Skip to content

Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale

Catégories
Agenda militant Culture Idées, débats, cultures

Du 7 au 30 juin : Ré-existence 3 – exposition aux réservoirs de Limay

Du 7 au 30 juin à l’Emap de Limay, 2 rue des réservoirs 78520.

Vernissage est le vendredi 7 juin à 18h30.

Le dossier de presse

Dossier de presse

Toute œuvre d’art est politique. Au printemps 2019, Erwan Keruzoré, artiste-ouvrier à Limay dans les Yvelines, organisait aux Réservoirs une exposition-manifeste intitulée « Ré-existence », dans laquelle quatre artistes engagés interrogeaient la place de l’art et de la création plastique dans les mouvements sociaux pré-Covid.

Cinq ans plus tard, la manifestation s’est muée en biennale. L’acte 3 de « Ré-existence » réunit un ensemble d’œuvres de Nicolas Daubanes, Olivier Garraud, Erwan Keruzoré, Manon Pretto et Cécile Tuloup.


L’art est envisagé comme une puissance d’insurrection, compris comme le lieu possible de la lutte des classes, un espace de contestation face à l’extrême-droitisation d’une société qui change de paradigme sous nos yeux en renversant ses propres valeurs. Face à un pouvoir occidental aux allures de faux-semblants démocratiques qui cachent en réalité de vraies valeurs
conservatrices prenant appui sur le sacro-saint diptyque capitalisme et patriarcat, les progressistes sont désormais suspects.

À la normalisation d’une extrême-droite hier encore persona non grata répond la criminalisation des mouvements de gauche, victimes et bourreaux s’inversent dans l’opinion publique, bien aidée par des médias appartenant désormais à une poignée de milliardaires, des chaines « d’information », redoutables outils de propagande au service de l’idéologie de leur propriétaire. Pour
ces artistes, pour qui l’art n’est pas dissociable de la société dans laquelle ils vivent, les techniques et le répertoire de la création plastique deviennent autant de moyens de contestation. Partant de ce postulat, l’exposition donne à voir des figures d’opposition à l’oppression néolibérale et patriarcale.
Guillaume Lasserre

Nicolas Daubanes

Nicolas Daubanes vit et travaille à Perpignan.
« J’investis des questions essentielles : la vie, la mort, la condition humaine et les formes sociales qui les façonnent. Dans mes derniers travaux, la vitesse, la fragilité, la porosité, l’aspect fantomal des images et des matières, transmettent la pression du passé au croisement de ce qui va advenir.
Mon travail s’inscrit dans la durée, il dessine un chemin, une trajectoire qui tend vers la recherche de la liberté, du dégagement de la contrainte.
Je tâche d’expérimenter l’intensité et la rigueur, je joue avec le danger, mental, visuel, physique, pour renforcer l’énergie créatrice et en transmettre la force. Je suis conduit par mon histoire, mes propres questions existentielles et par le choix
d’une adéquation permanente et subtile entre forme et contenu.»


Olivier Garraud

Olivier Garraud vit et travaille entre Nantes et Paris. Glaneur et observateur ironique de la société, Olivier Garraud revendique
le rapport analogique et low tech au monde qui l’entoure comme une façon narquoise de poser son regard sur celui-ci.
Volontiers grinçantes, ses productions participent du détournement généralisé de signes empruntés au réel ainsi qu’à une sphère médiatique et contemporaine.
Si un tel travail s’alimente en partie par l’usage élargi du crayon, celui-ci développe prismes et compilation d’icônes par le biais de séquences animées, d’installations mixtes ou d’accrochages
muraux.
Extrait du texte de Frédéric Emprou, Black atlas,
les effigies fantômes


Erwan Keruzoré

Erwan Keruzoré vit et travaille à Limay. Ouvrier et artiste autodidacte, il est la cheville ouvrière de ce projet initié en 2019, il était alors invité à exposer son travail plastique aux Réservoirs. Sensible à la pensée politique d’artistes tels que Maximilien
Luce, aux engagements politiques libertaires des artistes et intellectuels de la fin du 19e siècle à nos jours, et plus largement aux expressions dans l’art de la souffrance sociale, c’est sous le titre bannière « RÉ-EXISTENCE », qu’Erwan Keruzoré avait fait le choix de réunir plusieurs exposants inscrits dans les thématiques qui lui sont chères pour manifester un art engagé qui vise à dénoncer les formes plus ou moins insidieuses des violences et aliénations induites par la société. Le sujet n’est pas épuisé et ce troisième chapitre réunit aux Réservoirs cinq
artistes et un auteur.


Manon Pretto

Manon Pretto vit et travaille entre Clermont-Ferrand et Paris. Manon Pretto utilise les images et le numérique pour déconstruire et interroger les questions d’identités inhérentes à notre société actuelle. Puisant son inspiration sur le terrain, elle
s’intéresse aux relations sociales qu’entretiennent les individus entre eux, tout particulièrement les rapports d’autorité, d’oppression et de résistance.
Elle utilise de nombreux médiums allant de la vidéo à l’installation en passant par l’image et la performance.
Ses projets aux allures futuristes jouent avec les codes de la dystopie pour nous entraîner de façon affirmée dans un monde qui nous semble familier.
En pénétrant cet espace, le spectateur devient acteur et créateur de ce qu’il perçoit. Il ouvre un dialogue qui le pousse à s’interroger sur sa perception des images et au rapport qu’il entretient avec. Cette proximité accentuée du corps et de l’image qui finissent par se confondre ne nous laisse pas indifférente, provoquant une multitude de questions quant à ce qui nous façonne aujourd’hui.


Céline Tuloup

Céline Tuloup vit et travaille à Saint-Denis. «Empruntant de multiples formes (objet-sculpture, broderie, dessin, photographie, installation), mon univers artistique puise dans la psychanalyse et
questionne la sphère de l’intime. Il met en jeu les relations entre privé et public, mémoire individuelle et mémoire collective.
La broderie, prenant une part importante dans mes réalisations artistiques, se veut une référence à une activité domestique liée à l’histoire de la condition des femmes mais aussi à l’artisanat nécessitant un savoir-faire. Mon désir est à la fois de réactiver
cette pratique en l’inscrivant dans une recherche plastique contemporaine et de la déplacer en la confrontant à des questionnements traversant notre actualité.»


Les Réservoirs
2r. des réservoirs, 78520 Limay
01 30 98 69 02
01 34 97 27 03
lesreservoirs@ville-limay.fr

Accès: Autoroute A13 (Paris/Rouen) sortie 11 (Mantes est), direction Limay. ou Paris gare Saint-Lazare direction Mantes via Conflans, gare de Limay ou directs gare de Mantes la Jolie.

Entrée gratuite
le jeudi et le vendredi de 14h à 18h,
le samedi et le dimanche de 15h à 18h.
www.facebook.com/lesReservoirs www.ville-limay.fr

Catégories
Actu Solidaires 78 antifascisme Culture

Vendredi 2 février : soirée jeu Antifa !

Rendez-vous à partir de 19 h à la librairie La Nouvelle Réserve de Limay pour une soirée jeu avec La Horde

Entrée libre et gratuite !

Propos racistes, manifs homophobes, violences fascistes, ça suffit : contre l’extrême droite, à vous de jouer !

Avec quelques ami·es, vous décidez de monter un groupe antifasciste et de mettre en place des actions qui vont vous demander du temps, des moyens, et un peu d’organisation… Mais comme la vie est pleine d’imprévus, les choses ne se dérouleront pas toujours comme vous l’aviez espéré !

Réalisé par la Horde et édité par Libertalia, Antifa le jeu est un jeu de simulation et de gestion dans lequel vous faites vivre un groupe antifasciste local, dans lequel chaque joueur ou joueuse interprète un·e militant·e, avec des compétences particulières.

Initialement utilisé comme outil de formation pendant plus de deux ans, le jeu a finalement été édité en septembre 2021 par les éditions Libertalia. Le jeu a été épuisé en quelques mois, et il a été décidé de le rééditer : si le jeu est le même sur le fond, on en a profité pour le rendre plus simple, plus compact et moins cher.
Dans cette nouvelle édition, la façon de jouer a été simplifiée afin de rendre les parties plus rapides (de 90 minutes dans la première édition, on est passé à environ 30 minutes pour une partie), plus fluides et plus intuitives.

Les différentes phases de jeu sont identiques à celles de la première édition :
1) La mise en place : le groupe se constitue (chaque joueur et joueuse choisit d’incarner un·e militant·e), des événements (d’un niveau de difficulté variable) se sont produits ou vont avoir lieu, et des circonstances particulières viennent poser le cadre de la partie.
2) La réunion : le groupe décide sur quel événement il souhaite réagir et quelles actions organiser face aux événements.
3) La préparation : le groupe va préparer chaque action en utilisant des moyens militants ou matériels.
4) Les actions ont lieu, mais leur efficacité va être impactée par des imprévus, positifs ou négatifs, et par la météo si les actions ont lieu en extérieur.
5) On fait le bilan de chaque action : l’efficacité cumulée des actions prévues face à un événement doit être égale ou supérieure au niveau de difficulté de l’événement. Si c’est le cas, le moral du groupe s’améliorera ; en cas d’échec, le moral du groupe baissera. Il est également possible que des militant·es ou des sympathisant·es se fassent arrêter. Si un·e militant·e se fait arrêter deux fois, il ou elle passe en procès, et le groupe devra mettre en place un comité de soutien le mois suivant…

Le changement le plus important de cette nouvelle édition, c’est le remplacement des jetons par des cartes. Au début de la partie, les joueurs et joueuses prennent en main un paquet de cartes correspondant à ce que sait faire leur militant·e, ce qui leur permet de prendre en compte plus facilement les différents moyens mis à leur disposition. Les compétences spéciales des militant·es sont plus faciles à identifier, mais comme il existe 14 moyens militants et qu’on n’a en main que 12 cartes, cela signifie qu’il y a aussi deux choses que chaque militant·e ne sait pas faire !

La phase de préparation des actions se joue désormais en quatre tours : il n’y a plus besoin de gérer le temps, on part du principe que chaque tour correspond à une semaine, au cours de laquelle chaque militant·e va utiliser un moyen pour préparer une action.
À chaque tour, les joueurs et joueuses posent une carte de leur main (un « moyen militant ») et, s’iels le souhaitent, une carte « moyen matériel », mais en engageant la trésorerie du groupe. On pose ainsi les différentes cartes « moyen » sur le côté gauche des planches action, et c’est leur nombre qui permet de connaitre le niveau d’efficacité de chaque action.

Au fur et à mesure de l’existence du groupe (et donc des parties), les militant·es vont se retrouver dans des situations de plus en plus complexes, présentées dans différents scénarios en utilisant une sélection des cartes du jeu : une bande néonazie s’implante dans la région, votre ville tombe aux mains de l’extrême droite… Plusieurs options (dates anniversaires, motivations secrètes…) sont également proposées, afin de rendre la tâche des joueurs et joueuses plus ardue. Antifa le jeu est aussi un jeu participatif : vous pourrez ainsi imaginer des scénarios et les partager sur le site de La Horde !

La Horde

La Horde est un collectif antifasciste issu du réseau No Pasaran. Ses militant·es sont des compagnons de longue date des éditions Libertalia. Ensemble, en 2019, nous avions publié Antifa, de Bernd Langer, une histoire de l’antifascisme en Allemagne.

des mêmes auteur·ice·s
aux éditions Libertalia

Catégories
Culture Podcast

Podcast “Nos arpentages”

Le mouvement Peuple et Culture propose une série de Podcasts sur l’arpentage, une pratique d’éducation populaire que Solidaires 78 a également pratiqué.

À découvrir ici

La lecture collective qui a lieu lors d’un arpentage est pensée par Peuple et Culture comme une démarche féconde. Les arpenteur·euse·s sont invité·e·s à produire un montage, une restitution, une fiche de lecture… Tel est le point de départ de Nos arpentages, un podcast sous forme de conversation qui reprend là où l’arpentage s’est arrêté et qui tente d’approfondir de manière informelle les questionnements qui ont émergé lors des discussions. L’objectif est ainsi de valoriser la démarche en la faisant s’incarner à travers des personnes qui l’ont vécue.

Nos arpentages, c’est donc une occasion de réfléchir ensemble sur un livre et ses thématiques, sans jamais chercher à avoir le dernier mot. Mais c’est aussi, en réserve, un prétexte à réfléchir la démarche elle-même : comment nos expériences modèlent-elles la lecture collective ? À l’inverse, que fait l’intelligence collective sur nos vécus individuels ? Que retient-on d’un livre qu’on a lu partiellement ?

Tous nos épisodes sont disponibles gratuitement sur Soundcloud, Spotify et Anchor.

Podcast réalisé par Laura Safier et Marianne Mabit.

Épisode 1Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, sortie le 20 février 2023
Nous convions Sarah, avec qui nous avons arpenté Sorcières, la puissance invaincue des femmes pour évoquer ensemble les évolutions du féminisme, le décalage qui peut exister entre nos représentations et une situation objective, les cheveux blancs, ce qu’on ose verbaliser, l’importance de l’imaginaire et des contre-modèles, le botox, l’éco-féminisme et la tendance à l’essentialisation… et plein d’autres choses !

Ressources abordées dans l’épisode :
Maryse Condé, Moi, Tituba sorcière, 1986
Donna Harraway, Manifeste Cyborg, 1985
Rapport 2023 sur l’état du sexisme en France

Épisode bonus – L’arpentage hier et aujourd’hui avec Jean-Claude Lucien
Un épisode entre parenthèses pour mieux comprendre ce qu’est l’arpentage, grâce à son initiateur, Jean-Claude Lucien. Nous avons pu le questionner sur les origines et les évolutions de l’arpentage, entre apports théoriques et anecdotes.

Ressources abordées dans l’épisode :
Pour mieux comprendre les enjeux historiques de l’éducation populaire et la distinction entre éducation populaire et ouvrière : Éducation populaire : le tournant des années soixante-dix, de Geneviève Poujol
Les arpentages racontés : La Communauté des citoyens : sur l’idée moderne de nation, de Dominique Schnapper ; Les Prisons imaginaires, livre de gravures de Giovanni Battista Piranesi
Jean-Claude Lucien conseille également : le Manuel de l’animateur social, de Saul Alinsky.

Épisode 2Rester barbare, Louisa Yousfi, sortie le 20 avril 2023
Dans cet épisode, Marianne discute avec Hend et Kmar, de l’arpentage de Rester barbare (2022) de Louisa Yousfi, qui a eu lieu le 15 mars 2023. Elles reviennent sur leur expérience en tant que tunisiennes en France, sur l’intériorisation des dominations, la déconstruction et la colère, la violence légitime et celle qui ne l’est pas, le féminisme décolonial, l’influence de l’ouvrage sur leurs vies et leur volonté de ne plus s’excuser.

Ressources abordées dans l’épisode :
Sensible, de Nedjma Kacimi (2021)
Beaufs et barbares, de Houria Bouteldja (2023).
la poétesse égyptienne Nawal El Saadawi
Pédagogie des opprimés, de Paulo Freire (1968)
Épisode du podcast On peut plus rien dire « qu’est-ce qu’on attend pour ouvrir les frontières ? » (2021)
Cher connard de Virginie Despentes (2022)
Épisode du podcast Les Couilles sur la table « Masculinités noires » (2017)

Épisode 3L’Information est un bien public, Julia Cagé et Benoît Huet, sortie le 7 juin 2023
Dans cet épisode, Marianne est en conversation avec une autre Marianne à propos de l’arpentage de l’essai L’information est un bien public, de Julia Cagé et Benoît Huet, qui a eu lieu le 12 avril dernier. Elles reviennent sur le statut particulier de l’information, la place de l’État ou du privé dans son modèle de financement, le combat jamais gagné pour la liberté de la presse et les garde-fous qui garantissent son indépendance. Un média de presse doit-il être rentable ? En quoi cela influe-t-il sur la qualité de l’information ? Quelle est la part de responsabilité du citoyen dans ce combat ? Et celle des grandes entreprises ? Quel parallèle avec le statut associatif ?

Ressources abordées dans l’épisode :
Une histoire des libertés associatives : de 1791 à nos jours (2022), de Jean-Baptiste Jobard
Le Rapport de l’observatoire citoyen de la marchandisation des associations : « Marchandisation et financiarisation des associations. Décryptage d’un processus » (2023)
She said, de Maria Schrader (2022)

Catégories
Conditions de travail Culture Ressources juridiques Secteur associatif

Sauvegardons nos salaires avec Asso-Solidaires dans la branche animation

Les métiers de l’animation sont souvent précaires et mal payés. Pourtant, Hexopée (ex Cnea), le syndicat des employeurs de la branche animation (récemment rebaptisée Éclat), trouve que nous sommes encore trop payé.es. Il a donc récemment engagé une réforme à la baisse de l’évolution des salaires dans la branche au cours de la carrière. C’est l’avenant 182 à la convention collective.

Pour nous défendre, Asso-Solidaires vous propose une série d’articles décryptant cet avenant 182 et vous expliquant comment maintenir et augmenter nos salaires. Nous les publierons au fur et à mesure sur cette page : revenez la visiter souvent ! Si vous souhaitez mieux comprendre et réagir n’hésitez pas à contacter la commission branche animation d’Asso-Solidaires : brancheanimation@syndicat-asso.fr .

Le triste paradoxe d’une initiative censée favoriser les bas salaires qui conduit à casser les garanties collectives dans la branche et à individualiser les salaires

L’avenant 182 constitue une régression dans l’évolution des salaires des salarié·e·s de la branche animation au cours de leur carrière. Il remplace le dispositif de déroulement de carrière existant par une individualisation des salaires en instaurant des entretiens pouvant donner lieu à des primes au mérite déguisées en « valorisation du fait du renforcement de la maîtrise professionnelle de son poste au sein de la structure par le·la salarié·e ». Un triste paradoxe dans cet avenant est qu’à l’origine, l’idée était d’ouvrir un chantier autour des bas salaires dans la branche, qui semblait être un engagement du CNEA (Hexopée aujourd’hui, syndicat employeur dans la branche).

LIRE +

Les tours de passe-passe du CNEA (HEXOPEE)

Pour qui est salarié·e sous le régime de la convention collective ECLAT (ex. Animation) depuis longtemps, constater les dégradations de son système de rémunération (ancienneté et déroulement de carrière) par le syndicat employeur (CNEA, tout récemment renommé Hexopée) avec l’accompagnement de certaines organisations syndicales n’est pas une illusion.

LIRE +

Résister à l’avenant 182 en concluant des accords
d’entreprises plus favorables

La modification des salaires avec l’avenant 182, contient de multiples régressions, et de maigres contreparties. Avec la vigilance des salarié·e·s et de leurs représentant·e·s, dans les négociations, nous pourrons nous appuyer sur ces quelques avancées. Et n’oublions pas que la convention collective constitue un plancher et pas un plafond, il est donc possible de négocier plus dans son association !

LIRE +

Avenant 182 : une double sanction pour les salaires des femmes

La suppression du dispositif d’évolution de carrière aura un impact massif à long terme sur les salaires dans la branche. Cela impactera donc les salaires moyens des femmes ainsi que la retraite moyenne de celles-ci, alors que les retraites des femmes sont déjà en moyenne inférieure de 415€ à celle des hommes (INSEE, 2017). A l’inverse, une augmentation des salaires dans la branche, majoritairement féminine, aurait conduit à une réduction de l’inégalité de salaire moyen entre les femmes et les hommes dans la société. Les choix et accords conclus aujourd’hui auront, demain, un impact sur la vision que la société a des emplois féminins et des femmes en général !

LIRE +

Pendant que l’avenant 182 détricote les salaires dans la branche Eclat-Animation, un rapport parlementaire tire la sonnette d’alarme

François Ruffin, député de la 1ère circonscription de la Somme (La France Insoumise), et Bruno Bonnell, député de la 6e circonscription du Rhône (La République En Marche), ont conduit depuis fin2019 une mission parlementaire d’information sur « les métiers du lien » dont le Rapport final a été présenté au Parlement en juin 2020. Parmi ces « métiers du lien » figure celui des « animatrices périscolaires ». Ce métier, bien que jugé essentiel pour le développement éducatif des enfants demeure la·mission « parent pauvre » du maillage éducatif. Les salaires stagnent à un très bas niveau (580€ mensuels nets en moyenne).

LIRE +

Décrypter le discours d’Hexopée et des syndicats complaisant

Les signataires de cet avenant 182 font évidemment valoir leurs arguments. Mais notre opposition n’est pas une posture. Nous vous proposons dans le document ci-dessous de décrypter la justification de la mise en place de ce nouveau système de calcul des évolutions de carrière.

LIRE +

La régression sociale et salariale est masquée par la complexité technique

Dans le système actuel, différents mécanismes de rémunération
coexistent afin de faire progresser les salaires des salarié·e·s lors de leurs
carrières. Ces différents systèmes sont notamment l’ancienneté et le
déroulement de carrière. Leurs objectifs sont de valoriser l’expérience
acquise par les salarié·e·s lors de leurs carrières sans introduire de biais
subjectifs liés aux relations avec l’employeur·se.

LIRE +

Catégories
Conditions de travail Culture

Sans emploi mais pas sans salaire !

SUD Culture Solidaires

Les allocataires du RSA, désormais rattachés à cette nouvelle institution, verront le versement du RSA (608 €) conditionné à 15 heures de travail gratuit par semaine, de « stage en entreprise » et d’accompagnement vers un hypothétique retour à l’emploi.

Cette mesure pourrait s’étendre à tous·tes les demandeur·euse·s d’emploi ainsi qu’aux jeunes inscrits dans les Missions locales et aux personnes en situation de handicap. Tou.tes auront l’obligation de signer un « contrat d’engagement « qui fera la part belle aux devoirs au détriment des droits. France travail va permettre la généralisation du contrôle de tou.tes les privé·es d’emploi pour les forcer à travailler dans les secteurs dits « en tension » – dont la liste s’allonge sans fn – sous peine de se voir supprimer leurs revenus de remplacement ou allocations de survie que sont les minima sociaux.

D’autre part, les dispositifs de surveillance et de contrôle déjà à l’œuvre tendent à s’implanter massivement, tout en permettant l’ouverture d’un marché aux entreprises de conseil, elles- aussi largement sollicitées par Pôle Emploi aujourd’hui.

Par ailleurs, la nouvelle convention d’assurance chômage doit être fnalisée avant la fn 2023. Des « négociations » sont en cours à la fois concernant le régime général ainsi que les annexes 8 et 10 spécifques aux intermittent·e·s du spectacle. Le gouvernement impose 12 milliards d’€ d’économies sur 3 ans sur le fonds de l’UNEDIC pour entre autres fnancer France Travail.

Un grand nombre de secteurs dépendant de subventions publiques sont déjà fortement impactés (santé, culture, éducation, social…). L’ensemble des conditions de travail en sont dégradées, entraînant le départ d’un très grand nombre de travailleurs et travailleuses.

Poussé·e·s ainsi vers un chômage diminué, dans l’incapacité de retrouver un poste qui réponde à des conditions décentes d’emploi, ou vers le RSA, car dans l’impossibilité d’ouvrir des droits suite aux dernières contre-réformes. Ces dernières, additionnées à la création de France Travail, aggraveront profondément la situation économique d’un grand nombre de travailleurs et de précaires. En clair le projet de loi « Plein emploi » sera bel et bien celui du plein emploi précaire, tel que l’a rêvé le MEDEF.

Nous refusons toutes mesures d’économie impactant les travailleurs et travailleuses, déjà en souffrance et en grande précarité, qui visent à casser nos droits sociaux.

Nous revendiquons :

  • L’abrogation de toutes les dernières contre-réformes chômage ayant détérioré les droits des travailleurs et travailleuses (avec ou sans-emploi)
  • Des indemnités chômage pour tou·te·s les sans-emploi avec ou sans papiers et dès 18 ans (au minimum du SMIC) mais aussi pour les travailleur/euses qui perdent leur emploi, la continuité de leurs salaires pour une durée minimale de 36 mois, quelle que soit la durée d’emploi et la durée de cotisations préalables.
  • La suppression du conditionnement du RSA et son augmentation pour l’ensemble des territoires et son extension pour les 18-25 ans en guise de 1er pas…
  • L’arrêt des suppressions de cotisations sociales, qui mettent à mal les caisses de l’Unédic et de la Sécurité sociale (20 milliards / an et 80 milliards d’€ en 2021 année du Covid) et l’augmentation de la part patronale.
  • L’arrêt des contrôles, pressions et persécutions sur les chômeur·se·s et les allocataires du RSA
    Le contrôle et la gestion totale de l’assurance chômage par les 1ers concerné·e·s, les travailleur·euse·s avec ou sans emplois
  • Une solidarité vis-à-vis des travailleur-euses de Pôle Emploi face à son démantèlement.
Catégories
Culture

Incroyable: le maire de Saint-Denis veut expulser la troupe de théâtre Jolie Môme !

Communiqué n°4 : Lettre ouverte au Maire de Saint-Denis

Pourquoi dissoudre un lieu de vie, de réflexion, d’humanité, de culture, de lien social ?
Monsieur le Maire de Saint-Denis, vous nous l’avez dit : « le cœur du problème entre nous est politique ».
Votre décision est prise, ah quelle surprise ! Nous ne vous convenons pas…Au cours du dernier « jury » auquel nous avons été convoqués dans le cadre de l’appel à projets concernant La Belle Étoile, vous nous avez dit que vous pensiez qu’un théâtre ne devait pas accueillir de conférence, de débat, de politique, qu’un théâtre devait être uniquement un espace de spectacle et de fête.

Nous ne vous ferons pas l’affront de vous rappeler la fonction éminemment cathartique du théâtre… oh, mince, désolés, nous sommes en train de le faire.. ! 

Bref, nous ne vous cachons pas que nous avons été stupéfiés par cette déclaration en ces temps où l’opinion publique et les politiques s’accordent à exiger et à défendre bec et ongles la liberté d’expression, à l’heure où tout un chacun a besoin de communiquer, d’échanger, de comprendre, de se rassurer…

Notre stupéfaction a été à son comble lorsque vous nous avez reproché d’avoir accueilli la soirée de soutien à Gaza organisée par Paroles d’Honneur. « Avec cette soirée, avez-vous dit- vous étiez carrément hors des clous ! »
Avons-nous mal compris ? Si ce n’est pas le cas, on peut apprécier votre franchise mais permettez-nous en retour de l’être tout autant et à propos de la  pertinence de l’organisation de cette soirée c’est plutôt vous qui seriez « hors des clous »… Inutile de vous faire l’offense de vous expliquer pourquoi. Le cahier des charges établi à notre arrivée, dans la confiance et la bienveillance avec l’ancienne municipalité, était avant tout de transformer cette salle des fêtes désaffectée en un théâtre accueillant et de le faire vivre comme un lieu de rencontre et d’échange.
Notre conception artistique et philosophique de ce que doit être un théâtre inséré dans un quartier ne vient pas de nulle part, de nombreux spécialistes de la fonction sociale des arts vivants, de nombreuses troupes -pour certaines reconnues mondialement- considèrent qu’un théâtre se doit d’être un lieu de vie, d’échanges, de réflexion aussi bien qu’un espace de production de spectacles, offrant par sa seule présence un espace de circulation des idées, une ouverture sur le monde. 
C’est ce que nous avons réalisé pendant 19 années. Pensez-vous pouvoir réduire à néant la mémoire de ce travail sur le quartier, la ville ?

Enfin, tout cela pour dire qu’il nous semble urgent que nous nous rencontrions pour débattre sereinement et de manière moins formelle que dans le cadre d’un « jury » et en regrettant que vous ne réalisiez pas que laisser notre compagnie continuer son travail aurait été une preuve de clairvoyance et de discernement inspirant le respect.

Avec cette lettre ouverte nous vous invitons à nous recevoir au plus vite. En effet, par votre décision, non seulement vous privez tous les participants de nos ateliers des activités qu’ils pratiquent avec passion, mais surtout vous mettez en péril une douzaine de salariés -privés de leur outil de travail, ainsi que ceux des compagnies auprès desquelles nous nous sommes engagés jusqu’au mois de juin 2024.
En particulier, qu’adviendra-t-il de la Compagnie Tamèrantong! avec laquelle nous avons une convention tripartite ? Nous espérons donc au minimum vous convaincre de nous laisser finir cette saison 2023/2024, et par là-même nous laisser le temps de trouver une autre terre d’accueil, de déménager notre matériel et d’assurer nos contrats et la programmation prévue.

 Cordialement 
Compagnie Jolie Môme

RSS
Follow by Email