Catégories
Automobile

À Renault, le pluralisme syndical est un sport de combat

SUD vient de gagner une première manche contre la direction et les syndicats centraux de Renault pour pouvoir figurer sur l’Intranet de l’entreprise. Le marathon judiciaire peut se poursuivre.

Le 25 aout 2021, le syndicat Sud Renault Guyancourt Aubevoye a porté plainte pour rupture d’égalité entre les syndicats en ce qui concerne leur apparition sur l’Intranet Renault. Cette démarche en justice a été déclenchée à la suite de la procédure massive d’inscription au télétravail sur l’Intranet Renault où chaque salarié pouvait (et peut toujours) consulter les sites syndicaux… sauf celui de SUD.

Le syndicat Sud Renault Guyancourt Aubevoye revendique le droit d’accéder, pour les besoins de sa communication syndicale, aux espaces de communication de l’ensemble de l’entreprise. SUD conteste en conséquence la légalité des dispositions de l’accord du 10 juin 2021 relatif « aux nouveaux modes de travail » réservant ce droit aux seules organisations syndicales représentatives au niveau de l’entreprise. SUD demande l’extension des dispositions de cet accord à tous les syndicats actifs chez Renault.

Une drôle de conception du pluralisme syndical

La direction de Renault a aussitôt contesté le droit pour SUD de figurer sur l’Intranet Renault.
Alors qu’on aurait pu s’attendre à un soutien de la CGT pour la défense du pluralisme et de la démocratie syndicale, la CGT Renault s’est déclaré hors de cause et a demandé au tribunal de condamner SUD à lui verser 2000 € de frais de justice.

Quant aux syndicats CFDT, CFE-CGC et FO, ils se sont unis et ont pris un avocat commun pour contester la légitimité de la demande de SUD et lui interdire toute apparition sur l’Intranet Renault. A la différence de la CGT, ces 3 syndicats n’ont toutefois pas demandé de condamner SUD à leur verser des frais de justice.

Extrait des conclusions de FO, CFDT et CFE-CGC

Une première victoire pour SUD

Pour éviter que l’affaire soit jugée, la direction et les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO de Renault ont en plus engagé une procédure dite « d’incident », soutenant que SUD avait dépassé de quelques jours le délai de deux mois pour déposer son assignation en justice.

Le tribunal judiciaire de Nanterre les a déboutés le 25 novembre 2022.

Le tribunal a condamné également Renault à verser à SUD 1500 € de frais de justice (article 700 du code de procédure civile) comme le demandait SUD.

A noter que SUD n’a pas demandé pas au tribunal de condamner les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO à lui verser des frais de justice (contrairement à ce qu’a fait la CGT contre SUD).

La procédure judiciaire peut donc continuer afin que l’affaire soit jugée sur le fond.

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile

L’EX SYNDICAT CGT PSA POISSY REJOINT SUD INDUSTRIE UN SIGNE FORT POUR LE SYNDICALISME DE LUTTE ET DÉMOCRATIQUE

Pas assez aligné, et trop combatif pour la direction de la CGT, le syndicat CGT de PSA Poissy a voté son affiliation à l’Union Fédérale SUD Industrie, lors du congrès extraordinaire le 11 décembre 2022.

La fédération CGT de la métallurgie pensait pouvoir briser et isoler le syndicat en multipliant les sales coups, mais c’est tout l’inverse qui s’est produit ce jour avec le changement d’affiliation du syndicat.

Le rapport de force nécessaire pour les batailles d’aujourd’hui et de demain nécessite de réaffirmer avec force et vigueur que l’outil syndical appartient à celles et ceux qui luttent, loin des dérives organisationnelles et bureaucratiques qui vont à l’encontre du progrès social que nous voulons.

Nous appelons toutes les équipes syndicales combatives du secteur, à s’unir pour travailler ensemble, mais également si elles le veulent, à rejoindre l’Union Fédérale SUD industrie pour que les principes démocratiques autour de valeurs communes avec une liberté d’action dans l’entreprise puissent rester vivants.

Cliquez ici pour lire l’intégrité du communiqué de presse du l’UFSI

Catégories
Automobile Conditions de travail

Vague de froid au Technocentre : ça va chauffer !

Les élus SUD ont signalé un Danger Grave et Imminent (DGI) en raison du froid qui règne dans de nombreux ateliers et bureaux du Technocentre, ce qui déclenché une enquête et un CSE extra. Mais pour la direction, comme pour la CFDT et la CFE-CGC, il était surtout urgent de lever ce DGI.

Danger Grave et Imminent (DGI) sur les conditions de travail lié aux températures insuffisantes au Technocentre.

Déclaration des élus SUD au CSE Renault Guyancourt/Aubevoye du 16/12/2022

Mercredi 14 décembre, les élus SUD au CSE ont signalé un Danger Grave et Imminent (DGI) estimant avoir un motif raisonnable de penser que la situation de travail représente un danger grave et imminent en raison du froid pour les salariés Renault et les sous-traitants qui travaillent au Technocentre.

Avec des températures de 8°C dans un lieu de restauration par exemple ou pour faire le ménage dans des bureaux et de 11°C dans un atelier, nous ne traitons pas d’un problème de « confort » comme l’affirme la direction.

Ce DGI fait suite à de nombreuses plaintes de salariés depuis la mise en place du plan sobriété énergétique (Renault veut dépasser l’objectif gouvernemental de 10% de réduction des consommations énergétiques en atteignant 12% voire 14%). A cela s’ajoute l’arrivée de l’hiver, les travaux du Re-TCR et les problèmes d’isolation des bâtiments.

Les élus SUD ont fait de nombreuses alertes dans la commission de proximité n°8 (exemple le 24/11) ou par des mails à la direction qui sont restés sans réponse (exemple les mails de Jerôme Thierry du 6 décembre sur le CRP ou de Christine Seigné du 12 décembre sur l’atelier Sellerie). Une meilleure considération des élus SUD par la direction aurait surement évité qu’on en vienne à ce DGI.

D’autre part, ces problèmes ne peuvent pas être traités dans les commissions de proximité ni en CSSCT, puisque ces instances ont expiré le 6 décembre à la suite des élections CSE et n’ont pas été renouvelées. Le CSE est donc la seule instance où l’on puisse traiter ce sujet.

Les salariés sont en droit d’exercer leur droit de retrait quand la température de leur bureau descend en dessous de 15°C selon la jurisprudence ou de 14°C dans les ateliers.

C’est d’ailleurs ce qu’ont fait des salariés de la Ruche qui sont retournés chez eux car la température certains jours dans les nouveaux flex-office ne leur permettait pas de travailler.

Nous tenons à remercier l’implication et la disponibilité des membres de la DISG qui nous accompagnés jeudi 15/12 lors de l’enquête. Leur professionnalisme n’est aucunement mis en doute.

L’enquête déclenchée par le DGI a montré que :

  • Le mécontentement des salariés sur leurs conditions de travail est grand et persiste.
  • Le maintien des températures à 19°C dans les bureaux et 16°C dans les ateliers, selon les objectifs fixés par la direction, est loin d’être atteint.
  • De nombreux travaux en atelier nécessitent une température supérieure à 16°C.
  • Les niveaux de température fluctuent selon les jours de semaine (par exemple dans les ateliers du Design, il y avait 12° ce lundi, 13° mardi, 14° mercredi et 15° jeudi), et y compris dans une même journée. Une prise ponctuelle de température à midi un jour ensoleillé comme celui où a eu lieu l’enquête déclenchée par le DGI n’est donc pas représentative.
  • De nombreuses zones du Technocentre sont d’autant plus difficiles à chauffer qu’il y a les travaux du Re-TCR et de gros problèmes d’isolation et de conception des bâtiments. 

Quelques-uns des problèmes relevés (liste non exhaustive) :

  • A l’entrée 1 du CRP (côté Peinture/Impression 3D), le rideau métallique qui permet le passage de camions reste ouvert et ne se ferme pas automatiquement. Il n’y a pas de sas. L’air froid s’engouffre dans le CRP, et le rideau d’air chaud fixé au-dessus de la porte est inefficace.
  • Au SAS 1 livraison du CRP, l’Algeco qui servait de bureau aux salariés de Vestalia a été enlevé. Depuis leur bureau est installé dans les courants d’air.
  • De nombreux bureaux ont été installés dans les ateliers du CRP, comme au bout de montage en face de la salle Caudron. A ces emplacements, il devrait faire 19°C et pas 16°C comme en atelier.
  • A la livraison 6 de la Ruche, le rideau métallique reste ouvert suite à une panne. Quant au rideau d’air chaud, il n’est pas fonctionnel.
  • Au labo CEM de la Ruche (connecteur 9B), l’enregistrement de température effectué variait encore de 11 à 15°C vendredi 16/12. Le Labo CEM n’est pas cloisonné jusqu’au plafond. Quand la porte livraison située juste à côté est ouverte, l’air froid pénètre dans l’atelier. De plus, la question d’un véritable lieu de stockage des packs batteries à côté du labo CEM a été posée depuis des mois pour éviter de stocker ceux-ci dans le passage des livraisons. Elle est toujours sans réponse.

Pour rappel, dans le plan d’actions de sobriété du gouvernement, les entreprises se sont engagées à « Diagnostiquer la performance des bâtiments et l’isolation des infrastructures. »

Les élus SUD demande le résultat de ce diagnostic, et que des actions soient menées pour résoudre les problèmes listés dans l’enquête.

Au vu des problèmes endurés ces dernières semaines, il y a de quoi être inquiet pour les semaines à venir.

Les élus SUD ont demandé :

  • La liste des secteurs qui travailleront semaines 51 et 52, ainsi que la semaine 1 de 2023.
  • Le nombre de salariés affectés à ces secteurs, et le nombre total de salariés présents sur site chaque jour de ces 3 semaines.
  • Températures : Un enregistrement quotidien et continu des températures dans les secteurs qui travailleront S51, S52 et S01, ou au moins une prise de température chaque jour à 7h, à 11h et à 16h.
  • PEI : Combien de salariés de la société PEI travailleront durant ces 3 semaines ? Quelle sera la température de leur lieu de travail, sachant qu’il n’est pas acceptable qu’ils travaillent dans des locaux à 8°C comme cela est prévu ?!
  • Salle Arago : IL faut assurer une température d’au moins 19°C dans la salle Arago les 20 et 21 décembre où est prévu une formation.
  • Chauffage d’appoint : La fourniture systématique de chauffage d’appoint en cas de problème technique ou de panne de chauffage.
  • 11800 : Une communication de la direction pour rappeler qu’il faut contacter le 11800 en cas de problème de chauffage. Si le problème n’est pas résolu, il faut garder le même numéro d’OT (ordre de Travail) pour escalader le problème. Cela dit, le problème est plus global et ne peut pas se résoudre uniquement par le 11800 en renvoyant la balle aux salariés.

Concernant la reprise d’activité à partir du 9 janvier, les élus SUD demandent une prise de température à 7h, à 11h et à 16h dans les différents bâtiments du Technocentre la semaine du 9 au 13 janvier 2023.

Tant que la direction n’a pas répondu à nos questions et levé nos craintes, les élus SUD considèrent que le Danger Grave et Imminent perdure.

Vote des nouveaux élus CSE sur le DGI

  • 8 POUR le DGI (SUD, SM-TE, CGT)
  • 26 CONTRE le DGI (CFE-CGC, CFDT)

Le DGI a donc été levé par les élus CFE-CGC et CFDT. Aux salariés de juger.

La direction prévoit de traiter ce sujet dans une instance où SUD ne sera pas présente au vu de ses résultats électoraux inférieurs à 10%.

Catégories
Automobile Écologie

Du véhicule électrique à l’usine à gaz


Lors du CSE extraordinaire du lundi 28 novembre, les élus ont posé de nombreuses questions sur le découpage entre Power et Ampere qui sont restées sans réponse. La direction reconnait que le projet n’est pas abouti, mais il faut quand-même foncer…

Télécharger le tract du 29 novembre 2022

Ampere, Power, Re-group… : un projet « pas abouti »

Lors du CSE extraordinaire du lundi 28 novembre, les élus ont posé de nombreuses questions, notamment sur le démantèlement de l’Ingénierie et des Fonctions Supports qui concernent notre établissement :

  • Quelles sont les responsabilités/tâches qui disparaissent ou diminuent dans l’organisation cible ?
  • Quels sont les postes supprimés, les volumes d’activité en jeu, analyse des transferts de charge ?
  • Description des principales étapes du transfert de compétences et des dossiers en cours ?
  • Quelles nouvelles compétences et dispositifs de formation à ces nouveaux postes sont prévus ?
  • Est-il envisagé des cas de mobilité et quel est leur plan d’accompagnement ?
  • Quels sont les postes maintenus et créés ? Quelles estimations d’évolution de la charge de travail ?
  • Quels acquis sociaux sont maintenus, disparaissent ou évoluent ?
  • Quelles sont les effectifs et les structures organisationnelles de Power et de Re-Group ? etc.…

Vous pouvez consultez la liste des questions SUD sur notre site

Beaucoup de questions sont restées sans réponse. La direction a reconnu que ce projet n’était « pas abouti ». Par exemple, les discussions sont en cours sur le transfert des contrats actuels de sous-traitance entre Power, Ampere ou Horse. Des salariés pourront être ni Power, ni Ampere mais « Re-Group », mais la direction ne sait dire ni qui ni combien… Plus on creuse, plus la future organisation se révèle complexe.

Ce que nous avons appris lors de ce CSE :

  • Power ne serait pas une entité juridique, mais aurait une « consolidation financière » dont les termes ne nous sont pas connus. Power aurait donc des objectifs financiers indépendants en concurrence avec ceux d’Ampere ou de Horse. Cette consolidation pourrait être un pas vers un statut juridique indépendant.
  • Le transfert des salariés vers Ampere sas et Ampere Sofware & Systems aurait lieu en septembre 2023, sans la signature d’un avenant mais par transfert automatique (application de l’article L1224-1 du code du travail). Les salariés recevraient juste un courrier pour le leur annoncer.
  • Les sièges sociaux d’Ampere seraient en France, mais pas forcément celui de la holding Ampere ListCo qui chapeautera les 4 sociétés Ampere (Ampere sas, Software & Systems et Cléon, Renault Electricity).
  • L’accord MTT (Horaire Variable) est toujours en vigueur sur l’établissement. Mais quid à Ampere ?
  • La direction n’envisage pas de CAR23, ni de renouveler pour l’instant les DA en 2023.

Un nouveau CSE aura lieu vendredi 2 décembre. Les élus devront voter pour ou contre « la création et les impacts d’une entité dédiée à l’électrique et au software »… sans connaitre l’étendue de ses impacts !

Pour avoir plus d’information sur les impacts de ce projet pour les salariés de l’établissement, SUD a proposé au vote des élus CSE une expertise.

Seuls 4 élus SUD, 3 élus SM-TE et 1 CGT ont voté POUR. L’élu FO s’est abstenu. Les 24 élus CFE/CGC et CFDT ont voté CONTRE en expliquant que l’expertise SECAFI faite en central suffisait et qu’un complément d’expertise en local n’apporterait rien de plus. Alors pourquoi avons-nous encore toutes ces questions ?

La direction veut mettre en œuvre son projet de démantèlement de l’établissement (et de Renault, en commençant par la vente de Horse) à marche forcée. Que ce soit sur le fond de ce projet ou sur la façon de le déployer, cela n’est pas acceptable. Les salariés ont leur mot à dire.

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile

Des élus supplémentaires pour SUD Renault au second tour

Au second tour, SUD améliore légèrement ses scores du 1er tour (+1,19%) et obtient 2 élus CSE titulaires et 2 élus suppléants. Merci à celles et ceux qui ont voté pour les listes SUD. Nous continuerons de défendre les droits, les emplois et les salaires de l’ensemble des salariés de l’établissement.

Élus SUD (de gauche à droite) :

  • 2ème collège :
    • Titulaires : Christian Morel et Stéphanie Boudier
    • Suppléants : Christine Seigné et Emmanuel Ringuet
  • 3ème collège :
    • Titulaire : Emmanuelle Cohen-Solal
    • Suppléante : Cécile Thomas Poignant
       

Résultat du 2ème tour des élections CSE du 5 et 6 décembre 2022

Résultats 1er collège titulaire :

  • CFDT : 54,55 % et 1 élu
  • FO : 9,09 % et 0 élu
  • SUD : 34,36 % et 0 élu

Résultats 1er collège suppléant :

  • CFDT : 54,55 % et 1 élu
  • FO : 9,09 % et 0 élu
  • SUD : 34,36 % et 0 élu

Résultats 2ème collège titulaire :

  • CFDT : 32,46 % et 3 élus
  • CGC : 20,47 % et 2 élus
  • CGT : 11,54 % et 1 élu
  • FO : 6,22 % et 0 élu
  • SM-TE : 10,55 % et 1 élu
  • SUD : 18,76 % et 2 élus

Résultats 2ème collège suppléant :

  • CFDT : 29,11 % et 3 élus
  • CGC : 19,89 % et 2 élus
  • CGT : 12,14 % et 1 élu
  • FO : 7,94 % et 0 élu
  • SM-TE : 11,31 % et 1 élu
  • SUD : 19,62 % et 2 élus

Résultats détaillés du second tour

Résultats 2ème tourInscritsVotantsBlancsExprimésCFDTCFE-CGCCGTFOSMTESUD
1er collègeTitulaireVoix94231221228
%24,47%1,06%23,40%54,55%9,09%36,36%
Elus100
SuppléantVoix94231221228
%24,47%1,06%23,40%54,55%9,09%36,36%
Elus100
2ème collègeTitulaireVoix2432113829110936022712869117208
écart 1er tour-19-33-26-26+10-4
%46,79%1,19%45,60%32,46%20,47%11,54%6,22%10,55%18,76%
écart 1er tour+1,06%-1,07%-1,22%-1,65%+1,69%+1,19%
Elus321012
SuppléantVoix2432113034109631921813387124215
écart 1er tour-17-34-24-24+16-13
%46,46%1,40%45,07%29,11%19,89%12,14%7,94%11,31%19,62%
écart 1er tour+0,99%-1,20%-1,00%-1,35%+2,28%+0,54%
Elus321012

Résultats globaux 1er et 2ème tour

Élus CSE titulaires :

  • CFDT : 12 élus
  • CGC : 14 élus
  • CGT : 2 élus
  • FO : 0 élu
  • SM-TE : 3 élus
  • SUD : 3 élus
     
Catégories
Automobile

« On est en train de tuer Renault »

Paroles de salariés. SUD procède à une enquête pour recueillir votre avis sur le projet de réorganisation et de scission Ampere/Power. Ce projet va avoir des impacts importants sur nos conditions de travail et hypothèque l’avenir de Renault, comme le montrent les premières réponses à cette enquête.

La plupart des salariés qui ont répondu pour l’instant à notre enquête sont opposés au démantèlement de Renault et de l’établissement en plusieurs entités (Power/Horse, Ampere sas, Ampere Software & Systèmes…), quelques-uns sont sans opinion. Voici quelques-uns des commentaires qui nous ont été adressés :

  • « Incompréhensible, mal préparé ; vente de renault à la découpe ! Quel avenir sombre ils nous préparent… »
  • « Quelle est la légitimité d’une Direction qui ne peut même pas justifier d’une ancienneté supérieure à 5 ans au sein du Groupe Renault ? C’est clairement inadmissible sans compter que ce top management risque de quitter le groupe dans moins de 3 ans pour aller remplir une autre mission pour un autre constructeur ! »
  • « La perte de la performance de Renault, plus de managers, moins d’économie d’échelle, moins de pouvoir des salariés : diviser pour régner. Dépassement rapide des entités. »
  • « Découper le groupe rend plus fragile chaque entité créée nouvellement. »
  • « On est en train de tuer Renault. »
  • « C’est la mort définitive du Renault FRANCE et de son Ingénierie après 125 ans. Les salariés vont être dans l’incapacité de travailler au quotidien avec leur collègues des autres entités (et bientôt processus-budget-ressources-statuts-outils divergents !!!). »
  • « Seulement une opération financière qui démantèle Renault. »
  • « Power rendu à l’état de sous-traitant auquel on fait appel… ou pas. »
  • « Salarié depuis 32 ans dans cette entreprise que j’aime : voila de nouvelles personnes qui viennent et qui détruisent tout au nom de la performance. On nous l’a déjà faite celle la : Et bizarrement le précèdent n’est plus considéré comme ayant fait les bons choix. Qui nous dit que pour ceux la, c’est pas la même chose…? En attendant on aura perdu notre notre âme, voire notre boulot. Eux en ont rien à faire : ils viennent tel des mercenaires, et repartent en empochant le pactole. Vraiment ras le bol de ce monde professionnel. »
     

Vous pouvez continuer à répondre à notre enquête Ampere/Power en cliquant ICI.

Catégories
Actu Solidaires 78 Automobile Idées, débats, cultures Luttes féministes

3 décembre – Rencontre avec Fabienne Lauret (St Quentin-en -Yvelines)

Rencontre avec Fabienne Lauret

Le 3 décembre 2022 à 15h00

Librairie Le Pavé du Canal

La librairie est ravie d’accueillir Fabienne Lauret pour une rencontre autour du roman graphique Une féministe révolutionnaire à l’atelier.

Rendez-vous le samedi 3 décembre 2022 en librairie !

Catégories
Automobile Industrie

Des voix pour SUD pour une autre voie

Profession de foi des candidates et des candidats SUD aux élections du Comité Social et Économique de Renault Guyancourt/Aubevoye/Vélizy du 21 au 23 novembre 2022.

Non au démantèlement de Renault

La fuite en avant pour réduire les coûts et récupérer du cash met en danger l’avenir de Renault et de ses salariés. La perte de compétences place Renault sous un seuil critique et nous met sous pression.
  • Ventes de Horse et du Technocentre, délocalisation dans l’Ingénierie/Tertiaire, réductions d’emplois… Faisons obstacle à cette casse sociale et industrielle par notre mobilisation individuelle et collective.
  • Le transfert des salariés de la maintenance des moyens d’essai de l’Ingénierie dans une autre société a suscité une forte mobilisation. Celle-ci a permis d’en réduire l’impact et d’empêcher d’autres transferts.
  • La stratégie de Luca De Meo et JD Senard interroge. La crise de l’Alliance n’en finit pas. Renault fait entrer Geely dans son capital alors que la concurrence et les tensions avec la Chine s’intensifient. Les délocalisations et le démantèlement de Renault déstabilisent les collectifs de travail et réduit ses capacités industrielles.
  • L’avenir des salariés qui travaillent en France sur des activités thermiques ou transverses est menacé. Le statut de ceux transférés dans Ampère n’est pas connu. Servons-nous du vote SUD pour montrer notre désaccord !

La transition écologique doit se faire pour et avec les salariés

Si notre modèle actuel doit absolument se transformer face aux enjeux environnementaux, cette mutation ne doit pas se faire au détriment des salariés du secteur automobile.
  • Face aux enjeux climatiques, il faut développer des moyens et des compétences en Ingénierie et embaucher.
  • La voiture électrique permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de polluants, mais elle est chère. La production d’électricité, la fabrication et la fin de vie des batteries posent toujours d’énormes problèmes.
  • Le thermique et l’hybride sont des savoir-faire à ne pas abandonner pour l’instant.
  • Diversifier nos activités permet de ne pas dépendre des aléas d’un seul secteur.
  • Le secteur automobile ne peut à lui seul résoudre tous les problèmes environnementaux. L’urgence climatique impose un changement de notre modèle de société, de ses modes de production, de consommation et de décision.

Des acquis sociaux à défendre et de nouveaux droits à conquérir

Avec la signature par la CFDT, la CFE/CGC et FO d’une nouvelle convention collective de la Métallurgie, la direction a pu mettre fin aux accords Renault et à 70 ans de conquêtes sociales. C’est le sombre bilan du syndicalisme d’accompagnement.
  • Un nouveau système de classification des emplois, impactant fortement notre évolution salariale et professionnelle, et des nouveaux accords d’entreprise vont voir le jour, rendant nécessaire de nouvelles résistances.
  • Il faut une Augmentation Générale des Salaires pour tous au moins du niveau de l’inflation, y compris pour les salariés en Dispense d’Activité dont les revenus stagnent, et une remise à niveau des salaires des femmes.
  • Pour arrêter de s’autofinancer, l’allocation télétravail doit prendre en compte les frais de chauffage, les indemnités kilométriques doivent être augmentées, l’avance des frais professionnels rétablie et le pool taxi réaligné.
  • Les bureaux partagés doivent être réaménagés pour réduire les nuisances sonores et les salariés qui le souhaitent doivent disposer d’un poste de travail nominatif.
  • Toute heure travaillée doit être payée ou récupérée. SUD a fait condamner Renault pour écrêtage illégal du compteur Horaire Variable des ETAM et absence de consultation par les Cadres de leurs heures de travail.
  • Le temps passé en télétravail doit être mieux encadré et la déconnexion ne pas être à la seule charge du salarié.

Des activités sociales et culturelles mieux partagées

La grille de subvention doit être réévaluée pour que tous les salariés, quels que soient leurs revenus et leur situation familiale, puissent partir en vacances, accéder aux sports, aux loisirs et à la culture à un coût abordable, y compris à Aubevoye.
  • Un « compteur subvention » doit permettre à chaque salarié de connaitre à tout moment le solde de sa subvention et d’utiliser celle-ci en totalité.
  • Le processus de subventionnement des vacances doit être simplifié pour que la totalité de la subvention allouée vienne se déduire de la facture du salarié, avec des conditions de subventionnement moins contraignantes.
     

Telles sont les actions prioritaires que les élus SUD mèneront avec vous !

Télécharger la profession de foi SUD

Des candidates et des candidats qui vous représentent

1er collège : Ouvriers et Techniciens Professionnels
Loïc ThibaultMohamed Cheikh
2ème collège : Employés, Techniciens et Agents de Maitrise (ETAM)
Christian MorelChristine SeignéEmmanuel RinguetStéphanie BoudierJérôme ThierryIsabelle Folliot
Jean-Jacques AndréAnne MartinonOlivier HuglinSiham RemiliSébastien CapelleCéline Bécaud
Olivier ChalumeauWilly HuaultOlivier AubierSimon Le GourvellecChristophe DelaineJérôme Rawyler
3ème collège : Ingénieurs et Cadres
Emmanuelle Cohen-SolalPascal LabbéCécile Thomas-PoignantStéphane GuillemetSylvie SanguiolPascal Bodin
David AllenicDelphine PetitjeanFabrice HeurtelOlivier LouisetFrançois GuérinDenis Mozzo
Pascal LauwersTin Tan Tai Hang
Catégories
Automobile Industrie

Renault – On sait ce qu’Ampere…

Le 8 novembre, Luca De Meo a annoncé le démantèlement de Renault et fixé des objectifs de marge opérationnelle à deux chiffres pour chaque nouvelle entité. Ce saucissonnage augure de nouvelles délocalisations et dégradations des conditions de travail dans l’Ingénierie et les Fonctions support.
Bien plus qu’une nouvelle réorganisation, c’est le démantèlement de Renault que Luca De Meo a annoncé dans sa conférence de presse du 8 novembre. Le contrat de travail de 2406 salariés Renault de notre établissement sera transféré dans Ampere grâce à l’article L1224-1 déjà utilisé en 2021 dans la Maintenance de l’Ingénierie. Chaque entité devra renégocier ses accords collectifs… à la baisse, comme son budget CSE.Cette « révolution » va recréer de la complexité, des silos voire des doublons, et mettre en concurrence les équipes du Technocentre et d’Aubevoye scindées en plusieurs entités juridiques. Comment dans chaque entité arbitrer ensuite les priorités, quel fournisseur choisir : à l’intérieur ou à l’extérieur du groupe… ?[…] La suite à lire ici https://sudrenault.org/on-sait-ce-qu-ampere

Power/Ampere : les élus SUD de Guyancourt et Aubevoye demandent une expertiseLe découpage de notre établissement en plusieurs entités juridiques aura d’importantes répercussions en termes organisationnels et de conditions de travail. C’est pourquoi les élus SUD souhaitent que le CSE fasse appel à un cabinet d’experts indépendants avant la mise en oeuvre de ce projet.https://sudrenault.org/power-ampere-les-elus-sud-de-guyancourt-aubevoye-demandent-une-expertise