Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués

Des décorations anti-loi «Sécurité globale» qui dérangent certains…

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

À l’occasion d’une journée d’action et de manifestations contre la loi dite de «Sécurité globale», samedi 28 novembre à Maule le mur de la permanence du député Modem Bruno Millienne a été décoré par de simples et non moins magnifiques pancartes en carton et banderoles éphémères. Il était possible d’y lire des messages contestant de façon originale, souvent humoristique ce projet de loi scélérate votée par ce député le 24 novembre.

Il en fut de même pour les grilles de la mairie de Mantes la Jolie hébergeant la permanence du député LR Michel Vialay et ayant aussi voté ce projet de loi. Cela suscita l’approbation de nombreux passants, faisant écho aux succès des dernières manifestations contre la loi «Sécurité globale» dans tout le pays.

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir la dramatisation étonnante à laquelle se livre M. Millienne annonçant sur Twitter son intention de porter plainte contre les responsables de cet acte qu’il considère comme une «attaque» par de simples pancartes en cartons ? Est ce la limite que cet élu met à la liberté d’expression ?

Demandera-t-il, dans la lignée du projet de loi qu’il a voté, de rechercher les empreintes digitales sur les cartons confectionnés par ces dangereux contestataires ou sera-t-il retoqué pour un simple affichage n’ayant absolument rien dégradé et que ses services ont pu facilement enlever en moins de 10 minutes ? Donner ainsi son opinion est-il un délit ?

Le suspense dû à cet effet d’annonce est à son comble, et semble bien plus important pour cet édile que les effets dramatiques de plusieurs articles de cette loi ultra-sécuritaire, notamment celui obligeant le floutage des visages (déjà bien dissimulés) des policiers en action dans les manifestations.

Cet élu s’est-il demandé ce qu’il serait advenu de la parole des multiples mutilé.es et blessé.es parmi les Gilets Jaunes et manifestant.es dont Geneviève Legay gravement blessée à Nice en 2018, et très récemment du producteur musical violemment tabassé et insulté, sans oublier l’évacuation très violente des sans-papiers sur la place de la République à Paris, s’il n’y avait pas eu des caméras pour filmer ces actes indignes et révoltants de la part de policiers en fonction ? Même si dans les faits, l’action des policiers entrave déjà bien souvent la possibilité de les filmer, la volonté de revenir légalement sur cette possibilité indique clairement un énième durcissement de la répression des mouvements sociaux. Celle-ci nous indigne d’autant plus que l’impunité est totale pour les policiers responsables des morts de Zineb Redouane, Cédric Chouviat, Adama Traoré…

Alors, ce qui nous révolte vraiment en tant qu’Assemblée de lutte du Mantois soutenant ces justes et simples actions de dénonciation d’une loi scélérate et dangereuse pour nos libertés déjà bien entamées, ce sont bien les violences policières et sociales portées et encouragées par le pouvoir. Bien sûr, il est heureux pour le député que le ridicule ne tue pas… mais la posture de M. Millienne est toute à l’image du pouvoir autoritaire qu’il soutient : «fort avec les faibles, faible avec les forts».

Pour l’Assemblée de lutte du Mantois, dimanche 29 novembre 2020

contact mail : assemblee-lutte-mantois@riseup.net

Voir aussi l’article d’actu 78

https://actu.fr/ile-de-france/mantes-la-jolie_78361/yvelines-securite-globales-les-permanences-de-michel-vialay-et-bruno-millienne-decorees_37772299.html

Please follow and like us: