Skip to content

Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Catégories
Automobile

Mutuelle Renault : jusqu’à 26 % de hausse de la « part salarié »


Les tarifs de la mutuelle obligatoire du Groupe Renault augmentent de 17 % en 2024 suite à la hausse des dépenses de santé non couvertes par la Sécurité Sociale. Les salariés sont mis deux fois plus à contribution que l’employeur, avec pour la part salarié jusqu’à 26 % de hausse.

Les tarifs des mutuelles complémentaires augmentent cette année. Principales raisons :

  • La hausse des dépenses de santé non couvertes par la Sécurité Sociale et transférées vers les complémentaires.
  • La hausse du Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS) de 5,4% au 1er janvier 2024 sur lequel sont indexées par exemple les cotisations de la mutuelle obligatoire du groupe Renault [1].

Cette accélération du transfert des dépenses de santé vers les mutuelles complémentaires est le résultat d’une politique revendiquée par le gouvernement. Elle se manifeste par sa volonté de baisser le « coût du travail » à coup d’exonérations de cotisations sociales notamment. Comme ce sont principalement les cotisations sociales qui financent la Sécurité Sociale, celle-ci se voit privée de ressources et limite ses remboursements alors que les dépenses de santé augmentent. Les frais non pris en charge par la Sécurité Sociale sont basculées vers les complémentaires.

La mutuelle obligatoire du groupe Renault n’échappe pas à cette hausse. Elle est d’environ 17 % en 2024, soit 3 fois plus que la hausse du PMSS. La direction prendra en charge la totalité de l’augmentation des cotisations jusqu’au mois d’avril 2024, mais pas au-delà. Elle refuse même de partager la hausse en deux avec les salariés.

Résultat : les salariés verront en mai 2024 leur cotisation augmenter deux fois plus que celle payée par l’employeur. La part payée par le salarié augmente de 16,25 à 26,24 % selon la formule de base (Isolé, Duo ou Famille), quand celle payée par l’employeur augmente de 12,60 %.

IsoléDuoFamille
Janvier 2023Mai 2024Janvier 2023Mai 2024Janvier 2023Mai 2024
Cotisation mutuelle70,12 €82,52 €108,24 €127,63 €149,12 €171,75 €
Augmentation €+12,40 €+19,39 €+22,63 €
Augmentation %+17,68 %+17,91 %+15,18 %
Part salarié26,14 €33 €64,26 €78,11 €105,14 €122,23 €
Augmentation €+6,86 €+13,85 €+17,09 €
Augmentation %+26,24 %+21,55 %+16,25 %
% part salarié37,30 %40 %59,40 %61,20 %70,50 %71,20 %
Part employeur43,98 €49,52 €43,98 €49,52 €43,98 €49,52 €
Augmentation €+5,54 €+5,54 €+5,54 €
Augmentation %+12,60 %+12,60 %+12,60 %
% part employeur62,70 %60 %40,60 %38,80 %29,50 %28,90 %

Les syndicats signataires d’un avenant à l’accord sur la mutuelle obligatoire du groupe Renault (CFE-CGC, CFDT et FO) se félicitent d’avoir obtenu « une meilleure prise en charge de l’employeur ». En fait, la part prise en charge par l’employeur baisse. Elle passe de 62,70 % à 60 % pour la formule « Isolé », de 40,60 % à 38,80 % pour la formule « Duo » et de 29,50 % à 28.80 % pour la formule « Famille ». Pas de quoi se vanter. Quant aux retraités et aux anciens salariés du Groupe Renault, ils sont exclus de la participation de l’employeur et doivent s’acquitter de la totalité de la cotisation.

Notes

[1] « Par principe, le taux de cotisation afférant à chaque structure, est fixé en pourcentage du plafond mensuel de la sécurité sociale (PMSS) au 1er janvier de chaque année. » Voir l’accord sur mutuelle obligatoire de Renault Group du 10 novembre 2022.

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile Industrie

Tavarès, L’homme qui valait 36 millions ? [vidéo]

Suite à l’annonce de l’augmentation record du PDG de leur PDG, deux interventions de nos camarades de SUD Stellantis

Ce ne sont pas les salaires qui coûtent chers mais Tavares et les actionnaires

Soutien aux grévistes, notre patron est responsable à 100%

Catégories
Automobile Histoire Histoire locale

Automobile : il était une fois l’usine de Flins…

C’est la deuxième usine historique de Renault, après celle de Billancourt fermée en 1992. Jusqu’à 20 000 salariés y ont travaillé dans les années 1970. Aujourd’hui sur un site, considérablement réduit, elle n’emploie plus que 2 400 salariés dont 1 877 « Renault ».

À croire que les patrons tirent plus les leçons des luttes précédentes que le mouvement ouvrier lui-même. À Flins, la direction de Renault a choisi la lente asphyxie et a annoncé il y a trois ans son intention d’y arrêter la production d’automobiles en 2024, alors que l’usine n’employait déjà plus que 2 600 salariéEs.

Une fermeture programmée

Pendant plusieurs années, la plus vendue des voitures électriques en France, la Renault Zoe, y a été produite. Patatras ! Les ventes de la Zoe se sont effondrées en même temps que la direction de Renault décidait de produire ses nouvelles voitures électriques autour de Douai dans le Nord de la France, sacrifiant délibérément la fin de vie de la Zoe, outils de fabrication, et bien sûr salariés. Et Renault envisage maintenant de produire. en Slovénie en partage avec une autre firme, une petite voiture électrique baptisée Twingo.

Pour la direction, finie la voiture électrique à Flins, c’est maintenant le tour de « l’économie circulaire », aujourd’hui pas plus de 147 emplois maintenant déplacés vers une nouvelle filiale baptisée « The future is neutral ». Ah, si Di Meo savait créer autant d’emplois que de titres marketing pour attirer un « bon business profitable » ! Le secrétaire du syndicat CGT Renault Flins indique : « Sur l’activité de l’usine de Choisy (qui a fermé en 2022), 294 personnes étaient prévues. Aujourd’hui, on est à 147. Sur la Factory VO (le nom donné par la direction à l’entité de réparation et de reconditionnement de voitures d’occasion), on devait réparer 45 000 véhicules par an. On est à peine à 20 000 pour le moment. L’effectif devait être de 210 personnes sur trois équipes. Il n’y a que deux équipes et 179 salariés ».

L’économie circulaire est un terme emprunté à l’écologie qui vise à ne pas gaspiller les ressources naturelles. Pour la direction de Renault, le nom choisi n’est qu’un enfumage pour un nouveau business, une véritable arnaque qui ne compensera pas les emplois supprimés par l’arrêt de la fabrication de la Zoe.

Faire face au démantèlement

À Flins, comme dans les autres établissements Renault, s’ajoute la mise place au premier janvier 2024 d’une nouvelle grille de classifications de la métallurgie. Ce sera aussi l’envol des nouvelles filiales qui organisent le démantèlement de l’ancien Renault au profit d’entités appelant de nouveaux capitaux aux quatre coins de la planète des spéculateurs. Les résistances quotidiennes sont bien sûr nécessairement à l’ordre du jour avec des gains et victoires possibles.

Mercredi 15 novembre, à l’appel de la CGT, 250 personnes dont environ une centaine de salariéEs de l’usine ont participé à un rassemblement devant l’usine de Flins avec notamment le secrétaire du syndicat de l’usine Ali Kaya et la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet. Cette initiative renforce l’action dans l’usine elle-même. Mais, au regard des enjeux, le compte n’y est pas. Le déplacement de la secrétaire générale de la CGT et l’action sans concessions du syndicat CGT de l’usine ne sont pas aujourd’hui suffisants pour bloquer les agressions patronales.

Il est plus crédible d’affirmer que seul un mouvement d’ensemble permettrait de renverser le rapport des forces. Pas d’illusions : les Renault ne sont pas en mesure de l’imposer à eux seuls. Leur résistance doit être aujourd’hui soutenue.

Par Jean-Claude Vessillier pour L’Anticapitaliste

Catégories
Automobile En grève !

Trop c’est trop : PSA veut saucissonner les congés d’été

Tract CGT PSA ( débrayages en court)

PSA maintenant intégré, en alliance avec Fiat, à la multinationale Stellantis poursuit sa course « obsessionnelle » aux profits. En même temps que la mise à pied de 600 intérimaires dans l’usine de Mulhouse,et de 200 dans l’usine de Rennes, c’est le saucissonnage des congés que PSA veut installer dans toutes les usines du groupe en France.

Trois semaines de congé en été, sur les 5 qu’impose la loi, c’est un minimum pour vraiment se reposer et profiter de l’habituel beau temps de cette saison. Mais c’est trop pour la direction de PSA. Elle a annoncé dans la plupart des usines son intention d’imposer deux semaines de congé en été, la troisième étant à prendre en mai pour se cumuler avec les ponts de ce mois là.

En ces temps d’offensive patronale tout azimut, au moment où les salaires continuent de prendre du retard sur la hausse des prix et où les nouvelles grilles de classification métallurgie bouleversent positions et droits acquis, cette brutale remise en cause du droit aux congés est la mesure de trop qui fait déborder une colère contenue par la répression et les trop nombreuses défaites.

C’est dans toutes les usines PSA que ce saucissonnage des congés ne passe pas entraînant débrayages et mouvements de résistance qui dans certains cas réussissent à gagner usine par usine. Ces petites victoires obtenues dans certaines usines étant un encouragement aux luttes dans d’autres usines

Dès le 15 janvier 2024 une centaine de salariés de l’usine de Poissy s’était mis en grève pour se faire entendre.

Hier, vendredi 26 janvier un débrayage dans l’usine de Sochaux, d’une centaine de travailleurs, principalement du Montage, a réussi à obtenir le retrait de la mesure. Même refus général dans l’usine de Rennes où le retrait de la mesure a aussi été obtenu.

Dans l’usine d’Hordain, dans le Nord de la France, depuis vendredi 26 janvier, « plus de 500 salariés sur les 3 tournées se sont mis en grève pour refuser la proposition de la direction qui ne garantit pas d’avoir 3 semaines de congés consécutifs pour tous ceux qui le souhaitent » (information CGT).Les grévistes et les organisations syndicales ont reconduit le mouvement à lundi 29 janvier 2024 dès 5h30.

Et c’est aussi ce lundi 29 que la réaction des travailleurs de Mulhouse est attendu

Si, après quelques débrayages, la direction commence à reculer sur cette mesure, c’est qu’elle commence à craindre les réactions collectives. Ce serait alors surement le moment de s’y mettre tous ensemble pour la faire reculer sur le reste, les salaires, les conditions de travail …

Source : Auto-critique, actualité des luttes dans l’automobile

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile

Des quotas de notation à Renault

La saison des « people review » bat son plein à Renault. Ces comités de carrière sont chargés d’évaluer les salariés. Cette notation déterminera ensuite leur évolution salariale. Or les dés sont pipés car la direction a fixé des quotas de notation, en toute illégalité.

La saison des « people review » bat son plein à Renault depuis la mi-novembre. Ces comités de carrière sont organisés par service puis par direction afin d’évaluer la contribution individuelle de chaque salarié. Au sein de ces comités, des représentants de la fonction RH (Ressources Humaines) et de la hiérarchie (chefs d’équipe, chef de service…) sont chargés de noter les salariés selon deux grands critères :

  • Le « Quoi » : c’est le niveau global d’atteinte des objectifs fixés, mesurable à l’aide d’indicateurs.
  • Le « Comment » : il s’agit de noter le « comportement professionnel » du salarié.

En fonction du niveau obtenu dans chacun de ces deux critères, chaque salarié se voit ensuite positionné dans le « tableau à 9 cases » de l’évaluation :

Tous les tutoriels de l’entreprise concernant la « people review » précisent que cette « évaluation est importante pour la révision du salaire et l’évolution de la suite du parcours professionnel ». Le résultat de cette évaluation détermine en fait le niveau des augmentations de salaire et des primes individuelles (part variable) qui seront versées au mois d’avril suivant. Or la direction ajoute un troisième paramètre qui supplante tous les autres : les quotas de notation. C’est ce qu’elle appelle les « golden rules », les « règles d’or » de l’évaluation.

Cette année, les quotas de notation fixés par la direction sont les suivants :

  • Contribution insuffisante : 5% des salariés
  • Contribution partielle : 10% des salariés
  • Contribution forte : 55% des salariés
  • Contribution excellente : 20% des salariés
  • Contribution exceptionnelle : 10% des salariés

Chaque salarié ne sera donc pas noté selon le travail qu’il a effectué, mais il sera repositionné dans le « tableau à 9 cases » en fonction de ces quotas. Tous les membres d’un service ne pourront pas avoir le même niveau de contribution, ou se répartir dans deux ou trois cases du tableau. Leurs hiérarchiques directs devront discriminer les membres de leurs équipes, trouver absolument des collègues qui seraient moins bons ou meilleurs que les autres, même si la nature obligatoire de ce jugement le rend forcément arbitraire et artificiel. Ce sont des méthodes illégales et délétères.

Le « forced ranking » est illicite. La société Hewlett-Packard France (HPF) en a fait les frais. HPF a été définitivement condamné par la Cour de cassation en 2013 pour avoir effectué « la mise en œuvre d’un mode d’évaluation reposant sur la création de groupes affectés de quotas préétablis que les évaluateurs sont tenus de respecter » (voir le jugement de la Chambre sociale de la Cour de cassation n° 11-26539 du 27 mars 2013).

La direction oblige ainsi les managers de terrain à faire un « tri » dans leurs équipes. Ces quotas divisent, individualisent et opposent les salariés entre eux. Ils visent à les mettre en concurrence. Ils ont une effet psychologique énorme sur les salariés et un effet non moins important sur leur évolution salariale.

Le syndicat SUD appelle la direction à faire cesser cette pratique illicite et à enterrer définitivement tout processus qui définit et met en œuvre des quotas de notation dans l’entreprise.

Catégories
Automobile

SUD Renault Guyancourt / AubevoyeAvenant passage cadre : un chantage à la signature illégal

L’inspection du travail de Saint-Quentin-En-Yvelines vient de répondre à nos questions sur les ETAM dont l’emploi est classé F11 ou au-dessus dans la nouvelle classification de la Métallurgie.Dans le cadre de la nouvelle convention collective de la Métallurgie, la direction de Renault fait pression sur des techniciens qui occupent un emploi de cadre pour qu’ils signent un avenant leur imposant le passage au forfait jour et une extension de leur clause de mobilité. Les salariés qui refuseraient de signer cet avenant sont menacés de ne pas passer cadre, d’être déclassés ou de devoir changer de poste. L’inspection du travail saisie par SUD vient de confirmer que ce chantage est tout à fait illégal.

https://sudrenault.org/avenant-passage-cadre-un-chantage-a-la-signature-illegal

Catégories
Actu Solidaires 78 antiracisme Automobile Industrie Lecture Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Luttes migrant·es Podcast

“Des vies pour l’égalité, mémoires d’ouvriers immigrés” Podcast de la rencontre à La Nouvelle Réserve

Le mardi 10 octobre 2023, l’Union syndicale Solidaires 78 et Attac 78 Nord organisaient une rencontre à la librairie La Nouvelle Réserve autour du livre Des Vies pour l’égalité – mémoires d’ouvriers immigrés en présence des auteurs Vincent Gay & Abdallah Moubine.

Nous vous proposons ici l’enregistrement de cette rencontre.

Immigrés marocains arrivés en France à la fin des années 60 et au début des années 70, Abdellah Fraygui et Abdallah Moubine découvrent les usines françaises, le travail à la chaîne,

la répression contre les syndicalistes, le racisme… Mais également des opportunités pour revendiquer, se battre pour sa dignité, dans les usines et dans leurs quartiers.

Des vies de luttes qu’ils livrent ici dans un récit à deux voix. 

Vincent Gay est militant de la gauche radicale et collaborateur des éditions Syllepse.

https://www.syllepse.net/syllepse_images/produits/une-des-vies-pour-l-egalite.jpg?2

Librairie coopérative La Nouvelle Réserve, 5, rue du maréchal Foch, 78520 Limay

Tél : 09.72.48.11.55

Catégories
Accidents du travail Actu Solidaires 78 Automobile Collectivités territoriales Conditions de travail Dans les Yvelines, une classe en lutte... En grève ! Industrie Internationalisme Lecture Licenciements Palestine Revue de presse Transport

Dans les Yvelines, une classe en lutte, épisode n° 61

Une classe en lutte dans les Yvelines !


Petit tour d’horizon des mobilisations sociales dans le département… Liste forcément non-exhaustive, n’hésitez pas à nous transmettre vos infos à contact@solidaires78.org






Source : actu.fr

Source : actu.fr

Source : actu.fr

Source : actu.fr

Source : actu.fr

Source : actu.fr

Source : actu.fr
Catégories
Automobile

Renault – Activités sociales et culturelles : la grande tambouille

Avec les transferts vers Ampere et le démantèlement de Renault vient celui des CSE et de leurs Activités Sociales et Culturelles mises à disposition des salariés : subventions pour les vacances, arbre de Noël, médiathèque… Une grande tambouille dont des salariés feront les frais.

Les salariés Renault de Guyancourt et d’Aubevoye transférés chez Ampere Software Technology et Ampere sas en novembre 2023 vont-ils pouvoir continuer à bénéficier des Activités Sociales et Culturelles (ASC [1]) ? A quel CSE seront-ils rattachés ? Ces questions ont été l’objet d’une réunion extraordinaire du CSE de Renault Guyancourt/Aubevoye le 12 octobre 2023. Un sujet complexe, mais la réunion du CSE n’a duré qu’une heure. Celui-ci avait été préparé en amont en l’absence de plusieurs organisations syndicales, dont SUD, qui n’avaient pas été invitées à ces phases préparatoires.

Au final, les salariés de Guyancourt/Aubevoye transférés chez Ampere sas et Ampere Software & Technology (AST) continueront à bénéficier des Activités Sociales et Culturelles (ASC) du CSE de Renault Guyancourt/Aubevoye, au moins pendant une période transitoire fixée jusqu’aux prochaines élections CSE en 2024. A ceci près que les salariés transférés chez Ampere sas ne pourront plus bénéficier des Chèques Emploi Service Universels (CESU) et que de nombreux salariés de Lardy basculés sur le CSE de Guyancourt verront leur subvention vacances diminuée.

Tous les salariés de Lardy ne bénéficieront plus des mêmes ASC : 170 salariés qui restent Renault et 5 salariés transférés chez Ampere Software seront basculés sur le CSE de Guyancourt, tandis que 618 salariés qui passent chez Ampere sas resteront dans le CSE de Lardy. Celui-ci sera géré par une commission de transfert jusqu’aux prochaines élections CSE.

Or chaque CSE a des sources de financement, des moyens [2] et des politiques différentes (montant des subventions fixé en fonction du salaire, offre de prestations…). Ainsi la grille de subvention du CSE de Lardy est plus favorable aux bas salaires que celle de Guyancourt/Aubevoye. Pour SUD, c’est dans cette direction que les CSE doivent aller, dans une optique de justice sociale.

Des accords (conventions) seront passés entre les CSE de Renault Software Lab (qui devient Ampere Software Technology en novembre 2023) et de Guyancourt. Ils prévoient un partage des réserves et des biens du CSE de Guyancourt/Aubevoye entre ces deux entités, et le transfert d’une partie du budget des ASC d’Ampere Software Technology (AST) au CSE de Guyancourt selon un ratio correspondant à la masse salariale des salariés de Guyancourt transférés chez AST. Le problème est qu’aucun état des lieux des réserves financières et des biens (matériel, immobilier, patrimoine…) du CSE de Guyancourt n’est prévu à ce jour. Les salariés transférés chez Ampere sas restent quant à eux bénéficiaires des ASC du CSE de Guyancourt en tant qu’« anciens salariés » de Renault.

Au 1er novembre 2023, 170 salariés de Lardy et 418 de Cléon qui restent Renault sas seront également affectés à l’établissement de Renault Guyancourt/Aubevoye et aux Activité Sociales et Culturelles de ce CSE. Ils y perdront en termes de proximité.

Le grand démembrement

En novembre 2023, ce sont donc 6 568 salariés Renault qui vont passer chez Ampere. Si on y ajoute les 5 467 salariés d’Ampere Electricity (qui comprend les usines de Douai, Maubeuge et Ruitz), Ampere et ses filiales compteront alors 12 035 salariés.

Transfert des salariésGuyancourt-AubevoyeLardySoftware LabSiègeVSFCléonDouaiMaubeugeRuitzTotal
Ampere Software & Technology1052547146171591
Ampere sas1311648181022079
Ampere Cléon28982898
Electricity333817933365467
Total Ampere23636534716430173338179333612035
Total Renault sas [3]553117030055494189673
Total site7894823471300561334353338179333621708

Dans un second temps, la direction prévoit de constituer un CSE unique « Renault Ile-De-France » comprenant les salariés qui restent Renault. Ce CSE unique comprendra les salariés Renault de Guyancourt, du Siège (Plessis-Robinson et Boulogne-Billancourt), de Villiers-St-Frédéric et de Lardy, mais aussi d’Aubevoye situé dans l’Eure et de Cléon en Seine-Maritime.

Des élections professionnelles auront lieu en 2024 dans chacune des filiales d’Ampere et à Renault IDF. A l’issue de celles-ci, chaque CSE déterminera les modalités de fonctionnement de ses Activités Sociales et Culturelles. La grande tambouille ne fait que commencer.

Notes

[1] Les Activités Sociales et Culturelles (ASC) concernent les prestations mises en place par les Comités Sociaux et Économiques (CSE) pour les vacances, les activités sportives et culturelles et les loisirs des salariés et leur famille.

[2] Les Activités Sociales et Culturelles sont financées par l’employeur. Leur budget est fixé par un accord d’entreprise. Il est calculé selon un pourcentage (taux de subvention) de la masse salariale. Voici par exemple les taux et le montant des subventions actuelles (avant novembre 2023) des ASC de quelques établissements :

ÉtablissementTaux de subventionmontant du budget ASC 20222
Guyancourt2,12%13 656 021 €
Lardy2,07%1 095 965 €
RSL1,30%466 352 €
Siège2,37%6 978 087 €

[3] Ce tableau ne comprend pas les autres sites Renault non concernés par des transferts de salariés vers Ampere : Sandouville, Le Mans, Flins, Batilly, Dieppe…

Catégories
Automobile Idées, débats, cultures Industrie Lecture Les travailleur·euses n'ont pas de pays !

Mardi 10 octobre Limay 19h30 Rencontre dédicace , “Des vies pour l’égalité, mémoires d’ouvriers immigrés” à La Nouvelle Réserve

MARDI 10 OCTOBRE  2023   à 19H30  

À LA LIBRAIRIE La Nouvelle Réserve  – Limay 78

Entrée libre

RENCONTRE-DÉDICACE 

 “DES VIES POUR L’ÉGALITÉ – MÉMOIRES D’OUVRIERS IMMIGRÉS” 

En présence des auteurs Vincent Gay, Abdellah Fraygui & Abdallah Moubine 

Soirée organisée en partenariat avec SOLIDAIRES 78 & ATTAC 78 Nord

Immigrés marocains arrivés en France à la fin des années 60 et au début des années 70, Abdellah Fraygui et Abdallah Moubine découvrent les usines françaises, le travail à la chaîne,

la répression contre les syndicalistes, le racisme… Mais également des opportunités pour revendiquer, se battre pour sa dignité, dans les usines et dans leurs quartiers.

Des vies de luttes qu’ils livrent ici dans un récit à deux voix. 

Vincent Gay est militant de la gauche radicale et collaborateur des éditions Syllepse.

https://www.syllepse.net/syllepse_images/produits/une-des-vies-pour-l-egalite.jpg?2

Librairie coopérative La Nouvelle Réserve, 5, rue du maréchal Foch, 78520 Limay

Tél : 09.72.48.11.55



		
RSS
Follow by Email