Catégories
Actu des luttes / Tracts et communiqués Luttes féministes

Retour sur le 8 octobre 2020 : Mobilisation féministe à Mantes-la-Jolie

Ce 8 octobre, comme chaque 8 de l’année, les militant·es féministes étaient dans la rue. A Mantes, le collectif FFRRAC appelait à un rassemblement avec prises de parole devant la mairie.

A cette occasion, plusieurs prises de parole ont mis en lumière la nécessite d’une mobilisation quotidienne contre le sexisme…

Voilé ou dévoilé le corps des femmes toujours coupable ?

La tenue des femmes reste une obsession française inépuisable,

Petit rappel de la loi du 17/11/1800 : « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l’autorisation », loi modifiée en 1909 autorisant les femmes à porter le pantalon si elles tenaient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval…

Durant l’été d’aucun, d’aucune, pérore sur les birkinis, fin août une femme se voit refuser l’entrée au musée d’Orsay sous prétexte que son décolleté est trop plongeant, et en septembre durant cette rentrée des classes pour le moins inhabituelle, une lycéenne se fait renvoyer du lycée car sa tenue n’est pas « correcte ». Des lycéennes décident de résister -rendons hommage à leur inventivité et leur courage car elles sont très jeunes- en débridant leurs tenues, en s’habillant de façon provocante selon le regard « masculin » de notre société.

Le Ministre de l’Éducation, à la tête de ce grand ministère qui est censé éduquer, protéger, empêcher la violence, prôner l’égalité des filles et des garçons somme les lycéennes de s’habiller normalement pour que tout se passe bien… sinon quoi ? sinon les hormones des garçons vont s’emballer et gare à vous… vous ne viendrez pas vous plaindre, et c’est ainsi qu’une fois de plus la culture du viol est lentement mais surement distillée au sein de la société…et que le ministre justifie en quelque sorte cette violence…

La formule du ministre de l’éducation nationale équivaut à limiter la liberté vestimentaire des jeunes filles dans un geste inégalitaire, puisque ces polémiques ne visent que les jeunes filles. La récurrence des controverses à propos du vêtement féminin n’en finira jamais. Trop courte, la minijupe fait problème, trop longue aussi, car elle serait devenue un signe religieux ostentatoire. On s’inquiétait il y a peu de temps des risques sociaux de la mode non genrée…

Cette offensive relève d’une logique patriarcale bien ancrée : garder un œil sur les corps des filles, les protéger de la libido intrinsèquement débordante des garçons ; les protéger des insultes sexistes que, forcément, elles provoquent un peu avec leur soutien-gorge trop visible, ou, pire encore, leur absence de soutien-gorge.

Une offensive qui relève d’un vieux système qui vise tantôt à nous couvrir, tantôt à nous découvrir, toujours nous contrôler, de la plage au musée, de la piscine à l’école, de la rue au travail.

Dans le même temps nous vivons, faut-il encore le rappeler, dans un monde où le corps des femmes reste un bon vieux levier marketing, la publicité sexiste continue d’inonder les écrans les rues et les magasins, la représentation des femmes en publicité a encore du chemin à faire. Sexisme banalisé, femme objet, hyper-sexualisation, injonctions et biais culturels… la liste est longue et s’accompagne encore d’images et de messages subliminaux dégradants.

Ces jeunes lycéennes décident de résister à des règlements vestimentaires glosant sur la longueur des jupes, des shorts, des crop-tops, sur la profondeur des décolletés et la largeur des bretelles de débardeurs pour manifester leur liberté de s’habiller comme elles le veulent, pour briser l’idée qui voudrait qu’une femme qui se vêtit doive le faire dans le respect des cadres qui cloisonnent le corps féminin dans la sexualisation pour dire qu’une partie du corps dénudé n’a pas vocation à exciter les passants pour répéter encore et toujours qu’une tenue stricte respectable de bon sens ou condamnable n’est pas la source du viol pour dire stop aux injonctions contradictoires quant à savoir si les jupes des filles sont assez ou trop courtes si elles sont assez couvertes ou trop couvertes…

Et maintenant revenons à la norme, qu’est-ce que la norme si ce n’est le produit d’un rapport de forces au service de ceux qui peuvent en tirer avantage. Des normes vestimentaires, corporelles, sexuelles, familiales, sociales, politiques, raciales ou religieuses ? Interrogeons ces normes, déconstruisons et détricotons-les sans cesse et n’oublions pas qu’elles ne viennent pas de nulle part, elles ont une histoire et des finalités, notamment celle de la domination.

Et enfin dans une rentrée que tout le monde qualifie de « hors norme », dans un monde très peu normal où l’on navigue à vue, où les forêts brulent, les maisons et leurs habitants sont emportés dans des coulées de boue, qu’est ce qui est normal ? le climat est il normal. Le chômage est-il normal ? la pauvreté est-elle normale, le traitement réservé aux migrants est-il normal ?

