Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Revue de presse

Solidaires 78 à LFM-Radio pour la défense des libertés…

Présentation : Cette semaine dans “On en parle” nous avons abordé la question du contexte sanitaire et des libertés individuelles.

En effet la mise en place d’un état d’urgence sanitaire par le gouvernement a conduit à une restriction des libertés publiques. Les libertés individuelles de mouvement, de rassemblement ou de manifestation… autant de principes fondateurs que les mesures inédites de confinement ont restreints au nom de la sécurité sanitaire collective.

Si le besoin de restreindre temporairement certaines libertés est unanime et peu contesté le manque de contrôle des certaines mesures gouvernementales, interroge et est souvent pointé du doigt. La crise sanitaire crée-t-elle une culture de restrictions des libertés ? Doit-on limiter les libertés individuelles des citoyens afin que les mesures de confinement soient efficaces ? Sommes-nous en train de renoncer à nos libertés ?

C’est pour répondre à ces questions que nous recevons aujourd’hui Alain Boudou, président de la section yvelinoise de la ligue des droits de l’homme Freddy Bruneel de l’Union syndicale Solidaires des Yvelines et Gérard Reix de la Libre Pensée des Yvelines.

Retrouvez l’émission en intégralité via le podcast.

Bonne écoute !

ON EN PARLE, une émission présentée par Jesus ZOUMARA tous les jeudis de 11h00 à 11h45 sur le 95.5 FM et lfm-radio.com via le player.

Texte de l’intervention de Solidaires 78 au rassemblement du 16 janvier à Mantes-la-Jolie

Sécurité globale, retrait total !

Nous rappelons cette scène, celle de l’arrestation collective scandaleuse qui a fait le tour du monde :ce petit reportage, peu glorieux pour les forces de l’ordre, qui a pourtant été réalisé par un agent porteur de l’autorité publique, sans doute très fier de ce coup de filet de 151 adolescent.es et enfants (certains et certaines n’avaient que 13 ans à peine), mis à genoux, [certain.es]certain.es face à un mur. Il va même, ce pandore, jusqu’à faire un live avec des commentaires acerbes, se sentant à son avantage de par ce fait d’armes, où il se met en scène sur les réseaux sociaux…Et oui, c’est arrivé sur les Yvelines, à Mantes la Jolie ce fameux jeudi 6 décembre 2018.

C’était alors une vaste répression sur toute la France, particulièrement féroce, et qui visait les lycéens et lycéennes, le monde de la jeunesse qui contestait les réformes Blanquer et Vidal. La manière dont ces élèves ont été humilié.es est tout simplement révoltante… Selon les témoignages recueillis, plusieurs procédures légales n’ont pas été respectées, en particulier celles concernant la protection des mineur.es (présence d’avocats, de médecins etc…)Mais les propos et les pratiques de ce policier étaient sans doute une synthèse de ce que veut ce gouvernement pour notre société : museler la jeunesse, lui formater l’esprit au consentement, à la docilité, quitte à remettre en place aujourd’hui un très coûteux Service National Universel, chercher à briser toute velléité émancipatrice de futur.es citoyen.iennes.

Ce policier trop zélé disait notamment « voilà une classe qui se tient bien sage… » et cette funeste opération qui se voulait discrète, a scandalisé l’opinion.Parce qu’aujourd’hui, ce qui est global est la politique de ce gouvernement qui n’a de cesse de légiférer pour créer sa propre vision de la société, celle de ceux qui veulent imposer l’arbitraire total partout.Celle de dirigeants.es qui matent violemment la population qui ne supportant plus leur politique de régression, anti-sociale, cette population osant le revendiquer, ce qui est ressenti par ce pouvoir comme un crime de lèse-majesté…

Un régime au pouvoir qui pourrait facilement basculer vers l’autoritaire, l’autoritarisme, puisque les mesures envisagées (projet de loi « Sécurité Globale », le Schéma national de maintien de l’ordre, le fichage et le traçage de toute la population par décrets…), préparent le terrain législatif pour que la société reste « bien sage ». Des lois et des projets de lois qui confirment le paradigme imaginé par Macron, basé sur la répression, la contrainte et la permanence de la contrainte.Parce qu’il faut le rappeler, cette répression existe depuis des années  :  souvenons-nous des manifestations contre les lois de  la réforme du travail, réprimées et violentées dès le gouvernement Hollande.

Les militant.es de la liberté sont perpétuellement sous le joug d’armes, comme les LBD, de menaces incessantes en manifestation, des menaces de répression, de flicage, de traçage et de fichage.

Manifester son opinion deviendrait répréhensible et contester le pouvoir en place reviendrait à enfreindre ces lois liberticides.La permanence de la surveillance accompagne déjà notre quotidien. Avec ces dernières mesures du gouvernement, tous nos faits et gestes, “nos habitudes de vie” (comme c’est écrit textuellement dans les récents décrets) pourront être récoltés, pour sans doute établir à chacun.e un profil, un pseudo niveau, un étalonnage de la dangerosité de chacun.e, pour sans doute écarter les contestataires…

La docilité deviendrait la norme, le macronisme dans toute sa dérive, « une société qui se tiendrait bien sage” en somme …

Non au projet de loi de Sécurité Globale, non à la SNMO, non au fichage et traçage de la population.   Retrait total de la Sécurité Globale ! 

https://lfm-radio.com/podcasts/on-en-parle-la-crise-sanitaire-cree-t-elle-une-culture-de-restrictions-des-libertes-355
Please follow and like us: