Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

16 janvier : le Mantois sous la neige, refuse la loi Sécurité globale.

Samedi matin 16 janvier 2021, la neige, le froid et les routes bloquées n’ont pas entamé la détermination de la soixantaine de personnes présentes devant la mairie de Mantes la Jolie, pour dénoncer la loi Sécurité globale du gouvernement.

De nombreux autres rassemblements et manifestations avaient lieu toute la journée dans le pays à l’appel de la large coordination nationale “StopSécuritéGlobale”. Pancartes, discussions, et prises de paroles complémentaires de certains membres organisateurs (LDH du Mantois, Solidaires 78, Attac78Nord, FSU Mantes, UL FO Mantes, PCF Mantes) ont réconforté le moral des présent.es et interpellé les passant.es.

Ainsi ont été bien décortiqués les multiples articles liberticides minant encore plus les libertés individuelles et collectives, amplifiant la surveillance généralisée, vers un renforcement d’un état ultra-autoritaire muselant gravement toute contestation. Et ce, pendant que le gouvernement, profitant de la crise sanitaire, accélère la mise en cause des droits et la casse sociale généralisée  : à signaler la grande journée de manifestations samedi 23 janvier contre les licenciements et le chômage

.La  loi devant repasser en mars à l’Assemblée nationale, après le Sénat, des articles “gênants” pourraient passer dans d’autres lois : notre vigilance et notre mobilisation doivent donc s’amplifier !

Sécurité Globale c’est Non ! Sécurité Sociale c’est Oui !

Un rendez-vous national est donné pour le samedi 30  janvier avec une grande manifestation à Paris, le Mantois y sera !

Intervention Solidaires 78

Sécurité globale, retrait total !

Bonjour à toutes et tous, je m’appelle Freddy et j’interviens pour Solidaires Yvelines,

Nous rappelons cette scène, de cette arrestation collective scandaleuse qui a fait le tour de monde, ce petit reportage, peu glorieux pour les forces de l’ordre, qui a pourtant été réalisé par un agent porteur de l’autorité publique, sans doute très fier de ce coup de filet de 151 adolescent.es et enfants (certains et certaines n’avaient que 13 ans à peine), mis à genoux, certain.es face à un mur. Il va même, ce pandore, jusqu’à faire des commentaires acerbes, se sentant à son avantage de ce fait d’armes, il se met en scène sur les réseaux sociaux…Et oui, c’est arrivé sur les Yvelines, à Mantes la Jolie ce fameux jeudi 6 décembre 2018. C’était alors une vaste répression sur toute la France, particulièrement féroce, et qui visait les lycéens et lycéennes, le monde de la jeunesse qui contestait les réformes Blanquer et Vidal.

La manière dont ces élèves ont été humiliés est tout simplement révoltante…Selon les témoignages recueillis, plusieurs procédures légales n’ont pas été respectées, en particulier celles concernant la protection des mineur·es (présence d’avocats, de médecins etc…)

Mais les propos et les pratiques de ce policier étaient sans doute une synthèse de ce que veut ce gouvernement pour notre société : museler la jeunesse, lui formater l’esprit au consentement, à la docilité, quitte à remettre en place aujourd’hui un très coûteux Service National Universel, chercher à briser toute velléité émancipatrices de futurs citoyen·nes. Ce pandore disait notamment « voilà une classe qui se tient bien sage… »

Parce qu’aujourd’hui, ce qui est global est la politique de ce gouvernement qui n’a de cesse de légiférer pour créer sa propre vision de la société, celle de ceux qui veulent imposer l’arbitraire. Celle de dirigeant.es qui matent violemment la population qui ne supporte plus leur politique de régression, anti-sociale, cette population qui ose le revendiquer, ce qui est ressenti par ce pouvoir comme un crime de lèse-majesté…

Un régime au pouvoir qui pourrait facilement basculer vers l’autoritaire, l’autoritarisme, avec les mesures envisagées (projet de loi « Sécurité Globale », le Schéma national de maintien de l’ordre, le fichage et le traçage de toute la population par décrets…). Ces mesures envisagées préparent le terrain législatif pour que la société reste « bien sage ». Des lois et des projets de lois qui confirment le paradigme imaginé par Macron, basé sur la répression, la contrainte et la permanence de la contrainte.

Parce qu’il faut le rappeler cette répression existe depuis des années, souvenons-nous des manifestations contre les lois de réforme du travail, réprimées et violentées dès le gouvernement Hollande. Les militant.es de la liberté sont perpétuellement sous le joug d’armes, comme les LBD, de menaces incessantes en manifestation, des menaces de répression, de flicage, de traçage et de fichage.

Manifester son opinion deviendrait répréhensible et contester le pouvoir en place reviendrait à enfreindre ces lois liberticides.

La permanence de la surveillance accompagne déjà notre quotidien. Avec ces dernières mesures du gouvernement, tous nos faits et gestes, “nos habitudes de vie” (comme c’est écrit textuellement dans les récents décrets) pourront être récoltés, pour sans doute établir à chacun·e un profil, un pseudo niveau, un étalonnage de la dangerosité de chacun·e, pour sans doute écarter les contestataires…

La docilité deviendrait la norme, le macronisme dans toute sa dérive, « une société qui se tiendrait bien sage en sommes »

Non au projet de loi de Sécurité Globale, non à la SNMO, non au fichage et traçage de la population. Retrait total de la Sécurité Globale !

Lu le 16 janvier 2021 à Mantes la Jolie, mairie

Intervention Attac 78 Nord

L’article 23 prévoit d’exclure du bénéfice des crédits de réduction de peine les auteurs de certaines infractions commises au préjudice d’une personne investie d’un mandat électif public, d’un militaire de la gendarmerie nationale, d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un sapeur-pompier professionnel ou volontaire. Ces infractions correspondent aux atteintes à la vie, à l’intégrité physique et à des menaces et actes d’intimidation. 

Commentaire dans le rapport du Défenseur des Droits

L’article 23 (non encore contesté) de la proposition de loi reviendrait donc à transposer des règles applicables en matière de terrorisme à des actes et comportements de gravités très inégales. 

L’adoption de l’article 23 de la proposition de loi ferait obstacle à l’exercice du pouvoir d’individualisation des peines par le juge, s’accorderait mal avec l’objectif assigné par la loi aux réductions de peine et pourrait porter atteinte aux principes d’égalité devant la loi, de nécessité des peines, de proportionnalité et d’individualisation des peines.

Cette loi a dès le départ provoqué des nombreuses contestations partout dans le pays et depuis cela s’amplifie, que ce soit certains des articles ou tout l’esprit liberticide de la loi. Ici dans le Mantois,on a pu voir juste après le vote à l’assemblée nationale, samedi 28 novembre, les permanences des 2 députés de la 8è et 9e circonscription ayant voté le projet de loi, décorées de façon éphémère par de nombreuses pancartes refusant cette loi. Le côté bon enfant et humoristique de cette action contestatrice, a été apprécié par les passants ici même devant la mairie Mantes la Jolie.

Mais cela n’a pas eu le même effet à Maule où le député s’est senti tellement mis en cause, qu’il a tweeté 2 heures après, son intention de porter plainte contre les vilains trublions, accusés d’avoir porté atteinte à son intégrité d’élu. Rien que ça … Oserions nous dire que le ridicule ne tue plus et que la justice a bien d’autres dossiers largement plus sérieux à régler ? …

Nous avons une toute autre conception de la démocratie et de la liberté d’expression lesquelles sont tous les jours de plus en plus bafouées et rendues à une caricature. La situation sanitaire a vraiment trop bon dos pour faire passer l’infamie qu’est cette loi liberticide, comme d’ailleurs beaucoup d’autres décisions antisociales.

Que ce soit avec les violences policières dans les manifestations, la répression antisyndicale galopante, la surveillance généralisée, nous n’en pouvons vraiment plus de cette volonté de mise au pas de la moindre contestation dans ce pays. Nous avons jusqu’en mars pour empêcher que cette loi scélérate passe et nous pourrisse encore plus la vie.

La mobilisation doit impérativement s’amplifier, partout, ensemble, nous pouvons gagner !

Please follow and like us: