Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

#Blanquerment – Le ministre zappe les prof’docs et l’éducation aux médias

« Vous conduisez un travail indispensable auprès des élèves » dit le ministre aux professeurs-documentalistes, dans un message envoyé le 04 mars dernier. A Sud-éducation, nous en sommes tous/toutes convaincu·es mais nous ne nous satisfaisons pas de belles déclarations. Car, si le ministre tente d’amadouer les prof’docs par ces paroles lénifiantes, en leur annonçant qu’il augmente royalement leur indemnité de sujétions particulières de 233 € (par an !!!!), ses propos cachent des actes moins glorieux.
Parce que cette indemnité reste nettement inférieure à l’ISOE (Indemnité de suivi et d’orientation des élèves) accordée à tous les autres enseignants. Pourtant, les professeur·es-documentalistes contribuent aussi à l’accompagnement pédagogique et à l’orientation des élèves. D’ailleurs, le ministre le reconnaît dans son message, mais se garde bien d’aligner l’indemnisation des prof’docs sur celle des autres professeur·es. DISCRIMINATION
Le ministre ne dit pas un mot de la prime d’équipement informatique dont sont exclu·es les professeur·es-documentalistes, alors qu’ils et elles utilisent autant leur ordinateur personnel que les autres enseignant·es. Si, à Sud éducation 78, nous dénonçons toute forme de primes parce qu’elles masquent l’insuffisance de nos salaires, nous dénonçons également leur inégale répartition entre les personnels quand elles existent. DISCRIMINATION !
Le ministre ne dit pas un mot de l’Education aux médias et à l’information, première mission des professeur·es-documentalistes. Comme s’il voulait la gommer de la circulaire du 28 mars 2017 (qui fixe les missions des prof’docs). Alors que les discours officiels promettent de développer cette EMI pour lutter contre l’obscurantisme, l’Education nationale la fait en réalité reposer sur la seule bonne volonté des enseignant·es. La réalité est celle-ci : tou·tes les profs sont censé·es faire de l’EMI, mais elles et ils ont d’autres programmes à boucler, et une infime minorité d’élèves en bénéficie. Le ministre trompe les familles et minimise le rôle des prof’docs dans cette mission. TROMPERIE !
Rappelons enfin que 86 % des prof’docs sont des femmes. Ainsi, en instaurant une telle différence de traitement, le ministère accentue encore les inégalités entre les femmes et les hommes au sein même de l’Education nationale, ce contre quoi Sud éducation 78 ne cessera de lutter. DISCRIMINATION !
Syndicat intercatégoriel, féministe et égalitaire, Sud-éducation refuse cette discrimination. Nous demandons l’égalité de traitement pour tou·tes les enseignant·es !

Sud éducation 78, le 24 mars 2021

Pour tout contact : 06 71 48 60 88 | sudeducation78ouvaton.org
Permanence d’accueil syndical dans le Mantois :
Tous les mardis de 16 à 18 heures,
(Librairie La Nouvelle Réserve – Limay)

Please follow and like us: