des fins racistes. D’abord incarné par les partis d’extrême-droite comme le Rassemblement national, il est aujourd’hui repris par les partis néolibéraux, notamment la République en Marche ou des associations fémonationalistes (Caryatides, Némésis ou Manif pour tous).

Ce fémonationalisme se traduit par le fait de pointer les étrangers et les français racisés comme principaux responsables des violences sexistes et sexuelles, en particulier dans l’espace public, afin d’alimenter les stéréotypes racistes d’étranger, ce barbare en puissance responsable de toutes les violences, cette menace permanente contre l’ordre social et l’identité nationale. Pour séduire l’électorat féminin, le Rassemblement national a développé cette rhétorique fémonationaliste ces dernières années, stigmatisant les quartiers de banlieue populaires comme territoires où le sexisme régnerait plus qu’ailleurs, présentant sa politique anti-immigration comme une garantie de sécurité pour les femmes. Dans la même logique, la fachosphère et autres réacs n’ont pas manqué d’accompagner de commentaires racistes leur indignation artificielle contre l’agression de Julia, jeune femme trans, Place de la République à Paris. Marlène Schiappa n’est pas non plus avare d’amalgames racistes : en 2017, quand elle poste sur instagram des photos d’elle la nuit dans le quartier de la Chapelle-Pajol pour dénoncer le harcèlement de rue et signifier qu’elle « brave » le danger ; en 2020, quand elle se félicite du retour de la double peine en cas de violences sexistes et sexuelles, soulevant dans une tribune les protestations d’associations et militantes féministes qui rappellent opportunément que la double peine n’est en aucun cas dans leurs revendications.

Ce fémonationalisme, rance idéologiquement, pétri de bonne conscience raciste et nationaliste (la France, blanche et chrétienne, ce grand pays pour les droits des femmes) se fonde sur une bonne dose de manipulation et de malhonnêteté intellectuelle.

Faut-il encore rappeler des évidences ? L’enquête Virage menée par l’INED en 2016 montre que les 3/4 des viols ou tentatives de viol sont le fait d’un proche, membre de la famille ou ami. Le travail d’Anaïs Bourdet depuis 2012, à travers le site Paye ta schnek recueillant des témoignages de harcèlement de rue, montre qu’il a lieu partout, est le fait de n’importe quel homme. La libération de la parole depuis #Metoo a montré l’ampleur de l’oppression systémique subie par les femmes, dans tous les espaces et milieux professionnels.

La transphobie quotidienne (administrative, médicale, sociale) que subissent les personnes trans, dont nous avons aussi des exemples tragiques au sein de l’Éducation nationale, montre aussi son caractère systémique, dont  les tenants du fémonationalisme se font aussi le relais (Valeurs actuelles se montre prompt à dénoncer les agresseurs de Julia, mais n’a pas de scrupules à mégenrer l’acteur Elliot Page après son coming out trans).

Comme l’a dit Adèle Haenel, ces agresseurs, ce sont nos pères, nos frères, nos amis, nos collègues.

Refuser de voir cela, c’est perdre d’avance la lutte contre l’oppression patriarcale. Laisser fleurir les amalgames et raccourcis racistes concernant les violences faites aux femmes, c’est être à la fois complice de l’oppression raciste (par la stigmatisation des personnes racisées) et de l’oppression sexiste (en protégeant la majorité des agresseurs, Blancs).

Le fémonationalisme, c’est aussi disqualifier les femmes portant le voile comme ne pouvant pas faire partie de la communauté nationale du fait de leur voile : les discriminer à l’embauche, vouloir leur interdire d’accompagner les sorties scolaires et les humilier si elles le font (comme cela a été le cas dans l’enceinte du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté), remettre en cause la présence d’une syndicaliste étudiante voilée, Myriam Pougetoux, lors d’une audition à l’Assemblée  Nationale, alors que rien dans le règlement intérieur de l’institution de ne l’interdit.

Homonationalisme

Les questions LGBTI aussi sont récupérées par certain·es pour servir des argumentaires racistes et xénophobes, c’est ce qu’on qualifie d’homonationalisme. Certain·es représentant·es du Rassemblement national ont pu reprendre cette rhétorique, dans la même logique que leur récupération des préoccupations féministes.

Ainsi la classe politique en général se montre-t-elle prompte à s’émouvoir du sort des LGBT au Moyen-Orient ou en Afrique, mais garde un silence coupable sur les dérives LGBTIphobes d’États de l’Union européenne, en particulier en Hongrie et en Pologne, qui déroulent discours et législation LGBTIphobes sans rencontrer de condamnations fermes et de sanctions à la hauteur des enjeux, de la part de leurs voisins européens.

Face au fémo et à l’homonationalisme, SUD éducation réaffirme sa détermination à lutter contre toutes les formes d’oppression, racistes, sexistes, LGBTIphobes, et sa volonté de dénoncer l’instrumentalisation du féminisme et des luttes LGBTI pour servir des argumentaires et des mesures racistes et xénophobes

La lutte des travailleurs sans papiers dans le 91 soutenu par Solidaires 91

Depuis le 15 novembre 2022, une petite centaine de travailleurs sans-papiers d’un centre de tri postal DPD du Coudray-Montceaux (Essonne) sont en grève. Ils sont employés soit directement par DPD, filiale de la Poste, soit par des agences d’intérim, notamment par le géant Derichebourg. Ils exigent de leur employeur les CERFAs et concordances d’identité nécessaires à leur régularisation, et demandent à la préfecture du 91 de les régulariser.

Ils sont organisés au sein du Collectif de Travailleurs Sans-Papiers de Vitry, et soutenus syndicalement par SUD Poste 91 et Solidaires 91.

La grève a débuté par une occupation du parking interne du centre de tri où la direction les a empêchés de se réapprovisionner en nourriture et a fini par les faire expulser le 1er décembre. Un piquet de grève à l’extérieur du site s’est ensuite maintenu nuit et jour pendant deux mois. Le 2 février, après un arrêté municipal de la ville du Coudray-Montceaux, appliqué immédiatement (et inspiré par la préfecture de l’Essonne), le piquet était évacué. Il a été réinstallé comme piquet de jour à partir du 8 février et est toujours maintenu à l’heure actuelle.

En plus de ce piquet de grève, les grévistes organisent de nombreuses manifestations et rassemblements pour interpeller la Poste, la préfecture, Derichebourg et l’État. Ils vont aussi soutenir leurs camarades en grève du Chronopost d’Alfortville et de la boîte d’intérim RSI, qui sont à l’initiative du même collectif. Rappelons qu’en 2019, la lutte de cette Agence Chronopost avait permis la régularisation de 73 camarades.

La préfecture du 91 a déjà reçu plusieurs fois les grévistes et leurs soutiens syndicaux, mais semble préférer écouter Derichebourg qui affirme ne pas connaître ces travailleurs, ou plus récemment n’en connaître qu’une poignée.

Et pourtant, l’inspection du travail a récemment terminé son enquête et a confirmé que les 63 travailleurs qui affirment travailler pour Derichebourg disent vrai ! Malgré cette preuve des mensonges de Derichebourg, la préfecture refuse encore d’ouvrir une vraie négociation sur une régularisation collective et ne s’intéresse qu’à une poignée de dossiers (8 actuellement). C’est donc le rapport de force et la durée de la lutte qui permettront d’avancer.

Cette lutte, qui rappelons-le, est une lutte de postiers, est principalement soutenue par SUD Poste 91. Mais la solidarité interprofessionnelle est aussi largement au rendez-vous et des camarades de SUD Éducation 91 sont régulièrement présent·es sur le piquet de grève, aux manifestations de soutien et participent à la vie du piquet en amenant des jerricanes d’eau, des couvertures ou en participant à la solidarité financière et à la popularisation de cette lutte.

Procès contre SUD Éducation 93 : contre la criminalisation des luttes antiracistes !

Le texte que la commission antiraciste propose est l’adaptation écrite de l’intervention prononcée par deux membres de la commission antiraciste de SUD Éducation  le jour de l’audience du procès en dissolution de SUD Education 93. Cette audience a eu lieu le 17 mars 2022. Il nous a semblé opportun, au regard de la violence de la répression de nos stages antiracistes par le pouvoir, de compiler et d’archiver nos prises de paroles syndicales importantes qui retracent parfaitement à la fois l’historique et les enjeux  de notre lutte antiraciste. 

NB : depuis cette audience, le tribunal de Bobigny a rendu son jugement : il a estimé jeudi 2 juin que les ateliers en non-mixité organisés par SUD éducation 93 ne sont pas discriminatoire, a rejeté la dissolution et condamné les cinq parlementaires LR qui l’avaient réclamée, dont Julien Aubert, à verser 5 000 euros de frais au syndicat.

En 2017, 2019 et 2022, SUD Éducation 93 a organisé trois stages de formation des personnels de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur. Le but était de discuter, de se former collectivement aux enjeux de l’antiracisme en tant que personnels de l’enseignement, d’interroger nos pratiques et de construire des luttes sur nos lieux de travail, pour un enseignement primaire, secondaire et supérieur plus émancipateur, moins discriminatoire et réellement égalitaire; 

En 2017, le ministère de l’Éducation nationale a déposé successivement deux plaintes contre SUD Éducation 93 à la suite de l’organisation du premier stage. La première était une plainte pour « diffamation », suite à l’utilisation de l’expression « racisme d’État » dans la plaquette de présentation du stage. La deuxième plainte était une plainte pour « discrimination », suite à l’organisation d’ateliers en non-mixité entre personnes racisées lors du stage. Les deux plaintes ont été classées sans suite, mais elles ont coûté aux militant·es énormément de temps et d’énergie. Elles nous ont valu une campagne de presse ignoble et des frais d’avocat onéreux. 

Après le deuxième stage,  à l’été 2019, ce sont cinq député·es Les Républicains (en pleine campagne pour la désignation du chef du parti) qui ont assigné SUD Éducation 93 devant le tribunal de grande instance de Bobigny. Ils et elle demandent purement et simplement la dissolution judiciaire du syndicat c’est-à-dire la perte de sa capacité syndicale, et que le syndicat leur verse également la somme de 5000 euros. L’audience a eu lieu en mars 2022 et la décision sera rendue le 19 mai prochain. 

En outre, en 2019 comme en 2022, des collègues enseignant·es ont été empêché·es d’assister au stage pour des motifs fallacieux, le rectorat ayant donné des consignes aux IEN pour refuser les demandes d’ASA après la polémique de 2017.  

 Ces attaques contre un syndicat d’enseignement sont inédites. Mais une telle criminalisation des luttes antiracistes s’inscrit dans une longue série d’attaques contre des collectifs militants ces dernières années comme le CCIF pour ne citer que le plus connu d’entre eux. Demandes d’interdiction, de dissolution, de censure, etc. se sont multipliées, à gauche comme à droite, sous prétexte que « Le nouveau racisme, c’est l’antiracisme ». Cette rengaine, c’est celle qui affirme qu’il faut donc combattre “les islamo-gauchistes” à l’université ou “les wokistes” contre qui  Blanquer a organisé un colloque l’année dernière. 

 Ces stages organisés par SUD Éducation 93 et portés par sa commission antiraciste, c’est surtout, il faut le rappeler, l’aboutissement de luttes très longues et la valorisation des combats de camarades qui sont aussi des militant·es de l’antiracisme politique ; c’est la valorisation des luttes dans nos quartiers, contre les violences policières, contre l’islamophobie. Ces stages, qui ont rassemblé à chaque fois plus d’une centaine de collègues avides de discussions, ont montré que les enseignant·es et les personnels d’éducation racisé·es étaient capables de s’organiser et de produire, elles et eux aussi, des analyses sur le système scolaire et les discriminations. Ces stages restent pionniers en France, en ce qu’ils ont permis d’analyser et de discuter les conséquences du racisme structurel chez les enseignant·es, les personnels de l’éducation, les élèves et leurs parents. 

 Ces attaques contre SUD Éducation 93, contre l’antiracisme politique en général, disent plusieurs choses. D’abord, elles sont une tentative de museler nos luttes, de faire disparaître cette question raciale qui est en réalité une question au centre de la vie de  nombreuses personnes en France parce qu’elles sont racisées. Mais c’est aussi une question au centre de nombreuses luttes!  Encore une fois, il faut le rappeler : le racisme ce n’est pas seulement la question de celleux qui le subissent, mais aussi de celleux qui le produisent. Personne aujourd’hui ne peut se dire « non concerné·e » par le racisme. Ces attaques sont aussi la preuve de l’acharnement du pouvoir à vouloir maintenir le déni racial organisé, à maintenir ce silence assourdissant sur les inégalités raciales que l’on constate pourtant chaque jour, afin de préserver les privilèges de la majorité blanche, qui bénéficie de ce racisme-là. Or il est urgent de faire sauter ce déni racial, de briser ce silence, pour le bien-être de nos élèves, des parents et de nos collègues racisé·es. Ces attaques et leur virulence inédite sont, enfin, la preuve que la lutte antiraciste telle que nous la menons à SUD Éducation 93 met réellement quelque chose en danger du côté du pouvoir. Et cela,  c’est le signe que nous sommes sur le bon chemin. 

C’est pour toutes ces raisons que c’est plus important que jamais de maintenir et de faire vivre ces luttes, de continuer de parler de racisme à l’école et de ne pas nier la réalité. Tout comme faire disparaître le mot race ne fera pas disparaître le racisme, essayer de faire disparaitre SUD Éducation 93 ne fera pas disparaître nos luttes, ne fera pas disparaître nos combats. Il faut que nous soyons uni·es, solidaires et déterminé·es face à ces attaques.

Nous rêvons d’une école antiraciste, antisexiste, anti-LGBTQphobe, anti-validiste, anticapitaliste. D’une école accueillante et émancipatrice pour tou·tes. On le rêve surtout pour nos élèves, pour leurs parents, pour nos collègues, notamment contractuel·les, pour les agent·es, les AED, les AESH, tous ces personnels de l’Éducation qui, dans notre département, sont racisé·es et subissent une double voire une triple oppression. 

On rêve d’une libération totale de l’école et une émancipation de tou·tes. Et donc, nous continuerons.

Bibliographie et sitographie scientifique et pédagogique : stage Sud Éducation 93 « Comment entrer en pédagogie anti-raciste? »

Janvier 2021, Saint-Denis

Quelques ouvrages à (re)découvrir :

Norman Ajari, La dignité ou la mort, Empêcheurs de penser rond, 2019

Brit Benett, Je ne sais pas quoi faire des gentils blancs, 2018

Rachida Brahim, La race tue deux fois, Syllepse, 2021

Angela Davis, Autobiographie, Albin Michel, 1975 

Femmes, race et classe, Des femmes, 2007

S’ils frappent à la porte à l’aube, avec Bettina Aptheker, trad. René Baldy, Gallimard, 1972

W.E.B Dubois

Les âmes du peuple noir, La découverte, 2007

Les noirs de Philadelphie, La découverte, 2019

Franz Fanon

Peau noire, masques blancs, 1952, rééd., Le Seuil, col. « Points », 2001

L’An V de la révolution algérienne, 1959, rééd., La Découverte, 2011

Les Damnés de la Terre, 1961, rééd., La Découverte, 2002

Pour la révolution africaine. Écrits politiques, 1964, rééd., La Découverte, 2006

Œuvres, La Découverte, 2011.

Nacira Guénif-Souilamas, Des beurettes aux descendantes d’immigrants nord-africains, Grasset, 1999

Abdellali Hajjat et Marwan Mohamed, Islamophobie, La Découverte, 2016.

Bell Hooks

Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme, Cambourakis, 2015

De la marge au centre. Théorie féministe, Cambourakis, 2017

Audre Lorde

Sister Outsider : Essais et propos sur la poésie, l’érotisme, le racisme, le sexisme…, 2018, Mamamelis

Sarah Mazouz  Race, Anamosa 2021

Fania Noël, Afro-communautaire : appartenir à nous même, 2019, Syllepse

Abdelmalek Sayad

L’immigration, ou les paradoxes de l’altérité, De Boeck Université

Avec Éliane Dupuy, Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Autrement

La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Seuil, 1999

L’école et les enfants de l’immigration. Essais critiques, Le Seuil, 2014

Joan Scott, La Politique du voile, éditions Amsterdam, 2017

Pap Ndiaye, Essai sur une condition noire, Folio, 2009

Malcolm X

Avec Alex Haley (Anne Guérin, Daniel Guérin), L’Autobiographie de Malcolm X, Paris, Presse Pocket

Avec G. Breitman, Le pouvoir noir, La Découverte, 2002

Sur l’histoire afro-américaine, Éditions Aden, 2008 

Aux éditions Cases Rebelles

Afrotrans, 2021

Le feu qui craque, PanAfroRévolutionnnaires, 2021

Quelques sites à explorer :

Le blog de Mrs Roots « Ecrire. Pour qu’il ne soit plus possible de dire encore une fois : Je ne savais pas » : http://mrsroots.fr/

Le blog d’Emy, notamment son lexique : http://petit-coin-de-soleil.over-blog.com/lexique.html

Le blog de João Gabriell : https://joaogabriell.com/

Le site du collectif Cases Rebelles : http://www.cases-rebelles.org

Littérature jeunesse : 

Nicolas, Yoon, Everything Everything, Bayard.

Abouet, Sapin, Akissi, vacances dangereuses, Gallimard Jeunesse.

Abouet, Oubrerie, Aya de Yopougon, Gallimard Jeunesse.

Madina Guissé & Lyly Blabla, Neiba je sais tout (ou presque) ,Publishroom.

Anne Fleur Multon, Viser la lune, Poulpe Fiction.

Laura Nsafou, Comme un Million de papillons noir, Cambourakis.

Laura Nsafou, Le chemin de Jada, Cambourakis.

Laura Nsafou, Nos jours brûlés, Albin Michel.

Bell Hooks/Chris Raschka, Frisettes en fête, Points de suspension.

Elena Favilli, Histoires du soir pour filles rebelles, Les Arènes.

Aurélie Guillerey, Mes premiers airs de hip hop, Mes premiers livres sonores.

Kate Beaton, La Princesse et le Poney, Scolastic.

G.Willow Wilson, Adrian Alphora, Ms Marvel, New Marvel.

Lupita Nyong’o, Sulwe, Edition Française.

Irene Cohen/Marc Daniau, Ruby tête haute, Amnesty International.

Jessica Love, Julian est une sirène, Pastel.

Jessica Love, Julian au mariage, Pastel.

Jamia Wilson, I Have a Dream, Broché.

Chimamanda Ngozi Adichie, Nous sommes tous des féministes, Gallimard Jeunesse.

Gaia Cornwall, Jabari Plonge, D’eux.

Alice Brière-Haquet & Bruno Liance, Nina, Gallimard Jeunesse.

Nathalie Avomo Essono, Le petit manuel du cheveu crépuBelle reliure.

Brigitte Marleau, Mes deux mamans à moi, Boomerang.

Sylviane A. Diouf & Shane W. Evans, J’aime pas mes cheveux, Gautier-Languerau.

Natasha Anastasia Tarpley & E. B. Lewis, I love my hair, Little Brown.

Michel Esscofié et Roland Garrigue, Princesse Kevin, P’tit Glénat.

BLOGS

Blog Mistikrak http://mistikrak.wordpress.com/ : Ressources pour la littérature jeunesse mettant en lumières des personnes non-blanches pour les enfants, les enseignant.e.s, les parents ou autres.

Blog planète diversité https://planetediversite.fr/author/mistikrak/ : Ressources pour la littérature Young Adult (et parfois adulte ou plus jeunesse) et la diversité : des chroniques, des discussions et des infos sur les sorties.

Blog les étoiles noires http://lesetoilesnoires.com/ : Littérature jeunesse dont les héros sont des personnages noir.es. Diversité, estime de soi, confiance en soi. 

Blog antisexiste → https://parisianavores.paris/livres-anti-sexistes-enfants-3-ans-4-ans/ 

Blog LGBTQIA+ → https://lamareauxmots.com/des-livres-jeunesse-lgbtq/ : Mettant en lumière des personnages LGBTQIA+.

Littérature pour les adolescent.e.s :

G.Willow Wilson, Adrian Alphora, Ms Marvel, New Marvel.

Becky Albertalli, Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, Hachette Romans.

Faïza Guène, Kiffe kiffe demain, Hachette livre.

Saphia Azzedine, Mon père est femme de ménage, Léo Scheer.

Insa Sané, Sarcelles-Dakar, Sarbacane.

Rokhaya Diallo, Moi raciste, jamais !, Flammarion.

Ismaël Saïdi, Moi Ismaël, un musulman d’ICI.

Ketty Steward, Noir sur blanc, Henry, Fayard.

Rachid Djaidani, Boumkoeur, Seuil.

Edimo-Bazin, Survy-Banlieue Blues, Les enfants rouges.

Iman Eyitayo, Abiola et la plante magique, Plumes Solidaires.

Misty Copeland, Une vie en mouvement, Bourgeois.

Darasse-Brosse-Zidrou, Tamara-Entre les deux mon cœur balance, Dupuis.

Nimrod, Aimé Césaire, Non à l’humiliation, Actes Sud Junior.

Elise Fontenaille, Eben ou les yeux de la nuit, Editions du Rouergue.

Gaël Faye, Petit pays, Grasset.

Fouad Laroui, Une année chez les Français, Julliard.

Sandrine Bellair, Sadja-Le réveil de la Prophétie, éditions du Net.

Sophie Noël, Les pointes noires, Magnard.

Plusieurs auteur-ices, NON à …, Acte sud.

Léonora Miano, Afropean Soul et autres nouvelles, Flammarion.

Et pour nous aussi, les adultes :

Maya Angelou

Tant que je serais noire, 2008, Les Allusifs

Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, 2009, Le livre de Poche

Rassemblez-vous en mon nom, 2020, Les Editions Noir sur Blanc

Lettre à ma fille, 2016, Les Editions Noir sur Blanc

James Baldwin

Face à l’homme blanc, traduit par Jean-René Major, Paris, Gallimard, « Du monde entier », 1968 ; réédition, Paris, Gallimard, « Folio » 2854, 1996 

Les Élus du Seigneur, traduit par Henri Hell et Maud Vidal, Paris, La Table ronde, 1957

Un autre pays, traduit par Jean Autret, Paris, Gallimard, « Du monde entier », 1964 

Harlem Quartet, traduit par Christiane Besse, Paris, Stock, 1987 ; réédition, Paris, LGF, « Le Livre de poche » 3112, 1989

Octavia Butler

La parabole du semeur, 2020, Diable Vauvert

Liens de sang, 2021, Diable Vauvert

Aimé Césaire

Cahier d’un retour au pays natal, Revue Volontés  20, 1939, Présence africaine, Paris, 1956.

Maryse Condé

Ségou, Les murailles de la terre, Robert Laffont, 1984

Ségou, La terre en miettes, Robert Laffont, 1985

Moi, Tituba Sorcière, Gallimard, 1988

Rokhaya Diallo

Comment parler de racisme aux enfants, Le Baron Perche Eds, 2013.

Fatou Diome

La Préférence nationale, recueil de nouvelles, édition Présence Africaine, 2001

Le Ventre de l’Atlantique, roman, éditions Anne Carrière, 2003 – éditions Le Livre de poche 30239

Assia Djebbar

L’Amour, la fantasia, roman, J. C. Lattès/Enal, 1985

Nulle part dans la maison de mon père, Éd. Fayard, Paris, 2007, 407 p. 

Ces voix qui m’assiègent : En marge de ma francophonie, Éd. Albin Michel, Paris, 1999, 272 p. 

Bernardine Evaristo

Fille, femme, autre, Globe, 2020

Amandine Gay

Une poupée en chocolat, 2020, La Découverte

Yaa Gyazi

No home, Calmann-Lévy, 2017

Kaoutar Harchi

À l’origine notre père obscur, roman, Arles, France, Actes Sud, coll. « Domaine français », 2014, 176 p. 

Je n’ai qu’une langue et ce n’est pas la mienne, essai, Paris, Fayard, coll. « Pauvert », 2016, 306 p.

Toni Morrisson

Beloved, traduction d’Hortense Chabrier et de‎ Sylviane Rué, éd. 10 X 18 , 2008,

Love, traduction d’Anne Wickle, éd. 10 X 18 , 2008

L’oeil le plus bleu, traduction de Jean Guiloineau, éd. 10 X 18 , 2008

Sula, traduction de Pierre Alien,  éd. 10 X 18 , 1993,

Simone Schwarz-Bart

Pluie et vent sur Télumée Miracle, 1996, Points

Maboula Soumahoro

Le triangle de l’hexagone, La découverte, 2020.

Kateb Yacine

Nedjma, roman, Paris, Éditions du Seuil, 1956, 256 p

Articles

Abdeljalil Akkari, « Les jeunes d’origine maghrébine en France: Les limites de l’intégration par l’école », Esprit critique, 2001. http://www.espritcritique.org/0308/article1.html Francine Nyambek-Mebenga « D’un regard interculturel enchanté à une réflexion critique sur les enjeux socio-identitaires de l’enseignement de l’islam et des civilisations extra-européennes anciennes au collège en France», in D. Alaoui, A. Lenoir (dir.). L’interculturel et la construction d’une culture de la reconnaissance. Groupéditions, 2014, p.189-211.  Mélissa Pandor, “L’orientation vers les Sections Générales et Professionnel Adapté (SEGPA), présenté au 6ème Congrès de l’Association Française de Sociologie, Université Versailles-Saint Quention, juin 2011 Sonia Mejri, “Représentations des femmes et des hommes musulmans dans les manuels scolaires d’histoire”, https://dieses.fr/representations-des-femmes-et-des-hommes-musulmans-dans-les-manuels-scolaires-dhistoire, 27 septembre 2021 Lila Belkacem, Fanny Gallot, Nicole Mosconi, “Penser l’intersectionnalité dans le système scolaire”, Travail, genre et sociétés, 2019
Fabrice Dhume, Entre l’école et l’entreprise, la discrimination ethnico-raciale dans les stages. Une sociologie publique de l’ethnicisation des frontières et de l’ordre scolaires, Université de Provence, Aix-Marseille I, 2011. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01427260/document

Stéphane Zéphir, « Catégorisation ethnoraciale en milieu scolaire. Une analyse contrastive de conseils de discipline », Revue Française de Pédagogie, 2013. https://journals.openedition.org/rfp/4237

Ouvrages

bell hooks, Apprendre à transgresser, Editions Syllepses, 2019

Manal Altamimi, Tal Dor, Nacira Guénif-Souleimas, Rencontres radicales : Pour des dialogues féministes décoloniaux, Cambourakis, collection « Sorcières », 2018

Fabrice Dhume, Suzana Dukic, Séverine Chauvel, Philippe Perrot, Orientation scolaire et discrimination, La Documentation Française, 2011.

François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils, Fatima moins bien notée que Marianne, Editions de l’aube, 2016.

Colloque :

« Racisme et discrimination à l’école et à l’université », organisé par l’Université Paris-Diderot (coordination Fabrice Dhume), septembre 2018

Prochainement :

Sortie d’un numéro « Race et Éducation » par la revue scientifique le Télémaque, deuxième semestre 2022

SUD éducation Paris : CRA L’État veut enfermer toujours plus les personnes sans-papiers

« Depuis 1964 existe au cœur des quartiers nord une prison clandestine, contrôlée entièrement par la police, où sont séquestrés des travailleurs immigrés ».

En 1975, un tract est distribué dans les rues de Marseille révélant l’existence d’une prison pour étranger·es, dans un hangar du port d’Arenc. Y sont enfermé·es depuis le début des années 1960, en dehors de tout cadre légal, des centaines de personnes, principalement originaires des pays du nord de l’Afrique, que l’État voulait expulser.

Du « scandale d’Arenc » vont naître ce que l’on appelle aujourd’hui les CRA, centres de rétention administrative, qui permettent l’enfermement administratif des personnes dites sans-papiers que l’État veut expulser.

L’enfermement administratif de personnes considérées comme indésirables ne date pas de l’ouverture de la prison d’Arenc, mais s’inscrit dans une longue tradition française. Sans remonter au XIXe siècle, on peut par exemple citer l’enfermement des réfugié·es espagnols à partir de 1939, notamment dans le camp de Rivesaltes qui deviendra ensuite un camp d’internement puis de transit sous Pétain (y sont enfermé·es des espagnol·es, des juif·ves et des gitan·es). Deux-mille personnes y ont été déportées vers le camp de Drancy. En 1984, une partie du camp devient un centre de rétention, avant d’être déplacé en 2007 (construction d’un nouveau CRA plus grand à Perpignan même).

Enfermer toujours plus, toujours plus longtemps

C’est sous la présidence de Mitterrand que l’enfermement administratif des étranger·es va trouver un cadre législatif, avec la loi Peyrefitte de février 1981 qui légalise la rétention administrative et la loi Questiaux d’octobre 1981 qui organise cette rétention par la création des CRA.

La durée d’enfermement est alors fixée à 7 jours. À la fin des années 90 elle passera à 10 puis 12 jours. En 2003, la loi Sarkozy prolongera cette durée à 32 jours, puis en 2011 la loi Besson à 45 jours. En 2019, la loi « asile et immigration » de Collomb fixera cette durée d’enfermement à 90 jours.

En parallèle de cette augmentation de durée de rétention, le nombre de places n’a fait qu’augmenter au fil des plans d’agrandissement et d’ouverture de nouveaux CRA. Aujourd’hui on compte 24 centres de rétention et 16 locaux de rétention (au sein par exemple de commissariats) en France métropolitaine et d’Outre-mer. Environ 50 000 personnes sont enfermées chaque année dans les prisons pour étranger·es.

Un rouage de la machine à expulser

Lorsqu’on n’a pas les bons papiers, les frontières assassines de l’Europe forteresse se dressent partout. Des barbelés du port de Calais aux couloirs d’une station de métro en passant par le guichet d’une préfecture ou d’une banque, chaque contrôle d’identité peut aboutir à l’enfermement et à l’expulsion. Les centres de rétention permettent à l’État de mettre en œuvre sa politique de non-accueil des personnes migrant·es, ils sont un rouage de la machine à expulser et à trier qui repose sur les logiques capitalistes et racistes. 

Une gestion des populations indésirables

En 2020, 40 % des personnes enfermées en centre de rétention ont été expulsées du territoire ; en 2019 c’était 49,40 % (Source Cimade, Rapport 2020 sur les centres et locaux de rétention administrative). Les centres de rétention, au-delà de leur fonction d’organiser les expulsions (prendre des mesures d’éloignement, récupérer les laisser-passer consulaires, programmer des vols…), sont également un outil de « gestion des flux migratoires » : l’Europe régule en fonction des besoins en main-d’œuvre, les patrons exploitent les travailleur·euses sans-papiers. Les CRA, avec leur réalité carcérale, ont aussi pour fonction de maintenir dans la peur, de punir, de dissuader. 

Un nouveau plan de construction

La logique du « toujours plus de places » se poursuit, sans étonnement : en plus des agrandissements de centres de rétention déjà existants (Calais-Coquelles, Lille-Lesquin), un plan de construction de quatre CRA supplémentaires a été annoncé, portant le nombre de places totales à 2 200. C’est le double du nombre de places existantes en 2017. 

Trois nouveaux CRA doivent ouvrir d’ici 2023 : à Olivet-Orléans (90 places), à Bordeaux (140 places remplaçant les 20 places existantes actuellement), au Mesnil-Amelot à côté de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle (64 places s’ajoutant aux 240 des deux CRA déjà existants). À Lyon, à côté de l’aéroport Saint-Exupéry, le 17 janvier dernier, c’est un nouveau centre de rétention de 140 places qui a été ouvert. 

Des solidarités et des résistances

Face à  ces constructions, des résistances s’organisent : à Orléans le Collectif contre les expulsions et la rétention (COLERE) s’est créé fin 2019, en Île-de-France et à Lyon des collectifs contre les centres de rétention font sortir des témoignages de personnes enfermées. Une personne enfermée au nouveau CRA de Lyon disait le 24 janvier dernier « Donc lorsque l’avion est en train de décoller vous êtes dans votre chambre, vous sentez le mur qui est en train de bouger ».

Les luttes de l’intérieur et de l’extérieur se répondent : refus de manger ou de rentrer dans les cellules, rassemblements et parloirs sauvages sous les murs, résistances aux expulsions, visibilisation de l’existence de ces prisons pour étranger·es, mutineries.

En février 2022, des dizaines de personnes enfermées au centre de rétention de Vincennes ont refusé pendant des semaines les plateaux-repas, subissant pour cela une répression terrible (tabassage, placement à l’isolement, réveil en pleine nuit par les alarmes, refus de soins…). Des actions de solidarité ont été menées à l’extérieur, pour tenter de rompre l’isolement.

À Lyon, le 28 février 2022, une partie du nouveau centre de rétention est incendiée par des retenu·es qui affirment que contrairement à ce qui est dit dans la presse qui parle d’une tentative de suicide, il s’agit d’un acte de protestation. Les dégâts sont importants, une partie du nouveau centre devient inutilisable ; malheureusement plusieurs personnes sont blessées.

La lutte contre les centres de rétention et la machine à expulser nous regardent toutes et tous. Elle doit visibiliser ces prisons spéciales pour étrangers·ères cachées à l’ombre des tarmacs et des forêts où elles sont souvent construites et avoir comme objectif leur fermeture totale.

Fermeture des centres de rétention, 

Liberté de circulation et d’installation !

Ressources : 

À Lyon : https://crametoncralyon.noblogs.org/

À Orléans : https://solidairesloiret.org/

En Île-de-France : https://abaslescra.noblogs.org

  Marseille  : https://marseilleanticra.noblogs.org/

Brochure Sans-Papiers: S’organiser contre l’expulsion, que faire en cas d’arrestation ?

https://anticrabrochure.noblogs.org/

Pour un accueil digne des élèves allophones et de leurs familles

L’accueil des élèves allophones par l’éducation nationale est à l’image de l’accueil des étranger·es par la France. Le durcissement des lois sur l’immigration a un impact sur la scolarisation de ces élèves et de leurs familles qui sont aujourd’hui qualifié·es de « migrant·es ». Nous avons de plus en plus d’enfants de famille sans papier et à la rue, mais aussi de Jeunes isolé·es étranger·es, dans nos classes. Par ailleurs, les élèves français⋅es allophones  rencontrent les mêmes problématiques et ne bénéficient trop souvent d’aucun dispositif spécifique. Le capitalisme, loin d’ouvrir les frontières, souhaite une immigration maîtrisée, pour ne pas dire « choisie », en témoigne les dernières lois « asile et immigration » votées en septembre 2018 par le gouvernement Edouard Philippe.

Utiliser le terme “migrant·e” n’est pas anodin. Il sert le système capitaliste dans le sens où il lisse la notion d’étranger·e, il exclut de fait l’étranger·e qui ne doit pas rester en France. Il stigmatise les personnes d’un autre pays en ancrant dans nos représentations l’image du ou de la migrant·e de passage, vivant dans une “Jungle de Calais”. SUD éducation préfère le terme d’ immigré·es qui raconte une histoire, celle de l’immigration et des luttes. Il marque une volonté de rester dans le pays choisi.

A l’école aussi, les CLIN (classe d’initiation ), les CLA (classe d’accueil) et les CLA-ENSA (Élèves Non Scolarisé⋅es antérieurement) ont été remplacées par des dispositifs UPE2A et UPE2A-NSA avec la circulaire d’octobre 2012 signée Jean Michel Blanquer (déjà!). L’idée principale était d’inclure davantage les élèves dans leur classe d’affectation. En réalité, l’Éducation nationale a fait des économies en supprimant des heures pour récupérer des postes. En effet, dans les classes d’accueil les élèves bénéficiaient de 23 à 26 heures de cours par semaine. Aujourd’hui dans les dispositifs les élèves n’ont plus que 9 à 18 heures de cours hebdomadaires. Dans le 1er degré la notion de dispositif a permis à l’administration de ne fixer aucune limite au nombre d’élèves accueilli·es. S’ajoute à cela un parcours des familles très difficile pour intégrer un dispositif, un racisme institutionnel et une orientation déterminée. Sans compter la problématique du logement et des démarches administratives qui ne facilitent pas des apprentissages dans de bonnes conditions.

Les conditions de  vie et de scolarisation des élèves allophones

L’espace  d’accueil est le lieu unique d’accueil pour la scolarisation des enfants allophones de 6 à 17  ans.  Les familles ont un entretien et les élèves sont testé·es dans la langue première. Suite à ce test, la famille reçoit une proposition d’affectation. Cette proposition  d’affectation passe par un service du rectorat qui envoie une notification à la famille et à l’établissement retenu.

Il se passe environ deux mois entre  la prescription d’affectation de l’espace d’accueil et cette notification. À  noter, beaucoup d’erreurs du service du rectorat qui surcharge des dispositifs  alors que d’autres sont vides. La notification  stipulant l’établissement d’affectation n’arrive pas toujours aux  familles.

Pour cause le problème du logement : l’adresse postale n’est pas toujours fixe, elle peut aussi être inexistante ou temporaire. Les logements des familles demandeuses d’asile sont toujours temporaires tant que la demande d’asile n’est pas traitée. Elles sont logées en CADA dans le meilleur des cas. Et pour les « Jeunes isolé·es étranger·es », les choix budgétaires des collectivités se font la plupart du temps au détriment d’un suivi individualisé. Débordé·es, les éducateurs et éducatrices doivent faire face à des hébergements éclatés et précaires (foyers,hôtels…) qui rendent l’accueil de ces jeunes indigne.

Les services du rectorat n’assurent pas un réel accompagnement des élèves allophones, les fiches pédagogiques sont transmises avec des délais trop longs et de manière incomplète  à  l’enseignant·e d’UPE2A référent·e environ 4 mois. L’établissement ne peut connaître du ou de la nouvel·le élève que son nom et sa date de naissance (même pas sa  langue première).

Dans l’établissement  l’Inscription peut être un parcours complexe : comprendre où est situé l’établissement, s’y rendre, remplir un dossier d’inscription, fournir des papiers que l’on ne possède pas…. 

Une seule année en dispositif UPE2A est insuffisante pour  une inclusion totale dans une classe. Ces élèves ont besoin de temps, ils·elles ont vu et vécu parfois des événements très lourds et marquants dans leur pays d’origine. L’école capitaliste, dans sa course à la sélection et au tri, ne s’intéresse pas à ces élèves. Dès lors, aucune  orientation choisie n’est possible : les élèves sont voué·es à  l’échec ou à combler les secteurs en manque de main d’œuvre. Quasiment aucun·e élève allophone en 3ème ne part en seconde générale, ils·elles sont presque toutes et tous orienté·es en voie professionnelle mais depuis 2019, il n’y a plus de CAP prioritaire après la 3ème.

Une fois l’orientation prononcée, l’élève peut parfois renoncer et n’a donc aucun diplôme. 

La problématique de l’enfant allophone en situation de handicap est non reconnue.

Les Inclusions sont compliquées du fait de la surcharge des effectifs dans les classes et parfois à la multiplicité des dispositifs (ULIS ou autres) à l’intérieur d’un même établissement. Les collègues sont alors réticent·es, ils et elles oublient d’inclure les élèves allophones lors des voyages scolaires ou des sorties. En effet, les démarches et formalités administratives pour participer à des sorties se compliquent lorsqu’un·e élève est sans papier, sans argent, à la rue, sans accès à internet avec une famille non-francophone et que le·la collègue ne trouve pas d’interprète.

SUD éducation dénonce l’hypocrisie de l’éducation nationale : dans les textes il y a bien obligation de scolarisation des enfants étranger·es sur le territoire français, en réalité les moyens alloués pour ces élèves se réduisent à peau de chagrin depuis 2012 et sont insuffisants au vu de leurs conditions de vie. La bourse est difficilement accessible tout comme la gratuité de la cantine. Et quand les familles obtiennent la bourse, l’argent sert d’abord à payer la cantine.

Pire encore, l’état capitaliste utilise parfois l’école pour arrêter les parents des élèves sans papiers avec l’aide de sa police. Le lien avec RESF est à poursuivre et même à amplifier. Aujourd’hui, le cadre national de la « Marche des solidarités » est structurant pour les luttes pour l’égalité des droits entre français·es et immigré·es. SUD éducation proposera d’y inscrire la question de la jeunesse immigrée scolarisée comme axe revendicatif. SUD éducation, en s’appuyant sur les collectifs et les dynamiques locales, portera également comme objectif la construction d’une date de mobilisation nationale sur la question des injustices que vivent les Jeunes isolé·es étranger·es. Nous revendiquons la scolarisation des jeunes en procédure de reconnaissance de leur minorité qui ne doivent pas être privé·es de leurs droits en attente de la décision. La majorité n’est pas un argument pour confisquer le droit à l’éducation d’autant plus que ça ne l’est pas pour les élèves de nationalité française.

Le racisme institutionnel et intériorisé qui touche aussi les élèves allophones 

Les élèves d’UPE2A vivent le racisme ordinaire et institutionnel, de manière parfois plus violente que les autres élèves.

Certains personnels ou élèves, partant du principe qu’ils et elles arrivent directement d’un pays étranger, fantasment une appartenance à une culture, à une religion avec tous les stéréotypes et préjugés associés dans leurs esprits à cette culture ou à cette religion. 

Les paroles et les faits et gestes des UPE2A sont scrutés, souvent inconsciemment, car ils pourraient être des signes de remise en cause de la laïcité et des fameuses «valeurs de la République », trop souvent instrumentalisées de manière raciste.

S’il convient de faire preuve de pédagogie et de formation auprès de nos collègues, il est également nécessaire de repérer et combattre toutes les formes de discrimination auprès de nos élèves et de leurs familles.

Revendications :

– Double inscription des élèves allophones, en les comptabilisant dans l’effectif global, ce qui permettrait d’abaisser les moyennes de classes dans les établissements concernés pour favoriser leur intégration.

–  Des effectifs de 15 élèves maximum en UPE2A et 12 élèves maximum en UPE2A-NSA.

– Des personnels formé·es aux besoins spécifiques des élèves allophones (développer l’enseignement du Français Langue Seconde au moyen de décharges horaires ?).

– Ouvrir des classes d’accueil sur tout le territoire.

– Les UPE2A doivent être ouverts à côté des structures qui accueillent des étranger·es.

– Pas d’UPE2A à mi-temps sur une école.

– Une formation pour les personnels qui accueillent les élèves allophones.

– L’abrogation du Code de l’entrée et du séjour du droit d’asile.

– Pour le retour à une classe d’accueil et non un dispositif.

Pour la scolarisation inconditionnelle des jeunes étranger·es allophones au sein du service public d’éducation  indépendamment de l’âge, la nationalité et du statut administratif (avec ou sans-papiers).

– Pour la réappropriation du terme d’immigré·e lié à une histoire d’immigration, de colonisation et de luttes.

– Pour des personnels pérennes et qualifiés dans les espaces d’accueil.

– Pour plus d’espaces d’accueil.

– Retour aux classes d’accueil fixes dans les écoles et les établissements avec des enseignant·es spécialisé·es pour accueillir les élèves allophones à la place des actuels dispositifs UPE2A.

– Pour une durée d’accueil des élèves dans les dispositifs adaptés aux besoins de chaque élève pour une orientation choisie et non subie.

– Pour la suppression d’Affelnet.

– Pour l’enseignement des langues d’origine des élèves dans les établissements.

– Pour des postes d’interprètes dans l’éducation nationale.

– Pour la réquisition de logements, notamment les logements de fonction vides dans l’éducation nationale, pour la mise à disposition de logements pérennes et salubres pour l’ensemble des familles mal-logées, et contre les expulsions des squats

– Pour la réquisition de logements, notamment les logements de fonction vides dans l’éducation nationale, et l’ouverture de squats.

– Pour l’arrêt des OQTF et des expulsions, pour la délivrance sans conditions de titres de séjour vie privée et familiale pour toutes et tous les  Jeunes isolé·es étranger·es et de tou·tes les élèves dit·es sans papiers. 

– Pour l’auto-formation entre pairs associée a une formation spécifique, destinée à l’ensemble des personnels et dispensée par des personnes qualifiées (hors Éducation nationale).

– Pour l’ouverture des frontières.

– Pour la régularisation des familles des élèves allophones.

Les revendications de SUD éducation 

Sans Papiers.

  • Pour refuser que tombent dans l’oubli des condamnations scandaleuses de militant.es pour délit de solidarité.
  • le respect des droits des immigré.es ;
  • un titre de séjour pour chaque résident de fait sur le territoire de l’UE ;
  • la protection et la garantie de l’accès aux droits ;
  • l’ instauration d’un statut de résident européen afin d’éradiquer les situations d’étranger.es sans titre ni droits ;
  • l’arrêt des expulsions et la fermeture des centres de rétention, l’abolition réelle de la double peine ;
  • l’abrogation des lois Pasqua, Debré et Chevènement ;
  • la libération de tous les sans-papiers emprisonnés pour délit de papiers ;
  • la régularisation de tous les sans-papiers avec la carte de 10 ans ;
  • le principe – fondamental – de la liberté de circulation et de la liberté d’installation des personnes.
  • C’est le sens de notre signature de l’« appel européen à la régularisation de tous les sans-papiers ».
  • Le respect de l’état de droit et la fin des mesures répressives d’exception en France Outre-Mer
  • • l’abrogation des lois anti-immigrés, dont le CESEDA
  • • la protection des mineurs isolés étrangers et des jeunes majeurs scolarisés, l’arrêt de toutes les expulsions et les mêmes droits pour toutes et tous. »
  •  l’arrêt de la stigmatisation des Étrangers, en particulier l’abandon immédiat du statut dérogatoire des Bulgares et des Roumains, citoyens européens
  • • le droit de vote pour tous les Étrangers et étrangères 
  • • le retour à une véritable politique de l’asile (avec en particulier la suppression des pays dits ’’sûrs’’)
  • • la régularisation de tous les sans-papiers par la délivrance d’un titre unique de séjour.
  • • la liberté de circulation et d’installation pour tous et toutes.
Catégories
antifascisme Écologie Éducation Idées, débats, cultures Lecture

Les Utopiques – numéro 20

Pour lutter efficacement contre l’extrême droite et ses idées, il est nécessaire de la (re)connaître. Dans cette optique, Les Utopiques dressent un portrait de la situation actuelle en France.

Loin de se limiter à sa dimension électorale, au Front national/Rassemblement national du clan Le Pen, ou encore à Zemmour, l’extrême droite est plurielle et active dans de nombreux champs.

Elle est ainsi aujourd’hui omniprésente dans plusieurs médias grand public. Un article de l’Observatoire des médias (Acrimed) analyse les relations ambivalentes de l’extrême droite avec les médias. Un autre présente un phénomène en pleine expansion : les youtubeurs d’extrême droite. Grégory Chambat (L’école des réac-publicains : la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016) analyse l’action des « réac-publicains » dans le domaine de l’éducation.

Le traitement par l’extrême droite des questions environnementales, ce qu’on peut qualifier d’écofascisme, est au sommaire. On y lira également comment les extrêmes droites tentent de s’infiltrer dans les mouvements sociaux, comme les Gilets jaunes, et les formes que prend son implantation dans la police.

Le racisme, où l’antisémitisme occupe une place particulière, est évidemment une donnée centrale de la pensée des extrêmes droite et donne lieu à plusieurs textes.

Il en est de même de l’approche néofasciste du rôle des femmes, ramenées au traditionnel rôle maternel et soumises au chef naturel.

Au sommaire aussi, un tour d’horizon mondial des fascismes de notre temps et des résistances antifascistes : Espagne, Italie, Brésil, États-Unis…

Catégories
antifascisme En grève !

Après les législatives, nos luttes feront toutes les différences !

L’Union syndicale Solidaires, indépendante de tout parti politique, retient plusieurs éléments de ce scrutin :

  • Les élections législatives ont été marquées par une abstention extrêmement massive qui montre l’affaiblissement croissant de la démocratie représentative.

  • La forte progression de l’extrême-droite en nombre de député-es est très inquiétante. Alors qu’il avait été élu en 2017 avec la promesse de combattre l’extrême droite, le président de la république, ses ministres et député·es en portent une lourde responsabilité. En multipliant les mesures antisociales, ils ont favorisé le désespoir. En adoptant des lois liberticides, ils ont couru après le discours et le projet de société de l’extrême-droite. Par ailleurs, on ne peut renvoyer dos à dos un parti raciste et une autre force politique, créer des amalgames, sans salir le débat public et s’esquiver ensuite de la responsabilité d’avoir facilité l’élection de députés d’extrême droite.

  • Les urnes ont confirmé l’élection de deux ministres accusés de violences sexuelles. Pour Solidaires, l’écoute réelle de la parole des femmes et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles a encore un long chemin à faire. Le choix de maintenir de telles personnes au gouvernement marque là aussi le déni de cette lutte essentielle par le pouvoir macronien.

  • Un pas en arrière pour la parité en politique avec 37% de femmes élues députées à l’issue des législatives (soit un recul de 2% par rapport à 2017).

Pour l’Union syndicale Solidaires, les priorités sont sociales, écologiques, elles sont de construire l’égalité contre les discriminations et les dominations multiples.

Face à l’inflation, il faut une hausse immédiate du SMIC pour le mener à 1700 euros net, avec un alignement des pensions de retraites et des minimas sociaux sur ce minimum. Nous revendiquons une hausse de 400 euros par mois pour toutes et tous, avec une limitation de l’échelle des salaires de 1 à 5. Nous exigeons l’égalité salariale réelle pour les femmes et les hommes.

Nous sommes pour la retraite à 60 ans, avec 37,5 annuités de cotisations. Nous lançons la campagne “Partageons le travail” qui va permettre d’aller à partir de cet été vers nombre de travailleuses et travailleurs pour échanger sur ce sujet et porter des solutions.

Nous n’attendons pas grand-chose d’une assemblée dont le centre de gravité risque de se porter encore plus vers des projets ultra-libéraux, contre les intérêts de la grande majorité des salarié·es, ceux des chômeurs·euses, retraité·es, étudiant·es et satisfaire les intérêts des puissants et des riches.

Nous devons avant tout compter sur nous-mêmes. Pour nous défendre au quotidien et ne pas rester isolé·e, se syndiquer est une première étape. Ensuite, c’est par nos actions, nos luttes, indépendantes, unitaires et auto organisées que nous ferons toutes les différences. Ils ont le pouvoir et les milliards ? Nous sommes des millions !

Catégories
antifascisme

La lutte contre l’extrême droite doit continuer et s’amplifier

Avec l’Élection de 89 députés, le Rassemblement national entre en force à la chambre des députés. C’est un coup dur pour la démocratie et pour le rayonnement de notre pays dans le monde. L’Allier n’a malheureusement pas été épargnée par cette poussée historique du parti de Marine Le Pen, puisque sur la deuxième circonscription, c’est le candidat du RN qui l’a emporté, face à une candidate de la NUPES que Solidaires Allier avait fait le choix de soutenir pour conjurer ce péril.

Malheureusement, une faible majorité (un peu plus d’un centaine de voix) a permis au candidat du RN de s’imposer, sans faire campagne, et en refusant toute confrontation avec les médias durant la campagne.

Pour la ville de Montluçon, c’est un véritable séisme. La ville dont Jean Dormoy, puis Max Dormoy furent les Maires emblématiques a aujourd’hui la “gueule de bois”. Mais pour Solidaires Allier, le combat que menèrent les antifascistes de notre ville contre l’extrême droite et ses idées nauséabondes ne s’arrêtera pas pour autant. Au contraire, avec les autres forces progressistes, nous continuerons à défendre les droits des immigré-es, et à nous investir dans les luttes antiracistes, féministes, LGBT+, et contre toutes les formes de discrimination d’où qu’elles viennent. Pour nous, l’extrême droite est et restera un danger mortel pour la société.

Lire ICI le communiqué national de L’Union Syndicale Solidaires

Catégories
antifascisme Culture Histoire Idées, débats, cultures Les travailleur·euses n'ont pas de pays !

Podcast : Carmen Castillo à Limay

Le 2 juin dernier, Carmen Castillo – militante révolutionnaire du MIR, au Chili – était invitée par la librairie la Nouvelle Réserve de Limay pour présenter la réédition de son ouvrage Un jour d’octobre à Santiago.

L’émission ça booste sous les pavés (Radio libertaire) nous permet aujourd’hui de réécouter cette intervention militante particulièrement forte, émouvante et pleine d’espoir

Lien pour télécharger l’émission du 7 juin 2022

https://www.anarchiste.info/radio/libertaire/podcast/semaine/2022-23.html