Foutez la paix à nos corps à nos tenues à nos désirs et à nos plaisirs, nous nous en chargeons seules comme on se charge un paquet de trucs dans la vie que nous faisons seules.

Résistons contre le retour de l’ordre moral

Et si nos désirs font désordres, alors soyons le désordre !

Femmage à Gisèle Halimi 8 Octobre 2020 – FFFRAC

A notre dernier rassemblement nous avions passé assez vite sur les apports essentiels de Gisèle Halimi, cette grande avocate et formidable militante féministe décédée le 28 juillet 2020 à 93 ans.

Beaucoup de ses livres personnels, historiques, romancés ou politiques, en attestent, car elle avait aussi la passion de l’écriture. Le meilleur femmage (elle aurait aimé ce nouveau mot!) serait donc de la lire !

Féministe depuis son enfance difficile en Tunisie, elle fit bien sûr avancer considérablement le combat pour le droit à l’avortement en défendant les femmes lorsque celui-ci était encore interdit avant 1975. Ainsi le procès de Bobigny gagné pour la jeune Marie-Claire (qui avait avorté après un viol) fut une étape essentielle pour le mouvement des femmes.

Mais aussi le combat sur la question du viol, marqué par sa très longue défense des 2 jeunes femmes lesbiennes violées à Marseille sur une plage en 1974 et dont le procès à Aix en Provence fut gagné en 1978 avec la reconnaissance du viol comme crime passible des assises.

Elle fit aussi avancer la cause homosexuelle.

Gisèle Halimi, qui créa en 1971 le mouvement Choisir-la cause des femmes- avec Simone de Beauvoir, fut aussi farouchement anticolonialiste et antiraciste : elle défendit des militants algériens pendant la guerre d’Algérie, notamment Djamila Boupacha, torturée et violée, qui échappa à la peine de mort en 1962.(voir le livre de G.H)

Gisèle Halimi liait toujours ses plaidoiries aux mouvements de lutte de libération dont elle était partie prenante.

C’est ce qui la différencie à mes yeux de Simone Veil.

Et les hommages officiels et convenus, le projet de sa panthéonisation, l’auraient certainement fait sourire ou irritée.

Javais justement envie de vous faire partager cette réflexion d’une écrivaine à propos d’une autre écrivaine féministe actuelle, Alice Coffin qui ne mâche pas ses mots !

«  Il faut dire qu’un sacré travail d’adoucissement et d’invisibilisation a été mené, au fil des décennies, pour rendre les rares militantes féministes célèbres compatibles avec la tiédeur des positions féministes républicaines françaises.

Dans La Cause des femmes, le temps des malentendus, Gisèle Halimi écrivait « l’humanisme, qui a phagocyté la femme sous le prétexte de la fondre dans l’individu — masculin — constitue le piège le plus redoutable de nos démocraties modernes ».

Le jour de sa mort, Emmanuel Macron a osé lui rendre « hommage » en la qualifiant de « républicaine passionnée » pour qui « le féminisme était un humanisme ».

L’avocate féministe s’attaquait pourtant à tout : « Notre numéro de Sécurité sociale commence par le chiffre 2. Celui des hommes par le chiffre 1. Ce n’est évidemment pas un hasard. Nous restons reléguées au second rang, inessentielles derrière les essentiels ».

Des mots qui, s’ils étaient balancés sur un réseau social par une militante moins connue, seraient moqués et tronqués. Relégués au rang des « combats inutiles » des femmes idiotes qui n’auraient rien compris à la hiérarchie des combats. 

« Personne n’est plus arrogant envers les femmes, plus agressif ou méprisant, qu’un homme inquiet pour sa virilité », écrivait aussi Simone De Beauvoir, que les hommes de pouvoir (pas tous, bien sûr) aiment encore à citer comme monument de respectabilité et de nuance. Intouchable.

Pendant ce temps, Alice Coffin est une « identitaire », une femme à craindre, un épouvantail lesbien brandi pour décrédibiliser un discours qui dépeint pourtant des réalités.

Pour conclure en forme de boutade :

Alors plutôt qu’un Dupont-Moretti, arrogant et machiste, on se dit qu’une Gisèle Halimi aurait été formidable comme ministre de la justice !

Mais elle ne cherchait ni les honneurs ni la gloire, elle faisait son boulot et ses tâches de militante pour l’avancée de tous les droits dont ceux des femmes.

Un de ses livres porte le magnifique titre Ne vous résignez jamais !

Comme nous aujourd’hui, encore et ici à Mantes la Jolie.

Fabienne

Please follow and like us: