Catégories
En grève ! La Poste Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Luttes migrant·es

Régularisation des postiers et de tout·e·s les sans-papiers !

Publié le 7 juillet 2022

Depuis plus de 8 mois des travailleurs de l’agence d’intérim RSI de Gennevilliers (92), de la plateforme colis DPD du Coudray-Montceaux (91) et de l’agence Chronopost d’Alfortville (94), ces deux dernières entreprises étant des filiales de La Poste, sont en grève pour leur régularisation. Pour continuer à mettre la pression sur la Poste (concernée par 2 des 3 piquets) et plus largement sur les employeurs et le gouvernement ainsi que pour soutenir financièrement la grève, Solidaires et Sud PTT lancent une campagne pour l’été.

2 novembre, 15 novembre et 2 décembre. Ce sont, respectivement, les dates de début de grève des travailleurs de l’agence d’intérim RSI de Gennevilliers (92), de la plateforme colis DPD du Coudray-Montceaux (91) et de l’agence Chronopost d’Alfortville (94), ces deux dernières entreprises étant des filiales de La Poste. Ces trois grèves ne forment en réalité qu’une lutte, les trois piquets participent ensemble à toutes les initiatives (rassemblements, manifestations…). Leur unité, leur détermination et leur courage face à l’adversité forcent le respect. Ils bravent des conditions climatiques allant du gel aux températures caniculaires, en passant par la pluie. Mais leurs adversaires principaux ne sont pas le soleil, le vent ou la pluie, mais l’État et le patronat.

L’État, rouage du système d’exploitation des travailleurs/euses sans-papiers…

En durcissant toujours plus les conditions de régularisation, en multipliant les contrôles policiers, en maintenant des centaines de milliers de personnes en situation de précarité et de fragilité, l’État les livre, en toute conscience, à l’exploitation la plus brutale. Or ces travailleuses et ces travailleurs fuient, au péril de leur vie, la misère et les guerres qui sont le fruit d’un système néo-colonial dont l’État français est un des piliers. La politique ultra-répressive en matière de séjour des étranger·e·s en France a des conséquences sur les conditions de travail et de salaires.

Concernant DPD et Chronopost, l’État se fait le complice actif de la surexploitation des travailleurs mise en place au sein du groupe La Poste, deuxième employeur de France. Il s’agit bien d’un véritable système, basé sur la sous-traitance en cascade, du donneur d’ordre aux agences d’intérim, en passant par des sous-traitants. La principale entreprise sous-traitante utilisée par La Poste est Derichebourg, une entreprise présente dans une multitude d’activités industrielles et de services et qui dégage plus de 3 millions d’euros de chiffre d’affaires. C’est cette entreprise qui emploie des travailleurs sans-papiers pour le compte de La Poste, au Coudray-Montceaux comme à Alfortville. Ou plutôt employait car, sous pression de la mobilisation, La Poste a résilié les contrats avec Derichebourg… mais uniquement dans les deux sites concernés par la grève, alors que nous savons fort bien que des cas similaires existent un peu partout ailleurs.

La préfecture de l’Essonne, depuis le début de la mobilisation a préféré discuter avec ces patrons voyous, leur déléguant même une partie de ses prérogatives (l’établissement de dossiers), plutôt que d’échanger avec les grévistes victimes de leurs combines. Dans le Val-de-Marne, la porte est close à double tour depuis des mois. Il n’est pas étonnant que cette complicité étatique bénéficie également au donneur d’ordre qu’est le groupe La Poste.

Le vrai visage du groupe La Poste

La Poste bénéficie (encore) d’une image d’entreprise de service public proche de la population, avec l’image d’Épinal du facteur ou de la factrice rendant de multiples services, notamment en milieu rural. Certes, l’image s’est écornée ces dernières années avec les suppressions d’emplois et de bureaux de poste qui s’enchaînent, dégradant à la fois le service public et les conditions de travail des agent·e·s. Les suicides et tentatives de suicide de postier·e·s depuis dix ans témoignent, de la manière la plus brutale qui soit, de cette dégradation.

Mais, plus on descend dans la chaîne de sous-traitance, plus le tableau se noircit. Philippe Wahl, le PDG de La Poste, ne s’en cache pas. Il déclarait ainsi, en février 2021 devant la Commission des finances de l’Assemblée nationale : « La cohabitation dans une structure de salariés du groupe et de sous-traitants est une façon de tenir la concurrence. Tel est le cas de Chronopost ou DPD. Si les conditions sociales des facteurs étaient transposées sur tous les salariés de Chronopost, cette société disparaîtrait. ». On pourrait aussi discuter du « modèle social » de La Poste maison-mère, mais, sous couvert d’une lutte contre la concurrence (encouragée par les patrons successifs de La Poste), c’est l’existence de conditions sociales au rabais qui est assumée. Or, au bout de cette chaîne, il y a l’exploitation sans vergogne de travailleurs/euses sans-papiers obligé·e·s de bosser avec des horaires de dingues, incompatibles avec l’usage des transports en commun, dont les heures supplémentaires (voire même une partie des heures tout court) ne sont pas payées et dont les missions sont interrompues dès qu’ils réclament leurs droits. Et ça, en revanche, la direction La Poste, ne l’assume pas publiquement. Elle n’a de cesse de nier tout lien entre ces travailleurs et le groupe. L’honnêteté patronale a des limites, le cynisme non.

Une lutte qui concerne tou·te·s les travailleurs/euses

Dernièrement, sur un chantier des Jeux Olympiques, un scandale sur l’exploitation des Sans-papiers a éclaté et a conduit à leur régularisation. Les grands groupes, Bouygues, Eiffage, Vinci ne sont jamais mis en cause. C’est toujours au bout d’une cascade de sous-traitance qu’on trouve les Sans-papiers… et, si ce n’est pas en travail au noir, c’est en intérim. Les grévistes de RSI à Gennevilliers sont ainsi tous intérimaires avec des contrats à la semaine et travaillaient sur des chantiers dans des conditions indignes.

L’enjeu de la lutte des travailleurs des trois piquets est très important !

→ ll est important pour leur dignité, l’égalité des droits et pour que justice leur soit rendue.

→ Il est important pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs sans-papiers dans le pays, dans un contexte où le poids grandissant de l’extrême-droite et son influence sur une large partie du spectre politique fragilisent encore plus leur situation.

→ Il est important pour l’ensemble du monde du travail, car quand les droits des plus précarisé·e·s progressent, ce sont les conditions de toutes et tous qui s’améliorent. Dans le cas inverse, tout le monde paie l’addition. Pour s’en convaincre, il suffit, en prenant l’exemple de La Poste, de noter par exemple que l’intérim explose littéralement (+ 132 % en deux ans !).

À La Poste et ailleurs, la solidarité doit s’exprimer le plus massivement possible, par tous les moyens nécessaires (militants, financiers, politiques…).


Défi de l’été : diffusons ce tract, collons des autocollants, soutenons cette lutte pour la régularisation des Postiers et de tou·te·s les sans-papiers devant tous les bureaux de Poste !

Pour les Chronopost : https://www.cotizup.com/sans-papiers-chrono-alfortvill,
ou envoi de chèques à Solidaires 94 ou Sud Poste 94
(Maison des syndicats 11/13 rue des Archives 94010 Créteil Cedex)
Cagnotte en ligne pour les DPD :
https://www.cotizup.com/sanspapiersdpd
Pour les RSI :
https://lydia-app.com/collect/48135-caisse-de-grave/fr

Catégories
En grève ! La Poste Luttes migrant·es

Soutenons les travailleurs grévistes sans-papiers RSI, DPD et Chronopost en lutte depuis 6 mois

Depuis fin octobre 2021, trois grèves de travailleurs sans-papiers ont démarré successivement. Ces derniers ont formé des piquets devant leurs entreprises : RSI, une société d’intérim, basée à Gennevilliers (92), DPD, filiale de La Poste pour le colis, au Coudray-Montceaux (91) et Chronopost à Alfortville (94), autre filiale colis de La Poste. Ils réclament leur régularisation auprès des préfectures qui, depuis, font la sourde oreille.

[…]

sans papier 1er mai
Catégories
La Poste

Réorganisation de Versailles : le CHSCT ne tient pas ses promesses, SUD PTT prend ses responsabilités

Malgré les promesses jusqu’aux tous derniers jours de plusieurs représentants du personnel au CHSCT de voter une expertise le 14 février dernier, il n’en a rien été. La multiplication des victoires en justice des CHSCT qui ont assigné la Poste pour faire respecter le délai de 24 mois entre 2 réorganisations aurait dû encourager d’en faire de même malgré les pressions de la direction. Il n’en a rien été. SUD a donc décidé d’assigner lui-même la Poste au tribunal judiciaire de Paris pour la contraindre à respecter ses propres textes. Nous faisons ici la démonstration que le syndicalisme de lutte que nous portons ne renonce jamais à faire respecter les droits et à tenter d’améliorer les conditions de travail des collègues malgré le comportement inacceptable et délictueux de la directrice d’établissement Madame Castellani et de son CODIR. Pressions et multiples procédures disciplinaires ouvertes à l’encontre des collègues, agressions physiques, verbales et harcèlement à l’encontre des représentants du syndicat ne nous font pas reculer. Madame Castellani doit cesser ses agissements délictueux et respecter les conditions de travail des collègues en renonçant au projet de réorganisation de la PDC de Versailles. L’audience se tiendra le 19 mai à 9h30.

Catégories
La Poste Répression

Non à la répression à La Poste

Le harcèlement organisé de la direction de l’établissement à l’encontre des représentants syndicaux doit cesser immédiatement !

Prise de parole de Georges

Il est intolérable que nous subissions des violences psychologiques et physiques de la part de la directrice d’Etablissement et de son équipe.

[Prise de parole de Vincent (secrétaire départemental du syndicat Sud PTT 78) le 6 avril avant le passage de Georges en entretien préalable]

Nous allons tout mettre en oeuvre pour faire cesser ce harcèlement, ces menaces, violences et pour stopper la réorganisation prévue sur la PDC de Versailles!

La direction doit abandonner toutes les procédures disciplinaires en cours!

Catégories
Actu Solidaires 78 La Poste

Réorganisation Aubergenville/Les Mureaux/Septeuil: la Poste en PLS

Le gros projet de la Poste sur les Yvelines de réorganiser les 3 PDC en supprimant des dizaines d’emplois et en fermant 2 des 3 sites tombe encore à l’eau. Pourtant prévue en mai 2021 à l’origine la Poste ne peut toujours pas mettre en place sa réorganisation.
La décision du tribunal de Paris est claire, elle donne raison à SUD Poste 78 et au CHSCT:

“Il s’ensuit que, à supposer que l’engagement que la société LA
POSTE reconnaît avoir pris dans les notes susvisées de 2012 à
2018 ait une durée déterminée prenant fin au 31 décembre 2020,
la réorganisation du 28 septembre 2020 s’y trouvait en tout état
de cause soumise, ce qui impliquait qu’aucune autre organisation
ne devait être opérée avant un délai de deux ans.
Il existe donc bien, du fait du non-respect par la société LA
POSTE de son engagement unilatéral, un trouble manifestement
illicite.
En conséquence, toute nouvelle organisation mise en place par
la société LA POSTE ne pourra intervenir avant le 28 septembre
2022 et il y a lieu de prévoir la suspension de la procédure et le
délai préfix de consultation du CHSCT jusqu’au 28 septembre
2022.”

“INTERDISONS à la S.A. LA POSTE de déployer son projet
d’évolution de l’organisation du site d’AUBER LA JOLIE avant
le 28 septembre 2022 et SUSPENDONS la procédure et le délai
préfix de consultation du CHSCT jusqu’au 28 septembre 2022″

En combinant mobilisation des collègues, travail du CHSCT et judiciaire il est encore tout à fait crédible de repousser la réorg sur une très longue partie de l’année 2023.

La Poste doit abandonner ce projet!

Catégories
En grève ! La Poste Les travailleur·euses n'ont pas de pays ! Poste / Télécom

12 avril – Rassemblement de soutien aux sans-papiers de DPD, Chronopost et RSI

Mardi 12 avril à 11h, nous nous rassemblerons devant le ministère du Travail, 127 rue de Grenelle à Paris, en soutien aux trois grèves de sans-papiers ayant lieu au DPD du Coudray-Montceaux (91), au Chronopost d’Alfortville (94) et à l’agence RSI de Gennevilliers (92).

Une délégation sera reçue.

Catégories
Actu Solidaires 78 La Poste Répression

À Versailles, la police intervient mitraillette en main pour sortir un facteur d’une salle de pause !

Vincent, secrétaire départemental de SUD POSTE 78, était en simple déplacement syndical sur le centre courrier de Versailles pour informer les postier.e.s du projet de suppression d’emplois et d’aggravation de la précarité et des conditions de travail des facteur.ice.s de la commune.

Une nouvelle fois, la direction de La Poste a tenté de museler son expression en employant l’artillerie lourde : pour interdire l’information légitime de Vincent aux agents sur le devenir de leurs métiers et de la manière dont La Poste compte continuer à dégrader le service postal de la distribution du courrier sur la commune, elle n’a pas trouvé d’autres moyens que d’appeler la police, qui l’a dégagé manu militari ainsi que d’autres collègues jusque dans la salle de pause, armes lourdes en bandoulière ! Un postier a même été menacé d’être conduit au poste de police pour non présentation de son identité pour avoir oser filmer ce qui se passait !

Vincent, secrétaire départemental du syndicat revient sur la vidéo de l’intervention de la police dans la PDC de Versailles hier. https://fb.watch/b3jforvwB2/

La Poste serait-elle devenue une zone de non-droit ?
Pour qu’un tel déploiement de force soit possible, il faut une bonne raison. Celle invoquée par La Poste a été qu’« un individu de 1m95 était présent sur le site » et que « cette personne n’est pas mandatée par une organisation syndicale ».

Notre camarade est pourtant parfaitement connu des services postaux des Yvelines et dûment mandaté par Sud PTT 78 pour exercer ses prérogatives syndicales.



La véritable raison, c’est la tentative, à Versailles comme ailleurs sur le territoire, de faire taire, quoiqu’il en coûte, toutes celles et ceux qui empêcheront La Poste de mettre en place ses projets de casse du service public postal, que ce soit sur l’accessibilité bancaire aux plus démunis ou de précarisation de l’ensemble des métiers du Groupe. Vincent est à nouveau convoqué en entretien préalable ce vendredi 11 février. Après 9 convocations en 6 ans à des conseils de disciplines pour des faits ayant trait directement à son activité syndicale, la Fédération SUD PTT soutient pleinement Vincent, l’ensemble des syndicalistes réprimés ainsi que celles et ceux qui luttent pour défendre une Poste au service du public, pas du fric.

Catégories
Actu Solidaires 78 La Poste Répression

Sud PTT : police avec mitraillette dans les bureaux de poste, militants syndicaux fichés, postiers rebelles licenciés… Conférence de presse le 14 février à Versailles


La Poste à la dérive !

Communiqué de Sud PTT 92


La Poste veut concurrencer Amazon et en adopte les méthodes.
Elle est prête à aller très loin pour se débarrasser de toutes les voix dissonantes : syndicalistes combatifs ou postiers qui ne sont tout simplement pas d’accord avec sa stratégie du profit maximum (700 millions versés aux actionnaires pour 2021 !).

Voir aussi ici


Quelques exemples saillants : la vidéo dune intervention de police mitraillette à la main dans les locaux et la salle de pause de la PDC de Versailles contre un syndicaliste :
https://www.youtube.com/watch?v=KlT_giBzblQ
https://twitter.com/gaelquirante/status/1491129428696776705?s=21
https://fb.watch/b4OccqFNyw/

La vidéo explicative des évènements ci-dessus de Vincent de SUD Poste 78 :
https://fb.watch/b4OqCbdTbr/
https://www.youtube.com/results?search_query=sud+poste+92

Les explications sur la photo de Xavier et Gaël, représentants SUD Poste 92 tombée de la poche d’un vigile posté à l’entrée du même bureau de poste :
https://www.facebook.com/1407940982847628/posts/275094094854761
8/
La Poste vient de licencier un postier non-syndiqué parce qu’il avait levé le poing et crié « résistance » à la fenêtre pour saluer une manifestation qui passait devant son bureau !
Elle s’apprête à révoquer de la fonction publique un fonctionnaire
militant CGT pour la première fois depuis 1951 en montant un
dossier de toute pièces contre lui :
https://fb.watch/b5DGSCjphA/
Un rassemblement aura lieu mardi 15 février à 12h au 100 rue
Maurice Arnoux à Montrouge, en présence de personnalités
comme Xavier Mathieu.
Un point presse aura lieu avec des postiers et syndicalistes d’un peu partout dans le pays pour exposer plus en détails la politique expéditive de La Poste :


Conférence de presse le 14 février à 11h Versailles, 50 rue Molière, devant le bureau de poste où la police est intervenue le 7 février avec mitraillette.

Catégories
Collectivités territoriales Éducation En grève ! La Poste Luttes migrant·es Seule la lutte paie !

Seule la lutte paie !


Victoires en série :

après Charles Péguy
et Rosa Parks,
2 postes récupérés
au lycée Nadar
De fortes mobilisations, soutenues par les préavis de grève et de rassemblement de SUD Éducation 91, avaient déjà permis d’obtenir récemment :
– un poste pérennisé au collège Charles Péguy
– un accord convenant aux deux parties au lycée Rosa Parks, avec obtention de la majorité des revendications.

Suite à ces victoires, la Région a pris au sérieux le préavis de grève posés par SUD Éducation 91 au lycée Nadar de Draveil : ce simple dépôt de préavis a suffi à obtenir les deux postes d’agent·es demandés !

SUD Éducation 91 se réjouit avec les personnels mobilisé·es de ces succès, et invite les collègues à suivre ces exemples partout où cela est utile.
Mardi 7/12 et après :
Soutenons les  grévistes sans-
papiers du DPD de Coudray
Depuis lundi 15 novembre, 70 travailleurs sans-papiers de DPD, filiale de La Poste pour le colis sont en grève. Certains sont employés via la boîte d’intérim de Derichebourg, sous-traitant de DPD.   Ils sont organisés dans le collectif de travailleurs sans-papiers de Vitry, et soutenus syndicalement par Solidaires 91 et et la fédération SUD PTT.

Ils occupent nuit et jour l’entrée du site DPD du Coudray-Montceaux en Essonne.
Ils demandent à La Poste et Derichebourg la délivrance des CERFA et des documents d’entreprise nécessaires à la régularisation. Ils demandent leur régularisation à la préfecture.

Le groupe La Poste, à travers différentes filiales comme DPD ou Chronoposte et via des cascades de sous-traitance, emploie massivement des travailleurs sans papiers sur tout le territoire, au point d’en faire un business model.

Tous ces travailleurs sans papiers s’occupent de la salle besogne de La Poste qui se livre à une véritable maltraitance : journées de 12h, heures supplémentaires imposées, mise en compétition poussant à l’épuisement.

Pour les soutenir vous pouvez: Faire un don sur la caisse de soutien https://www.cotizup.com/sanspapiersdpd Passer les voir sur le piquet (Croisement Chemin de Chevannes / rue du Bois de l’écu, Coudray-Montceaux) en leur apportant si possible des vêtements chauds ou de la nourriture qui se conserve (eau, pâtes, riz, conserves, gâteaux) Venir au rassemblement de soutien mardi 7/12 à 10h30 devant la poste de Corbeil (6 rue Feray)